www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

01a - Les fontaines - Lourdes

ImprimerOmniprésentes dans tous les villages, les fontaines sont, avec les lavoirs, les témoins des anciens lieux de vie et d’échanges de cette région riche en torrents. Une politique globale de remise en état de ce patrimoine pyrénéen a permis le maintien d’une profession qui était en voie de disparition : celle du tailleur de pierre.



Courriel de @tiago (1). C'est d'autant plus vrai que la plupart des fontaines ayant été entièrement restaurées, souvent bien restaurées, elles laissent une sensation de décor. D'autant que leur utilité a sensiblement diminuée depuis les aménagements en eau courante dans toutes les fermes et étables. Elles font surtout la joie des randonneurs et amoureux du patrimoine montagnard.
Il ne faut pas oublier que ces rénovations ont fait travailler nombre de tailleurs de pierre.
Cela me fait penser que j'y ajouterai, lorsque cela sera possible, les lavoirs qui, parfois se trouvent à côté des fontaines.

(1) Un internaute de Lourdes-actu.fr



Fontaines de Lourdes

Ville de marché et de piémont riche en cours d'eau,mais peu en sources vu sa conformation géologique, Lourdes se devait d'avoir un certain nombre de fontaines et d'abreuvoirs, non seulement pour l'alimentation en eau des habitants, mais aussi de celle du nombreux bétail lors des foires et surtout  par la suite, après les apparitions, de celle des pèlerins et des chevaux des calèches  amenant les visiteurs à leur hôtel, et aussi en excursion.
Lorsque Paul Guth, poète local, comparait l’eau de la source de la grotte à la ceinture bleue de la Vierge, il ajoutait que cette eau lavait les souillures du corps et de l’âme. En fait, de tous temps, les fontaines ont abrité des divinités. C’est ainsi que la déesse Tutela, protectrice des sources était présente sur un hôtel votif trouvé sur l’oppidum de l’actuel château. Il était important que ces lieux de vie soient protégés par des déesses ou des fées. Et Lourdes, petite ville de piémont, possédait  depuis des temps immémoriaux deux fontaines au débit impressionnant, protégées par une déesse : la fontaine aux Trois becs et la fontaine d'Enjouan ou  fontaine dite d’en bas et celle dite d’en haut. Par la suite, en 1837, une seconde source sur la côte de la Baraque (route de Bagnères) alimentera les nouvelles fontaines.

Calèche

                                                                                                                      La fontaine aux Trois becs
Celle d’en bas, la plus ancienne fontaine de la ville, représentant le centre animé de la cité, était située dans son enceinte, rue de la Fontaine la bien nommée, vers la rue du Bourg. Elle fut améliorée en 1811 avec un un bec verseur, des reposoirs pour les seaux et un aigle impérial en terre cuite vernissée dans la niche prévue à cet effet. Puis, elle fut  entièrement rénovée en 1881, par le conseil municipal du 4 novembre  qui décréta :" La ville de Lourdes n'a dans son enceinte, pour abreuver les habitants qu'une fontaine dont la source très abondante sort du mamelon où elle est bâtie. Cette fontaine est dans le plus grand désordre"...
Donc, on régula la sortie de l’eau avec trois becs de cuivre et on édifia six marches pour y accéder. D’où son nom la fontaine aux Trois trous ou Trois becs. Elle est toujours visible, telle qu’elle était en 1881, à l’exception des six bandes de fer pour y asseoir les cruches et de l'éventuel aigle qui n'a fait l'objet d'aucun descriptif. On a jugé bon cependant de surélever la margelle d’accès et de placer un quatrième trou avec robinet, dans la niche de l'aigle. Elle débitait en 1872, 75 000 litres par jour  (assez pour 15 000 personnes). En 1895, vu son débit important 3l/s, on mis sous conduite la source pour alimenter le quartier de Saint-Frai (Hôpital N-D des 7 douleurs). D'après Roger Mézaille dans les Maires de Lourdes, édition Atlantica, l'eau de la fontaine aurait été analysée en 1899, et déclarée "mauvaises en tout et dangereuse"

