Patrimoines du Pays des Vallées des Gaves - www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

Imprimer

 

intro eglises argelesDe style roman, la plupart de ces monuments ont subi d’importantes dégradations au XVIe siècle, en 1569, par les troupes de Jeanne d’Albret et de Montgomery. En moins d’un mois, au pas de course, la soldatesque huguenote a brûlé un nombre important de lieux de culte. Généralement ce sont les clochers qui ont souffert le plus des saccages. Ils pouvaient servir de tour de guet ou de défense (clocher-tour). Les chevets ont mieux résisté. Plusieurs tremblements de terre ont également été à l'origine de nombreuses destructions.

Argelès-Gazost, Adast, Agos-Vidalos, Arcizans-Avant, Artalens-Soin, Ayros-Arbouix, Ayzac-Ost/ chapelle Sainte Madeleine, Beaucens/chapelle de Bédouret, Boô Silhen/Asmets, Cauterets/chapelle du Mercadau, Gez, Lau-Balagnas/ chapelle Sainte-Castère, Ouzous, Pierrefitte-Nestalas, Préchac, Saint-Pastous/chapelle Sainte-Marie-de-Lurp/Chapelle et abbaye laïque Saint-Germès, Saint-Savin/chapelle N-D-de-Piétat, Salles, Sère-en-Lavedan, Soulom/chapelle Sainte-Haularia/ chapelle Saint-Martin, Uz/chapelle de Pouey Aspé,  Vier-Bordes, Villelongue, Ortiac/chapelle Saint-Orens.

N-B : à côté de la graphie officielle française se trouve quand il est différent le nom gascon d'origine extrait du livre de Georges Peyruc Le pays de Lavedan, édition Saber, 1987. La date qui suit est celle de la fusion des communes.


Ce sont généralement de petites églises, à une nef. Lorsque les fidèles devenaient plus nombreux, on édifiait une  galerie, parfois deux, l'une au-dessus de l'autre. Dans les églises reconstruites (un grand nombre d’entre elles à des degrés divers), il reste quelques éléments romans surtout au niveau du chevet. Elles avaient aussi une particularité locale : la présence d'une porte secondaire, souvent dérobée ou latérale. C'était la porte réservée  aux Cagots.


                                                                            ARGELÈS-GAZOST (Argelèrs) 1824

La fusion d'Argelès et de Vieuzac pour former la municipalité d'Argelès,  par l'ordonnance de 1824 par Charles X, n'est pas à l'origine de l'église de la nouvelle commune. Il a fallu  attendre près de 30 ans après ladite ordonnance.
L'église d'Argelès a été construite entre 1857 et 1860 en pierre grise de Lourdes. Vieuzac n'était plus paroisse depuis 1824. Les citadins étaient obligés d'aller dans l'église vétuste d'Ourout. La  construction d'une nouvelle église demandée par l'évêque s'avérait nécessaire. Un terrain fut acquis en 1845, au centre du village, mais il manquait, malgré la souscription publique, près de 20 000 francs pour édifier la nouvelle église. L'empereur séjournant à Saint-Sauveur, il lui fut demandé de l'aide. Celle-ci fut accordée et l'église dédiée à saint Saturnin (patron  d'Ourout) fut inaugurée le 15 août 1861. Les cloches du XVIIIe siècle  proviennent de l'ancienne église d'Ourout. Elles furent sauvées par les habitants lors de la demande par la Convention, en 1793, de céder à l’Etat toutes les cloches en vue de leur fonte pour en faire de canons. Les églises ne devaient conserver qu’une cloche pour le tocsin. Les locaux démontèrent trois des quatre cloches pour les enterrer et les sauver. Il s’agit de la cloche Santa Maria,1747 de chez Dencausse de Tarbes, JHS Maria,1756 de chez Dencausse de Tarbes et Sancta Maria, 1774, fondeur inconnu.
 

Eglise dArgelès-Gazost

                                                                              Église d'Argelès-Gazost. Photo J.Omnès
                          
À l'intérieur,  l'immense tableau de Guillemet représentant sainte Blandine dans la fosse aux lions a été offert par l'empereur Napoléon III. Les retables modernes des chapelles latérales ont été commandés en Espagne et offerts par le chanoine Charriez des Sanctuaires de Lourdes lorsqu'il était curé de la ville. Dans la chapelle de droite remarquez la petite statue de Bernadette sur la droite ; son regard est fixé sur la Vierge de Lourdes. Les trois personnages ont  été réalisés par la soeur Mercedes, comme le panneau peint représentant la Cène.
Dans la sacristie, armoire du trésor avec ostensoir et calices. À côté, beaux étendards brodés de fils d'or, dont celui de  Saint -Saturnin.

Argelès tabernacle 3

                                                                                                       Tabernacle

                                                                                 Argelès panneau         Panneau la  Cène 

                                 Argeles Gazost    
                                               La chapelle de l'Apparition de Lourdes.


                               Argelès Vierge                        
                                L'une des deux chapelles latérales.        


                                                                                          Argelès Ste Anne  1 Sainte Anne enceinte, lisant

        Sainte Blondine                                                                                                       Sainte Blandine


                                                  Argelès autel         Autel tombeau. Photos J. Omnès

 Argelès trésor                                                                                          Sacristie armoire du "trésor" . 

