www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

00 - Les montjoies-croix de mission

Montjoie Betpouey  Montjoie Bun  Montjoie Gazost  Montjoie Segus  montjoie Ost 

Montjoies (mounjoya) des villages lavedanais, modestes éléments du petit patrimoine rural.

Petites constructions en dur, abritant dans une niche, derrière une porte grillagée, une statuette de la Vierge, plus rarement d’un saint ou d’une sainte. Ces petits oratoires, lieux de prière, sont les témoins de la ferveur religieuse populaire, peut-être les témoins d’un passé très ancien. Les villageois y sont encore très attachés : en attestent les bouquets de fleurs fraîches entourant les statuettes.

Lire la suite...

01a - Les fontaines - Lourdes

Omniprésentes dans tous les villages, les fontaines sont, avec les lavoirs, les témoins des anciens lieux de vie et d’échanges de cette région riche en torrents. Une politique globale de remise en état de ce patrimoine pyrénéen a permis le maintien d’une profession qui était en voie de disparition : celle du tailleur de pierre.

Lire la suite...

01b - Les fontaines - De Adast à Juncalas

Beaucoup de fontaines traditionnelles du Lavedan, alimentées par les nombreuses sources du pays étaient creusées dans la pierre locale. De forme simple, elles étaient souvent composées d'un bac central pour les villageois et de un ou  deux bacs-abreuvoirs latéraux pour les animaux. À la suite de l'évolution économique, les communes  édifièrent des fontaines séparées des abreuvoirs avec des formes diverses que n'imposait pas leur fonction, à la différence des abreuvoirs.

Lire la suite...

01d-Les lavoirs

ade2    adast2    agos4

Ces lavoirs qui complètent le dossier fontaines, proviennent du site de l'association Patrimoine des Hautes-Pyrénées de Jean-François Deletang, avec son aimable autorisation. Le site complet concerne les lavoirs du département des H-P, nous n'avons gardé que ceux du Pays des Vallées des Gaves. Voir à la fin du dossier.


Lire la suite...

02 - Les pouralhèras, triplex pour animaux domestiques


Depuis toujours les paysans du Lavedan abritaient leurs cochons, volailles et pigeons dans des abris bien particuliers.

Ces petits bâtiments adossés aux fermes montrent l'importance qu'avait le porc dans la région et surtout la possibilité qu'avaient les Lavedanais d'élever des pigeons. Élevage qui était réservé aux seigneurs dans les régions non protégées  par des fors (actes établissant les rapports entre le seigneur et ses vassaux). Pour maintenir sur place, les montagnards garants de la sécurité des frontières dans ces régions arides, les vicomtes de Béarn et les comtes de Bigorre leur avaient  octroyé certains privilèges, dont également celui de moudre les grains dans leur propre moulin.

Lire la suite...

03 - Les plantiers pour quilles de 9

Il ne s’agit pas à proprement parler de patrimoine bâti, car ce sport  typique du Sud-Ouest peut se jouer dans de simple hangar, mais le plantier fait partie de l’environnement et des usages typiques de notre région (et surtout de celle du Béarn voisin).

Lire la suite...

04 - Les moulins à eau, les scieries, les carderies

L’abondance des cours d’eau, torrents et cascades en Lavedan a permis dès le Moyen Âge, la multiplication de petits moulins à eau ou molis, pour moudre le grain. Saint Orens aurait été, à Villelongue, le premier à réaliser un moulin au Ve siècle. Il faut dire que les fors octroyés par les comtes de Bigorre aux populations locales leur ont laissé une certaine autonomie quant à la construction et à la gestion des moulins, comme pour l’usage des estives. 

                                                                                  Généralités
                                               Moulin de village par ordre alphabétique

  

Lire la suite...

