Imprimer

                                           LE MOBILIER BIGOURDAN ET SES MOTIFS DE DECORATION

Dans nos vallées, l’enrichissement du monde rural au XVIIIe siècle correspond à l’implantation d’une nouvelle culture, celle du maïs. Cet enrichissement, bien sûr tout relatif a souvent donné lieu à des rehaussements d’étage des fermes avec des chambres indépendantes. Complétant ainsi la salle commune ou chauffoir (1) et les chambres attenantes du rez-de- chaussée. Les nouvelles pièces recevront un mobilier imposant composé d’ armoires (cabinets), et de chaises paillées et la salle commune, buffet et vaisselier provenant des ateliers locaux tant bigourdans que béarnais. Ils auront tendance à se multiplier et à remplacer lentement les coffres, bancs, tabourets, pétrins et blutoirs (chaque maison faisant son pain), Ces derniers disparaitront lentement lors de l’apparition des boulangers, mais ils avaient rarement des décorations sculptées.

L’influence des styles Renaissance et Louis XIII restera encore fort sensible. Ce mobilier recevra nombre de décorations sculptées, surtout géométriques. La conservation des ces meubles, vient du fait qu’ils étaient transmis de mariages en mariages dans les contrats de dot. Nous en retrouvons au Musée pyrénéen de Lourdes et au Musée bigourdan de Bagnères.
Les meubles des paysans les plus pauvres étaient en bois blanc (bois de montagne) pin ou sapin passés au brou de noix. Ceux des plus riches, en noyer, chêne ou châtaigner. Ils étaient régulièrement nettoyés au vinaigre.

L’objectif de ce dossier est de montrer et d’analyser les motifs de décoration que l’on retrouve parfois dans les décorations lapidaires des linteaux et claveaux des maisons campagnardes. L’étude de l'évolution du mobilier en Haute-Bigorre à travers les siècles, n’ a pas été pour le moment envisagé.
Si nombre de décorations proviennent par influence du Béarn, il n’en demeure pas moins que la Bigorre possède quelques particularités tant dans la forme des meubles que dans leur décoration. Et ce, tout en reconnaissant une forte présence du mobilier béarnais en terre bigourdane du fait de l’importance de ses ateliers comme ceux de Morlaàs, Thèze, Salies, Orthez. Beaucoup de Haut-Bigourdans réalisaient eux-mêmes leurs mobiliers.

Pour illustrer notre étude nous avons utilisé les dessins au trait de l’enquête sur le mobilier traditionnel (EMT) menée entre 1941 et 1946 par le musée national des Arts et Traditions populaires. Cette enquête commanditée par le Ministère de la culture de l'époque a pu être réalisée grâce aux jeunes étudiants qui ont  ainsi échappé au STO (travail obligatoire).

 (1) ou cauhadé du fait de la présence de la cheminée 

Nombre de ces meubles proviennent du Val d'Azun. Sur la liste du chantier H-P numéroté 68, nous avons les villages de Aucun, Bun, Estaing, Arrens, Marsous et Arcizans -Dessus. Hors du Val d'Azun : Sazos et Sarnac ? (illisible).

meubles liste 2 001 Copie meubles liste 001

                                                       Liste 68 du mobilier bigourdan. Copie J.-M. Prat

Il avait été envisagé dans les années 1990, la réalisation d'un lieu de mémoire représentatif de la civilisation pastorale haut pyrénéen en Val d'Azun  à la maison Pénogué en Estaing. Projet patronné par François Lalanne, Conservateur chargé du Patrimoine du Parc régional des Landes de Gascogne.

Commentaire Facebook d'A. Lalanne, dansLes amis du Pays de Lourdes, Lavedan et pays Toy, du 26 07 2021.

" Le projet de lieu de mémoire évoqué dans cette page se fondait sur une magnifique étude de Stéphane Le Bourhis (plus de 100 pages pour l'étude historique) transmise à tous les maires successifs d'Estaing, aux différents élus, aux institutions culturelles et touristiques. Mais ce n'est pas ce type de tourisme qui semble être recherché dans la région et de toute façon la maison Pénogué (là depuis au moins la fin du XVIe s.) a été rasée avec l'autorisation de la Drac et de la mairie à condition d'être reconstruite "à l'identique" (...) Je ne sais pas où nous pourrons retrouver un site aussi intéressant que Pénogué qui avait tout conservé (cf. plus de 2000 objets sauvés (avec ceux de la maison Bazaillac de Marsous) au Musée de Tarbes)."

