www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

1 - Lourdes : Les Espélugues et divers

Imprimer       Cheval des Espélugues sculpture sur ivoire de mamouth   Le sorcier dansantDolmen de la Peyre Dusets


 Lourdes, avec sa  vingtaine de grottes, dont son « temple » des Espélugues a été l’un des principaux et des premiers sites préhistoriques de France avec Arcy-sur-Cure. Le réseau hydrographique fort important,  suite aux glaciers du quaternaire a creusé dans les massifs calcaires, nombre de grottes.  Certaines permirent à l’homme de s’abriter naturellement et d’ériger un système de défense, proche des gaves et torrents  poissonneux. Par ailleurs, le cadre naturel et son évolution au cours des siècles a favorisé la juxtaposition ou la superposition de biotopes différents : "les points altimètriques extrêmes du territoire lourdais vont du gave de Pau (365 m) au sommet du Pic du Ger ou Jer (948m). Cela a permis, dans le passé le développement d'une couverture végétale variée, et l'existence d'une riche faune." Jacques Omnès

Tous les chercheurs, tant amateurs que professionnels ont défilé aux Espélugues, dont, dès 1860, Edmond Lartet et Alphonse Milne-Edwards ; les trouvailles furent si nombreuses qu’elles pouvaient remplir des dizaines de wagons à phosphate (sic Durancet). Jusqu’au jour où les pères de Garaison décidèrent d’acheter la colline pour en faire un chemin de croix et pour cela,  de vidanger les grottes de tous les restes humains, d’animaux et les artéfacts réalisés durant des siècles par nos ancêtres. Leurs cadavres servant à la réalisation de plateformes accessibles aux pèlerins. Une partie des trouvailles a « atterrie » chez les « bons pères » et a disparu depuis, une autre partie a été envoyée au Musée de Saint-Germain-en-Laye, dont le fameux petit cheval de Nelli (1893),  et le solde au musée du château lors de sa création en 1920. Depuis cette date,  les dépôts au château se sont multipliés, dont ceux du jeune archéologue à l’époque, Jacques Omnès, auteur de l’inventaire préhistorique et protohistorique des Hautes- Pyrénées (édition G. Mauran). Or, un jour la conservatrice d’un geste inexplicable a supprimé la salle préhistoire-paléontologie, faisant disparaître aux yeux des visiteurs, le riche passé de la cité. Faute d’inventaire, une question se pose,  que sont devenues ces collections ?



Pour compléter cette présentation du patrimoine naturel du Pays de Lourdes et du Lavedan, il nous a paru opportun de publier la partie concernant Le Pays de Lourdes et des Vallées des Gaves extraite de Préhistoire et Protohistoire des Hautes-Pyrénées. Inventaire topo-bibliographique des Origines au Premier Âge du Fer. Ouvrage de Jacques Omnès, publié en 1987 par la Société d’Études des Sept-Vallées et l’Association Guillaume Mauran (267 p., 10 cartes, 3 tabl.). Une partie de l'ouvrage, celle concernant la commune de Lourdes provient de l'article du même auteur réalisé pour la Société d'Études des Sept Vallées, dans Lavedan et Pays toy, no 13 de 1981. Page 67.


L’auteur a été le dernier Correspondant de la Direction régionale des Antiquités préhistoriques. Depuis quinze ans, il restaure de manière exemplaire, avec son fils Pierre, le Castet Naü d’Azun, forteresse des XIIIe-XIVe siècles.

Deux archélogues
                               Deux générations d'archéologues : Simon Cahuzacq et Jacques Omnès. Coll. Christine Cahuzacq

 
Entre crochets [...] mes compléments d'information. La plupart des photos et dessins ont été rajoutés par mes soins  
             
Papa10002

                       Notre père, fouillant il y a fort longtemps, avec les moyens du bord, le sol des Espélugues                                

 


    1-Lourdes                                             Quaternaire

 Tourbières du Lac, Biscaye, Le Monge: De 1951 à 1960, étude géologi­que et palynologique [étude des pollens]  effectuée sous la direction de H. Alimen par carottages jusqu'à 16 m de profondeur dans les dépôts de lacs comblés : lacs qui s'étaient formés après le recul du Riss I. 14 datations au C14 ont été effectuées :

 -Sur le bord de l'actuel lac, 17.215 B.P., à 6,5 m, in­dique la fin du Pléniglaciaire, environ 1.500 ans avant le commencement du Tardiglaciaire würmien.(B.P.= before present)

-    À Biscaye, 15.800 B.P., à 7,95 m, indique le début du Tardigla­ciaire.

-    Au Monge, 14.625 B.P., à 7,6 m, suggère que la couche analysée date du plus ancien Dryas.

En 1976, nouveaux datages par E. Kolstrup en bordure du lac, jus­qu'à 10,16 m de profondeur. 4 dates s'échelonnent de 13.480 +- 140 B.P. à 18.950 +- 400 B.P.

En 1983, M. Mardones et H. Jalut publient de nouveaux carottages faits à Biscaye jusqu'à 12,5 m de profondeur. 7 datages s'échelonnent sur 45.000 ans. Les auteurs proposent 10.200 B.P. pour le début local du Postglaciaire. Au Néolithique, entre 7.900 et 4.990 B.P., il semble que les abords du gisement aient été défrichés. Les premiers pollens indicateurs de la présence de l'Homme (céréales) apparaissent peu après. DE VRIES et al (1). 1960 ; ALIMEN 64 A-B; ALIMEN, SAUVAGE 64; ALIMEN et al. 65 ; LEROI GOURHAN 71 ; JALUT 76 A-B ; KOLSTRUT 80 ; LAMBRINOU, TICHADOU 82 ; MARDONES 82 ; JALUT 83 ; JALUT, MARDONES s.p.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Et_al
.

Lac glaciaire  de Lourdes  espelugues calvaire
         Tourbière au premier plan du lac glaciaire.  Photo J. Omnès                            Les Espélugues. Carte postale



•   Le Rocher mystérieux : dalle de granite, de 6,5x5x2,5 m, reposant sur un affleurement de calcaire en délimitant une chambre de 1 m de haut. Pierre à légende située, comme 2 autres, au sommet du Béout, parmi les blocs morainiques.  Site inscrit.



