Imprimer

 Ousté 1804  Luz 1 1  Saint Savin 3  Esterre 4   Arrens 23  

Il était courant dans le Sud-Ouest : Bigorre, Béarn et Pays Basque, de décorer les linteaux de portes de bois ou de pierre, de motifs sculptés. Leur origine est fort ancienne, ils avaient un but magique : éloigner les esprits maléfiques, les démons et sorcières (mau adas) et metre son foyer et tout visiteur sous la protection divine. Cette présentation prophylactique a lentement évolué au fil des siècles, vers des signes à tendance plus décoratives.  Il est sûr que de nos jours, on ne voit dans ces gravures que des éléments d'ornementation.

Le linteau, cette pièce de pierre ou de bois reposant sur deux montants ou jambages et délimitant la porte sur sa hauteur, était à l'origine, horizontal. Petit à petit apparait vers le XIVe siècle, le linteau en accolade qui se développe jusqu'au milieu du XVIIe siècle. Ce n'est que lentement, et surtout au XVIII e siècle, qu'il s'incurva pour atteindre une forme arrondie, cintrée, dont le claveau ou clef de voûte, pièce centrale, permettait la stabilité de l'ensemble. Les habitants de ces vallées avaient l'habitude d'y graver tant sur le linteau que sur le claveau ou au-dessus de celui-ci (fronton), divers motifs permettant  d'identifier son occupant, avec nous l'avons vu, des objectifs prophylactiques, ou décoratifs, mais aussi de distinctions sociales ou politiques.
Un ouvrage  De porte en porte en Val d'Azun  par Martine Cazabonne avec une documentation importante a été édité par Monhélios en 2015. 

LINTEAU EN ACCOLADE La Chaumusse                                                                      Linteau en arc en accolade

                                                       Les principaux motifs des linteaux

La rosace. Motif fréquent que l'on retrouve aussi sur les meubles. C'est un élément ornemental, facile à dessiner, car, grâce à sa géométrie, il pouvait être réalisé avec un simple compas.
Le coeur droit ou inversé. Motif populaire et religieux ancien. Il représente l'amour, l'affection. Dans certaine maison religieuse on trouve quatre coeurs en forme de croix (Salles)
La virgule et le svastika. La virgule, élément celte, est censée représenter une feuille de gui, plante sacrée des druides. Elle devait protéger les personnes et les troupeaux en détournant les influences maléfiques. Associé à trois autres virgules, elle forme un svastika où croix à quatre virgules qui devient alors un symbole solaire, représentant les quatre saisons, les quatre éléments (terre, eau, feu, air)  et le mouvement éternel de la vie. Ce motif est plus fréquent en pays basque sous le nom de lauburu. C'est un symbole positif ; il doit attirer sur la maison, bonheur et prospérité.
La spirale ou S. D'origine celte, son symbolisme s'apparente à la course annuelle du soleil. Les six mois de sa croissance jusqu'au solstice d'été  sont représentés par la partie montante du s, et les six mois décroissants, par la partie descendante.
Les motifs végétaux. Les branches aux feuilles stylisées, semblables à des feuilles d'acacia, au bouquet de un, deux ou trois éléments peuvent être présentées avec ou sans un vase, ou avec une base formé de deux virgules opposées. C'est le symbole païen de la fertilité et de la prospérité.
Les motifs religieux. Ils correspondent souvent aux lettres IHS (Jesus Hominis Salvator-Jésus Sauveur des Hommes avec parfois les lettres AM (Ave Maria), les deux surmontés d'une croix. Il s'agit là, de mettre la maison, sous la protection divine. Lorsqu'ils sont complétés par un calice et ou des étoiles à cinq branches (symbole céleste), il peut s'agir de la maison d'un prêtre ou d'un abbé laïque. Parfois, on peut noter la présence d'une coquille Saint-Jacques (à partir du XVIIIe siècle), référence à Compostelle ou d'un ostensoir.
La fleur de lys ou la couronne. Ces motifs indiquent parfois l'orientation politique de son propriétaire : royaliste ou bonapartiste. mais le plus souvent pour le lys c'est a représentation d'un symbole chrétien comme la trinité, ou la pureté.
La fleur à quatre pétales,
gentre trèfle à quatre feuilles, parfois en regardant de près ce sont des coeurs en forme de croix.