Les armoires à deux corps

Le buffet à portes superposées

Typiquement bigourdan que l’on retrouve dans le Gers, il est composé de deux corps à double porte rectangulaire séparé par des tiroirs. Il est surmonté par un haut fronton.

Les décorations

Sur le fronton nous pouvons voir un cœur, symbole de fidélité et d’alliance des époux, d’une marguerite motif fréquent dans le Sud-Ouest et surtout en Béarn en témoignage à ce que l’on dit de Marguerite de Navarre. Elle surmonte une arabesque, genre rinceau sans fruits ou fleurs.
La porte haute encadrée de deux têtes d’ange (anges protecteurs ?) est composée d’une étoile à huit branches avec un cabochon en son milieu.
Les deux tiroirs sont ornés de losanges décorés d’une fleur
La porte du bas porte en son centre une marguerite. Elle est encadrée d’un losange très stylisé, curviligne tronqué.

armoire 7 armoire 8

armoire 9                         armoire 10

Le coeur symbole de fidélité, fréquent avec la marguerite dans les décorations locales : meubles; linteaux, claveaux


Même type de meuble que le premier : buffet à deux corps, généralement en noyer et buis. Il est daté de 1763.
Ici, nous avons un fronton très important assez remarquable. Il est décoré de nombreux motifs courant sur les linteaux des maisons. Avec les arabesques nous avons le S en position horizontale (1), un animal probablement un chat ou un chien, ces derniers étant les plus courants, une fleur l’une sur tige, l’’autre sans, deux tulipes et une fleur de lis non bûchée malgré le passage en 1792, dans les maisons, des agents nationaux, chargés de faire disparaitre tous ces emblèmes royalistes, même si l’on pouvait l’assimiler au symbole chrétien de la pureté. Le tout est surmonté de l’étoile à six branches aux angles arrondis. Les deux corps du meuble sont composés de deux portes carrées décorée de doubles demi- cercles que nous retrouvons sur certains linteaux de maison. Quelques motifs ornent ces deux corps : tulipes, fleur de lis, cœurs droits et inversés, losange (carreau) pique, ne manque que le trèfle et les besants (les ronds). Sur la porte du bas, on peut noter la présence de demi_ cercles, comme sur l'imposte de la maison.
Le tout est dominé comme dans le meuble précédent par une tête d'ange ailé, que l’on pourrait considérer comme le protecteur de la maison.

(1) Le S en position verticale serait selon une tradition celte symbole s'apparentant à la course annuelle du soleil. Les six mois de sa croissance jusqu'au solstice d'été sont représentés par la partie montante du s, et les six mois décroissants, par la partie descendante

             armoire 68      armoire 67


Armoire milieu XVIIIe siècle en noyer à quatre panneaux de deux portes superposées avec interposition d’un tiroir. Ces panneaux présentent des décors simples. Les panneaux supérieurs carrés sont décorés d’un croisillon et ceux du bas rectangulaires d’un losange. Le fronton rompu, classique de l’époque, est décoré de rosaces qui encadrent la date : 1750.

                      armoire à 2 corps 23                   meuble à 2 corps 2 001

Autre superbe armoire à deux corps du XVIIe siècle avec décors classiques des losanges et des marguerites. Il a la particularité d'être divisé en deux parties, chacune étant transportables grâce aux poignées en fer latérales. Traces de brûlure de son baptème. Il nous est présenté comme une armoire de campagne ayant appartenu à Marguerite de Navarre. Photos de  Michèle Herré du groupe les amis du Pays de Lourdes, Lavedan et pays toy, avec nos remerciements. Si l'authenticité est confirmée, Margurite l'aurait amenée dans ses bagages  à Cauterets lors de sa visite dans la station thermale en 1549.

buffet Marguerite  buffet Marguerite 2

Il a été baptisé : Buffet marguerite 3


Eglise d'Arrens, dans la sacristie se trouve ce meuble à deux corps avec faux tiroirs. Ils cachent en fait des portes de placard.  Décors des classiques coeurs, marguerites et arceaux. 

 

                                    Arrens meubles sacristie 001

Arrens 3

 

Les armoires

Armoire milieu XVIIIe siècle en noyer à quatre panneaux de deux portes superposées avec interposition d’un tiroir. Ces panneaux présentent des décors simples. Les panneaux supérieurs carrés sont décorés d’un croisillon et ceux du bas rectangulaires d’un losange. Le fronton rompu, classique de l’époque, est décoré de rosaces qui encadrent la date : 1750.

