Imprimer


intro eglises argeles

De style roman, la plupart de ces monuments ont subi d’importantes dégradations au XVIe siècle, en 1569, par les troupes de Jeanne d’Albret et de Montgomery. En moins d’un mois, au pas de course, la soldatesque huguenote a brûlé un nombre important de lieux de culte. Généralement ce sont les clochers qui ont souffert le plus des saccages. Ils pouvaient servir de tour de guet ou de défense (clocher-tour). Les chevets ont mieux résisté. Plusieurs tremblements de terre ont également été à l'origine de nombreuses destructions.

1) Argelès-Gazost, 2) Adast, 3) Agos-Vidalos, 4) Arcizans-Avant/ Chapelle St Roch, 5) Artalens-Souin, 6) Ayros-Arbouix, 7) Ayzac-Ost/ chapelle Sainte Madeleine, 8) Beaucens/chapelle de Bédouret, 9) Boô Silhen-Couret/Asmets, 10) Cauterets/chapelle du Mercadau, 11) Gez, 12) Lau-Balagnas/ chapelle Sainte-Castère, 13) Ouzous, 14) Pierrefitte-Nestalas, 15) Préchac, 16) Saint-Pastous/chapelle Sainte-Marie-de-Lurp/Chapelle et abbaye laïque Saint-Germès, 17) Saint-Savin/chapelle N-D-de-Piétat, 18) Salles, 19) Sère-en-Lavedan, 20) Soulom/chapelle Sainte-Haularia/ chapelle Saint-Martin, 21) Uz/chapelle de Pouey Aspé,  22) Vier-Bordes, 23) Villelongue, Ortiac/abbaye de Saint-Orens.

N-B : à côté de la graphie officielle française se trouve quand il est différent le nom gascon d'origine extrait du livre de Georges Peyruc Le pays de Lavedan, édition Saber, 1987. La date qui suit est celle de la fusion des communes.

Ce sont généralement de petites églises, à une nef. Lorsque les fidèles devenaient plus nombreux, on édifiait une  galerie, parfois deux, l'une au-dessus de l'autre. Dans les églises reconstruites (un grand nombre d’entre elles à des degrés divers), il reste quelques éléments romans surtout au niveau du chevet. Elles avaient aussi une particularité locale : la présence d'une porte secondaire, souvent dérobée ou latérale. C'était la porte réservée  aux Cagots.

                                                                      1)  ARGELÈS-GAZOST (Argelèrs) 1824

La fusion d'Argelès et de Vieuzac pour former la municipalité d'Argelès,  par l'ordonnance de 1824 par Charles X, n'est pas à l'origine de l'église de la nouvelle commune. Il a fallu  attendre près de 30 ans après ladite ordonnance.

L'église d'Argelès a été construite entre 1857 et 1860 en pierre grise de Lourdes. Vieuzac n'était plus paroisse depuis 1824. Les citadins étaient obligés d'aller dans l'église vétuste d'Ourout. La  construction d'une nouvelle église demandée par l'évêque s'avérait nécessaire. Un terrain fut acquis en 1845, au centre du village, mais il manquait, malgré la souscription publique, près de 20 000 francs pour édifier la nouvelle église. C’est l’architecte Jacques Latour qui fut chargé de sa réalisation L'empereur séjournant à Saint-Sauveur, il lui fut demandé de l'aide. Celle-ci fut accordée et l'église dédiée à saint Saturnin (patron  d'Ourout) fut inaugurée le 15 août 1861. Les cloches du XVIIIe siècle  proviennent de l'ancienne église d'Ourout. Elles furent sauvées par les habitants lors de la demande par la Convention, en 1793, de céder à l’Etat toutes les cloches en vue de leur fonte pour en faire de canons. Les églises ne devaient conserver qu’une cloche pour le tocsin. Les locaux démontèrent trois des quatre cloches pour les enterrer et les sauver. Il s’agit de la cloche Santa Maria, 1747 de chez Dencausse de Tarbes, JHS Maria, 1756 de chez Dencausse de Tarbes et Sancta Maria, 1774, d’un fondeur inconnu.

    Eglise dArgelès-Gazost

                                                            Église d'Argelès-Gazost. Photo J.Omnès

À l'intérieur,   on aperçoit rapidement, l'immense tableau du peintre lyonnais, Guillemet. Conçu vers 1863, il  représente sainte Blandine dans la fosse aux lions. L’ange qui la survole vient lui apporter la palme du martyre. Il a été offert par l'empereur Napoléon III.  Les deux autres toiles plus tardives sont attribuées au peintre lourdais Louis Capdevielle. Elles représentent la mort de saint Joseph et la Vierge de Pitié (Pieta)

Les retables modernes de style néo-baroque des chapelles latérales ont été commandés en Espagne et offerts par le chanoine Charriez des Sanctuaires de Lourdes lorsqu'il était curé de la ville.

Dans la chapelle de droite remarquez la petite statue de Bernadette sur la droite ; son regard est fixé sur la Vierge de Lourdes. Les trois personnages ont  été réalisés par la soeur Mercedes, comme le panneau peint représentant la Cène.

Du XIXe siècle subsistent quelques boiseries dont les bancs et sièges de célébrants en bois de chêne et au décor néo-médiéval, cher à l’époque un grand lustre dans la nef et des vitraux historiés  des ateliers toulousains Gesta et des vitraux grisaillés des  ateliers Dagrand de Bordeaux

Dans la sacristie, se trouve l’armoire du trésor avec ostensoir et calices. À côté, beaux étendards brodés de fils d'or, dont celui de  Saint -Saturnin.
                          
Argelès tabernacle 3

                                                                       Tabernacle

                                                 Argelès panneau         

                                                                     Panneau la  Cène 

                                           Argeles Gazost    
                                                La chapelle de l'Apparition de Lourdes.


                Argelès Vierge                    Argelès Ste Anne  1     
             La vierge de Lourdes ,l'une des deux chapelles latérales.       Sainte Anne enceinte, lisant

 

                                                                Blandine

                                                                                          Sainte Blandine


                                                  Argelès autel      

                   Le    maître-autel en bois rectangulaire, peint et doré, ramené d'Espagne par l'abbé Charriez est constitué de trois panneaux aux décors de rinceaux. Photo J. Omnès

 Argelès trésor                                                                      Sacristie armoire du "trésor" . 
          Argelès étandard                                                          Étendard Saint-Saturnin. Photos J. Omnès


    
                                                                                        OUROUT

L'ancienne église d'Argelès à Ourout, mentionnée dans une bulle papale (Alexandre III) de 1167, était dédiée à saint Saturnin. Lors de la fusion en 1824, d'Ourout avec Vieuzac pour former Argelès, l'église d'Ourout sera désaffectée en 1863, après l'inauguration de la nouvelle église (1861) et découronnée de son clocher carré à toiture pyramidale, le chimboulet (petit clocheton) sera déplacé. Le retable a disparu, mais le banc seigneurial des d'Antin se trouverait, d'après Henri d'Agrain, à l chapelle du château du comte Roquette-Buisson, dont nous n’avons trouvé aucune photo. L’église abritait deux chapelles, l'une dédiée à sainte Catherine et l'autre au Saint-Sacrement
Elle servit de chapelle et d'annexe au collège voisin géré par le séminaire de Saint-Pé. Puis, elle deviendra propriété de la commune d'Argelès en 1907. En 1910, la municipalité décidera d'en faire une école de garçons. Les murs seront surélevés d'un étage et percés de grandes fenêtres. Elle restera école primaire et collège jusqu'en 1996. Elle recevra les ateliers de l'Esat  (Établissement et Service d'Aide par le Travail) des sept vallées, ainsi que l'École de musique du Lavedan.