05 - Les rampes et départs d'escalier

 escaliers1 Arras-en-Lavedan  escalier 2 Arras  escalier Aucun  escalier Argelès-Gazost 2  ost 001  escalier Argelès 4

Dans vos déplacements, vous aurez certainement l’occasion de découvrir dans des hôtels anciens, des gîtes installés dans de vieilles demeures, ou des maisons "bourgeoises" de très beaux départs d’escalier sculptés. Ces sculptures représentent souvent des animaux, parfois des plantes ou des fleurs. Au début de nos investigations, lors d'un séjour dans un hôtel d'Argelès, nous avions pensé à des maîtres ébénistes ambulants qui proposaient leurs ouvrages à partir d’un catalogue. La réalité était plus pragmatique. Selon des érudits locaux, ces œuvres étaient commandées à des ateliers spécialisés, comme celui de Claverie à Lourdes. Pendant plus de cent ans (environ 1710-1835) cet atelier a réalisé de véritables chefs-d’œuvre que nous avons retrouvés un peu partout en Lavedan, Pays toy et en Pays de Lourdes : Cheust, Ger, Juncalas, Villelongue, Argelès-Gazost, Lourdes, Saint-Pé… D'autres ateliers ont suivi. Les animaux avaient parfois des valeurs symboliques : le serpent ou le lion devait protéger les biens, le singe, plus tardif était purement décoratif. On le rencontre à l’hôtel Beau Site d'Argelès-Gazost, comme à la demeure des Maisongrosse de Ger. Il existe également entre autres, un beau départ à l’hôtel des Templiers de Luz-Saint-Sauveur et dans la maison du général Maransin de Lourdes (rue du Bourg). Paul Lafon  a réalisé un ouvrage illustré par une carte, de toutes ses découvertes, essentiellement dans le département. Nous l'avons complété.

Lire la suite...

06 - Les portàus, portiques

Portàu Bartrès   Portàu rustique   Portàu Chèze   Portàau Ayros Arbouix

Les maisons importantes se devaient d’avoir un beau portail d’entrée pour accéder à la cour de la ferme. Il devait être assez large pour laisser passer les charrettes pleines de foin. Exception sur le bandeau, le petit portàu de bois du jardin botanique de Gavarnie.

Lire la suite...

07 - Les coueylas, cabanes de bergers

Les coueylas sont des constructions basses en pierre recouvertes de lauzes et de terre qui abritaient les bergers dans les montagnes pyrénéennes, lors des transhumances et de la fabrication artisanale des fromages. Un enclos permettait de rassembler les bêtes pour la traite. C’était comme dit Corbier « le gîte des bergers et de leurs troupeaux dans la montagne. »

Lire la suite...

08 - Les cabenères ou leytés, frigos à lait

                  Leyté Chèze   Cabanère Villenave    Viey leyté 


Les cabenères ou leytés (en vallée de Campan) sont de petits édicules de pierre fermés par une petite porte de bois. Ils  étaient construits près des étables et des ruisseaux ou des sources, afin de conserver le lait au frais après la traite et avant la descente au lieu de vente. Les bidons étaient en partie plongés dans l’eau fraiche et courante. Jacques Longuet en 1997, évoquait la présence du cabenère du Lisey à Cauterets et ceux du plateau de Payolle à Artiguste, au pied du hameau pastoral Escloses. Depuis, prenant conscience de la valeur de ce petit patrimoine rural, un certain nombre de communes ont rénové ces « tabernacles » de pierre, afin de témoigner sur les us et coutumes des bergers. Le plus beau cabenère restauré est celui d’Adast.

Lire la suite...

09 - Les labasses et barrières de bois

Viscos labasses 1    Arras - Les Gerbes  Labasses Saligos 1


C’est le nom en Bigorre de grandes et épaisses dalles de schiste. Elles sont utilisées en Pays des Vallées des Gaves comme protection de merlons des différents murs fortifiés (châteaux et églises) et comme protection de redents des murs pignons des maisons rurales ainsi que pour l’élaboration de dallages. Dressées, elles sont aussi utilisées  comme barrière ou mur de séparation. En voie de disparition,ces labasses ont cependant été à l’origine de belles réalisations par certaines communes villageoises. Conscientes de la beauté naturelle de ces clôtures et soucieuses de perpétuer le petit patrimoine architectural, ces communes n’ont pas hésité à choisir ce genre de barrière, malgré son coût plus élevé qu’une barrière en préfabriqué.