          Argelès étandard                                                                         Étendard Saint-Saturnin. Photos J.Omnès


    
                                                                                                           OUROUT

L'ancienne église d'Argelès à Ourout, mentionnée dans une bulle papale (Alexandre III) de 1167, était dédiée à saint Saturnin. Lors de la fusion en 1824, d'Ourout avec Vieuzac pour former Argelès, l'église d'Ourout sera désaffectée en 1863, après l'inauguration de la nouvelle église (1861) et découronnée de son clocher carré à toiture pyramidale, le chimboulet (petit clocheton) sera déplacé. Le retable a disparu, mais le banc seigneurial des d'Antin se trouverait, d'après Henri d'Agrain, à l chapelle du château du comte Roquette-Buisson, dont nous n’avons trouvé aucune photo. L’église abritait deux chapelles, l'une dédiée à sainte Catherine et l'autre au Saint-Sacrement
Elle servit de chapelle et d'annexe au collège voisin géré par le séminaire de Saint-Pé. Puis, elle deviendra propriété de la commune d'Argelès en 1907. En 1910, la municipalité décidera d'en faire une école de garçons. Les murs seront surélevés d'un étage et percés de grandes fenêtres. Elle restera école primaire et collège jusqu'en 1996. Elle recevra les ateliers de l'Esat  (Établissement et Service d'Aide par le Travail) des sept vallées, ainsi que l'École de musique du Lavedan.


Ourout porche                                  Porche d'entrée de l'enclos du cimetière de l'ancienne église d'Ourout. Photos J. Omnès



Argeles ecole 1
                                                     Argeès école 2 La niche du porche. Photo J. Omnès

À l'exception des murs, subsiste de l'ancien bâtiment, l'entrée latérale, en haut des marches. Abritée par un auvent, qui protégeait une statue de la vierge qui a disparue depuis la visite de C. Desmoulins en 1842, elle possède un linteau gravé en creux « P. Paillasso : I. Lacôtre  obriers », doublé d'un écusson mentionnant « 1608 IHS et M.  IHS » pour le monogramme de Jésus et M celui de Marie. Le bulletin de la SESV (spécial Argelès) nous fait remarquer que « obriers » était à l'origine à gauche, il a été mal replacé lors de la restauration du linteau. Par obriers entendez membre du conseil de fabrique.

On accède à cette porte par un porche monumental restauré il y a peu. Il est composé d'une arche de pierre et d'une niche sans statue. Il marquait l'entrée de l'enclos du cimetière, qui, d'après Georges Peyruc couvrait 39 lattes soit environ 3000 m² (Bulletin de la SESV 27 de 1996). Il était adossé sur sa partie droite au presbytère, et possédait un escalier à simple volée et un toit à double pente.

Il ne reste rien du mobilier et objets de cette ancienne église, si ce n'est le bénitier qui se trouve à l'église paroissiale.

ourout 001                                                                            L'église à son état initial, d'après un croquis de ? 

Ancienne église Ourout                                       Partie de l'ancienne église d'Ourout. Chevet, porte, chimboulet. Photo J. Omnes

                                            Ourout 001

ourout chapelle 001 croquis SESV spécial Argelès 2017



.

La ville abrite également la chapelle du couvent des soeurs de la congrégation Filles de la croix Saint-André. Cette congrégation s’est installée à Argelès en 1834, après un logement provisoire  chez monsieur Saint-Pastous. Elles reçurent l’autorisation d’enseigner à des jeunes filles en 1835, puis édifièrent un couvent à partir d’une maison et d’une grange en 1837. Celui-ci fut agrandi en 1858 par l’achat de bâtiments contigus et une donation. En 1957, un étage est ajouté et transformé en dortoir pour les pensionnaires. La chapelle encore visible sera construite en 1967. Depuis ? le couvent est devenu la Maison de la Communauté des Communes de la vallée d’Argelès-Gazost

                                                          chapelle OuroutChapelle du couvent




                              Argeles couvent Ancien couvent devenu la Maison du Pays des Vallées des Gaves.
.


Chapelle du Sacré- Coeur -de- Montmartre

                             Argelès bas     Villa Sacré Coeur

À  gauche, ancienne chapelle et presbytère construite en 1929, pour la colonie de vacances du Sacré-Coeur de Montmartre, devenue depuis 1991, propriété de la paroisse, pour recevoir  les oeuvres sociales. Voir la villa Bernadette dans le dossier Villas balnéaires.

Chapelle du château d'Ourout.  Dans: "églises, châteaux ,fortifications de la Bigorre " de Raoul Deloffre et Jean Bonnefous, nous avons les détails suivants :
"A noter enfin dans le parc au sud de la tour ronde, une petite chapelle rectangulaire sans prétention. Elle est orientée Nord- Sud, juchée sur une petite dénivellation et on y accède par un étroit escalier. Elle est également construite en blocs de moraine parmi lesquels domine le granite. Un retable en bois doré provenant d'une chapelle démolie à Esquièze en est le plus bel ornement. Les fresques sur les murs sont inspirées des peintures de la voûte de la chapelle de N.-D. de Piétat au sud de Saint- Savin." Elle abrite l'ancien banc des seigneurs d'Ourout de la vieille église Saint-Saturnin.