                                               armoires 67

Dessin tiré du mobilier sud-aquitain de Denise Glück

                armoire             Marsous                                  

                                        Meubles artisanaux réalisés à  gauche à Aucun, à droite à Marsous. Coll. privées


Les armoires- commodes

Un type de meuble du XVIIIe siècle très courant en Bigorre. Appelé localement pantalonnière, parfois cabinet, il s’agit d’un meuble généralement en noyer à deux corps : une armoire sur une commode à deux tiroirs. Assez volumineux, surtout quand la commode est galbée, il a sa place dans la chambre. En vallée de Campan on en trouve avec une commode à un seul tiroir, mais ils sont souvent plus tardifs, du XIXe siècle.

armoire commode 1 001        armoire comode 2 001

                                                   armoire commode 001 Photo J.-M. Prat

Armoire-commode galbée du fermier général (anciennement percepteur de l'impôt royal) de la Maison Bazaillac de Marsous (Val d'Azun) datée de 1783. Elle a été achetée aux héritiers du domec Lecay à Paul et Marcelle par Jean-Marie Prat en 1988 puis vendue en 1989, aux établissements Fabre de Castres (Entreprise pharmaceutique) pour servir de présentation des produits Fabre. Elle est en noyer, réalisée par un menuisier local, influencé par le style Louis XV tardif, les assemblages sont en chevilles et goujons, sans la présence du moindre clou.

                                                                 cabinet Pénogué

Autre cabinet du XVIIIe siècle qui se trouvait dans la ferme Pénogué du Val d'Azun à Estaing. Voir l'histoire à patrimoine architectural, maison rurale

                                                                     meuble pays toy  

Pantalonnière du pays toy de 2, 73 m de hauteur. Les tiroirs sont ornés d'un coeur, probablement meuble de mariage. La traverse galbée du haut est décorée d'une marguerite. Photo FB de Lulu Toye novembre 2021.

Les placards

Les placards. Ceux-ci faisaient partie du mobilier classique des riches demeures et châteaux dès le Moyen Age, surtout au XVe siècle. En bois tendre : aulnes ou peupliers il ne reste pratiquement plus d’exemplaire en France. Il faut aller en Angleterre où ce genre de mobilier, réalisé en chêne a pu parvenir jusqu’à nous (1).
Cette petite armoire murale servait de garde- manger d’où les trous d’aération sous forme de fleurs et de dessins géométriques. Ici le modèle présenté par Gérard Schorp serait selon lle charpentier et collectionneur  d’Aucun,  J.-M. Prat, monté à l’envers les fleurs avec ses longues pétales devant être en bas, pour preuve les traces d’usure des portes qui devrait se trouver en bas. A l’intérieur, une tablette horizontale partage l’espace. Le loquet est fixé par un clou forgé alors que les charnières sont en bois (pivots). Le battant central est torsadé. Je n’ai pas les dimensions.

placard 1 001 Exemple ancien

Placard 12 001 Réalisé par J.-M. Prat

placard 45 001   English furniture

Ouvert, un lingot a été oublié

Ce mobilier a été commandé à J.-M. Prat  par Jacques Omnès en ? pour l’ameublement futur du château d’Arras-en-Lavedan.
(1) Lire English oak furniture de M. Chinery

Les coffres

Meuble ancien dont la fonction était de recevoir le trousseau et les papiers de famille. Il se transforma lentement surtout, fin du XVIIIe siècle lors de l’apparition de l’armoire, en réceptacle à grain, à sel, à ustensiles agricoles, et à cendre pour les lessives… Il quitta alors la pièce collective, pour se retrouver dans la grange. En Béarn et Pays basque, les panneaux de façade possédaient de beaux décors sculptés, de figures géométriques, à la gouge ou au ciseau, Ces coffres faisaient souvent l’objet de présent de mariage. Ils allaient jusqu’à conserver la serrure de type médiéval à moraillon. Rien de tel en Haute-Bigorre, où le coffre, objet utilitaire plus que de prestige avait peu de décor et une serrure simple. Le seul élément marquant était la corniche en bâtière pointé vers le haut ou vers le bas. Le bois utilisé était souvent le noyer dont on utilisait l’huile de ses fruits grâce aux nombreux moulins. En photo : un coffre du val d’Azun et une serrure à moraillon.

coffre 3

En principe, la pointe est tournée vers le haut. Erreur de dessinateur ?