Ourout porche      Porche d'entrée de l'enclos du cimetière de l'ancienne église d'Ourout. Photos J. Omnès

Argeles ecole 1
                                                     Argeès école 2

                                              La niche du porche. Photo J. Omnès

À l'exception des murs, subsiste de l'ancien bâtiment, l'entrée latérale, en haut des marches. Abritée par un auvent, qui protégeait une statue de la vierge qui a disparue depuis la visite de C. Desmoulins en 1842, elle possède un linteau gravé en creux « P. Paillasso : I. Lacôtre  obriers », doublé d'un écusson mentionnant « 1608 IHS et M.  IHS » pour le monogramme de Jésus et M celui de Marie. Le bulletin de la SESV (spécial Argelès) nous fait remarquer que « obriers » était à l'origine à gauche, il a été mal replacé lors de la restauration du linteau. Par obriers entendez membre du conseil de fabrique.
On accède à cette porte par un porche monumental restauré il y a peu. Il est composé d'une arche de pierre et d'une niche sans statue. Il marquait l'entrée de l'enclos du cimetière, qui, d'après Georges Peyruc couvrait 39 lattes soit environ 3000 m² (Bulletin de la SESV 27 de 1996). Il était adossé sur sa partie droite au presbytère, et possédait un escalier à simple volée et un toit à double pente.

Il ne reste rien du mobilier et objets de cette ancienne église, si ce n'est le bénitier qui se trouve à l'église paroissiale.
ourout 001                                                                     L'église à son état initial, d'après un croquis de ? 

Ancienne église Ourout              Partie de l'ancienne église d'Ourout. Chevet, porte, chimboulet. Photo J. Omnes

             Ourout 001        

ourout chapelle 001 croquis SESV spécial Argelès 2017



La ville abrite également la chapelle du couvent des soeurs de la congrégation Filles de la croix Saint-André. Cette congrégation s’est installée à Argelès en 1834, après un logement provisoire  chez monsieur Saint-Pastous. Elles reçurent l’autorisation d’enseigner à des jeunes filles en 1835, puis édifièrent un couvent à partir d’une maison et d’une grange en 1837. Celui-ci fut agrandi en 1858 par l’achat de bâtiments contigus et une donation. En 1957, un étage est ajouté et transformé en dortoir pour les pensionnaires. La chapelle encore visible sera construite en 1967. Depuis ? le couvent est devenu la Maison de la Communauté des Communes de la vallée d’Argelès-Gazost

                                                          chapelle Ourout

                                                                                  Chapelle du couvent




                              Argeles couvent 

                Ancien couvent devenu la Maison du Pays des Vallées des Gaves.
.


Chapelle du Sacré- Coeur -de- Montmartre

   Argelès bas     Villa Sacré Coeur

À  gauche, ancienne chapelle et presbytère construite en 1929, pour la colonie de vacances du Sacré-Coeur de Montmartre, devenue depuis 1991, propriété de la paroisse, pour recevoir  les oeuvres sociales. Voir la villa Bernadette dans le dossier Villas balnéaires.

Chapelle du château d'Ourout.  Dans: "églises, châteaux ,fortifications de la Bigorre " de Raoul Deloffre et Jean Bonnefous, nous avons les détails suivants :
"A noter enfin dans le parc au sud de la tour ronde, une petite chapelle rectangulaire sans prétention. Elle est orientée Nord- Sud, juchée sur une petite dénivellation et on y accède par un étroit escalier. Elle est également construite en blocs de moraine parmi lesquels domine le granite. Un retable en bois doré provenant d'une chapelle démolie à Esquièze en est le plus bel ornement. Les fresques sur les murs sont inspirées des peintures de la voûte de la chapelle de N.-D. de Piétat au sud de Saint- Savin." Elle abrite l'ancien banc des seigneurs d'Ourout de la vieille église Saint-Saturnin.



                                                                                           VIEUZAC

Vieuzac, second village qui, avec Ourout a formé la commune d'Argelès-Gazost a perdu sa personnalité juridique en 1824, ainsi que sa nomination paroissiale, l'église d'Ourout prenant  le relais. L' église de Vieuzac, dédiée à saint Pierre, fut vendue en 1860 à Mme veuve Lassalle, puis en 1872 à Michel Alicot qui l'a démolie pour agrandir son jardin. Elle se trouvait à proximité de la tour, et était initialement propriété d'un l'abbé laïque. Elle abritait une chapelle dédiée à saint Jacques régie par une confrérie de Saint-Jacques qui venait en aide aux pèlerins. Le maître-autel et une cloche auraient été récupérés pour l'église d'Ourout (1) qui sera partiellement démolie et transformée en école, ils passeront par la suite à l'église paroissiale actuelle d'Argelès-Gazost. Une plaque commémorative rappelant le rôle de l'église Saint- Pierre a  été inaugurée  le 8 août 2015.

 
Vieuzac 

Eglise Saint-Pierre, auteur et date de la gravure ou du dessin inconnus.

                                                         Plaque

                                                                    Inauguration de la plaque commémorative

(1) Argelès et ses vallée d'Henri d'Agrain.


                                                                                  2)   ADAST

C'est  une église romane très remaniée, qui jadis avait un clocher-mur à deux cloches, typique du Lavedan. Une partie de l'église  date du  XVIIIe siècle, mais il y a très peu d'archives sur sa construction. Vers 1857, on y a ajouté la sacristie et la chapelle nord. Le clocher-tour  date de 1887. Il a été construit après effondrement de l'ancien en 1860, qui remplaçait déjà le clocher-mur d'origine. 
Dédiée à saint Barthélemy, cette église parait moderne, malgré son tympan roman historié (probablement du XIIIe siècle) en réemploi, situé au-dessus de l’entrée intérieure. Ce dernier abrite un chrisme orné d’un cercle de palmettes, d'un diamètre de 38 cm, assez peu commun et de belle facture. Les personnages qui l’entourent ne semblent pas du même sculpteur. Ils sont plus frustres.  Le chrisme est  supporté à bout de bras par un homme accroupi. Il est entouré de personnages énigmatiques : à droite, deux personnes. La première a été assimilée à l’archange Michel qui tiendrait enchaîné le monstre dragon à ses pieds. À sa droite, le personnage debout plus petit, vêtu d’une robe courte ou d’une chemise serait censé représenter pour certains auteurs,   sainte Marguerite, sainte Mathilde ou Marthe, pour d’autres l’Eglise. A gauche du chrisme, deux « enfants (?) » semblent danser sur un personnage allongé. Celui–ci, tiendrai semble –il une pierre, dans la main de son bras droit levé. Certain auteurs y voient une scène de lapidation, les deux « enfants » seraient censé jeter des pierres. L’ensemble serait une interprétation théophanique représentée l’Apocalypse selon saint Jean, quand l’archange Michel vient terrasser le Mal (dragon).