La marguerite. Il s'agit là d'un élément décoratif très populaire, il paraît, influencé par Marguerite de Navarre, surtout en Béarn. Laure Latanne -Bey pense au symbole de l'étoile de Vénus
La date parfois accompagnée d'initiales ou du nom ou des initiales du propriétaire, indique l'année de construction de la maison.
Une devise, plus rare en Haute-Bigorre, plus fréquent en Béarn et Soule.
La ou les chèvres accompagnées d'un arbuste ou broutant de part et d'autre un arbuste. Évocation de l'activité pastorale du village.
L'échancrure en forme de lobe souvent surligné par une rangée de demi-boules ou  une échancrure légère en son milieu se dirigeant vers le haut, dénote un linteau ancien, d'époque gothique.
Le quadrilobe ou quatre arcs de cercle encastrés dans un carré, dessin du bas. Ce décor est parfois décoré de motifs divers : des fleurs de lys à l'extérieur ou des besants à l'intérieur, parfois un cœur, symbole récurrent de l'alliance des époux, se trouve au milieu, dessin du haut.
La croix de Malte.  
Le noeud de Salomon. Dans sa forme la plus simple, le noeud de Salomon est formé de deux anneaux entrelacés à angle droit où certains reconnaissent un symbole d’alliance, en particulier entre la terre et le ciel.

qudrilobe 2Voir le dictionnaire des symboles par Jean Chevalier et Alain  Gheerbrant, Robert Laffont, Jupiter, 2000. Et Wikipedia

                                     Villes et villages par ordre alphabétique (Photos J. Omnès, sauf indication)

  Agos
      Agos linteau 2                                                                                  Daté de 1793. Rue Longue
Anclades
                                                                                Anclades


Antalos (Saint-Créac)

Antalos 6

Antalos 2
Photos J. Omnès
Linteau de l'abbaye laïque de la famille Dufourc : JESUS MARIA des deux côtés d'une croix,  SPES NOSTRA, IHS, ANTOINE DUFOURC. Les caractères à droite et à gauche du nom ont été bûchés. probablement sous la Révolution. Il y avait à gauche,  noble et à droite, écuyer. Le claveau dessous qui semble de bois, fixé sur le claveau de pierre marque 1757. Voir l'historique de l'abbaye à patrimoine architectural, églises canton de Lourdes-Est, Antalos.

Arbéost
Claveau du portail plein cintre de l'église décoré de motifs végétaux

Arcizans-Avant

                                                                                   Arcizans-Avant 

Entrée XVIIe siècle, d'une maison noble, Hélas la porte moderne dépareille un peu l'ensemble ainsi que la lampe sur le linteau. Photo J. Omnès

Arcizans-Dessus
Arcizans-Dessus 1 001
Claveau daté de 1760, gravé du nom du propriétaire Abadie. Belle porte au décor quadrilobé autour du heurtoir en forme d'anneau et encerclé de motifs géométriques en relief.

Arcizans                                                                         Linteau daté de 1753. Photo J. Omnès 
Argelès-Gazost


Claveau Argelès     Arrens 1
Linteau du presbytère, une lettre B se trouvait scellée au centre (traces de rouille). Probablement celle de la famille Bergugnat, ancien propriétaire. A droite, sur la route de Pierrefitte ; probable maison religieuse. Photos J. Omnès

Ourout 8      Argeles 3
Château d'Ourout. Photo J. Omnès

argeles
Linteau Renaissance, arc en accolade, place

Arras-en-Lavedan

                      Arras maison    Arras doumec

À gauche, belle porte cochère du XVe siècle, composée d'un arc en ogive doublé d'un arc plein cintre/ Doumec de Granhou. Ce n'était pas l'entrée principale mais l'entrée "technique" La principale est représentée par la photo de droite, le linteau est daté du XVIIIe siècle. Photos J. Omnès.

            Arras 5   Arras6

                                                  Linteau en anse de panier,1885, éléments floraux avec étoile. Photos J. Omnès
                                      
                                                    Arras 7
                                                                             Porte des cagots de l'église paroissiale

    Arras Sacaze       Arras 1787
                                  Maison Sacase 1782                                  Linteau 1787

PEU ET PAIX ARRAS -EN-LAVEDAN  - UNE ENIGME
Lors de nos recherches sur les maisons nobles d'Arras- en -Lavedan,, nous avons appris l'existence d'un doumec qui se trouvait à l'emplacement de l'école. Il se dit, que lors de la démolition par le dernier propriétaire Jean-Baptiste Massot-Bordenave, fils d'un notaire tarbais, qui vendit les ruines à Jean Nogué entrepreneur, ce dernier construisit l'école avec les pierres restantes, dont celle de la tour toujours debout..
Mais l'histoire du village nous apprend que Jean-Baptiste aurait emporté avec lui l'encadrement en pierre de la porte avec son imposte. Sur le claveau de celui-ci il y aurait eut écrit « PEU ET PAIX PIERRE HOR 1654 ». Hor pour Horcentut d'Adas, un ancien propriétaire.
Il l'aurait placé dans sa maison de Sarrouilles près de Tarbes. Nous n'avons trouvé aucune trace de cette porte à Sarrouilles.
En revanche, il se trouve qu'en grimpant au mont de Gez au-dessus des Gerbes nous avons rencontré une vieille maison dont l'encadrement, fait du marbre rouge de la carrière au-dessus possède un imposte sur lequel est mentionné : PEU ET PAIX PIERRE LARDMEIL, ANI 1665.