                                                                              coffre 4

coffre serrure 7   coffre serrure 5

                                             Serrure à moraillon. Photos J. Omnès


Ci-après un autre coffre de facture locale (Val d’Azun) ancien : 1703, époque de Louis XIV. Il est en noyer.

coffres 2 coffres 3

Il s’agirait d’après son ancien propriétaire, Jean-Marie Prat d’Aucun, d’un  coffre de conseil de fabrique de l’église d’Aucun, d’où la présence des deux serrures. Il aurait abrité à l’église d’Aucun «  les archives, fonds et orfèvrerie de la paroisse » tel que l’a mentionné son propriétaire, lors de sa vente en juin 2012, chez Maître Adam à Tarbes (1). Petit problème, c’est qu’il n’y avait pas de fabrique  à l’église d’Aucun, mais une confrérie, celle de Saint-Blaise mentionnée en 1576, dans un testament au nom de Pontis (2) Ce coffre réalisé en 1703 par J.-P. (Jean- Pierre) Tarrieu, tel que mentionné sur la plaque de fer cloué en façade, aurait pu appartenir à cette confrérie ? Mais depuis l’édit royal de 1695, ces coffres devaient avoir trois serrures : pour le curé, le marguiller et le procureur fiscal. Cet édit n’est-il pas parvenu jusque dans les Pyrénées à cette date ? Ou le coffre est antérieur et la plaque de la serrure posée après, en remplacement. C’est une supposition tenue par Monsieur Thibaut de Rouvray dans un article paru dans le bulletin de la S.E.S.V. de 2018, page 63.

 Nous pouvons admirer plusieurs de ces coffres, mais à trois clés en Béarn et à l’église de Cotdoussan où il sert également de coffre à oboles. Ceux à deux clés nous semblent plus rares, sauf peut-être en Bretagne. Leur forme est restée identique depuis le Moyen Age

De 114 cm de large sur 46, 50 cm de profondeur, il mesure 61, 50 cm de haut. Il est entendu que ces mesures modernes ne sont que la traduction des mesures anciennes qu’a utilisées l’ébéniste (pieds, pouces). Les quatre panneaux ont 2cm d’épaisseur. Le fond est constitué de deux planches de bois. D’après l’ancien propriétaire, il existait un panneau de séparation  à l’intérieur formant deux compartiments de dimension 1/3-2/3. Quant à la base, elle est, sur trois côtés, composée d’une large moulure de décoration de plus de 15 cm de haut. Elle est fixée par des clous en fer forgé. Sous le meuble le propriétaire qui a restauré ledit coffre, avant sa mise en vente, à vissé des tasseaux pour y ajouter des roulettes.

L’intérêt peu connu de ce meuble ancien est la présence de traces noires de brûlure sur la tranche du couvercle, qui comme le meuble précédent est la marque d’un baptême. Afin de détourner l’œil du malin, de protéger indirectement la maison, il était important pour les locaux très superstitieux, de faire intervenir des puissances divines en baptisant meubles et objets importants. Ce rite connu des seuls artisans, enseigné de maître à élève a été mentionné par L. Couet-Lannes  dans son histoire de la chapelle de Beyrie en territoire de Louvigny.

Origine

Ce coffre se trouvait dans le bâtiment de l’actuelle mairie d’Aucun, appelée la maison des Américains. Il fut donné par son propriétaire Monsieur S. au menuisier ébéniste du village Jean-Marie Prat qui l’a restauré et vendu par Maître Adam de Tarbes en 2012. Il a été revendu en 2014 à Pau.

(1) Référence 9706 du 30-06- 2012.
(2)  A.D.P.A. (Archives départementales des Pyrénées atlantiques). Minute de Lanusse. Il est possible que l’église abritait une seconde confrérie, celle du Saint-Sacrement en 1653. Je n’ai pas retrouvé les références.


 Les écritoires-Prie-Dieu 

L’écritoire bien qu’indiqué très présent en Sud- Aquitaine dans l’ouvrage de Denise Glück (1), j’en ai pas vu un seul exemplaire dans le pays des sept vallées. Il s’agit d’un petit meuble simple appelé parfois prie Dieu. Il comprend un pupitre avec un tiroir, sur un petit buffet bas à une porte. Parfois celle-ci est décorée de divers motifs. Sur le modèle présenté bien qu’annoncé bigourdan,  les motifs sont influencés par ceux du Béarn, à savoir un quadrilobe encadré de quatre fleurs de lys (non bûchées) et surmonté d’un élément floral.

L'original de ce meuble provient de la maison Dounlets-Cazaux, au centre du village qui appartenait au notaire Etienne  Noalis, lieutenant de milice sous Louis XV. Encore présent dans la maison en 1945, alors propriété de M.  Roger Cazajous, il a pu être dessiné par les jeunes étudiants du ministère de la Culture. Dossier 68 des meubles de H.-P., sous le titre Prie-Dieu en noyer du XVIIIe siècle (avec un ?). Il est ainsi mentionné :
"Petit meuble formant pupitre, à dessus incliné-une porte sur le devant à traverse supérieure chantournée, panneau quadrilobé, fleurs de lis au 4 coins- tiroirs au dessus, moulure en saillie sur le tour, 2 poignées en fer, petite moulure sur le bord des montants. Petite marche sur le devant."