Une analyse fine des deux scènes a été réalisée en 1974, par Marie-Louise Thèrel pour le bulletin de la société nationale des antiquaires de France (1).

À l'intérieur la neuf unique est bordée sur la gauche par une petite chapelle.  Sur l’autel, le petit tabernacle du XVIIIe siècle décoré par le symbole de la Trinité a été rénové en 2002. Belle statue sur socle, d’une Vierge à l’Enfant. Les vitraux ont été offerts par les filles du célèbre docteur Calot (Berck), qui était alors domicilié au château Miramont ; ils datent des années 1920. Ils représentent à droite, saint Joseph  (vitrail en mauvais état qui risque de tomber) et à gauche Marie et son Enfant.

En 1759, Cyprien Despourrin, seigneur de Miramont a été enterré dans l'église, puis à l’extérieur lors de la rénovation. Nous n'avons pas trouvé de trace de sa pierre tombale. A la disparition du cimetière contigu, il est possible que la tombe se soit trouvée sous l’emplacement de l’actuel du parking. Pour le moment nous n’avons trouvé aucun texte à ce sujet.

(1)   https://www.persee.fr/doc/bsnaf_0081-1181_1974_num_1972_1_8161

 
Eglise dAdast

                                                                            Église d'Adast. Photo J. Omnès

                                                  Adast chrisme 2 
                                                                                                Superbe chrisme
                                                                       Adast chrisme

Adast 2                                                               Dessin de Bernard Pousthomis pour la SESV
 

                                                adast autel



                                            Bénitier de Lau
                           Bénitier Curieux, socle évoquant semble-t-il une fleur de lotus ?

Adast tabernacle adast vierge

                        Adast fonts   Adast vitrail

 

                                                        Adast tribune

 


                                                                             3)   AGOS-(VIDALOS)


L'église dédiée à saint Hippolyte, à la tour carrée, est située sur un monticule, probablement une ancienne motte féodale (1). Elle a pris la  place en 1826, d'un ancien prieuré. Le village a été peuplé autour de ce prieuré en 1257, grâce à une charte du comte Esquivat de Chabanais qui accordait alors des avantages fiscaux. C'est le comte de la charte de la tour du moulin médiéval de Lourdes. L'entrée se fait par le jardin.

(1) Il a été découvert en 1975 puis en 1977, dans un jardin proche du presbytère, cinq sépultures du VIIIe au XIIIe siècle, construites sur les ruines d'un habitat de l'époque aquitano-romaine, riche en poteries indigènes et importées. L'une des sépultures est exposée au Musée pyrénéen (cimetière basque). Voir dossier Préhistoire-Protohistoire.

À l'intérieur, la nef centrale est bordée par deux chapelles latérales, dont celle de la Vierge qui possède un beau tableau fin XVIIe siècle (mentionné dans l'inventaire épiscopal de 1781) représentant la Sainte Famille se penchant avec douceur sur l'Enfant Jésus. Le tabernacle du maître-autel de la fin du XVIIe siècle est de l'atelier Jean I  Soustre d'Asté qui travailla avec le doreur Jean Catau. Il ressemble à celui de Vidalos avec son Christ unique surmonté d'une tête d'ange et encadré de deux personnages. Notez à gauche du Christ, la Vierge qui pleure et à droite, Jean avec sa plume qui écrit son évangile. Le bas-relief de droite représente les âmes qui échappent à l'Enfer, aidées par des anges. Derrière l'autel, trône un saint Hippolyte (officier romain avec une épée bien longue) en stuc blanc arborant sa palme de martyr.

Historique
En 1093, l’église d'origine a été donnée au couvent de Saint-Savin (Sén Sabi) par les seigneurs locaux. Cette donation fut confirmée  par le pape Alexandre III. En 1660, lors du tremblement de terre, l’église dut être en partie reconstruite et c’est au XVIIIe siècle que nous avons un descriptif bien précis, lors de la visite épiscopale de 1781. L’église fut rénovée en 1826, et le clocher élevé en 1832-1835. C’est à cette époque que furent construites  la tribune et probablement la chapelle Saint-Joseph et la sacristie. La Vierge de la chapelle de la Vierge fut restaurée en 1963 (dorure à l’or fin). Au XIXe siècle, de nombreux accessoires furent offerts par des villageois, dont les cloches (1818, 1865) des statues (1901-1905), des vitraux (1885). On peut noter que l’église ne possédait pas de confrérie, ni de relique.
« On rapporte que lors de la démolition de l'ancienne  église, il y a environ 30 ans [1828], on trouva une pierre sur laquelle étaient sculptées les armes des Templiers; elle fut enfouie, au dire des uns, sous les dalles du portail de la nouvelle église, au dire des autres, sous le seuil de la porte du presbytère. » Bulletin de la société académique des H-P, 1858. Instituteur Beauxis. Cette information est rapportée par Robert Vié, SESV de 1983 (page 179).
Un descriptif précis réalisé par Hubert Mathieu se trouve à la disposition des visiteurs à l’entrée de l’église.

       entrée eglise Agos Vidalos 
       Eglise Agos Vidalos

                                                                  Entrée de l'église

                                                     Agos plaque

                      Plaque : Mgr Lacrampe archevêque de Besançon a été baptisé dans cette église

Agos autel  

                                                        Agos saint 1

                                                   Saint Hippolyte. Photos J. Omnès

                                          Agos tabernacle     
               Agos tabernacle détail 

 Tabernacle de Jean  Soustre, détail. Photos J. Omnès

Agos tabernacle                                                                         Tabernacle chapelle de la Vierge


Agos toile                                                                          La Sainte Famille, chapelle de la Vierge

                            Agos Fonts Bapt      Agos vierge

                                                         Fonts baptismaux. Photos J. Omnès

                                     Agos tribune

                                                                                           Tribunes


                                                                        3)     ( AGOS)-VIDALOS  
                                    
                                                                                                                               
   Eglise dAgos-Vidalos 1876                                                                        Église de Vidalos Photo J.Omnès

 Vidalos tabernacler          Vidalos étendard

                             Tabernacle,    étendard de Saint-Michel

L'église Saint-Michel a été édifiée au XIXe siècle. Beau tabernacle. La croix processionnelle a la particularité d'avoir le Christ d'un côté et la Vierge de l'autre. Lors des messes d'enterrement, la face du  Christ devait être présentée au défunt ; dans le cas d'une femme, c'était la Vierge qui devait faire face à la défunte.