fontaine 3trous
Fontaine 3 trous. Photos J. Omnès

Trois becs



                                                                                                                  La fontaine d’Enjouan 

La deuxième fontaine la plus ancienne, ou fontaine d'en haut, hors les murs, ou fontaine d’Enjouan se trouvait sur la côte dite d'Enjouan, semble-t-il à l’entrée de la ville, sur la droite, peut être devant l’hospice.  Jean Barbet dans son Guide des pèlerins de 1892 confirme cette position à côté de l'ancien hospice (page 97). On peut supposer qu'elle était à l'emplacement actuel de l'ancienne fontaine du Porche. Son eau, 20 000 litres par jour en 1872, venant de Bartrès, alimentait et alimente toujours la rivière du Lapacca, située en contrebas, près de la piscine. Lapacca qui est actuellement entièrement recouvert . Nous n'avons trouvé aucune photo de cette fontaine. En 1821, elle alimentait aussi, grâce à sa dénivellation, en eau, la fontaine du Porche devant l'église paroissiale, avant son alimentation en 1837, par une nouvelle source située route de Bagnères. Elle devait  donc être assez haute sur la côte d'Enjouan pour pouvoir alimenter par gravitation celle du Porche

                                                                                 La fontaine du Porche

fontaine porche                                                                                                                                   Fontaine du Porche, 1905



fontaine du Porche 2 Place du Porche avec la fontaine au milieu.

Les autorités l'ont déplacé en 1937, à l'emplacement  de la fontaine d'Enjouan, face à l'hospice, à la demande d'un de ses administrateurs (1).  Elle  se trouvait au temps des Apparitions, devant l’ancienne église paroissiale (Voir carte postale ancienne). Edifiée vers 1850, elle est ornée sur chacun des quatre côtés, des armes des barons lourdais, Dembarrère, Maransin et Duprat plus d'un blason de la ville. En mauvais état et avec un bec déverseur trop court (eau se déversant sur la pierre, elle a été restaurée en 2014.

(1) Archives de Saint-Gildard-annales de la Communauté

fontaine porche new     LourdesB Duprat         
Fontaine du Porche à son emplacement actuel, avant 2014. Panneau baron Duprat. Photo J. Omnès

Porche 3
Après sa restauration en 2014. Photo J. Omnès

                   La fontaine-réservoir des Espenettes                           

La fontaine de la rue des Espenettes, avec ses escaliers de pierre locale, est en fait un réservoir d’eau réalisé en 1852 et destiné à recevoir l'eau puisée au gave près du pont du Caoutchiou et envoyée au réservoir par une  machine hydraulique. Le robinet est un robinet de trop plein. Le système de la pompe sera supprimé en 1875.


 
reservoir espenettes
Fontaine-réservoir des Espenettes. Photo J.Omnès


                                                 La fontaine du Foirail   (Place du Champ commun)                                                                           
                                                                                                                                                                                                                                                  
Fontaine Champ Commun
Fontaine-abreuvoirs  place du Champ Commun. Elle servait jadis d'abreuvoir aux animaux, lors des marchés tenus sur cette place. Sur le sommet, un objet était vissé.

                                                                                       La fontaine Nelli

Elle est celle située sur la place Marcadal (place de l’ancien marché). Elle a été construite en 1855, avec ses dauphins d'un "dessin noble et pur" et ses grotesques par le sculpteur réputé de l’époque, Joseph Nelli (1824-1863), frère d’Isidore Nelli, entrepreneur général de la Basilique du Rosaire de 1878 à 1889. Voir la famille Nelli sur patrimoine artistique.
Son déplacement, lors de la rénovation de la place et de l’aménagement de la brasserie Leffe avait été envisagé. Vu son coût exorbitant, le projet a été abandonné. Elle a été rénovée en 2013.