            Arras linteau    Arras linteau2

Majestueuse porte du XVIIe siècle aux Gerbes, à Arras-en-Lavedan?
arrasi mposte Copie par l'abbé Dulac semble-t-il du claveau du doumec.
Étonnante coïncidence que nous retrouvons la même formule du philosophe Pierre Charron (1648-1718) et le même prénom à quelques kilomètres de distance. Une question se pose : la première pierre a t-elle vraiment existé, dans l'affirmative où se trouve-t-elle ?
Il y avait-il des rapports de parenté entre ces deux maisons ?

Arrens- (Marsous) 
Le village d'Arrens possède de nombreuses maisons anciennes avec de belles portes sculptées.

           Arrens 9 2 Arrens 10

À l'entrée du village, linteau de 1691 avec l'IHS protecteur, suivi de IE les probables propriétaires ; les pieds-droits sont un peu faibles

Arrens 9 1 Fenêtre XVIIe

                                             
Arrens Laurence

   Maison en face de l'église, c’est  l'ancien  presbytère, avec une très belle porte, un vrai chef-d’œuvre. 

                                                                                  Arrens 2 1

Sur le linteau, il est écrit : fait par Soutric Pre (Pierre) d'Arrens-Marsous 1868. Dessous, l'ancre encadrant les armes papales (tiare et clefs de saint Pierre) est le symbole de l'espérance. Un superbe heurtoir en forme de poisson orne le centre de la porte.
Les sculptures épiscopales de Monseigneur Laurence sont représentées par le chapeau d'évêque avec le cordelier à 20 houppes (2X10) encadrant une croix ancrée et surmontée de trois étoiles. Il s'agit du blason de son village natal Oroix. Mais la croix pattée est devenue une croix ancrée Les armes officielles de l'évêque étaient les suivantes : "d'or à la croix ancrée de gueule entourée d'une gloire d'or, au chef d'azur chargé de trois étoiles posées en fasce avec l'exergue Virtus et Lux." 
En revanche, la présence d'une couronne ducale peut paraître étonnante. Cela a t'il un rapport avec le fait qu’il ait été nommé évêque de Tarbes par le roi Louis-Philippe ? En partie basse, les deux branches de laurier symbolisent la puissance et l'immortalité.
Au bas de la porte : croix de procession à une traverse (celles des cardinaux ont deux traverses) et bourdon croisés derrière la Bible.

Sur le claveau de pierre, l’arbre de vie (motif végétal)  est orné par deux virgules à sa base et deux étoiles à cinq branches. L’étoile à six branches à la base serait une référence aux tailleurs de pierre.
Il parait que Mgr Laurence évêque de Tarbes du temps des Apparitions de Lourdes (1858) serait venu dans cette maison pour surveiller les travaux de la restauration de Poueylaün.


                               Blason ville fr Oroix 65.svg                     Arrens serrure 3
                                    Blason d'Ozoir


Arrens ecclésiastique 4   Arme Laurence
À droite, blason réalisé par le même ébéniste Soutric, pour la sacristie de N.-D de Piétat  à Barbazan-Debat

Arrens porte 3
Au bas de la porte : croix de procession à une traverse (celles des cardinaux ont deux traverses) et bourdon croisés derrière la Bible. Photos J. Omnès



                  Arrens 23        Arrens 5 2

 Porte de style Louis XV, avec sculptures en relief représentant des lyres symétriquement opposées à des lys ou de tulipes et plus bas en creux, des coeurs.
Arrens 12                                                                                  Reprise des coeurs de la porte.

                 Arrens 8            Arrens 8
                                                       Une date 1782. Arrêt de fenêtre à la mode locale avec le béret

           Arrens 4 2                Arrens heurtoir
                         Linteau surmonté d'un fronton simple. Heurtoirs classique. Photos J. Omnès

        Marsous 54                Marsous 8
                                                                  Claveau marqué 1752, décor à la coquille. Photos J. Omnès

            Arrens 54     Arrens 89
 
Linteau ancien sur corbeaux, probablement médiéval, anciennement maison du curé au XVIIe siècle, d'où le IHS en creux sur la serrurerie .

                                                                               Arrens 8 1
Linteau surmonté d'un fronton aux motifs encadrés de deux spirales. La porte a de beaux motifs sculptés , mais il faut jouer avec la lumière pour les voir. Photos J. Omnès

 Arrens 43                  Arrens 56                                                                        
                          
 Linteau ancien gothique         Porte à deux vantaux, avec imposte travaillée et encadrement de bois

                                                             Arrens
                                                                Eléments floraux avec "crosses à gerbes"

                                                                             Arrrens 1756
                                                           Décor classique aux losanges, linteau à anse de panier

        Arrens 67                   DSC07519 3

                                                                          Décor à la marguerite, heurtouir ciselé

                Arrens 5   Arrens décor2
                                                               Imposte ajouré, assez nommbreux à Arrens

                                                                                Arrens Camelat
                                                                                                    Maison de Camelat

                  Arrens église          Arrens église 5
                                                            Saint Pierre avec ses clefs  et saint Joseph avec sa hache.