                                                                                             Paléontologie

•   Les Espélugues (grotte) : Ours des cavernes, Hyène des cavernes, Musée Pyrénéen, coll. Frossard, De Bouille ; Musée de Morlaas, coll. Abeilhé, Bordenave d'Abère. CLOT 1980 ; OMNES et coll.  1980 ;  OMNES 1981 A.

•  Grotte de Hourna, ou grotte Jim :  Ours des cavernes, dont plusieurs crânes, dans cette cavité située sur la limite intercommunale avec Montaut (P.-A.). E. de Valicourt, J.-H. Barthe invent, 1976. PARADIS, BARTHE 1979; CLOT 1980; OMNES 1981 A ; CLOT 1985 C.

•  Grotte du Castillet :  quelques restes de Renne, Cheval et Renard com­mun. J. Omnès invent.,  1977. CLOT 1980 ; OMNES 1981 A; CLOT 1985 C. [Entrée de la grotte du Castillet. Photo J. Omnès. Le fond de l'entrée a été occulté en 2012 par la mairie.]

Entrée de la grotte du Castillet Entrée de la grotte du Castillet. Photo J. Omnès


•  Grotte des Murguettes :  quelques restes de Grand bovidé dans remplis­sage fluvio-glaciare (Riss ou Würm) du karst du Pic du Jer.  M. Lacrampe invent. Musée Pyrénéen. ROBERT et coll.  1973 ; CLOT 1977 A; OMNES 1981 A ; CLOT 1983 B.
[Départ d'Anclades par le chemin des carriers, en face de la cheminée du four à chaux].

•  Grotte Arrouza 2, ou grotte Jean-Michel :  Renne (phalange). M. Lacram­pe invent. OMNES 1981 A ; CLOT 1983 B.

•  Gouffre du Béout : Voir OSSEN.

•  Dolines du Pic du Jer (ou Ger) :  hémi-mandibule de cheval, et autre faune (?), trouvée lors de l'aménagement touristique du funiculaire. Mu­séum de Lyon. OMNES 1981 A
 



                                                      Paléolithique supérieur

• Les Espélugues (grotte), ou Spélugue(s), Spélungues, Espélungue(s), Espalungue(s), Espélunques, Espélagues, Espelungua, ou encore grotte des Trois-Portes, grotte de Sainte-Madeleine, ou grotte de la Madeleine (statue dans l'une des salles) [Plan de Jacques Omnès extrait du bulletin de la Société Préhistorique de l'Ariège Tome XXXIX, 1984] :





Les Espélugues 001
1. Historique :

. 1793. Extraction d'ossements pour la fabrication de la poudre.

. 1830. Fréquentation par les excursionnistes et les peintres ro­mantiques.

. Vers 1850. Fouille paléontologique de Davezac.

. 1860. Fouille préhistorique princeps de A. Milne-Edwards démon­trant « l'existence de l'Homme en grotte, à la fin de l'Epoque diluvien­ne »

. 1862. Continuation des travaux avec l'aide de E. Lartet.

. 1864. Fouilles F.Garrigou, L. Martin.

. 1867-70. Fouilles E. et C.-L. Frossard.

. 1873-75. Fouilles de E. Dufourcet qui assiste à l'aménagement de la caverne en chapelle souterraine: vidange de la majeure partie des couches archéologiques sur 1,5 à 3 m de haut, et ce sur plusieurs cen­taines de m ² .

  . 1885-1887. Fouille de L. Nelli dans des lambeaux de couches enco­re en place, ainsi que dans les déblais répandus devant l'entrée.

  . 1972-1980. Recensement, étude et publication du produit des an­ciennes fouilles sous la direction de  A. Clot, puis de J. Omnès. Ce der­nier complète les séries par des tamisages fins des déblais; et par la découverte et la fouille d'un habitat de surface (Cf. infra Locus 1).

Espélugue 1
Les Espélugues et son autel dédié à Marie-Madeleine. Photo J. Omnès

2. Industries :

Aucune stratigraphie sûre n'a pu être dégagée par les travaux de nos prédécesseurs. Mais l'essai d'inventaire des fouilles anciennes mon­tre la possible présence du Magdalénien ancien (III) avec des pointes courtes, à biseau simple décoré et rainure longitudinale sur le fût. L'occupation humaine a été très intense au Magdalénien moyen (IV) et su­périeur (V-VI). L'Azilien avec harpons plats et galets gravés à décors géométriques est attesté. La fréquentation paléolithique a duré à peu près 3 millénaires (14.500-11.500 B.P. env.).
Les Espélugues, par la richesse de son mobilier, est un des grands gisements de référence du XIX e  siècle. Nous avons pu inventorier: 13 bâ­tons percés; 3 propulseurs; 48 baguettes demi-rondes;  10 pièces à décor curviligne pyrénéen; des pointes:  27 à biseau simple,  12 à biseau dou­ble, 12 à base fourchue, 1 base conique, 1 à base rognée, 1 à base cou­pée; des harpons magdaléniens: 5 à un rang, 3 à deux rangs; des harpons de type azilien:  2 à un rang; des lissoirs:  14 en forme de lame,  5 en forme de coin; 4 coins; 1 ciseau; 5 aiguilles à chas ; 1 aiguille à dou­ble pointe; 1 poinçon; 2 tubes; 9 compresseurs sur galets; 1 compresseur sur os; 1 retouchoir en bois de cerf; etc,... Des objets de parure: 4 la­mellibranches, dont Cardium et Turritella sp. ; dents percées de chevaux (21), de ruminants (15), de carnivores (12) dont Canidé, Renard et Grand félin des cavernes ; 5 têtes de chevaux en contour découpé; 3 pendeloques pisciformes en os; baguette de serpentine percée; rondelle percée en schiste.
 baguette 001 poisson 001

Baguette et éventuel propulseur gravé d'une truite. Reproduction abbé Breuil

L'art mobilier est riche et divers : près de 80 pièces réalisées sur matériaux osseux ou lithiques (plaquettes, galets,...) représentant: che­vaux (33 %), bisons (18 %), hommes (10 %), rennes (6 %), poissons (6 %), cerfs, ours, bouquetins (5 %), ovicapridés, oiseaux (3 %), serpent (1 %), rhinocéros (1 %). La pièce majeure de cet ensemble est le "petit cheval de Lourdes", statuette en ivoire de mammouth considérée comme l'un des chefs-d’œuvre de l'art quaternaire.
L'outillage lithique, classique, comprend plusieurs milliers de piè­ces, dont quelques outils en jaspe rouge et (ou) jaune, et en cristal de roche.