       Vidalos croix   Vidalos croix Marie

                                                 Croix processionnelle avec Jésus et Marie. Photos J. Omnès


                                                                         4)   ARCIZANS-AVANT


L’église Saint-Martin, d’origine romane, a été entièrement restaurée au XVIIe siècle. Elle est classée à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Son clocher barlong (rectangulaire) à double impérial galbé et couvert d’ardoise, date de 1759. Au milieu du toit, un clocheton abrite un chimboulet, c’est-à-dire une petite cloche au son clair qui annonçait l’élévation durant la messe. Un petit chrisme roman de 59 cm de diamètre orne la porte latérale de 1733. Une croix latine remplace le P (Rho) habituel et l'oméga classique sous forme de w est remplacé par un genre de fouet à battre le fromage, la lettre est suspendue non pas sur sa branche habituelle du X, en face l'alpha, mais sur celle plus basse ; l’alpha est collé au cercle et les S semble être un serpent au pied de la croix. Le sculpteur semble avoir oublié les codes de la symbolique du chrisme

L'orientation de cette église est assez originale. Elle n'a pas suivi l'orientation habituelle est-ouest (vers Jérusalem), mais a été édifiée avec une entrée sud-est afin que le soleil puisse pénétrer dans l'église, le jour de la Saint-Martin (11 novembre). Elle a été classée le 21 mars 1975, à l'inventaire supplémentaire des M.-H., et sa dernière restauration, sous l'égide de l'architecte des BDF, date de 1998.
Rare église ouverte à la visite.


Eglise dArcizans-Avant  Chrisme de léglise dArcizans-Avant
        Église d'Arcizans-Avant et son chimboulet.                     Chrisme simple.  Photos J.Omnès

Arcisans avant

                                                                           Dessin de  Bernard Pousthomis pour  la SESV
                        
Arcizans cuve                                       Cuve monolithe, ancien baptistère ? Photo J. Omnès


À l’intérieur

Nous avons une abside circulaire, deux nefs collatérales et une voûte étoilée. Beau retable doré, rococo, à quatre colonnes torsadées où le Christ et la Vierge avec saint Martin côtoient saint Pierre (à gauche) et saint Paul (à droite) abrités dans de fausses niches à décor baroque. À l'attique, le Saint-Esprit domine l'ensemble (1) ; de part et d'autre, deux anges adorateurs. Il aurait été réalisé avec le tabernacle vers 1750-1760. Il est mentionné" tout à fait neuf, très brillant et très délicatement travaillé" dans l'inventaire pastoral de 1781. On pense aussi l'attribuer (avec le tabernacle) à Claverie, à cause de sa facture identique à celle de Villelongue.
Lutrin en bois polychrome. Le bénitier  en marbre noir veiné date du XVIIIe siècle. Un second bénitier  monolithe de pierre, aux lignes  épurées, ornée sur le socle, de quatre besants est situé près d'une chapelle latérale. La première tribune à balustres daterait du XVIIe siècle, il est possible que la seconde ait été ajoutée au XVIIIe siècle ; elle est mentionnée dans l'inventaire pastoral de 1781. La cuve baptismale monolithe, daterait du XIe siècle, elle est protégée par une double porte galbée ajourée de très belle facture baroque du XVIIIe  siècle. Elle ressemble à celle de l'église de Villelongue.
Les chapelles latérales sont consacrées à Notre-Dame et à saint Pierre. Dans celle de droite dédiée à saint Pierre, une toile du XVIIIe siècle restaurée en 1998, grâce à la générosité des habitants, présente le reniement de saint Pierre. Son auteur n'est mentionné nulle part.

(1) Au XVIIIe siècle, le Saint-Esprit remplace Dieu le Père.   

Arcizans Avant 1                                                                   Le  maître autel. Photo J. Omnès     

Arcizan Avant 3                                          

                Arcizanns A 6   Arcizans A 4

                                                                     Saint Pierre et saint Paul Photos J. Omnès
                               
Arcizans tabernacle

          Arcizans A. Tableau      Arcizans A Toile

Chapelle Saint-Pierre, le reniement de Pierre, toile du XVIIIe siècle restaurée en 1998, auteur inconnu. Photos J. Omnès.

Le Reniement de saint Pierre                                                               L'original au Rijksmuseum à Amsterdam, galerie Rembrandt 

        Arcizans A Chapelle           Arcizans A memorial                          

                                                       Chapelle  de la Vierge ; mémorial guerre 1914-1918

    Arcizans A lutrin         Arcizans A            


Arcizans tribunes            
           Arcizans baptiere  

Double tribune et baptistère du XIe siècle protégé par une armoire baroque.       Photos J.Omnès

     Arcizans bénitier    Arcizans A statue       
              Bénitier monolithe médiéval,   orné de quatre besants. Photo J. Omnès                                  


                                                                        La chapelle Saint-Roch

Arcizans-Avant abrite depuis des temps immémoriaux une chapelle dite de Saint Roch.
Nous avons connaissance de son existence dès 1656, grâce à un testament au nom de François Failhe-Debat, au bénéfice de ladite chapelle, rédigé par le curé Ostalis. Puis, de 1658 à 1697 nous apprenons, grâce à divers legs d’objets et ustensiles sacerdotaux, rédigés par le notaire Péré, que la chapelle avait parfois le nom de N-D de la Castère, du nom du lieu-dit.
La préparation des visites épiscopales en 1781, par le curé de la paroisse, Jean Lagarde, nous informe que la « chapelle champêtre » était bien lambrissée, planchéié, bien blanche et éclairée par cinq petites fenêtres (ADHP –G 1465). Par le même curé, lors de l’enquête épiscopale des paroisses de 1783, nous savons qu’elle « paraissait fort ancienne » et qu’elle était à l’origine de deux pèlerinages, le premier, la veille de l’anniversaire de la naissance de la Vierge et le second à la saint Roch.

Une légende nous raconte cependant que son origine remonte à une époque lointaine où un novice de l’abbaye de Saint-Savin découvrit en ces lieux le cadavre d’un chevalier assassiné. Une chapelle expiatoire aurait alors été construite à l’endroit du crime.
Lors de la Révolution, la chapelle et ses terrains attenants furent vendus aux enchères au sieur Soulé (ADHP-1Q-45).

 Le 3 avril 20015, André Cuel, du village, cherchant son emplacement pense l’avoir trouvé au lieu-dit de la Castère, parcelle communale 102, aux croisements des positions VGS 84 (degrés décimaux) latitude  42. 993305556- longitude 0.10650000. En fait c'est au bout du chemin de la Castère (dera Castera) sur la hauteur, à droite du pylône. Ses restes de soubassements sont enfouis sous la végétation. Il faut avoir un œil averti. Espérons que la DRAC passe un jour mettre en valeur cette découverte. 
Mais en attendant, la municipalité a procédé en 2021, au débroussaillage de la zone et préparé un début de mise en valeur.

Accès

Au village, prendre le chemin qui donne accès au pylône sur la hauteur visible de loin. Presque au sommet sur la gauche une plaque de schiste indique l’emplacement.