 

Lire la suite...

10 - Les cimetières et leurs tombeaux, les monuments aux morts

3-31 Le cimetière de lEgalité et le château fort6 Tombe collective des écclésiastiques2-33 Tombe du père GiacomoLuz              
                        Les cimetières et leurs tombeaux

"De tous les monuments, les tombeaux sont ceux qui présentent peut-être le sujet le plus vaste aux études de l’archéologue, de l’ethnologue, de l’historien, de l’artiste, voire du philosophe. Les civilisations, à tous les degrés de l’échelle, ont manifesté la nature de leurs croyances en une autre vie par la façon dont elles ont traité les morts… On pourrait faire l’histoire de l’humanité à l’aide des tombeaux."  
 Viollet-Le-Duc

Le décret du 23 prairial de l’an XII (12 juin 1804).

C’est le décret napoléonien  qui fixait les questions funéraires et l’organisation des cimetières. Fondement du  droit actuel, il avait pour but de faire disparaître tous les problèmes sanitaires antérieurs. Les cimetières devaient être éloignés des habitations et les inhumations interdites à l’intérieur des villes, des bourgs et des édifices religieux. C’était la fin des cimetières autour des églises.
(La fin des tombes à l'intérieur des églises avait été diligentée par l'ordonnance royale du 15 mai 1776.)
Les inhumations  devaient se faire « dans une fosse séparée assez profonde et remplie de terre bien foulée et distante des unes des autres. » C’était la fin des fosses communes, des tranchées : on parlait désormais du terrain commun. Et l’article 15, imposait aux communes de fermer le cimetière par des murs afin d’éviter la divagation des chiens errants. À l’intérieur, des fossés ou des haies vives, devaient être réalisés « en autant de parties qu’il y a de cultes différents avec une entrée particulière pour chacune. »

Lire la suite...

11- Les portes, linteaux et les claveaux

 Ousté 1804 Luz 1 1  Saint Savin 3 Esterre 4 Viger

Il était courant dans le Sud-Ouest : Bigorre, Béarn et Pays Basque, de décorer les linteaux de portes de bois ou de pierre, de motifs sculptés. Leur origine est fort ancienne, ils avaient un but magique : éloigner les esprits maléfiques, les démons et sorcières (mau adas) et protéger le foyer et tout visiteur. Cette présentation prophylactique a lentement évolué au fil des siècles, vers des signes à tendance plus décoratives.  Il est sûr que de nos jours, on ne voit dans ces gravures que des éléments d'ornementation.

Lire la suite...

12-Colonnes et plaques commémoratives - calades

André Pineau  colonne 1   colonne 3 001  Cyprien  Solferino 5  Colonne20pont20Napoléon
La Haute-Bigorre est une terre d'élection des colonnes et monuments commémoratifs. Nous avons ainsi : 

Lire la suite...

13- Divers

Les ruches

Dans les régions voisines on peut rencontrer des balcons à ruches. Inconnus ou disparus dans le Pays des vallées de gaves, il a cependant été découvert à Silhen un alignemen surélevé de plus d'une quinzaine de niches à ruches.
Silhen 2
Silhen 1
                        Niche à ruches à Silhen. Photo J. Omnès

Ruche pays dAurel
              Support de ruches du pays d'Aure (vallée voisine). Une porte donne accès au balcon à ruches.



Marjevols
Dessin d'après une photographie d'un balcon à ruches à Marjevols en Lozère

Abreuvoir pour bétail

abreuvoir                                                         A Saint-Pé. Photo J.Omnès