                                                                              Arrens église 2
Eglise d'Arrens, porte du XIXe siècle, réalisée par Pierre Fauret, menuisier-charpentier d'Arrens, en haut présentation de saint Joseph et saint Pierre surmontés d'un décor à feuilles d'acanthes reprenant celle du tympan de pierre.
En bas, les instruments de la Passion.

(Arrens) Marsous

         Marsous 67    Marsous 1822
Encadrement de bois avec un linteau représentant sous la date 1822, une fleur de lys en partie buchée surmontée d'une couronne impériale (?) Peut-être un nostalgique de lEmpereur cherchant à effacer un symbole de la royauté ?

         Marsous         Marsous 2

                         Marsous 3   Marsous 4

             Marsous église     Marsous 28
                                                                                  Porte de l'église

       Marsous 8       Marsous 98
                                                                                       Porte de droite linteau, daté de 1862

Artalens
Artalens  

IMG 0584
                                       Jean- Louis Boudirie, 1869. Photo J. Omnès. Très beau travail de la pierre.

Aspin
            Aspin               Aspin linteau2 2
                                    Belle porte Renaissance en partie enterrée.  Linteau 18 ?

                                         Aspin Edelweis

Aspin                       Mériterait la restauration de la colonnette. Photos J. Omnès

Aspin colonne Aspin2
Étonnant dessous du support haut de l'ancienne colonne. Elle était retenue par un creux et une bosse. L'inscription, soit donne la date 136 .? soit IHS, je pense Ihs comme bénédiction de la maison. À droite, petit chapeau de couverture d'un poteau. Photos J.Omnès

                     Aspin base détail          Aspin claveau
                                  Finesse de détail dans une base de pilier.Photos J. Omnès

Aucun

         Aucun 1732             Auncu Camps
Aucun, 1732. Au-dessus, le claveau est buché  (?) Une fleur de lys ? A droite, Maison Camps, rare décor aux trois virgules encadré de deux vases  surmonté chacun  d'une plante à deux virgules et trois feuilles.
L'élément central du bas à trois feuilles fait penser à un linteau de Juncalas (maison Cahusacq). Ici il est encadré  par deux étoiles à six branches incrustées dans un cercle.

                                                           Juncalas  

                                                             Juncalas, maison Cahusacq

aucun fenêtre
Linteau de fenêtre.
            Aucun 56         Aucun
Linteau avec corbeaux XIIIe siècle, détail du corbeau, 7 rue Barbé chez Isabelle Bagdassarian. Photos J. Omnès
Ce motif se retrouve sur la porte d'entrée en étage de la tour classée monument historique à l'entrée du vllage, ce qui laisse à penser que c'était le même propriétaire d'après J-M Prat, charpentier du village  : et lui fait dire  que c'ette maison, près du ruisseau, pouvait être le silo à grains de l'Ordre. Nous avons la même croix Saint-André à l'église d'Arcizans-Dessus

    Aucun 6        Aucun


Ayros
   Ayros             Ayros
      Maison noble de la famille                        Linteau de fenêtre trilobés et geminée en réemploi
Ayzac-Ost

                                                                         Ayzac linteau

Berberust-Lias

                                     Berberust 1734
                                                                        Linteau 1734 

Berberust 1787                                                                                 
Le claveau indique 1787

Berberust 6 2
Il est indiqué 1853, mais sous la lampe, sur le claveau, il ya une autre date : 1897 ?
 
Berberust RFT
                                                                                     Détail A  R=F=T 1853
Boô Silhen
La maison se trouvant au pied de l'église du village de Silhen, il est fort probable qu'elle était le presbytère, donc son linteau daté de 1783 représenterait un ostensoir, comme à Bun. Reste à trouver l'origine de cette maison.
 
Silhen

Bun

                        Bun3 001  Bun 6
Motifs étonnants sur cette porte de belle facture : dont le croisillon sur le couvre-joints, les roses, noeuds, coquillages stylisés au sommet ; et au niveau de la serrure, de part et d'autre, un curieux motif végétal ou animal, genre serpent  ? 

                                 Bun 4    Bun 8             
Détails Photos J. Omnès

             Bun 1  Bun 2
                                                    Linteau daté de 1889
Bun 5                                                                         Détail de la porte. Photos J. Omnès

Dans le secteur nous trouvons également un claveau de porte sculpté daté de 1913 et  représentant une tige de lierre dont les feuilles encerclent une fleur stylisée à quatre pétales.Cette couronne végétale symbolise l'attachement et la fidélité. 

                                                  Bun linteaux

À droite, linteau de la mairie, ancienne maison de la famille de notables Duf (f)ourc  d'Anthian, dont certains membres avaient été prêtre, d'où la présence des deux ostensoirs auréolés d'une frise en dents-de-loup ; au centre 1836-Joseph Dufourc, père.