Présence de nombreux restes humains, dont certains, de par leur pa­tine, seraient d'âge paléolithique
Cheval des Espélugues sculpture sur ivoire de mamouth              Le sorcier dansant
                  Petit cheval des Espélugues                                                   Le sorcier dansant, gravure sur schiste

  3 . Faune :                                                                                                                                                                                             

La faune, "de quoi charger plusieurs wagons de chemin de fer" com­prend : Ours des cavernes, Hyène des cavernes, Grand félin des cavernes, Lynx, Loup, Renard commun, Chat sauvage, Belette, Hermine, Fouine ?, Cheval, Equidé indét. , Cerf élaphe, Renne, Chevreuil, Boeuf primitif, Bison, Bœuf domestique, Bouquetin, Capridé indét., Mouton- Chamois (Isard), Porc, Loir, 12 espèces de Micro-rongeurs, 3 d'Insectivores, Grand Murin, Oreillard, Reptiles, Batraciens, Poissons, 37 espèces d'Oiseaux, dont Macreuse noire, Harelde de Miquelon, Buse féroce, Tournepierre à collier et Mouette tridactyle.
ours brun 001   Renne sur Pierre 001
      Ours brun gravé sur pierre. Renne sur pierre et au-dessous sur schiste. Relevés abbé Breuil.Col. Nelli
Bison
Bison sur schiste. Reproduction abbé Breuil. Col. Nelli

 
4.Collections :                                                                                                                                                                                       

Séminaire d'Auch, coll. Lartet; Centre de Palethnologie Stratigraphique d'Arudy ; Musée Salies, coll. Davezac, Frossard; Musée du Vieux Luchon ; Musée d'Aquitaine, coll.
Gaguin, Lalanne ; Muséum de Bordeaux, coll. Harlé ; Musée Archéologique de Foix, coll. Garrigou ; Ex Musée des Pères missionnaires de Lourdes, coll. Dufourcet;
Musée Pyrénéen, coll. Bouille, Frossard et Lafitte; Musée municipal de Morlaas, coll. Abeilhé, Bordenave d'Abère; Muséum de Paris, coll. Milne-Edwards ; Musée de
l'Homme, coll. Nelli ; Musée des Antiquités Nationales, coll. Bertrand, Frossard, Guénau, Lartet, Nansouty et Nelli ; Muséum de Toulouse, coll. Cartailhac, Garrigou, Martin
et Régnault; Peabody Muséum (Cambridge, U.S.A.), coll. Nelli ; ce dernier musée a distribué des pièces au Muséum de l'Université de Pennsylvanie; à R.L. Sharp,
Université de Cornell; à R.A. Bid-well, Springfield, Massachussets ; à Gila Pueblo, Globe, Arizona; et à l'Université de La Havane (Cuba); Statens Historiska Muséum
(Stockholm), coll. Nelli ; British Museum (Londres), coll. Christy (?) ; Coll. Clot, Grall, Laplagne-Barris et Omnès.

Grottes des Espélugues planche de Nelli        Corps et jambe dhumain
   Une des nombreuses planches Nelli. Photo J. Omnès         Fragments humains ? Gravures sur schiste. Coll.Nelli
 
 
5. Bibliographie :

PICOUET 1789 ; LABOULINIERE 1807, 13 ; ABADIE 24; FROSSARD 29 ; DAVEZAC 55-60 ; C.R. séances 56-57 ; CENAC-MONCAUT 56 ; DUPOUEY 58-60, 59; LARTET
61, 62; MILNE-EDWARDS 62 ; GARRIGOU , MARTIN 64 ; LARTET , CHRISTY 64 ; GARRIGOU 65; FROSSARD 66 A ; GARRIGOU, FILHOL 66; Notes et comm. 67 A, 70 E,
F, 71 A; P.V. séances 73-74, 74, 74-75 ; Dictionnaire Archéol. 75; MILNE-EDWARDS 75 A-B: DUFOURCET 75 A-B; Soc. Borda 76; BASCLE de L. 77 ; CARTAILHAC 77
B; C.R. séances 78-79, P.V. séances 80 ; REGNAULT 81; QUATREFAGES, HAMY 82 ; FROSSARD 85 ; PIETTE. 87 A; Revue des livres 87 ; Anonyme 90 ; BARBET 92 ;
C.R. séances 92 ; PIETTE 92, 94; HARLE 99 ; PIETTE 1904, 05 ; CARTAILHAC, BREUIL 06 ; PIETTE 06 A-B, 07 et inédit; BREUIL 07; C.R. séances 08; DECHELETTE 08;
BREUIL 09; CAPITAN et al. 10; BARBET 11; 0BERMAIER 11-12; ALCALDE del RIO et al. 12; REINACH 13 ; OSBORN 16 ; CAPITAN et al. 24; BREUIL, SAINT-PERIER 27 ;
SAINT-PERIER 29 ; BREUIL 36-37; BREUIL, BEGOUEN 37; HUE 37; NELLI 48; LE BONDIDIER, BALENCIE 53; VALLOIS, MOVIUS 53 ; BREUIL et al. 56; NOUGIER, ROBERT 57 ; SAINT-PERIER 57, 59 ; SONNEVILLE-BORDES 59; ZERVOS 59; ALIMEN et al. 64, 65; CHOLLOT-L. 62; LER0I-G0URHAN 65; LAPLACE 67 ; MINVIELLE 70; CLOT 71
B; BOUCHUD 72; CLOT 73 A-C; DELPORTE 74; CLOT 75 A; CLOTTES 75; DELCOURT-VLAEMINCK 75; M0URER-CHAUVIRE 75; WELTE 75-76; SIEVEKING 76; OMNES 77
B: DELPORTE 78 ; JEANNET 78, 79 ; Anonyme 79 E ; CH0LL0T-V. 80 ; CLOT 80 A ; CLOT et coll. 80 ; COURAUD 80; OMMES et coll. 80; CHIRENT 80 ; CLOTTES 80 ; 0MMES
80 A; AIME 81 ; Chronique rég. 81; CLOTTES 81 B ; LACAZE 81 A; LAFOURCADE 81 ; OMNES 81 A; BAHN 82 A; CLOT 82 B; CLOTTES 82; MANNESSIER 32 ; THEVENIN
82 ; OMNES 82 ; CLOT 83 B ; DELPORTE 83 ; JEAN-PAUL II 83; LADIER 83; TYLDESLEY-BAHN 83; THEVENIN 33 ; VIE 83 B ; Anonyme 84 ; COURAUD 85 ; CLOT 85 C;
JALUT,MARD0NESs.p.
Principale référence : Jacques Omnès et collaborateurs, 1980. Le gisement préhistorique des Espélugues de Lourdes (Hautes-Pyrénées). Essai d’inventaire des fouilles
anciennes. Pau, Edit. du C.A.R.S.T., 233 p., 26 fig., 57 pl., 41 tabl.