Monsieur Cuel a réalisé un plan de masse qui laisse entrevoir une surface de près de 100 m². (1) . Plan ci-joint.
http://www.archivesenligne65.fr/collection/7593-proces-verbal-de-visite-pastorale-de-la-paroisse/?n=1

(1) Semblables à celles des chapelles St-Barthélémy à Bernicaze ou Saint- Georges (Sen Yorli)  à Aspin

chapelle Arcizans   Plan de la chapelle réalisé par André Cuel en 2015, avec son aimable autorisation


  chapelle st Roch

                                         St Roch 3

            L'emplacement se trouve dans le creux où ont été déposée les branchages du dégagement du site
Photo J. Omnès, juin 2021

Arcizans Saint Roch                                                                              Carte Cassini XVIIIe siècle



                                                                          5)  ARTALENS-(SOUIN) 1846

L'église romane d'Artalens dédiée à saint Pierre  possède un chrisme de 70 cm sur linteau retaillé, dans une couronne composée de feuillages, avec un S renversé. Au XIVe siècle  (depuis 1342), elle dépendait de Préchac. Elle a été remodelée après le fameux tremblement de terre de 1854. D'où les contreforts du clocher.

Eglise dArtalens-Soin                                                                 Église d'Artalens-(Souin). Photos J. Omnès

                                                            Artalens 
                                                  Photo de Philippe Roques ©, avec son aimable autorisation (F B)


Artalens  Dessin de Bernard. Pousthomis pour le bulletin de la SESV


À l'intérieur, beau tabernacle du XVIIIe siècle, mais hélas repeint à la peinture dorée, ce qui donne à l'ensemble un aspect matière plastique. Seules, deux statuettes, saint Pierre et saint Paul  un peu cachées par les candélabres ont échappées au désastre. La statuette supérieure sous le dôme, a disparue, elle e été remplacée par une croix de bois. Une insolite et rare statue de Bernadette, semble t'il en terre cuite, trône sur un socle. Elle représente la sainte sans son sabot de droite, son bas à la main. C'est une évocation de sa traversée du Gave, avant d'avoir eu son Apparition. Elle est signée Ozon et est datée de 1995.

Artalens retable


   Artalens St Pierre         Artalens St Paul                                      

                                                             Saint Pierre et saint Paul. Photos J. Omnès

            Artalens Bernadette 1         Artalens Bernadette 2     

 Soeur Mercedes d'Ozon Artalens Bernadette 3

                 Artalens chapellle2       Artalens chapelle     

                                                                 Chapelles latérales. Photos J. Omnès


                                                                      5) (ARTALENS)-SOUIN (soïn)

L'église de Souin est dédiée à Saint Michel. Beau sol de marbre blanc veiné, tabernacle du XVIIIe siècle.

Souin église 1

 

Souin église 4


Souin église 2


       Souin église 7       Souin église 6

                   Le Tabernacle surmonté d'un saint Michel terrassant le diable ; fonts baptismaux. Photos J. Omnès


         Souin église 10       Souin église 9

                 Les statuettes mériteraient une rénovation, à droite saint Michel , à gauche ?

Souin église 3



 
                                                                           6)  (AYROS)-ARBOUIX 

L’église Saint-Martin en pierre apparente, située sur une butte, aurait été romane, mais elle a été restaurée (très restaurée) au XVIIIe siècle. Des traces de l'ancienne porte sont visibles sur le côté droit en regardant l'église. Clocher rectangulaire (barlong). Le chevet présente quelques modillons sculptés sous forme de boules (besants).
Elle est entourée par son cimetière. Par ailleurs, au XVIIe siècle, une pierre sacrée conservée à l'intérieur avait la réputation de provoquer la pluie si on la trempait dans un cours d'eau.
Cette église est à l'origine de la légende du dragon du lac d'Isaby. Les habitants du village ayant réussi à débarrasser la contrée d'un énorme dragon, utilisèrent ses côtes pour former l'ossature de leur chapelle. A peine construite, elle provoqua des pluies incessantes. Les habitants durent alors reconstruire leur église avec des matériaux plus classiques.
 
Eglise dAyros-Arbouix       
 


     église 2 Arbouix


                                  

Arbouix 1                                                                                    Église d'Arbouix. Photos J.Omnès

   Chevet Arbouix    Arbouix Chevet détail
                                                                      Chevet et détails des modillons. Photos J. Omnès

À l'intérieur, le grand tableau de la crucifixion nous présente saint Martin et en arrière-plan saint Pierre. Le tabernacle en bois doré est relativement chargé de bas-reliefs et de statuettes. La partie centrale représente le Christ Ecce Homo, sujet récurent chez Jean Brunelo. Il est surmonté de Dieu le Père, sortant de son fronton en plein cintre, et lui-même se trouve sous une Vierge à l'Enfant. L'ensemble est encadré par deux cariatides. Les ailes du tabernacle, en retrait par rapport au coffre, sont recouvertes de bas-reliefs et de statuettes dans leur niche. Celles des extrémités  représentent deux évêques : saint Martin et, pense-t-on communément, saint Blaise.

                                 Tabernacle Arbouix    Saint-Martin Arbouix
                                    Tabernacle attribué à Jean Brunelo.               Saint-Martin. Photos J. Omnès  



                                                                               6) AYROS- (ARBOUIX)

Une bien curieuse architecture. Une inscription sur le linteau mentionne 1772. Dédiée à saint Germé, elle possède un petit retable dont le mobilier central est un tableau, représentant une crucifixion avec la présence de la Vierge et du saint patron des lieux. Les deux colonnes  torses agrémentées de grappes, de feuilles et de putti, supportent un attique en relief prononcé, d'où émerge Dieu le Père, tenant un globe dans sa main. Certains experts attribuent ce retable à l'atelier Soustre. Les deux statues de bois doré représentent saint Germé et saint Louis avec son sceptre royal. Le tabernacle est orné du Christ Roi surmonté par Dieu le Père. L'une des cloches a été rempacée en novembre 1958. Son nom : Marie-Bernardette.
 .Eglise dAyros                                                            
  Ayros 1772   baptême dune cloche à Ayros Arbouix
                                                         
   Baptême de la cloche. Photo Nadita Carita

                                                      Eglise Ayros 2
                                                                                                              
                 Vue du cimetière. Photo J. Omnès
          Ayros chevet    Ayros autel              
                            Retable et autel tombeau

                          Ayros St      Ayros Ste

Saint Germé avec sa crosse d'évêque et saint Louis avec son sceptre et le coeur du Christ planté de clous de la passion

  Ayros tabernacle      Ayros rois mages                                                                   Tabernacle. Toile les rois mages. Photos J. Omnès

               Ayros t Joseph         Ayros                                                                                                    Chapelles latérales en marbre blanc


Ayros fonts  Ayros tribune

             Fonts baptismaux, on y trouve une fontaine en marbre noir, tribune 


UNE INSOLITE CHAPELLE, LA CHAPELLE DE BOUIX

Ayros-Arbouix, dans le quartier de Bouix, abrite une étonnante chapelle privée. Construite en 1893, elle  appartenait à l’abbé Hippolyte Lacaze professeur à Paris dans le 5e arrondissement. Il la vendit, avec la maison attenante, en 1913, à son oncle Bernard Lacaze, alors curé en Lot et Garonne. Un peu grande pour une simple chapelle familiale, on peut se demander à quoi pouvait-elle servir, sachant que chacun des deux villages proches, Ayros et Arbouix avait sa propre église paroissiale. En très bon état de conservation et très bien entretenue, elle  possède un beau vitrail et un plafond décoré de fresques. Propriété privée elle ne peut être visitée. 