                                                                                                         VIEUZAC

Vieuzac, second village qui, avec Ourout a formé la commune d'Argelès-Gazost a perdu sa personnalité juridique en 1824, ainsi que sa nomination paroissiale, l'église d'Ourout prenant  le relais. L' église de Vieuzac, dédiée à saint Pierre, fut vendue en 1860 à Mme veuve Lassalle, puis en 1872 à Michel Alicot qui l'a démolie pour agrandir son jardin. Elle se trouvait à proximité de la tour, et était initialement propriété d'un l'abbé laïque. Elle abritait une chapelle dédiée à saint Jacques régie par une confrérie de Saint-Jacques qui venait en aide aux pèlerins. Le maître-autel et une cloche auraient été récupérés pour l'église d'Ourout (1) qui sera partiellement démolie et transformée en école, ils passeront par la suite à l'église paroissiale actuelle d'Argelès-Gazost. Une plaque commémorative rappelant le rôle de l'église Saint- Pierre a  été inaugurée  le 8 août 2015.

 
Vieuzac Eglise Saint-Pierre, auteur et date de la gravure ou du dessin inconnus.

                                                         Plaque Inauguration de la plaque commémorative

(1) Argelès et ses vallée d'Henri d'Agrain.


                                                                                                                ADAST

C'est  une église romane très remaniée, qui jadis avait un clocher-mur à deux cloches, typique du Lavedan. Une partie de l'église  date du  XVIIIe siècle, mais il y a très peu d'archives sur sa construction. Vers 1857, on y a ajouté la sacristie et la chapelle nord. Le clocher-tour  date de 1887. Il a été construit après effondrement de l'ancien en 1860 qui remplaçait déjà le clocher-mur d'origine. 
Dédiée à saint Barthelémy, cette église parait moderne malgré son tympan roman historié (probablement du XIIIe siècle) en réemploi, situé au-dessus de l’entrée intérieure. Ce dernier abrite un chrisme , d'un diamètre de 38 cm, assez peu commun. Il est  supporté à bout de bras par un homme accroupi. Orné d'un cercle à palmettes. Il est entouré de personnages énigmatiques : à droite, deux personnages dont une femme (sainte Marguerite ou sainte Mathilde ou Marthe ?) qui maîtrise sous ses pieds un dragon. Elle est flanquée à sa droite par un personnage debout. A gauche du chrisme, deux enfants dansent sur un personnage allongé. Un panneau explicatif se trouve à l’entrée (1).
Sur l’autel, le petit tabernacle du XVIIIe siècle a été rénové en 2002. Le bénitier a pour base une  fleur, genre fleur de lotus(Voir photo). Les vitraux ont été offerts par les filles du célèbre docteur Calot (Berck), qui était alors domicilié au château Miramont ; ils datent des années 1920.

(1) De mémoire, il me semble avoir lu qu'il s'agit de la légende de saint Michel. Sur le panneau d’explication, le personnage se trouve à gauche de la sainte, il est en fait à droite. Cette erreur est reprise par Balencie et Ritter dans leur ouvrage sur la région.

   Eglise dAdast

                                                                                       Église d'Adast. Photo J. Omnès

  
                         Adast autel .      
                                          Autel  et tabernacle   


                                              Adast chrisme 2 
                                                                                                Superbe chrisme


Adast 2                                                                         Dessin de Bernard Pousthomis pour la SESV

                                            Bénitier de Lau Bénitier Curieux, socle évoquant semble-t-il une fleur de lotus ?



                                                                                               AGOS-(VIDALOS)

L'église dédiée à saint Hippolyte, à la tour carrée, est située sur un monticule, probablement une ancienne motte féodale (1). Elle a pris la  place en 1826, d'un ancien prieuré. Le village a été peuplé autour de ce prieuré en 1257, grâce à une charte du comte Esquivat de Chabanais qui accordait alors des avantages fiscaux. C'est le comte de la charte de la tour du moulin médiéval de Lourdes. L'entrée se fait par le jardin.

(1) Il a été découvert en 1975 puis en 1977, dans un jardin proche du presbytère, cinq sépultures du VIIIe au XIIIe siècle, construites sur les ruines d'un habitat de l'époque aquitano-romaine, riche en poteries indigènes et importées. L'une des sépultures est exposée au Musée pyrénéen (cimetière basque). Voir dossier Préhistoire-Protohistoire.

À l'intérieur, la nef centrale est bordée par deux chapelles latérales, dont celle de la Vierge qui possède un beau tableau fin XVIIe siècle (mentionné dans l'inventaire épiscopal de 1781) représentant la Sainte Famille se penchant avec douceur sur l'Enfant Jésus. Le tabernacle du maître-autel de la fin du XVIIe siècle est de l'atelier Jean I  Soustre d'Asté qui travailla avec le doreur Jean Catau. Il ressemble à celui de Vidalos avec son Christ unique surmonté d'une tête d'ange et encadré de deux personnages. Notez à gauche du Christ, la Vierge qui pleure et à droite, Jean avec sa plume qui écrit son évangile. Le bas-relief de droite représente les âmes qui échappent à l'Enfer, aidées par des anges. Derrière l'autel, trône un saint Hippolyte (officier romain avec une épée bien longue) en stuc blanc arborant sa palme de martyr.