• Les Espélugues, locus 1 :

 Dans le gisement classique, petit habitat de moins de 3 m², situé à une vingtaine de mètres des grandes salles, à l'extrémité d'une étroite (0,6 m env.) galerie ascendante.
Eléments déplacés de foyer (plaquettes de grès rubéfiées, charbons d'os et de bois), avec faune peu abondante: Cheval, Renne, Grands bovidés, Cerf élaphe, Chamois, Bouquetin, Loup, Renard polaire, Renard commun, Belette, Petit poisson, Rongeurs, Insectivores. Notons des restes humains patinés pouvant être d'âge paléolithique. Outillage lithique de petite taille, avec débitage sur place: Lamelles à bord abattu : 39,81 % ; Grattoirs : 25 % ; Burins : 11,11 % ; Perçoirs : 2,77 % ... Baguette demi-ronde. 3 plaquettes gravées, dont une d'un poisson. Eléments de parure percés: 4 incisives de renne et coquillages contemporains ou fossiles, provenant de l'Atlantique et de la Méditerranée (Homolopona sanguineus, Neritina fluvíatilis, Glycymeris sp., Pecten sp. ), ainsi qu'une ammonite pyriteuse (Denckmania sp. aff. tumefacta) issue de zones distantes, au N.-E., de 180-270 km. Bloc d'hématite avec traces de percussion. Datage C14 sur esquilles osseuses: 13.170 +- 260 B.P. (Ly-1406).Magdalénien supérieur, contemporain du Magd. V. Fouille J. Omnès, 1977. Coll. Omnès.OMNES 77; EVIN et al. 79; CLOT, OMNES 79; CLOT 80 A ; DELIBRIAS, EVIN 80 ; OMNES et coll. 80 ; OMNES 81 A ; CLOTTES 82; CLOT 83 B ; OMNES et coll. 84.
 
• Abri effondré du Calvaire :

Gisement découvert en 1977, par J. Omnès, dans la fouille (8x10 m) d'un bâtiment en construction [toilettes], 25 m en contrebas des Espélugues.

Coupe de 3,5 m de puissance, avec de haut en bas :

- 0-0,3 m. Humus.

- 0,3-1,3 m. Couche grise. Niveau à gravier calcaire. Déblais de la vidange des Espélugues, vers 1875, qui ont glissé le long de la pente. Faune, industries, plaquettes gravées magdaléniennes.

- 1,3-3,5 m. Couche marron, en place, avec nombreux calcaires anguleux provenant du délitage d'une barre rocheuse située en retrait. Sur les 2,2 m de cette couche, la faune, peu abondante, semble homogène: Cheval, Renne, Grands bovidés, Bouquetin, Loup, Hermine, Belette, 11 espèces de Micro-rongeurs, Reptiles, Batraciens, Chiroptères, 6 espèces d'Oiseaux.

Deux zones riches en vestiges ont pu être distinguées :

. Coupe frontale, couche marron, 6e -8e mètres, niveau 1,7-2,2 m : outillage lithique d'un Magdalénien classique, accompagné d'un macro-outillage sur quartzite.
Plaquette et galets gravés. Renne aussi abondant que Cheval, avec Grand bovidé et Bouquetin. Ly-1906: 12.450 + 330 B.P. Magdalénien supérieur. Etude en cours.
. Coupe latérale gauche, couche marron, 1er-4e mètres, niveau 0-0,3 m. Faune très pauvre (forte altération de l'os), avec Cheval plus abondant que Grands bovidés, Renne et Bouquetin. Fragment de sagaie, retouchoir sur galet. Outillage microlithique (sans géométrique), excessivement abondant (plusieurs milliers de pièces). Cette industrie de transition (en cours d'étude), qui est originale pour la région, tend vers une mésolithisation, mais conserve encore des affinités magdaléniennes. No­tons la présence d'un fragment huméral humain. Ly-1005: 11.750 +- 430 B.P.

Sondage J. Omnès (prélèvement de terre, en coupe, durant les travaux), 1977. Coll. Omnès.

OMNES 1977 B; JEANNET 78, 79 ; CLOT, OMNES 79 ; CLOT 80 A ; OMNES et coll. 80; OMNES 80 A, 81 A ; CLOTTES 82 ; CLOT 83 B; EVIN et al.  83.

• Grotte Milhas 2 (Millas) :  devant l'entrée, contours découpés en pierre, dont un gravé avec tête humaine associée à une tête de bovidé-cervidé; palette   de schiste gravée ; Cheval. Magdalénien. Récolte J. Omnès, 1973. OMNES et coll. 1980; OMNES 81 A ; OMNES et coll.  82. [Ce sont trois grottes qui se suivent sur la falaise à droite en montant au Calvaire par la sortie. La plus importante étant la troisième.

Milhas plan
Relevé Jacques Omnès. Les grottes 1,2 et 3.

Milhas 2 2 Milhas2


trouvaille Trouvaille 1973 J. Omnès. Gravure sur schiste. Don au musée pyrénéen de Lourdes

 •  Grotte Milhas 3 (Millas), ou grotte de Barbe-à-poux : silex taillé, rares esquilles osseuses dans le fond de la galerie. J. Omnès invent, 1973. OMNES et coll. 1980 ; OMNES 81 A.