                            Ayros chapelle 3    Ayros chapelle 4

                      Ayros chapelle 2

                     Ayros chapelle 7 1    Ayros chapelle 7 2

                                 Ayros chapelle 5


 
                                                                         7) AYZAC(Aïzac)-(OST) 1846


L'église Saint-André d'Ayzac, d'origine romane, a été remaniée aux XVIIe et XVIIIe siècles. En forme de croix latine, à nef unique et  deux chapelles latérales, elle est terminée par un chevet semi-circulaire. Le clocher-porche est protégé par un toit d'ardoise à quatre pentes. La porte initiale située au sud et donnant sur l'ancien cimetière a été murée.

À l'intérieur
Contre une abside en pierres apparentes, trône un admirable retable fin XVIIe-début XVIIIème siècle. Au centre, une crucifixion encadrée par deux statues en ronde bosse : Saint- Jean et Marie-Madeleine avec ses longs cheveux, se détachent d'un fond de nuages peints sur une toile. De part et d’autre de celle-ci, siègent deux grandes statues : à droite, celle de Saint -André, à gauche, celle de la Vierge Marie tenant l’Enfant Jésus dans ses bras. Chacune de ces statues est encadrée par deux colonnes torses avec feuillages. Ce retable avec le tabernacle est attribué à l'atelier Claverie de Lourdes.
La chaire comporte un dorsal surmonté d'un abat-voix à lambrequin.
Deux chapelles complètent l'ensemble, celle de la Vierge à gauche et celle de Saint-Roch à droite.

Eglise dOst    
 Ayzac Retable 2
                                                        L'église d'Ayzac et son retable. Photos J. Omnès
 

 Ayzac tabernacle  

Ayzac tabernacle 2 2
                                           Tabernacle richement décoré attribué à Jean Claverie. Photos J. Omnès
                               
Ayzac chapelle 1      AyzacSaint Roch              
                                  Chapelle de la Vierge et chapelle de Saint-Roch avec son chien

  Tribune Ayzac     Ayzac fonts
                  Tribune de l'église d'Ayzac et fonts baptismaux surmontés d'une statue de la Vierge. Photos J. Omnès

                                                                                7) (AYZAC)-OST(Òst)

          Eglise dAyzac          Eglise dAyzac 2
                                                           Èglise d'Ost. Photos J. Omnès

                                                                                    
Dédiée à sainte Lucie, elle est d'origine médiévale et fut reconstruite au XIXe siècle. À l'intérieur, plafond en voûte étoilée.
Nous savons que le premier curé fut nommé en 1280. Et qu'en 1342, la paroisse d'Ost (armée) fut placée  sous la juridiction de l'archiprêtre de Salles, avec toutes les paroisses de la vallée de Bat-Surguère.
En 1846, le village fut rattaché à Ayzac et en 1921, Monsieur et Madame de Lavedan de Cazaubon de la famille des seigneurs des lieux, revenant d'Argentine,  restaurèrent l'église et lui offrirent l'autel et le tabernacle en marbre blanc. Le bâtiment et l'intérieur avec son tableau de  La Crucifixion ont été rénovés en 2010.
C'est en 1668, que le clocher-mur traditionnel dans le Lavedan, fut remplacé par un clocher-tour à quatre pans de murs, plus solide pour recevoir des cloches.

     Ost église autel
    Eglise dOst                                                                             Ost, autel et tribune. Photos J. Omnès

À l'intérieur, le choeur, séparé de la nef par un balustre de bois, est dominé par une toile du XVIIe siècle (1651) représentant le Christ au Golgotha. Il est entouré de quatre personnages : la Vierge en robe rouge (la passion), et manteau bleu (la virginité),  à ses côtés saint Jean, l'apôtre préféré de Jésus en vert (l'espérance), Marie-Madeleine, au pied de la croix,  en jaune (la lumière) et sainte Lucie sur la droite qui semble en présentation hors de la scène porte, pleine de douleurs, ses yeux sur un plateau  et de l'autre main sa palme de martyre. Ce tableau a été restauré en 2010 par Martine Brethes.
Le bénitier, en pierre du pays, est supporté par un socle en forme de poire  qui semble surdimensionné par rapport à la vasque.
Les fonts baptismaux sont recouverts d'une armoire à double porte de forme prismatique à panneaux à claire voie et au sommet conique.
Le confessionnal  à trois pans coupés dont la loge principale, celle du curé, est fermée par  une porte à décor en fuseaux parallèles et rayonnants en partie haute.

Ost toile
 
                                                                      La chapelle de la Madeleine

Cette chapelle se trouve dans le quartier des Cagots d’Ayzac. Dédiée à Marie-Madeleine, elle possède un imposant chimboulet (clocheton) et un chrisme fruste. L'entrée est latérale, orientation Nord. Située dans une impasse sur le chemin de Tanturas (derrière la Fondation Boé), à nef unique et à chevet en cul-de-four, elle a été vendue comme bien national en octobre 1796 (18 vendémiaire an IV), à Lucien Guichard d'Argelès. Elle était enregistrée au cadastre de 1825, sous le même nom. Nous savons qu’elle a été restaurée en 1903, par l'abbé Mengelatte. En 1930, Raymond Hourcastagnou en fit don à la commune. Vers 1957, elle a été sauvée de l'abandon, grâce à l'intervention du guérisseur François-Ferdinand Boé. Elle a de nouveau été restaurée en 1991, par l'employé communal et des volontaires bénévoles. Chaque année à la Sainte-Agathe, aux environs du 22 juillet, a lieu une messe dominicale.
Si son origine médiévale ne fait aucun doute pour nombre de médiévistes et en l’occurrence Bernard Pousthomis qui a étudié son chrisme, (1) Benoît Cursente dans son ouvrage, les Cagots, page 279 (2), la date du XVIIe siècle et nous pousse à « faire le deuil d’une datation médiévale malgré son air de très grande ancienneté (3) ». Pour Bernard Pousthomis, cet édifice est caractéristique des petites églises rurales à nef unique de tradition romane avec abside semi-circulaire « ainsi que l’utilisation de la laie (4) dans la taille du chrisme. Ces faits « nous conduisent à l’attribuer à l’époque médiévale ». Datation qui nous semble plus proche de la réalité, malgré l’absence pour le moment de toute preuve matérielle.

Une rénovation de la toiture avec l’aide de la Fondation du Patrimoine est prévue pour 2024

À l’intérieur : un bénitier simple que l’on pourrait attribuer aux Cagots. L’ancienne décoration murale, ciel bleu parsemé d’étoiles dominé par un ange sonnant la trompette, accompagné d’une colombe, a été badigeonnée de blanc en 1991 ; reste la frise composée de feuilles et de fleurs. La statue de sainte Madeleine est d’origine inconnue.