Historique
En 1093, l’église d'origine a été donnée au couvent de Saint-Savin (Sén Sabi) par les seigneurs locaux. Cette donation fut confirmée  par le pape Alexandre III. En 1660, lors du tremblement de terre, l’église dut être en partie reconstruite et c’est au XVIIIe siècle que nous avons un descriptif bien précis, lors de la visite épiscopale de 1781. L’église fut rénovée en 1826, et le clocher élevé en 1832-1835. C’est à cette époque que furent construites  la tribune et probablement la chapelle Saint-Joseph et la sacristie. La Vierge de la chapelle de la Vierge fut restaurée en 1963 (dorure à l’or fin). Au XIXe siècle, de nombreux accessoires furent offerts par des villageois, dont les cloches (1818, 1865) des statues (1901-1905), des vitraux (1885). On peut noter que l’église ne possédait pas de confrérie, ni de relique.
« On rapporte que lors de la démolition de l'ancienne  église, il y a environ 30 ans [1828], on trouva une pierre sur laquelle étaient sculptées les armes des Templiers; elle fut enfouie, au dire des uns, sous les dalles du portail de la nouvelle église, au dire des autres, sous le seuil de la porte du presbytère. » Bulletin de la société académique des H-P, 1858. Instituteur Beauxis. Cette information est rapportée par Robert Vié, SESV de 1983 (page 179).
Un descriptif précis réalisé par Hubert Mathieu se trouve à la disposition des visiteurs à l’entrée de l’église.

Eglise Agos Vidalos

                                                   


entrée eglise Agos Vidalos 
                       






                                                                                                       
                                                                                                      Entrée de l'église



                                                     Agos plaque

Plaque : Mgr Lacrampe archevêque de Besançon a été baptisé dans cette église

Agos autel  

                                                        Agos saint 1

                                                   Saint Hippolyte. Photos J. Omnès

Agos tabernacle  
  
                                 Agos tabernacle détail  Tabernacle de Jean  Soustre, détail. Photos J. Omnès

Agos tabernacle                                                                                   Tabernacle chapelle de la Vierge


Agos toile                                                                                La Sainte Famille, chapelle de la Vierge

                                                

                                            Agos Fonts Bapt        Fonts baptismaux. Photos J. Omnès

                                                                                                                 Agos vierge  

 Agos tribune


                                                                                                               ( AGOS)-VIDALOS  
                                    

                                                                                                                                
   Eglise dAgos-Vidalos 1876                                                                        Église de Vidalos Photo J.Omnès

                                            Vidalos tabernacler          Vidalos étendard

                                                                             Tabernacle, étendard de Saint-Michel

L'église Saint-Michel a été édifiée au XIXe siècle. Beau tabernacle. La croix processionnelle a la particularité d'avoir le Christ d'un côté et la Vierge de l'autre. Lors des messes d'enterrement, la face du  Christ devait être présentée au défunt ; dans le cas d'une femme, c'était la Vierge qui devait faire face à la défunte.

                                        Vidalos croix   Vidalos croix Marie

                                                 Croix processionnelle avec Jésus et Marie. Photos J. Omnès



                                                                                               ARCIZANS-AVANT

L’église Saint-Martin, d’origine romane, a été entièrement restaurée au XVIIe siècle. Elle est classée à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Son clocher barlong (rectangulaire) à double impérial galbé et couvert d’ardoise, date de 1759. Au milieu du toit, un clocheton abrite un chimboulet, c’est-à-dire une petite cloche au son clair qui annonçait l’élévation durant la messe. Un petit chrisme roman de 59 cm de diamètre orne la porte latérale de 1733. Une croix latine remplace le P (Rho) habituel et l'oméga classique sous forme de w est remplacé par un genre de fouet à battre le fromage, la lettre est suspendue non pas sur sa branche habituelle du X, en face l'alpha, mais sur celle plus basse ; l’alpha est collé au cercle et les S semble être un serpent au pied de la croix. Le sculpteur semble avoir oublié les codes de la symbolique du chrisme
L'orientation de cette église est assez originale. Elle n'a pas suivi l'orientation habituelle est-ouest (vers Jérusalem), mais a été édifiée avec une entrée sud-est afin que le soleil puisse pénétrer dans l'église, le jour de la Saint-Martin (11 novembre). Elle a été classée le 21 mars 1975, à l'inventaire supplémentaire des M.-H., et sa dernière restauration, sous l'égide de l'architecte des BDF, date de 1998.
Rare église ouverte à la visite.