Milhas 3  Milhas3 1

Milhas3 2 


• Grotte de la Chèvre, ou grotte du Lâcheur : traces importantes de son­dage sous le porche (fouille Dufourcet ?). Récolte de surface, J. Omnès, 1976:  2 silex taillés, bois de chute de renne débité, Renne, Cerf élaphe, Bouquetin, Capridé, Renard commun. DUFOURCET 1876; CLOT 1969 ; OMNES 81 A ; CLOT 83 B. Voir détail et plan plus avant : Age du Fer. [ Cette gottte se trouve après la grotte du Loup.]


Chèvre entrée Copie

Chevre 4
Entrée et fouilles anciennes. Photos J. Omnès





Lourdes Chèvre0002
Bois de rennes. Croquis J. Omnès

• Grotte du Loup : J. Rousseau signale la découverte par les fouilleurs des Espélugues (1860-1885) de "témoins d'industrie magdalénienne" dans cette caverne. Aucun des fouilleurs visés n'ayant signalé quoi que ce soit dans cette grotte, nous considérons ce renseignement comme une er­reur supplémentaire de l'inventaire Rousseau. ROUSSEAU 1929 ; OMNES 1981 A.

Grotte du Loup  panneau loup
Ces grottes sont fermées depuis peu.                Près des Sanctuaires  Photo. J Omnès


• Tourbière du Lac de Lourdes : outillage [probablement magdalénien] en silex: 1 burin, 2 lames, 1 ravivage de burin. M. Laborie invent,[ Déposés en] 1872. Muséum de Toulouse. OMNES 1981 A.



                                                                                                      Néolithique

•  Les Espélugues :  hache polie. C. de Nansouty invent, 1882. M.A.N. OM­NES et al. 1980; OMNES 1981 A.
• Grotte du Castillet : Inhumation collective (5 adultes, 2 enfants) dans un boyau étroit de cette cavité du Garnavie. Couverture de pierres. Tes­sons de 5 poteries (2 pots de fleur, décor digité et à l'ongle, téton). 1 pointe de flèche en os, sans aileron, à pédoncule: 1 métacarpien débi­té de Chamois; 1 Cardium, une dizaine de lames et lamelles parfois re­touchées. Ly-1903: 4.380 +- 140 B.P. Néolithique final. Musée Pyrénéen, coll. Abadie, Cahuzacq, Valicourt ; Coll. Omnès.  BARBET 1892; B0UYSS0NNIE 1972 A-B; ABADIE 75; OMNES 79 B ; OMNES 80 A, 81 A;CLOTTES 82 ; DELIBRIAS et al. 82 ; EVIN et al.  83 ; ARNAL, SERONIE-VIVIEN 83 ; CLOT 85 C.
castillet 001 2Plan réalisé par E.de Valicourt en 1976.
La lettre b représente l'entrée place du Castillet avec vue plongeante sur l'arrière des commerces rue de la Grotte.

[Le boyau étroit de cette grotte qui avait servi de chambre sépulcrale avait été signalé en 1892 par Jean Barbet. Une datation au C.14, réalisée par Jacques Omnès sur 300 gr d'os humains a donné 4380 B.P.]


Trouvailles Castillet
               Trouvailles grotte du Castillet. Planche VII J. Omnès. Lavedan et Pays toy, 1981.
croquis 11 : lamelle à retouche bilatérale en silex,
croquis 12 : fragment de Cardium,
croquis 13 : canon de capridé avec traces de débitage,
croquis 14 : pointe de flèche en os, à soie, sans pédoncule. Pièce d'un type rare.]

 • La Baraque : Grand palet-disque sur galet, découvert au pied du Pic du Jer. R. Simonnet invent, 1973. Musée Pyrénéen. COQUEREL 1977 C ; OMNES 1981 A.

Galet La Barraque 001
Palet-disque de la Baraque. Planche I, Omnès Lavedan et Pays toy, 1981.


                                                       Néolithique – Âge du Bronze

 Grotte Arrouza 7, ou Tute du Chêne: Sépulture collective (5 adultes, 1 enfant) dans une fosse à l'extrémité de cette courte galerie. Os très fragmentés. Pot caréné, sans décor. Néol. final-Bronze ancien. A. Grall invent, 1977. Coll. Omnès. OMNES 1980 A, 1981 A ; CLOTTES 1982. [Cette cavité est située dans la falaise qui borde le départ du chemin menant à Aspin]
Tute du ChêneTute du Chêne à l'Arrouza. Planche VIII J. Omnès

 Signalons à 30 m au Sud de la Tute du Chêne, une grotte de 10 m de long (Arrouza 6), avec céramique médiévale et plus récente, associée à Bœuf domestique. Âne, Sanglier, Porc, Renard commun, Chien, Chat domes­tique. J.-P.  Besson, J. Omnès invent, 1978. CLOT 1983 B

[La  falaise de l'Arrouza au bord du gave abrite de nombreuses failles et environ 10 petites grottes que nous avons numérotées de 1 à 10 en partant du sud et en se dirigeant vers le nord. La 7 ou grotte du Chêne étant la plus réputée. Coordonnées Lambert : X 405600.00 Y 3090130.00 et z 420 m ou UTM 2511650.86 et 4774845.21. Elle a été bouchée en 1998, afin de la présever de toutes recherches désordonnées ; elle est située dans un ancien squat qui rend didfficile son accès : déchets divers, grillages, pièges à loup !, tôles ondulées. Cette grotte et sa voisine, la 6  où il a été trouvé par A. Grall et Jacques Omnès, de la céramique médiévale avec de la "faune sub-actuelle", ont un intérêt archéologique. Nous ne savons rien des autres  : aucun sondage n'ayant été effectué. La 2 et la 4 ont été fouillées l'été 1985, par Frédéric Joly. Il y a trouvé quelques menus restes humains. Le passage du circuit du trial en 2015, à quelques mètres de la 1 risque de perturber définitivement toutes recherches ultérieures.]

Arrouza 45
Grotte 1, la plus au sud, le long du chemin du trial. Photos J. Omnès
Arrouza ultime

A 30 mêtres au nord de la précédente, la grotte 2
.Chèvre 2

Chêne 3
Intérieur

HK 49. (1949 ?)