De la même maison a été inventorié sous le numétro 65,  un buffet -vaisselier

(1) Dictionnaire du mobilier sud-aquitain, éditions Bonneton       

                                          ecritoire 001

Arrens prie Dieu 001Prie-Dieu dans la sacristie de l'église d'Arrens. 

 Les buffets-vaisseliers

Ce meuble était composé de deux parties, la partie basse assez profonde avec plusieurs portes et une tablette sur laquelle venait reposer la partie haute moins profonde, souvent ajourée et à moitié encastrée dans le mur. Dans les vaisseliers de maison bourgeise, la partie haute était détachée du mur et formait un ensemble compact, transportable.

Si dans la liste du ministère, on compte deux buffets- vaisseliers aux numéros 65 et 72, aucun ne se retrouve dans l’ouvrage de l’inventaire de Denise Gluck. Tous deux proviennent d’Aucun. Dont l’un de la maison Dounlets (Casajous), jadis maison du notaire Noalis. 

Aucun 45  Aucun 6678

Maison Dounlets divisée maintenant en deux propriétés. L'entrée noble avec son linteau décoré, se trouve maintenant derrière un muret. La partie visible sur rue n'est plus habitée depuis un certain temps.

                             Aucun vaisselier 001

Rare et ancienne photo du buffet-vaisselier de la maison Dounlets d’Aucun, datée de 1781. Mais ce mobilier réalisé par des artisans locaux a été exécuté du temps des parents des derniers propriétaires, les Cazajous, vers 1900 (1). Il était placé dans la salle commune. Les verres et les bols étaient rangés dans la partie inférieure. Vers 1980, lors de la rénovation la maison, ce vaisselier fut démonté et jeté à la décharge. Récupéré par Jean-Marie Prat, charpentier d’Aucun, il fut mis à l’abri dans la grange du presbytère de l’église d’Estaing, en vue d’un futur écomusée qui ne vit jamais le jour, faute de volonté politique, malgré les engagements des promoteurs, François Lalanne, conservateur, chargé du patrimoine et Stéphane Le Bourhis chargé de l’étude sur la réalisation d’un lieu de mémoire représentatif de la civilisation pastorale haut-pyrénéen.  Le vaisselier et les objets sauvés ont disparu depuis.  Il était inscrit au numéro 65 dans la liste du registre des Hautes-Pyrénées du mobilier traditionnel de l’EMT (2). Photo de ?

(1) Date approximative
(2) Enquête du mobilier traditionnel

                         Juncalas vaisselier

Juncalas, vaisselier de la maison où exerçait comme barbier Mgr Laurence avant sa prêtrise. Cliché Guy Trousselle

Nous pouvons aussi admirer à Arrens Marsous, le vaisselier du XVIIe siècle (1627) de la maison d’hôtes Condorinette de Marsous, en merisier, dont la partie haute est également encastrée. Voir les photos ci-dessous :                                    

Marsous vaisselier 2

                                                               Marsous vaisselier

buffet vaisselier 001Buffet vaisselier de l'ouvrage Glück


 Chaise-percée  ou de service

Origine lavedanaise du XVIIIe siècle, 1763. Elle a été baptisée aussi : traces de brûlures sur l'intérieur  de l'accoudoir de gauche. Il ne sagot pas d'une chaise à sel (bien qu'elle y ressemble, une fois le couvercle baissé comme on a pu le lire dans une revue savante. Le Lavedan n'était pas taxé sur le sel. Voir J. Bourdette. Coll. privée

Pour info Wikipedia, chaise à sel :  "Pour la conservation à l’abri de l’humidité, le coffre en bois, mis à proximité de la cheminée, est le plus indiqué des récipients. D'où l'idée de créer un coffre qui fera office de chaise. De plus, cette chaise était constamment assignée à la grand-mère qui, de par sa longue robe de l’époque, cachait entièrement la partie coffre. Le gabelou, ou douanier de l’époque, par galanterie sans doute, ne dérangeait pas l’aïeule, négligeant de fait le contrôle de ce mobilier.
La matière utilisée pour la fabrication du meuble est variable selon les régions et la fortune du client, néanmoins pour une bonne conservation et une bonne tenue du meuble à l’usure et à la déformation, on utilisait de préférence le bois de sapin pour la partie coffre."

sireix chaise 2