                               Eglise dArcizans-Avant           Chrisme de léglise dArcizans-Avant
                                Église d'Arcizans-Avant et son chimboulet.                               Chrisme simple       Photos J.Omnès


Arcisans avant

                                                                           Dessin de  Bernard Pousthomis pour  la SESV
                        
Arcizans cuve                                                                      Cuve monolithe, ancien baptistère ? Photo J. Omnès


À l’intérieur

Nous avons une abside circulaire, deux nefs collatérales et une voûte étoilée. Beau retable doré, rococo, à quatre colonnes torsadées où le Christ et la Vierge avec saint Martin côtoient saint Pierre (à gauche) et saint Paul (à droite) abrités dans de fausses niches à décor baroque. À l'attique, le Saint-Esprit domine l'ensemble (1) ; de part et d'autre, deux anges adorateurs. Il aurait été réalisé avec le tabernacle vers 1750-1760. Il est mentionné" tout à fait neuf, très brillant et très délicatement travaillé" dans l'inventaire pastoral de 1781. On pense aussi l'attribuer (avec le tabernacle) à Claverie, à cause de sa facture identique à celle de Villelongue.
Lutrin en bois polychrome. Le bénitier  en marbre noir veiné date du XVIIIe siècle. Un second bénitier  monolithe de pierre, aux lignes  épurées, ornée sur le socle, de quatre besants est situé près d'une chapelle latérale. La première tribune à balustres daterait du XVIIe siècle, il est possible que la seconde ait été ajoutée au XVIIIe siècle ; elle est mentionnée dans l'inventaire pastoral de 1781. La cuve baptismale monolithe, daterait du XIe siècle, elle est protégée par une double porte galbée ajourée de très belle facture baroque du XVIIIe  siècle. Elle ressemble à celle de l'église de Villelongue.
Les chapelles latérales sont consacrées à Notre-Dame et à saint Pierre. Dans celle de droite dédiée à saint Pierre, une toile du XVIIIe siècle restaurée en 1998, grâce à la générosité des habitants, présente le reniement de saint Pierre. Son auteur n'est mentionné nulle part.

(1) Au XVIIIe siècle, le Saint-Esprit remplace Dieu le Père.   


Arcizans Avant 1                                                                   Le  maître autel. Photo J. Omnès     

Arcizan Avant 3                                           

                                                Arcizanns A 6   Arcizans A 4

                                                                     Saint Pierre et saint Paul Photos J. Omnès
                               
Arcizans tabernacle

                           Arcizans A. Tableau      Arcizans A Toile

Chapelle Saint-Pierre, le reniement de Pierre, toile du XVIIIe siècle restaurée en 1998, auteur inconnu. Photos J. Omnès.

Le Reniement de saint Pierre                                                               L'original au Rijksmuseum à Amsterdam, galerie Rembrandt 

                                Arcizans A Chapelle           Arcizans A memorial                          

                                                       Chapelle  de la Vierge ; mémorial guerre 1914-1918

                                                     Arcizans A lutrin         Arcizans A            


Arcizans tribunes            
           Arcizans baptiere         Double tribune et baptistère du XIe siècle protégé par une armoire baroque.

                             Photos J.Omnès

                                                   Arcizans bénitier    Arcizans A statue       
                            Bénitier monolithe médiéval,   orné de quatre besants. Photo J. Omnès                                  



                                                                                                 La chapelle Saint-Roch

Arcizans-Avant abrite depuis des temps immémoriaux une chapelle dite de Saint Roch.

Nous avons connaissance de son existence dès 1656, grâce à un testament au nom de François Failhe-Debat, au bénéfice de ladite chapelle, rédigé par le curé Ostalis. Puis, de 1658 à 1697 nous apprenons, grâce à divers legs d’objets et ustensiles sacerdotaux, rédigés par le notaire Péré, que la chapelle avait parfois le nom de N-D de la Castère, du nom du lieu-dit.
La préparation des visites épiscopales en 1781, par le curé de la paroisse, Jean Lagarde, nous informe que la « chapelle champêtre » était bien lambrissée, planchéié, bien blanche et éclairée par cinq petites fenêtres (ADHP –G 1465). Par le même curé, lors de l’enquête épiscopale des paroisses de 1783, nous savons qu’elle « paraissait fort ancienne » et qu’elle était à l’origine de deux pèlerinages, le premier, la veille de l’anniversaire de la naissance de la Vierge et le second à la saint Roch.

Une légende nous raconte cependant que son origine remonte à une époque lointaine où un novice de l’abbaye de Saint-Savin découvrit en ces lieux le cadavre d’un chevalier assassiné. Une chapelle expiatoire aurait alors été construite à l’endroit du crime.
Lors de la Révolution, la chapelle et ses terrains attenants furent vendus aux enchères au sieur Soulé (ADHP-1Q-45).