Plus au nord des 2 premières, la grotte 3

 Arrouza 3  Arruza

Arrouza 23 MJ-KU
Plus au nord, la grotte 4

Arrouza 4    Arrouza5



 • Pierre d'Uzès, ou Peyre Dusets, ou Pouey d'Used :  dolmen simple, en granite, avec 3 piliers et dalle de couverture. Chambre de 1,6x2, 5 m, orientée O.-E. Tertre ovale : diam. 25-10m, h.2 m. Sépulture anciennement vidée: le tertre a été coupé en deux par le tracé du vieux chemin Henri IV, qui longe la limite intercommunale avec Loubajac. LETRONE 1870 ; DUFOURCET 76 B ; BASCLE de L. 77 ; COQUEREL 1963 C ; COQUEREL, C.D.D.P.  69 ; Ano­nyme 79 G ; OMNES 80 C, 81 A ; DUHOURCAU 84.
Le monument a été daté  du Bronze ancien  par R. Coquerel. Il était enterré dans un tertre de forme ovale de 25 à 40 m et de 4m de haut. Quelques tessons de poteries gallo-romaines  étaient présents dans la chambre mortuaire. [Sur le chemin Henri IV à 1h de Lourdes, départ du lac, ou départ direct de Loubajac, chemin de Larribère, 2300 m sommet de la colline, à gauche, à 100m]

menhir
                                                                         Photo Gooogle

Dolmen de la Peyre Dusets  La famille à la Peyre d'Uzès. Photo Jacques Omnès

Pey dUset1

                                                                                      Pey dUset2

Pey dUset3
Peyre d'Uzès nov. 2015 Photos J. Omnès

            uzes plan 001

Situation à Loubajac de la pierre d'Uzès. Croquis de R Coquerel         




                                                                                        Âge du Bronze

 Les Espélugues:  - Dans la grande salle :  petit bracelet en bronze, type "palafitte suisse". Fouille E. Dufourcet. DUFOURCET 1876; OMNES et  coll. 1980; OMNES 1981 A.

-    Dans le locus 1: perle cylindrique en tôle de bronze enroulée. Fouille J. Omnès, Cf. supra.

-    Non situé: pointe de flèche en os, à pédoncule et ailerons.- M.A.N., coll. Nelli. PIETTE inédit; OMNES et coll. 1980; OMNES 1981 A.

• Soum de Lanne, près Turon de Justice : Grande hache plate, en bronze, de type trapézoïdal  avec tranchant fortement convexe. 117x78x18.  Bron­ze ancien. Associée à cette hache (?), pointe de lance, en bronze, de petite taille, avec perforations à mi-douille, perpendiculairement au tranchant. 130x28.  Bronze final probable. Pièces recueillies, vers 1870, lors de la construction du chemin de fer. [Ci- dessous, le turon de justice à la sortie de Lourdes, au pied du pic du Jer, la ligne du chemin de fer est en contrebas. Bascle de Lagrèze évoque des monnaies antiques contenues dans un vase et qui "voisineraient avec" une petite sonnette de cuivre : le trésor probablement enfoui lors des invasions de barbares comprenait des pièces s'échelonnant des règnes de Gallus(251-253) à Salonin (242-259).R. Vié, 1987i, p.65  ; J.-L. Boudartchouk, 1992, p. 25 ; L. Latanne, 1994, p. 53. Ces monnaies ont disparu : R. Vié, 1987i, p. 65 et 1993, p.19].

turon Le turon de Justice, au pied du pic du Jer.

• Grotte de la Chèvre : 1 tesson sans décor, articulation Âge du Bronze-1er Âge du Fer. Faune holocène :  Bœuf, Mouton, Grive draine.  Signalons 1 tesson rapportable, selon R. Coquerel, au Haut Moyen-Age. Récolte J. Omnès, 1976. CLOT 1983 B, 1985 C.



                                                                                                          Âge du Fer

• Grotte de la Chèvre : 2 tessons, selon R. Coquerel : 1er  Âge du Fer et articulation Tène-Gallo-romain. Récolte J. Omnès, 1976. DUFOURCET 1876; CLOT 1969; OMNES 1981 A.

[LA GROTTE DE LA CHEVRE (grotte fossile recoupant une circulation pérenne).

D’après le texte de 1968 de  A. Clot.

L’entrée  qui est balayée par un léger courant d’air, forme un abri de grande dimension : 9,50 m de large sur 8 m de profondeur et 4-5 m de haut. Le sol incliné vers le haut est parsemé de gros blocs éboulés. Le plafond, dans sa majeure partie est plat. On distingue de chaque côté une diaclase. L’abri se poursuit par une galerie d’une dizaine de mètres  de 2 à 3 m de large et de 1m à 1, 50 m de haut. Après quelques gros blocs le sol est  graveleux. On y constate quelques trous de sondages. Les parois et le plafond sont toujours plats. Puis, au plafond de la coupe ef, apparaissent deux sections de galeries ovales. La pente devient descendante et la hauteur diminue atteignant 40 cm à 1 m. Le sol argileux présente parfois des flaques.
Après 20 m de galerie on accède à une salle de 5 m sur 3 occupée par une laquette, dont l’eau atteint la voûte, formant une « voute mouillante ». Il est probable que la salle continue au-delà.  Au plafond, quelques stalactites dirigent des filets d’eau. La morphologie des galeries met en évidence deux formations différentes : celle de l’abri à section rectangulaire (coupe ab) et celle de la galerie, à section arrondie .

chevre 1
Photo Boudassou

 

Chevre 4
Traces des fouilles à l'entrée. Photos J. Omnès.

Chevre 3



Chèvre 2
Pour y accéder on prend la D13 Qui va de Lourdes à Ségus, au carrefour de la forêt de Subercarrère prendre la route de la grotte du Loup, passer devant et continuer le sentier (ancien chemin) qui mène au Calvaire. Après 200 m monter la pente vers le Sud, face à un repli en forme de U de la paroi calcaire, l’entrée est en face, au milieu de noisetiers.  Coordonnées Lambert,  x : 404, 45 ; y : 91, 27 ;  z : 465 m.]

Grotte Chèvre 4


• Le Buala, près ferme Estrade-Couffitte : plusieurs tumulus avec cercle de galets entourant un cercle plus petit, avec urne cinéraire, objets en fer, "peigne" en bronze... Au moins 5 vases, parfois avec couvercle. Fouille E. Piette, 1881-82. Peut correspondre à 2 tertres encore visi­bles sur le Pouey Salut: diam. 3,5 et 6 m. M.A.N., coll. Piette. PIETTE 1884 ; ROUSSEAU 1929 ; FABRE 1952; MOHEN 1972, 1980 A; OMNES 1981 A.

poterie Buala
Illustration de l'article de Jaques Omnès Lavedan et Pays toy, 1981.Coll. Piette.