Bun porte                           Sur les hauteurs de Bun, belle facture aux motifs XVIIIe siècle. Photos J. Omnès

Bun chapit 2

À la même maison, étonnant et beau chapiteau en marbre blanc


Cheust
Cheust                          St Celse 1780 avec une marguerite classique. Pierre en réemploi du presbytère ?


                   Cheust 2
                                 Linteau 1832. Photo J. Omnès
 

Cheust linteau                                                                                         Claveau 1830

Chèze
                          Chèze
                                     Jésus "sauveur des homme"-Ave Maria, 1621, double arc en acolade

Esquièze
Esquièze porte                                                                 Rare porte des XIV- XVe siècles. Photos J. Omnès

                                     Esquièze1
Ce linteau de porte se retrouve au niveau de la rue comme pour orner un soupirail. Il présente le classique IHS :Jésus "sauveur des hommes" et le non moins classique AM (Ave Maria), suivi de la date-1518 ou 1618 ? Le nom du propriétaire,  Bd (Bernard ?) ACHA, puis plus bas RNAUT est surmonté d'une croix pattée.
 

                                     Esquièze2
J
Monogramme de Jésus IHS et de Marie, suivi de  1624. Le tout surmonté de la croix protectrice du foyer

Esquièze3
La maison de David "so de David" Cette pierre en réemploi est marqué 1583. Elle est accompagnée d'un monogramme de Marie, AM, Le A de Ave est gravé selon la typographie basque avec une barre chevauchant le sommet de lettre (1). À sa droite, le cœur est renversé. Pourquoi renversé ? Les significations sont assez nombreuses pour n’en garder qu’une : le symbole de l’amour. Il est décoré de trois rosaces à six branches et est surmonté par une fleur de lys symbole de la pureté de Marie (2). Sur celle–ci domine un volatile agrémenté d'une croix. La marguerite à gauche, à sept pétales ou entrelacs serait peut-être, selon Laure Latanne, le symbole de l'étoile de Vénus. A l’opposé, à,  droite le nœud de Salomon pourrait-être deux cœurs entrelacés.
 La maison possède un linteau marqué 1788 AL

(1)  Certains auteurs y voient une influence romane.
(2)  Ce mobilier a de nombreux degrés de lectures. On peut y voir aussi  le symbole de la trinité.

bref typo basqueVoir le A basque.

                            Esquièze 2 
                                                                    Photos J. Omnès
Ce linteau en bâtière en réemploi est daté de 1579. Il nous présente la même marguerite ou décor floral à sept pétales ou boucles que le linteau voisin dans le village (Maison David). Mais il est plus riche en personnages et animaux. La date est encadrée par IHS (Iesus Hominis Salvator - Jésus Sauveur des hommes) et le symbole de Marie : AM entrelacés. A droite, est présenté un chasseur à l'arc ou à l'arbalète, accompagné de son chien. Il vise deux chèvres broutant un arbuste, censé être dans l’iconographie locale,  l’arbre de vie (1). A sa gauche  un paysan part au travail avec un instrument aratoire sur l'épaule à moins que cela soit un bûcheron avec sa cognée.  Au centre, la fleur de lys censée représenter la trinité est surmontée de deux volatiles (colombes) buvant dans un calice, symbole de la vie éternelle, surmonté d'une croix. Un caprin et un poisson complètent le décor.

Le linteau présenté au musée pyrénéen est une copie en ciment réalisée par les Le Bondidier.

Celui de Nestalas en ciment se trouve fixé sur le pignon d’une maison moderne ayant appartenue à l’abbé Pragnères, ancien curé de Nestalas, aumônier des cimes et « viandard » d’isards (2) il est l’auteur de « Ã la poursuite des izards (3)» Ce linteau possède quelques détails identiques à celui d’Esquièze. Contemporain des Le Bondidier, on pourrait penser qu’il a été moulé en même temps que celui du musée pyrénéen. On trouvera peut-être un jour, dans une correspondance, son origine.

Mais, ici le chien suit et non précède le chasseur, l’ours remplace la chèvre et le poisson, la rosace a disparue, le paysan-bûcheron est remplacé par un joueur de flute (flaüta) et de tambour à cordes (tunn tunn.
Quant à l’inscription ADIOU SIAT, on pourrait la traduire par au revoir SIAT ?


(1) Ce sujet de caprins broutant un arbuste est présent dans la région sur de nombreux décors, dont sur les fonts baptismaux d'Aucun.
(2) Près de 600 descendus à son actif.
(3) izards avec un z, édité chez Cairn

Lourdes château linteau inscription 1
            Copie en ciment du Musée pyrénéen

                                                    nestalas6

                                                               Copie en ciment de Nestalas

Esquieze Copie
Ce linteau droit est décoré d'un quadrilobe étiré dans lequel est marqué le nom du propriétaire, Pierre Salbat, avec une date, 1845. Il est surmonté d'une étoile à cinq branches. Deux végétaux entrecroisés encadrent et soulignent le cartouche. L'ensemble est bordé par deux ailes en spitrale du style XVIIIe siècle que l'on rencontre souvent dans les retables des églises.