 Le 3 avril 20015, André Cuel, du village, cherchant son emplacement pense l’avoir trouvé au lieu-dit de la Castère, parcelle communale 102, aux croisements des positions VGS 84 (degrés décimaux) latitude  42. 993305556- longitude 0.10650000. En fait c'est au bout du chemin de la Catère (dera Castera) sur la hauteur, à droite du pylône. Ses restes de soubassements sont enfouis sous la végétation. Il faut avoir un œil averti. Espérons que la DRAC cesse un jour à mettre en valeur cette découverte.
Monsieur Cuel a réalisé un plan de masse qui laisse entrevoir une surface de près de 100 m². (1) . Plan ci-joint.
http://www.archivesenligne65.fr/collection/7593-proces-verbal-de-visite-pastorale-de-la-paroisse/?n=1

(1) Semblables à celles des chapelles St-Barthélémy à Bernicaze ou Saint- Georges (Sen Yorli)  à Aspin

chapelle Arcizans   Plan de la chapelle réalisé par André Cuel en 2015, avec son aimable autorisation


St Roch 2 Il faut monter vers le point blanc.Le rocher est à gauche du chemin

St Roch 2  2                           
Un débroussaillage s'avère nécessaire, les pierres sont difficilement visibles. Photo J. Omnès, juin 2015

Arcizans Saint Roch                                                                                        Carte Cassini XVIIIe siècle




                                                                                                    ARTALENS-(SOUIN) 1846

L'église romane d'Artalens dédiée à saint Pierre  possède un chrisme de 70 cm sur linteau retaillé, dans une couronne composée de feuillages, avec un S renversé. Au XIVe siècle  (depuis 1342), elle dépendait de Préchac. Elle a été remodelée après le fameux tremblement de terre de 1854. D'où les contreforts du clocher.

 Eglise dArtalens-Soin                                                                 Église d'Artalens-(Souin). Photos J. Omnès


                                                            Artalens 
                                                  Photo de Philippe Roques ©, avec son aimable autorisation (F B)


Artalens  Dessin de Bernard. Pousthomis pour le bulletin de la SESV


À l'intérieur, beau tabernacle du XVIIIe siècle, mais hélas repeint à la peinture dorée, ce qui donne à l'ensemble un aspect matière plastique. Seules, deux statuettes, saint Pierre et saint Paul  un peu cachées par les candélabres ont échappées au désastre. La statuette supérieure sous le dôme, a disparue, elle e été remplacée par une croix de bois. Une insolite et rare statue de Bernadette, semble t'il en terre cuite, trône sur un socle. Elle représente la sainte sans son sabot de droite, son bas à la main. C'est une évocation de sa traversée du Gave, avant d'avoir eu son Apparition. Elle est signée Ozon et est datée de 1995.

Artalens retable


                                         Artalens St Pierre              Artalens St Paul                                      

                                                             Saint Pierre et saint Paul. Photos J. Omnès

                                       Artalens Bernadette 1         Artalens Bernadette 2     

 Soeur Mercedes d'Ozon Artalens Bernadette 3

                                              Artalens chapellle2       Artalens chapelle     

                                                                 Chapelles latérales. Photos J. Omnès



                                                                                      (ARTALENS)-SOUIN (soïn)


L'église de Souin est dédiée à Saint Michel. Beau sol de marbre blanc veiné, tabernacle du XVIIIe siècle.

Souin église 1

Souin église 4


Souin église 2


                             Souin église 7                   Souin église 6

                   Le Tabernacle surmonté d'un saint Michel terrassant le diable ; fonts baptismaux. Photos J. Omnès


                                   Souin église 10                 Souin église 9

                                       Les statuettes mériteraient une rénovation, à droite saint Michel , à gauche ?

Souin église 3



 
                                                                                                (AYROS)-ARBOUIX 

L’église Saint-Martin en pierre apparente, située sur une butte, aurait été romane, mais elle a été restaurée (très restaurée) au XVIIIe siècle. Clocher rectangulaire (barlong). Le chevet présente quelques modillons sculptés sous forme de boules (besants).
Elle est entourée par son cimetière. Par ailleurs, au XVIIe siècle, une pierre sacrée conservée à l'intérieur avait la réputation de provoquer la pluie si on la trempait dans un cours d'eau.
Cette église est à l'origine de la légende du dragon du lac d'Isaby. Les habitants du village ayant réussi à débarrasser la contrée d'un énorme dragon, utilisèrent ses côtes pour former l'ossature de leur chapelle. A peine construite, elle provoqua des pluies incessantes. Les habitants durent alors reconstruire leur église avec des matériaux plus classiques.
 
Eglise dAyros-Arbouix       
 


                  église 2 Arbouix


                                  

Arbouix 1                                                                                    Église d'Arbouix. Photos J.Omnès

                                                Chevet Arbouix    Arbouix Chevet détail
                                                                      Chevet et détails des modillons. Photos J. Omnès

Á l'intérieur, le grand tableau de la crucifixion nous présente saint Martin et en arrière-plan saint Pierre. Le tabernacle en bois doré est relativement chargé de bas-reliefs et de statuettes. La partie centrale représente le Christ Ecce Homo, sujet récurent chez Jean Brunelo. Il est surmonté de Dieu le Père, sortant de son fronton en plein cintre, et lui-même se trouve sous une Vierge à l'Enfant. L'ensemble est encadré par deux cariatides. Les ailes du tabernacle, en retrait par rapport au coffre, sont recouvertes de bas-reliefs et de statuettes dans leur niche. Celles des extrémités  représentent deux évêques : saint Martin et, pense-t-on communément, saint Blaise.