J. Rousseau signale faussement à la ferme Estrade "des haches et des pointes de lance en bronze". Confusion probable (une de plus) avec le dépôt de Soum-de-Lanne.



                                                                                                                 Divers

• Les Espélugues : nombreux restes humains vraisemblablement d'époques diverses, du Paléolithique supérieur à l'Époque moderne. Fouilles Milne Edwards, Garrigou, Dufourcet, Nelli, Frossard et Omnès. Muséum de Paris, coll. Milne-Edwards ; Musée de l'Homme, coll.  Nelli ; Musée Salies, coll. Frossard; Coll. Omnès. MILNE-EDWARDS 1862; GARRIGOU, FILHOL 66; DUFOUR­CET 75 ; QUATREFAGES, HAMY 82; OBERMAIER 1911-12 ; OSBORN 16; HUE 37; VALLOIS 53 ;  SONNEVILLE-BORDES 59; OMMES et coll.  80; OMNES 80 A, 81 A.

[Les Espélugues ont abrité également un certain nombre de pierres ou galets gravés qui ne sont pas du paléolithique , mais plutôt d'un âge historique, probablement du haut Moyen Âge. Dont le galet aux cercles énigmatiques, le quadrupède au ventre décoré et les silhouettes d'oiseaux. À leur sujet, H. Breuil a écrit : " Nous pensons que ces gravures ont été jugées fausses à tort. En effet si on les rapproche des peintures de Las Batuecas (Espagne) [...] on est frappé de leur analogie.[...] Il est probable que les gravures de Lourdes ne sont pas magdaléniennes, mais aziliennes, comme les peintures de Las Batuecas". Et  André Clot de préciser :'' L'âge des peintures de Las Batuecas semble devoir être rajeuni, et ramené probablement au début de la protohistoire. La grotte de Lourdes ayant fourni des vestiges protohistoriques et même historiques, il est fort probable d'attribuer ces gravures à une telle période, peut être au Moyen Âge." Bref un doute subsiste. Voir le dossier Patrimoine glyptographique.

Espélugues galets cercles 001 2

galet cheval 001 3

Le quadrupède, probablement un équidé, gravé à traits larges et profond a un corps agrémenté de trois arceaux et d'une rangée de traits verticaux alternant avec des points. Sous le volatile à gauche, figurent deux lignes ondulées que l'on retrouve sur nombre de plaquettes gravées découvertes par L. Nelli dans les déblais  L'ensemble paraît "enfantin" d'après A. Clot (1), d'où le doute sur leur datation par les préhistoriens. Moulage St Germain 55295, 55296 et 55317 pour le cheval ; coll. Nelli.
(1) L'art graphique préhistorique des Hautes-Pyrénénes.]

• Grotte Arrouza 2, ou Tute Jean-Michel : métacarpe humain, dans une ga­lerie basse, à droite de l'entrée. F. Joly invent, 1985.

• Grotte Arrouza 4 : rares ossements humains mis au jour lors de la désobstruction de l'entrée de cette galerie en « trou de blaireau ». F. Joly in­vent, 1985.

• Grotte de la Citoyenne :  sépulture collective dispersée entre les blocs d'effondrement  formant grotte au pied d'un vaste abri-sous-roche. Per­turbations dues à des terriers de blaireaux. Quelques déchets de cuisi­ne (Cerf), plusieurs outils en os, et de rares tessons de la Protohistoi­re aux Temps modernes étaient mélangés à ces restes épars.  Signalons une fibule en bronze du 1er   siècle après J.-C. Une faune holocène abondante, avec Tortue, a été apportée vraisemblablement par les blaireaux. Opéra­tion de sauvetage P. Marty, 1985. Etude en cours.

[ L’ABRI SEPULCRAL DE LA CITOYENNE

Superbe abri sous roche, bien plus imposant, et par sa dimension et par le site sauvage, que celui de la Chapelle aux moines du Boustu. Découvert en 1985, par Philippe Marty de Bordeaux, il fut exploré par Jacques Omnès, qui en fit l’inventaire en 1989, dans le bulletin de la SESV d’Argelès, no 20, complémentaire à celui de monsieur Marty.
Cet abri est situé sur le flanc N.-E. du Béout, au Sud de la ferme la Citoyenne, qui se trouve à l’Ouest de la cité St Pierre. On peut y accéder facilement par le chemin devenu une piste de trial qui part à gauche de la route menant à la Cité, au niveau de l’embranchement du terrain des caravanes des marchands ambulants.
Il s’agit d’une falaise de 8-9 mètres de haut et d’une centaine de mètres de long,  comprenant un certain nombre de cavités à sa base ;  cavités peu profondes, communiquant entre-elles et parfois cachées par de gros blocs tombés du haut de la muraille.
Si les bergers locaux s’en servaient comme abri, il en a été de même pour nombre d’animaux fouisseurs et d’hommes à tous les âges. La plus grande cavité recouverte en partie d’un énorme bloc a servi de sépulture d’époque holocène, pour cinq personnes. Elle est entourée d’autres petites cavités où ont été trouvés les restes de très nombreux animaux. Leur inventaire a été établi sous la direction d’André Clot : chevaux, cerf, chevreuil, renards, blaireaux, sanglier, cerf élaphe, putois etc. Une carapace de tortue (cistude)  pose questionnement : probablement elle a été importée là, pour une cérémonie funèbre, comme c’était l’usage en Septimanie.
Un certain nombre d’artéfacts ont également été découverts : fibule à charnière en bronze d’époque romaine, tessons médiévaux à pâte rouge, fragments d’assiettes du XVIIe siècle, détritus moderne dont des ardoises de toit.]

plan citoyenne0003 2

Citoyenne 8 Citoyenne 1

sepulture  Entrée de la sépulture.

• Grotte Arrouza 10 : micro-nucléus atypique, silex noir, ramassé dans cette cavité à l'extrême droite de la falaise. A. Grall invent, 1977. Coll. Omnès. OMNES 1981 A.