Estaing

Esterre
Esterre 4                                                                     Linteau à fronton. Photo J. Omnès

Ferrière
Très beau et riche linteau gravé de motifs divers : croix pâtée à huit branches bordée par deux virgules, surmontant une croix chrétienne encadrée de deux rouelles et surmontée par deux marguerites, une éventuelle référence à Marguerite de Navarre (nous sommes proche du Béarn), placées à droite et à gauche d'un coeur.
Le cartouche tout aussi chargé nous offre de grandes arabesques  au-dessus d'une date 1841, encadrées  par deux rouelles et surmontées par deux croix basques. Une croix chrétienne  se trouve au centre. Toute cette décoration est bordée par deux spirales. Photo à mettre


Gaillagos
Gaillagos 4
                                Porte transformée en fenêtre avec linteau daté de 1754. Photo J. Omnès
Gazost
                                                                   Gazost
Porte en anse de panier, d'une ferme de Gazost, datée 1617. Photo J. Omnès.

Ger
                                            Ger 3 2
Belle porte de la maison bigourdane, maison Pradas de la famille Poueymidanet, vendue vers 2014 à une personne de Dubaï.

Ger linteau
À Ger (en hauteur) ABIE et 1650. Linteau en réemploi dans la rue principale à l'entrée de la maison Pradas. La maison n'existait pas lors de l'élaboration du plan napoléonnien. Cliché Sassus.

                                                                     Ger  

Photo J. Omnès

Jarret
Maison Canton, linteau marqué 1773 . C'est  l'un des plus vieux linteaux rencontré avec celui de Léret.

        Jarret          Jarret 2

Hameau de Jarret : Léret
léret                                                                         
 Le linteau serait de 1753. Photo J. Omnès

Juncalas

                                                                                  Juncalas

Claveau de la maison Cahuzacq, en bois probablement initialement peint en bleu et marqué1876. Sa signification m'est inconnue. Photo J. Omnès

Juncalas 2              

                                                       Juncalas 1802  1801-1802

Linteau marqué 1802, porte secondaire de la maison où a travaillé Monseigneur Laurence, alors barbier.

Juncalas 1
                     Juncalas 2

Juncals 6

Justous

                                                                         Justous linteau

Linteau Renaissance, semble être du réemploi du fait dela qualité de la maison. Photo J. Omnès

Les Angles

                                                                      Les Angles
                                             Linteau de la faderne des Angles : l'agneau pascal. Photo J. Omnès


 Lézignan
                Lézignan            Lézignan linteau

Lahitte

    Lahitte
                               

                                                                  
Lau -Balagnas
Lau Balagnas 2              
Superbe linteau avec le noeud de Salomon, disparu lors de la scandaleuse démolition de la maison


Lias


       Lias
Marqué 1853

Lourdes

                                                            Lourdes Claveau   
Claveau rue du Bourg, on peut voir les initiales du propriétaire au-dessus, des deux côtés.

                                                                Lourdes linteau2

 À droite, rue du Château linteau daté de 1664. Grange Cassagnous devenue après un rajout d'un étage en 1894, une pension de famille. Voir la photo dossier patrimoine architectural, les granges.

                                       Claveau rue Paix    Lourdes   

                                                          Hôtel Paix
Rue de la Paix : à droite, linteau de l'hôtel dela Paix, peinture de Guy Trousselle, macaron IIIe République.

   CIMG9114   

                                           Lourdes rue du Fort
Cadre et linteau XVIIIe siècle, rue du Fort. Photo J. Omnès

                 Linteau Lourdes                      Galia Londres
Linteau de la maison Cazaux- Moutou, ancien maire de Lourdes et propriétaire du four à chaux voisin. A droite, portique de l'hôtel Gallia Londres. Photos J. Omnès

            Galia                    Lourdes 5
   Le Gallia, détail. A droite rue du bourg, ancienne maison Dembarrère XVIIIe siècle.
Photos J. Omnès


                                Lourdes Dembarrère

Détail du linteau de la maison Dembarrère avec les lettres LD.

   Lourdes 4               Serrure Lourdes
Cité Albert 1er, linteau en béton, copie des linteaux commandés par Margalide Le Bondidier pour le musée pyrénéen. Origine fréquente : le Béarn et le Pays basque. Ici, la chèvre classique de droite a été remplacée par un ours. Photo Fait Eric
À droite, détail de la porte de Dembarrère. Photo J. Omnès

Lourdes 8              Lourdes 8
Beau claveau au coeur, hélas en "désharmonie" avec une plaque 12, de surcroit inutile

Lourdes portique Superbe porte de l'école Auzon. Linteau avec les instruments du savoir : livres, alphabet, compas, mappemonde.