                                             Tabernacle Arbouix    Saint-Martin Arbouix
                                    Tabernacle attribué à Jean Brunelo.             Saint-Martin. Photo J. Omnès  



                                                                                                AYROS- (ARBOUIX)

Une bien curieuse architecture. Une inscription sur le linteau mentionne 1772. Dédiée à saint Germé, elle possède un petit retable dont le mobilier central est un tableau, représentant une crucifixion avec la présence de la Vierge et du saint patron des lieux. Les deux colonnes  torses agrémentées de grappes, de feuilles et de putti, supportent un attique en relief prononcé, d'où émerge Dieu le Père, tenant un globe dans sa main. Certains experts attribuent ce retable à l'atelier Soustre. Les deux statues de bois doré représentent saint Germé et saint Louis avec son sceptre royal. Le tabernacle est orné du Christ Roi surmonté par Dieu le Père. 
 

 .Eglise dAyros                                                            
  Ayros 1772


                                                                   Eglise Ayros 2
                                                                                                              
                                                          Vue du cimetière. Photo J. Omnès

                                Ayros chevet    Ayros autel                 Retable et autel tombeau

                                                   Ayros St      Ayros Ste

Saint Germé avec sa crosse d'évêque et saint Louis avec son sceptre et le coeur du Christ planté de clous de la passion

                                     Ayros tabernacle      Ayros rois mages                                  

                                                  Tabernacle. Toile les rois mages. Photos J. Omnès

                                       Ayros t Joseph         Ayros                                                     

                                                                     Chapelles latérales en marbre blanc


                                   Ayros fonts       Ayros tribune

                                                Fonts baptismaux, on y trouve une fontaine en marbre noir, tribune 


 
                                                                                        AYZAC(Aïzac)-(OST) 1846


L'église Saint-André d'Ayzac, d'origine romane, a été remaniée aux XVIIe et XVIIIe siècles. En forme de croix latine, à nef unique et  deux chapelles latérales, elle est terminée par un chevet semi-circulaire. Le clocher-porche est protégé par un toit d'ardoise à quatre pentes. La porte initiale située au sud et donnant sur l'ancien cimetière a été murée.

À l'intérieur
Contre une abside en pierres apparentes, trône un admirable retable fin XVIIe-début XVIIIème siècle. Au centre, une crucifixion encadrée par deux statues en ronde bosse : Saint- Jean et Marie-Madeleine avec ses longs cheveux, se détachent d'un fond de nuages peints sur une toile. De part et d’autre de celle-ci, siègent deux grandes statues : à droite, celle de Saint -André, à gauche, celle de la Vierge Marie tenant l’Enfant Jésus dans ses bras. Chacune de ces statues est encadrée par deux colonnes torses avec feuillages. Ce retable avec le tabernacle est attribué à l'atelier Claverie de Lourdes.
La chaire comporte un dorsal surmonté d'un abat-voix à lambrequin.
Deux chapelles complètent l'ensemble, celle de la Vierge à gauche et celle de Saint-Roch à droite.

Eglise dOst    
 Ayzac Retable 2
                                                                    L'église d'Ayzac et son retable. Photos J. Omnès
 

Ayzac tabernacle   

Ayzac tabernacle 2 2
                                                    Tabernacle richement décoré attribué à Jean Claverie. Photos J. Omnès
                               
Ayzac chapelle 1      AyzacSaint Roch              
                                  Chapelle de la Vierge et chapelle de Saint-Roch avec son chien

                       Tribune Ayzac                                  Ayzac fonts
                  Tribune de l'église d'Ayzac et fonts baptismaux surmontés d'une statue de la Vierge. Photos J. Omnès

                                                                                                        (AYZAC)-OST(Òst)



                                               Eglise dAyzac           Eglise dAyzac 2
                                                           Èglise d'Ost. Photos J. Omnès

                                                                                    
Dédiée à sainte Lucie, elle est d'origine médiévale et fut reconstruite au XIXe siècle. À l'intérieur, plafond en voûte étoilée.
Nous savons que le premier curé fut nommé en 1280. Et qu'en 1342, la paroisse d'Ost (armée) fut placée  sous la juridiction de l'archiprêtre de Salles, avec toutes les paroisses de la vallée de Bat-Surguère.
En 1846, le village fut rattaché à Ayzac et en 1921, Monsieur et Madame de Lavedan de Cazaubon de la famille des seigneurs des lieux, revenant d'Argentine,  restaurèrent l'église et lui offrirent l'autel et le tabernacle en marbre blanc. Le bâtiment et l'intérieur avec son tableau de  La Crucifixion ont été rénovés en 2010.
C'est en 1668, que le clocher-mur traditionnel dans le Lavedan, fut remplacé par un clocher-tour à quatre pans de murs, plus solide pour recevoir des cloches.

                                                                                 Ost église autel
    Eglise dOst                                                                             Ost, autel et tribune. Photos J. Omnès

À l'intérieur, le choeur, séparé de la nef par un balustre de bois, est dominé par une toile du XVIIe siècle (1651) représentant le Christ au Golgotha. Il est entouré de quatre personnages : la Vierge en robe rouge (la passion), et manteau bleu (la virginité),  à ses côtés saint Jean, l'apôtre préféré de Jésus en vert (l'espérance), Marie-Madeleine, au pied de la croix,  en jaune (la lumière) et sainte Lucie sur la droite qui semble en présentation hors de la scène porte, pleine de douleurs, ses yeux sur un plateau  et de l'autre main sa palme de martyre. Ce tableau a été restauré en 2010 par Martine Brethes.
Le bénitier, en pierre du pays, est supporté par un socle en forme de poire  qui semble surdimensionné par rapport à la vasque.
Les fonts baptismaux sont recouverts d'une armoire à double porte de forme prismatique à panneaux à claire voie et au sommet conique.
Le confessionnal  à trois pans coupés dont la loge principale, celle du curé, est fermée par  une porte à décor en fuseaux parallèles et rayonnants en partie haute.