fontaine dauphins  Marcadal 2
Fontaine Nelli, dite aux dauphins. Photos J. Omnès


                                                           La fontaine du Garnavie                                                                             

Derrière les Espenettes, face à la tour de Guigne (Garnavie). Cette fontaine est l'œuvre de l'épouse de l'Architecte des Bâtiments de France, Monsieur Marcos (avant madame Colonel) qui a réalisé la rénovation de la tour. Elle est censée représenter une orchidée (sans rapport avec le style et les matériaux locaux).

fontaine garnavieFontaine du Garnavie. Photo  J. Omnès

                                                                    La fontaine Place Peyramale

La dernière-née des fontaines, réalisée par la municipalité Artiganave en 2013, se trouve près de l'emplacement de l'ancienne fontaine du Porche qui a été déplacée
vers l'hôpital Sainte-Bernadette. Construite en pierre du pays par la société Voldoire, elle épouse le style des fontaines locales.


Fontaine Peyramale
La dernière-née, la fontaine Place Peyramale, en pierre de pays. Réalisation Voldoire, avril 2013. Photo J. Omnès


                                                                La fontaine du chemin des Fontaines

rue des Fontaines
Sur la route menant à Argelès-Gazost, elle a été rénovée depuis peu. Elle est du même style que celle qui se trouvait rue de Langelle et qui se trouve maintenant dans le bois de Lourdes. Voir plus avant.  Photo J. Omnès

                                                                    Fontaine du monument aux morts


fontaine monuments
La fontaine du monument aux morts a été réalisée lors de la transformation de l'ancienne place du monument aux morts, en 1991. Photo J. Omnès.

                                                                                Fontaine du groupe Auzon

Ecole Auzon

L'une des deux fontaines en pierre locale du groupe scolaire Auzon. On dirait un ebaignoire.  Photo J. Omnès
                                                                   


                                                             Fontaines de fonte
  ou bornes fontaines   
                                                                                                                                                                                                   

Fontaine fonte      Bayard                                                                                                                          
 Ces fontaines de fonte fabriquées à Lyon ont été posées dans les rues de Lourdes dès 1852. Au nombre de six., elles étaient alimentées par une machine hydraulique puisant l'eau au pont du Caoutchiou. Et ce, jusqu'à l'arrivée d'eau potable dans toutes les maisons, suivie de l'obligation de retirer les tuyauteries de plomb. Il en reste très peu, dont celle-là, boulevard de la Grotte, près du pont Saint-Michel. Il y en avait une rue de la Grotte, à côté de l'hôtel Saint-Jean, au début de l'avenue du Paradis.

borne fontaine  Lourdes font
Petite borne fontaine sur la côte d'Enjouan. Photo Maires de Lourdes, page 226. Copie fontaine de Lyon au jardin du Palais des congrès.
.

                                                                Divers, au château                                                                                                                                                                                                                                                                          
Joueur de cornemuse     1Fontaine château n
 Fontaine-abreuvoir au  château fort, joueur de cornemuse, et de flute. A droite, fontaine d'un maréchal ferrant avec décoration d'enclume, de marteau et de tenaille. Photos J. Omnès



LOURDES

Les fontaines oubliées dans les environs :

fontaine bois
Fontaine-abreuvoir du bois de Lourdes. Photo J. Omnès



Lourdes bois

Fontaine au bois de Lourdes. L'abreuvoir se trouvait avant son déplacement, rue de Langelle, face à l'impasse Lendrat, près de la ferme Colongue. La fontaine a la même forme que celle de la rue F. Lagardère, chemin des fontaines.


Bois de Lourdes Calvaire
Autre fontaine du bois de Lourdes. A droite, fontaine du Chemin de Croix en pierre du pays. Photos J. Omnès

Grotte du Roy
En face de l'entrée des Grottes du Roy, fontaine- lavoir (bac de droite) totalement recouverte de lierre et de mousse à notre passage. Des éboulements de pierre et de terre sur la droite ne facilitent pas sa visibilité.  L'arrivée d'eau de la source a été obturée. Photo J. Omnès.

Cité secours fontaine
Fontaine à la cité secours de Lourdes. Photo J. Omnès