Lourdes                                                      Décor de porte aux arums ? Chapelle du château fort. Photo J. Omnès

 Luz-Saint-Sauveur
      luz porche 3    Luz porte   

                                                                    luz porte 1        Motif floral reposant sur une petite tête d'homme, encadrée de  deux coquilles (Rue du Calihour)
                        


           Luz 1 1                   Luz 1 2
Entrée monumentale classique, XVIIIe siècle, digne d'une entrée d'église. Linteau à arabesques. Curieux motif géométrique (Rue du Caillou)


                 Luz 1793  Luz ferronerie
                          Linteau gothique  daté 1593      Beau travail de ferronnerie. Photo Eth Omi

                    Luz    Luz linteau 2
                                                            Claveau à quatre initiales,  suivie de 1765. Photos J. Omnès

    Luz porte                        Marsous 1
                                                          Motifs de marguerites

Luz prresbytère Linteau daté de 1809, d'une ancienne maison bourgeoise devenue presbytère. Curieux motif à arabesque qui semble courant à Luz. Ce linteau ressemble à celui de la troisième photo. Photo J. Omnès

Luz 4

                                      Coeur inversé avec date : 1768

                                                      Luz fenêtre
                                                      Belle fenêtre médiévale à besants, rue Sainte-Barbe 

Marsous


    Marsous  Marsous
    Photo de droite, claveau marqué 1833. Sur l'imposte de la porte, deux svastikas inversés.
Photos J. Omnès


          Marsous 7                  Marsous 9                                           
              Linteau marqué 1822.                                Le second 1736. Photos J. Omnès


      Marsous 2

                                      Détail 1736.

CIMG9635 2                                                                       Linteau et fenêtre XVII -XVIIIe siècles. Aucune inscription


             Marsous 3
                                                                               Linteau de l'église

Omex


Omex 7 Face à l'église. Etonnant linteau face à l'église 101 ? Surmonté d'un ostensoir, marguerites et branche d'acacia

Omex

                                      Omex 3  
Porte de l'église, 1769

Omex 1                                                1833 avec un otensoir, encadrés de branches d'acacia


Omex 2                                                      Pierre en réemploi sur un pignon, marguerites, calice ?
Ousté

Ousté 1804     
Daté 1804. 
  
                                                          Ousté déco florale
                                                                           Linteau décoration florale

Pierrefitte-Nestalas

                                             Pierrefitte porte
                                   Porte de facture simple, restaurée, encadrement bois

 Préchac

Préchac

Saint-Pé-de-Bigorre


                                                                              stPé 2 

                                                                       Porte de la maison Lias, école Sainte- Elisabeth

   St Pé 8

                                                                                Porte  Saint-Pierre

                 St Pé Eisabeth

St Pé Ste Elisarteh     
   
Institut Sainte-Elisabeth, maison Lias. Très ancienne demeure reconstruite en 1653, par la famille Lias. Les parties les plus anciennes sont situées dans la cour  avec la tour escalier (XVe-XVIe siècles). La porte principale sur la rue (photo du dessus) date du XVIIIe siècle, elle est un bel exemple du travail des cloutiers locaux. Voir Patrimoine architectural Canton de Saint-Pé. Photos J. Omnès

   St Pe 5        Saint Pé claveau 3                                                                                           
Portail de la Mairie, maison du général baron d'Empire Jean-Marie Vergez XVIIe-XVIIIe siècles. À droite, sous les arcades, ce petit bonhomme surmonté des armories de la maison signifierait, selon l'Office de Tourisme " ici vous avez le gîte et le couvert." Photos J. Omnès

          St Pé OT2                       St Pé OT

                                                                    Fenêtre et porte de l'OT restauré. Photo J. Omnès

Quelques linteaux sculptés de Saint-Pé

                                                St Pé5   

         St Pé 2 2     Saint Pé clveau 4
          Fleur sur étoile        Aux armes de la cité (deux clés) surmontées d'une croix. Maison d'un ecclésiastique ?

St pé 9 Etoile à six branches


Sant Pé 56
Sint Pé 34v

Saint Pé claveau 6
Saint Pé claveau 2

    Une poule ? Les éléments animaliers (poule, pigeon, chèvre) sont plus rares que les éléments géométriques

                                      Saint Pé claveau 5

                            St Pé 1847

                                           L'un des plus beaux sur une maison abandonnée. 1847- PH

St Pé linteau 8
                       A l'entrée du village, côté Lourdes



                       Saint Pé        St Pé entrée
                   Dans la rue principale.         Entrée de l'église du monastère. Photos J. Omnès

             St Pé tympan                                                                  Tympan de la porte aux armes de saint Pierre

                                                   St Pé séminaire

                    Entrée du petit séminaire. Photo J. Omnès


St Pé                                                                                              Linteau XVIIe siècle : 1642

Saint Pé 6                                                            Porte de jardin; surmontée d'une croix. Photo J. Omnès

Saint-Savin


      Saint Savin porte 2                      Saint Savin 3

         Linteau gothique arcs en accolade reposant sur deux corbeaux

    Saint-SavinPorte         Saint Savin porte 1

Saligos

   Saligos 1            Saligos 3
  Belle porte avec une curieuse sculpture : un volatile, une clef et un macaron représentant ?