(1) Bulletin Lavedan et pays toy, 1981, pages 15-16.
(2) Edition Cairn, 2018
(3) Influencé par Emmanuel Garland
(4) Effet de rayures produit sur la pierre par cet outil.
                                                           
Ayzac Egise cagote                                                 Chapelle Marie-Madeleine des Cagots d'Ayzac. Photos J. Omnès

      Ayzac Chrisme cagot    Ayzac Marie-M     

Chrisme médiéval

  Ayzac cagot bénitier     ayzac 001

Bénitier des cagots ; intérieur de la chapelle, suite à une conférence fin juilet 2023. Photo La Dépêche

Question de Guy Trousselle sur Facebook : rapport entre les Cagots et leur choix de Marie-Madeleine pour la dédicace de leur chapelle à Ayzac ?
La réponse est bien difficile car  Marie-Madeleine représente à elle-seule plusieurs personnages : la Magdalena guérie par le Christ, la pècheresse aux parfums délicats et à la belle chevelure et la sœur de Lazare. Laquelle des trois a vu le Christ ressuscité, après avoir assisté à la descente de la Croix ? Cette ambiguïté du personnage en a fit une sainte de tous  les extrêmes « tantôt somptueusement parée de tous ses bijoux, tantôt nue, seulement recouverte de sa longue chevelure en conversation avec un crâne. « Flamboyante pécheresse et modèle de pénitente » aux dires de Jacques Duquesne, elle a évangélisé la Provence. Elle est invoquée pour les peines de cœur. C’est la patronne des cardeurs, des parfumeurs, des plombiers, des prostituées repenties et des tonneliers.

Marie Madeleine 001 Marie-Madeleine pénitente par Johannes Pauwelsz

Pour info, la Fondation Ferdinad Boé, guérisseur décédé de renomée, sur les hauteurs du vilage, rue de la Montjoie, abrite une petite chapelle. Nous ne l'avons jamais visitée.

                                                        Ayzac


 
                                                                                      8) BEAUCENS (Beucens)

Eglise de Beaucens                                                                       Église Saint-Vincent, 1881.


L'église dédiée à saint Vincent remplace l'ancienne église romane. Après le tremblement de terre de 1854, l'ancienne église romane sur les hauteurs du village étant en mauvais état, elle fut en partie restaurée en 1872.  Mais vu sa dégradation, elle ne pouvait plus recevoir du public  Aussi, dès 1881, les messes furent données dans une grange. Après l'achat d'un terrain en 1881, délibération du conseil municipal et accord de l'évêque, une nouvelle église fut construite sur le terrain acheté. Les travaux furent terminés en 1889 et le clocher en 1900.  Elle a été construite d'après les plans de l'architecte G. Larrieu.

Beaucens église 2                                                  Ancienne église, vue du château en 1910

Beaucens 3

Mais, de l'ancienne église peu de documents et de mobilier subsistent, si ce n'est un morceau de l' ancienne table d'autel médiéval découverte en 1976 par R. Coquerel. Longue de 1,45 m sur 0,84 m et 17 cm d'épaisseur, elle présente sur son chanfrein dix demi-boules sur sa partie avant et six de chaque côté, dont l'un est en partie brisé. Analysée par Bernard Pousthomis, celui-ci note que la surface est partiellement layée et comporte deux petites croix de consécration, gravées dans les deux angles de la partie avant. En 1976, elle était placée à gauche de l'entrée, dans le jardin du presbytère. Nous venons de la retrouver en juillet 2018, abandonnée, en partie couverte de végétation dans le jardin arrière. Une demande a été faite auprès de la mairie pour qu'elle soit placée dans l'église, afin d'éviter les dégradations. Cette table est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques (ISMH) depuis 2010. 
                                Beaucens eglise
                                                          Photo de Christophe Cathelain

Beaucens 001                                                                         Photo Bernard Pousthomis

                                         beaucens 3 Photo Dalle 2010 Ministère de la culture

                                      Beaucens 2  
                            Longueur environ 1,50m largeur 0,85 m épaisseur  17 cm.


Beaucens 3                                                Les supports de bois sont pourris. Photos J. Omnès
Le12 janvier 2020, la mairie a procédé à son déplacement à l'intérieur de l'église et à sa mise sur pied composé de quatre blocs de pierre. Le travail a été réalisé par Bruno Azavant, l’employé communal, de façon à être davantage mis en valeur et à être en hauteur, comme il l’était autrefois.

Beaucens 5 3
À l'intérieur, au-dessus de l'autel, trône sous une cloche de verre, une Vierge  de bois polychrome du XIVe siècle. Cette vierge allaitant l'Enfant Jésus, provient de l'ancien hôpital de Bédouret aujourd'hui disparu. Il se situait entre le château de Beaucens et le village d'Artalens (Le panneau indique "Nourrice allaitant un enfant"). La chapelle de gauche, abrite  une statue en bois doré. 
L'église est ouverte les lundis de 14 h à 17 h, les mercredis de 9 h à 12 h, et les jeudis de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h. 

Eglise de Beaucens    bénitier Beaucens 1                   

                                             Église de Beaucens. Bénitier en marbre noir veiné. Photos J. Omnès


           Beaucens N-D de Bédouret         Vierge allaitante                                                                    Vierge allaitant l'Enfant Jésus N-D de Bédouret  XIVe siècle.


      Beaucens Stales                    Beaucens vitraux
Stalles-vitraux :   au centre saint Vincent de Saragosse (né à Huesca) diacre-martyr, patron des vignerons, à droite saint Sébastien et à gauche saint Jean le Baptiste avec son oriflamme, patron des bergers.   Photos J. Omnès  


Beaucens        

                                                                              Chapelle de Bédouret

     Bedouret chemin   Bedouret                                                                                            Le chemin, cairn-montjoie. Photos J. Omnès

                                                                            LA CHAPELLE DE BEDOURET :

Située sur la route de Saint-Orens, sur les hauteurs, entre Artalens-Souin et Villelongue, cette chapelle de Bédouret, (synonyme de boulaie) dédiée à sainte Marie Vetule (1) aurait été construite en même temps que l'église de Soulom. Le chemin y donnant accès a été fréquenté durant des siècles par nombre de pèlerins qui venaient également s'abreuver à la source proche, mêlant piété chrétienne et superstitions ancestrales. Le lieu fait régulièrement l'objet de dépôts de fleurs et d’ex-voto. On peut partir de Beaucens, en se dirigeant vers le château, en prenant un sentier à gauche ou d'Artalens- Souin direction sud-ouest. Il faut compter environ 30 minutes dans les deux sens, mais d’Artalens, on descend et de Beaucens, on monte. La chapelle est mentionnée sur les cartes IGN 1647 ET

Historique :
En fait, nous savons qu'elle existait déjà en 1037 (ou 1040), car une charte de l'abbaye de Saint-Orens mentionne à cette époque, le pont de N.-D. de Bédouret. La chapelle et un hospice attenant, étaient l'objet de dévotions et de legs. Ils étaient situés sur le chemin de Compostelle et des sanctuaires espagnols. L'hospitalet ou espitau se trouvait de l'autre côté du chemin. Durant des siècles, trois femmes qui y vivaient, s'occupaient à soigner les pauvres gens. On les appelait les Bedouretas. La dernière, d'origine espagnole, a quitté les lieux pour Artalens, quand la voûte de la chapelle s'est effondrée (2). Le sanctuaire fut acheté en 1794, par le curé constitutionnel de Beaucens. Il le céda en 1828, à la commune. Mais faute de ressources, il fut abandonné et ne présente de nos jours que des ruines éparses. La vierge allaitant l'Enfant a été placée dans une montjoie de la place Sen Sebastia, j'imagine à Beaucens (ce n'est pas précisé), puis à l'intérieur de l'église de Beaucens.