• Arrouach :  2 tertres. Non retrouvés, zone construite. LETRONE 1870 A ; OMNES 1981 A; CLOTTES 1982.

• Chemin Henry IV :  3 tertres. Diam.-h. :  6-2, 5 m;  5-1,5m: 8-1, 7 m. OMNES 1980 C, 1981 A; CLOTTES 1982.

• Ballebrère: Elévation de terre, de 50x80 m, avec escarpement, située à 180 m au S.-O. de la ferme Ballebrère. LETRONE 1870 A; OMNES 1981 A.

• Peyre Crabère (Pierre des chèvres) : Bloc de calcaire local implanté (naturellement ?) de biais en bordure de la N.640,  sur la limite inter­communale avec Poueyferré. Pierre à légende, considérée comme menhir par certains. Site classé. Notes et comm. l867 E ;  LETRONE 70 A;DUFOURCET 76 B; ROSAPELLY, CARDAILLAC 89-90 ;  FABRE 1952 ; COOUEREL 63 C; OMNES 81 A.

Peyre crabère                                                                                                               Peyre Crabère. Photo J. Omnès


• Pierres de l'Arboucau: Ensemble de 3 pierres dressées artificiellement à l'entrée du vallon du Bescuns, en bordure du ruisseau de l'Arboucau. [Ces pierres dressées qui se trouvent maintenant à l'intérieur du club de tir lourdais ont fait l'objet d'une étude dans le bulletin de la Société d'Etudes des Sept Vallées de 1983, signée Robert Vié. Ces pierres longent l'ancien chemin vers Omex qui serpentait le long du ruisseau l'Arboucau :

- Pierre 1. Dalle de calcaire, à extrémité pointue.  H.2, 4m :  l. à la base 1, 3m ; épaiss. 0,5 m. [Elle est inclinée vers l'ouest]

- Pierre 2. Dalle de calcaire schisteux, sur le même plan que P. 1. H.1,35 ;  l. 0, 75 m; épaiss.  0, 2 m.

- Pierre 3. Dalle de calcaire à Toucasia, avec empreinte de lapiaz, située 10 m à l'Ouest des 2 autres. H.2, 1 m ;  à la base 1,9 m; épaiss. 0, 8 m. [Le long du ruisseau de l'Arboucau, c'est cette pierre mentionnée dans le dénombrement de 1667,  qui marquait la limite entre Omex et Lourdes. Elle était surmontée d'une croix, les dimensions données par l'article sont H.1,90 m,  à la base 1,68 m avec un poids estimé à 2, 5 tonnes ]Arboucau                         Monsieur Simon Cahuzacq, au milieu des trois pierres dressées en triangle. Coll. Jacques Omnès


menhir tir 3  Lourdes menhir 1
           Pierre 1, photo de R.Vié                              Photo J. Omnès 2015

Loiurdes menhir 3 Lourdes menhir 2
Pierre 2, le ruisseau et le chemin qui monte, derrière au fond , sur Omex. Elle a été déplacée suite aux travaux de digue.

Ces 3 dalles, parallèles à un plan d'azimut 170° N., sont à la jonc­tion de Lourdes, Omex et Ségus. L'une est déjà signalée en 1667. LACAZE 1981 C ; VIE 1983 A .

• Lac de Lourdes : Hypothétique village palafitte. Recherches vaines, à part quelques poutres équarries, à la fin du XIXe   siècle. Légende de vil­le engloutie. LARCHER 1746 ; DUPOUEY 1853-60; Notes et commun.  1867 C ; E ; ROSAPELLY, CARDAILLAC 1889-90 ; ESCOULA 1942 ; OMNES 1981 A.

Lac glaciaire de Lourdes

      Lac de Lourdes, vue de la tourbière. Photo J. Omnès

• Les Espélugues : Art sur plaquettes historiques. Une vingtaine de pla­quettes de pierre sont gravées de chevaux (6), dont certains sur une sorte de traîneau ou sur un double « nuage »; l'un d'eux porte un cavalier qui tient les rênes; certains chevaux sont équipés de selle ou de capa­raçon. Le « traineau » est aussi associé à des oiseaux (6). Récolte L. Nel­li, vers 1866.

ondée 001 4ondée 8 4


Une pièce du même type a été trouvée en coupe, dans les déblais sous-jacents à l'entrée. Récolte J. Omnès, 1977 [Voir le dossier Patrimoine glyptographique].

Un âge historique de l'ensemble est actuellement admis (Moyen-Age ?), après que ces plaquettes aient été jugées fausses, puis aziliennes.

PIETTE 1907 ; REINACH 13 ;  BREUIL,  SAINT-PERIER 27 ; BREUIL, BEGOUEN 37 ; NELLI 48; CLOT 73 C ; OMNES et coll.  80; DELPORTE 83; GRATTE 85.

• Grotte Milhas 3:  Art pariétal historique: à l'entrée de la grotte et contre la falaise, qui la prolonge à droite, nous avons relevé de nom­breuses gravures historiques, figuratives (fleur de lys, tête d'équidé, anthropomorphe, « oeil » ,... ) et des invocations mariales (Ave Maria, AVM) que complète l'abréviation I.H.S.[document de gauche] Gravures postérieures aux Apparitions de 1858 ?, ou médiévales ? GRATTE 1985; OMNES 1935 E. [C'est la cavité la plus grande des trois, appelée aussi Barbe à poux, peut-être du fait de la présence d'un vagabond qui y avait fait sa "tanière" en 1950-60 ? À l'intérieur de la grotte, dates en chiffres romains et dédicaces]

Milhas3 001 3

Relevé de ?

Milhas3 3



• Gouffre du Béout: Voir OSSEN

• Toponymes Castet Bern, Turon de Justice et Le Turon.  I.G.N.



                                                                        Camps

  Le Castéra : Voir Julos.

•  Rocher du Château-Fort : Vraisemblable camp sur ce verrou glaciaire dominant le Gave de Pau, au milieu de la vallée. Lieu de culte gallo-romain (autels votifs). Fortifié en dur dès l’Antiquité. Musée Pyrénéen, coll. Ministère de la Guerre. COQUEREL, VIE 1979 ; COQUEREL 1981 D ; OMNES 1981 A .

fort

                        Rocher du château- fort. Photo J. Omnès

 Suite, dans les autres communes du Pays de Lourdes et du Lavedan.