        Saligos 2          Saligos 2 bis 2
                                                         La croix saint André classique -- Vache et fer

     Saligos 7          Saligos 8
                                                                                                     1812 H.P.

       saligos 8        Saligos 9
                          Ancien restaurant d'où les deux chaînes qui soutenaient l'enseigne. J.L. 1869

Saligos 13  Pot avec branche de laurrier
                                       
           Saligos porte 3               Saligos porte 2

Salles

 Salles fadene 2 1
Claveau de la faderne, face à l'eglise, quatre coeurs en croix, celle contre l'église possède le même linteau

Salles                              Croix de Malte 1799. Maison en retrait de la rue principale, en contrebas.

Sassis

               Sassis linteau                    Sassis 1782 2

                              Sassis fenêtre 2              Sassis fenêtre 2 1



Sazos
    Sazos 45            Sazos 56
Dans l'ovale tenu par deux griffons protecteurs de la maison, de ce linteau en anse de panier, il est mentionné  : A. ABADIE-D1831 G- B. ABADIE.  Ce sont les propriétaires de cette abbaye laïque . Cet ovale est encadré en partie haute par deux serpents, symboles de la renaissance (cf les mues) et en partie basse par deux éléments de végétaux.  Sous l'étoile, dans la clef d'arc : une étoile à cinq branches, symbole céleste, bordée  de deux marguerites classiques, deux petites dans un cercle et une plus grande dans un losange. Photos J. Omnès

Sazos 45 3                                                                                                     Détail


Soulom
Cette fenêtre de la fin du XIIIe siècle aux personnages sculptés bien connue des locaux a été l'objet de plusieurs interprétations. ier à sonnaille et à pis, qui semble être une vache. Sur le piédroit de droite se détache un volatile à fleur de lis, mais sur le piédroit de gauche, l'usure du temps a effacé la sculpture.

Pour certaines personnes il s'agit en fait, de la représentation commémorative d'un événement.
Le personnage de gauche ne tient pas une flute mais la tige d'une fleur de lis qui bien visible se déploie au- dessus de sa tête. Cette partie pour une raison qui nous échappe à rarement été observée par les auteurs, alors que la fleur, vue avec des jumelles existe bien. L'homme est prosterné. Prosterné devant la vache. Certains, dont Jean-Marie Prat d'Aucun y voit la représentation d'un personnage historique portant le symbole du choix de l'être aimé, de l'élection (le lys), à genoux face à un vache. Cette dernière pourrait représenter Constance de Moncade, fille de Gaston VII de Béarn (la vache étant le symbole du Béarn). En effet Constance est venue en 1283, en pays de Barèges afin de recevoir des populations leur allégeance et leur reconnaissance en tant que comtesse de Bigorre. Ce panneau commémoratif devait être placé à la porte du pays de Barèges à Soulom. Plusieurs autres dates sont aussi fixées, mais la problématique reste la même : simple art populaire ou linteau historié ?
Quant au volatile, colombe ou coq à la fleur de lys, bien difficile d'avoir une interprétation valable.
En réponse à cette hypothèse de linteau historié Laure Latanne Bey précise dans une lettre que « les seigneurs et rois ne sont jamais représentés sous la forme de leur blason [...] et que « l'interprétation du lys varie selon les époques ».
Faute de pièces écrites nous ne connaîtrons jamais la véritable interprétation de ces sculptures.
Soulom fenetre                                     

                           Soulom        volatile 2

Uz


Uz 8
Viger

       Viger            Viger 7
Maison Albert Abadie. Porte moderne sculptée par le propriétaire. Encadrement et linteau à fronton, typique de la région en pierre dite de Lourdes. Sur la seconde porte, linteau marqué 1760. Photo J. Omnès

         Viger 1 1                    Viger 1 2
Maison Mascaras claveau de porte 1759 et de fenêtre avec une coquille Saint-Jacques : halte jacquaire ?


                  Viger 3  Viger sacristie
                    Porte de la sacristie de l'église arc en accolade marqué 1656. Photo J. Omnès
Villelongue


      Villelongue linteau 2       Villelongue linteau
                             Linteaux en réemploi.                  Motifs géométriques. Clichés Guy Trousselle

Villelongue                                                                                 Maison Arbouix
Viscos
A la maison d'hôte-restaurant, le linteau marqué de 1873, nous présente les initiales des anciens propriétaitres L C. Les moulures de la porte représentent un losange sur chaque battant