Construction :
La chapelle aux murs de 80 cm d’épaisseur avait la forme de croix latine avec une nef de de 10 m de long sur 4 m. de large à laquelle étaient jointes deux chapelles latérales d’environ 2,50 m X 2, 50 m, un peu plus grande à droite. Celles-ci étaient dédiées à saint Roch et à saint Marc. Jouxtant la nef, mais avec une entrée par la chapelle de droite, avait été érigée la sacristie (environ 3 m X 2 m). L’entrée de la chapelle se trouvait sur le côté droit du transept, au départ du sentier.
Par la suite, après l’abandon, fut construit un enclos sur le côté extérieur droit, avec les pierres de la ruine et des schistes. Georges Peyruc en 1980, (2) réalisa un plan sommaire nous permettant de mieux comprendre ce tas de pierres éparses. Il mentionne la présence d’une éventuelle table d’autel dalle de 165 cm X 85 cm que nous n’avons pas trouvée et qui était située contre le mur extérieur de la chapelle de droite, sous une niche.

(?) Un rapport avec l’abbaye de Saint-Victor à Marseille ?
(1)    Information de Robert Aymard dans les Sites religieux au Pays de Lourdes.
(2)    Bulletin de la SESV numéro 10, page 189.

bedouret 001                                                                                  Plan Georges Peyruc, SESV, 1980

    Bedouret Hospice                                                                            Bedouret hospices. Photo J. Omnès

                   Bédouret chapelle

                        Bedouret chapelle. Photo J. Omnès

 Bedouret fontaine                                                                                      Fontaine de Bédouret



                                                                                  9) BOÔ (Bò)-(SILHEN)
 

À Boô, l'église romane est dédiée à saint Barthélemy. Avec sa tour-clocher et sa porte classique, située sur un petit promontoire, elle a été remaniée au XVIIIe siècle.  La tour carrée coiffée d'un toit quadrangulaire pointu a pu servir de tour de défense au Moyen Âge. Remarquez le petit clocheton (chimboulet) comme à Arcizans. Curieusement, les marches d’accès sont faites de pierres tombales (on va vers Dieu en marchant sur les morts…). Chevet semi-circulaire.
À l'intérieur, étonnant retable en bois peint en trompe-l'oeil encadrant une toile représentant le martyre de saint Barthélemy. Le peintre ne s'est pas contenté de décorer le retable. Il a également fait profiter de son art, la chaire, les fonts baptismaux et la tribune. Tabernacle en bois doré du XVIIIe siècle. Étonnante voûte en bois peint.
L'église est inscrite aux M.H. par arrêté de 1986       
Photos J. Omnès                                                                                           
                                                                                       
           Eglise de Boô   Boo Silhen 1


Boo Silhen 2                                                      Porte XVIIIe siècle surmontée d'une coquille Saint-Jacques
     Eglise de Boô 2
                            accès à léglise de Boô   Boo Silhen 5 2
                                   Pierres tombales-escalier             Adorable fenêtre trilobée. Photos J. Omnès
                                                                                          
Retable Boô 2

Eglise de Boô chaire        Retable Boô
     

Tabernacle Boô

Vous pouvez constater sur la photo, au-dessus à gauche, que le placard des fonts baptismaux et la chaire sont également décorés. Devant le retable, la statue moderne de la vierge de Lourdes et celle de Bernadette gâchent un peu l'harmonie de l'ensemble.



                                                                               9)  (BOO) - SILHEN

À Silhen, la petite église romane dédiée à saint Vincent (patron des vignerons) est plus tardive, elle est du XIVe siècle. C'est en fait, pensons-nous, l'ancienne chapelle de la maison noble de la famille Ponts, dont on aperçoit quelques ruines en contrebas. Elle faisait partie de l'archiprêtré de Préchac depuis 1342, avec les églises de Boô et d'Asmets.
Située sur un piton, ancienne motte féodale, avec son clocher-pignon à sept redents, elle présente un petit chrisme rond de 58 cm de diamètre, intéressant, sculpté sur le tympan et recouvert d’enduit. Il a la particularité d'avoir le Kristos, le X supprimé. Et un double Rho (P) stylisé qui le rapproche du chrisme de l'église de Saint Pastous, sans le S à la base de la hampe. Une fantaisie du même sculpteur ? Nous sommes loin du chrisme classique.

Eglise de Silhen  Silhen    Silhen
                                                                                   Dessin de Bernard Pousthomis pour la SESV

         Rinceaux Silhen              silhen chaire
              
                                  Rinceaux des travées à Silhen.                          Chaire Photos J. Omnès

À l’intérieur, le retable de la fin du XVIIe siècle est fait de peintures en trompe-l’œil  attribuées à Bernard Donzelot d'Asson. Le décor englobe les portes de la sacristie et les deux travées du plafond lambrissé (un peu comme à l'église voisine de Boô). Le très beau tabernacle de la fin du XVIIe siècle est attribué à l'atelier Soustre d'Asté. Sur la porte, le Christ est accompagné de la Vierge et de saint Jean. Aux extrémités, les deux panneaux sculptés représentent l'Annonciation (Vierge sur le prie-Dieu) et l'Assomption. L'ensemble est surmonté par deux anges adorateurs habillés à l'antique. Très beau décor peint des travées, avec des entrelacs et des rinceaux servant d'abris à des oiseaux  tout en couleur. À gauche du tableau, la statue de l'homme portant un gril (instrument de son martyre ) est celle de saint Vincent, patron des lieux.
L'église est classée aux Monuments historiques. 

             silhen tabernacle  2   silhen armoire

                                                                                                     Armoire baptismale

 
                                    Chapelle du Couret découverte d'une paroisse inconnue

À Silhen (Boô-Silhén) le long du chemin accédant au sommet de la colline le Buala, sur la gauche de la ferme Couret (Courèt), mentionnée sur la carte IGN 1647OT, se trouve un sarcophage qui sert de trop plein à un abreuvoir, alimenté par un captage de source, juste au-dessus.

 Intrigué par sa présence hors agglomération et lieu d'extraction de pierre, nous avons appris des propriétaires de la ferme Couret, qu'à la place de leur triplex à animaux domestiques, il y avait une chapelle !