Ost toile
 
                                                                                       La chapelle de la Madeleine

Cette chapelle se trouve dans le quartier des Cagots d’Ayzac. Dédiée à Marie-Madeleine, elle possède un imposant chimboulet (clocheton) et un chrisme fruste. L'entrée est latérale, orientation Nord. Située dans une impasse sur le chemin de Tanturas (derrière la Fondation Boé), à nef unique et à chevet en cul-de-four, elle a été vendue comme bien national en octobre 1796 (18 vendémiaire an IV), à Lucien Guichard d'Argelès. Elle était enregistrée au cadastre de 1825, sous le même nom. Nous savons qu’elle a été restaurée en 1903, par l'abbé Mengelatte. En 1930, Raymond Hourcastagnou en fit don à la commune. Vers 1957, elle a été sauvée de l'abandon, grâce à l'intervention du guérisseur François-Ferdinand Boé. Elle a de nouveau été restaurée en 1991, par l'employé communal et des volontaires bénévoles. Chaque année à la Sainte-Agathe, aux environs du 22 juillet, a lieu une messe dominicale.
Si son origine médiévale ne fait aucun doute pour nombre de médiévistes et en l’occurrence Bernard Pousthomis qui a étudié son chrisme, (1) Benoît Cursente dans son ouvrage, les Cagots, page 279 (2), la date du XVIIe siècle et nous pousse à « faire le deuil d’une datation médiévale malgré son air de très grande ancienneté (3) ». Pour Bernard Pousthomis, cet édifice est caractéristique des petites églises rurales à nef unique de tradition romane avec abside semi-circulaire « ainsi que l’utilisation de la laie (4) dans la taille du chrisme. Ces faits « nous conduisent à l’attribuer à l’époque médiévale ». Datation qui nous semble plus proche de la réalité, malgré l’absence pour le moment de toute preuve matérielle.

À l’intérieur : un bénitier simple que l’on pourrait attribuer aux Cagots. L’ancienne décoration murale, ciel bleu parsemé d’étoiles dominé par un ange sonnant la trompette, accompagné d’une colombe, a été badigeonnée de blanc en 1991 ; reste la frise composée de feuilles et de fleurs.

(1) Bulletin Lavedan et pays toy, 1981, pages 15-16.
(2) Edition Cairn, 2018
(3) Influencé par Emmanuel Garland
(4) Effet de rayures produit sur la pierre par cet outil.

                                                           
Ayzac Egise cagote                                                 Chapelle Marie-Madeleine des Cagots d'Ayzac. Photos J. Omnès

                             Ayzac Chrisme cagot    Ayzac Marie-M      Chrisme médiéval

                                          Ayzac cagot bénitier      Bénitier des cagots


Question de Guy Trousselle sur Facebook : rapport entre les Cagots et leur choix de Marie-Madeleine pour la dédicace de leur chapelle à Ayzac ?
La réponse est bien difficile car  Marie-Madeleine représente à elle-seule plusieurs personnages : la Magdalena guérie par le Christ, la pècheresse aux parfums délicats et à la belle chevelure et la sœur de Lazare. Laquelle des trois a vu le Christ ressuscité, après avoir assisté à la descente de la Croix ? Cette ambiguïté du personnage en a fit une sainte de tous  les extrêmes « tantôt somptueusement parée de tous ses bijoux, tantôt nue, seulement recouverte de sa longue chevelure en conversation avec un crâne. « Flamboyante pécheresse et modèle de pénitente » aux dires de Jacques Duquesne, elle a évangélisé la Provence. Elle est invoquée pour les peines de cœur. C’est la patronne des cardeurs, des parfumeurs, des plombiers, des prostituées repenties et des tonneliers.

Marie Madeleine 001 Marie-Madeleine pénitente par Johannes Pauwelsz




 
                                                                                             BEAUCENS (Beucens)

Eglise de Beaucens                                                                                   Eglise Saint-Vincent, 1881.


L'église dédiée à saint Vincent remplace l'ancienne église romane. Après le tremblement de terre de 1854, l'ancienne église romane sur les hauteurs du village étant en mauvais état, elle fut en partie restaurée en 1872.  Mais vu sa dégradation, elle ne pouvait plus recevoir du public  Aussi, dès 1881, les messes furent données dans une grange. Après l'achat d'un terrain en 1881, délibération du conseil municipal et accord de l'évêque, une nouvelle église fut construite sur le terrain acheté. Les travaux furent terminés en 1889 et le clocher en 1900.  Elle a été construite d'après les plans de l'architecte G. Larrieu.

Beaucens église 2                                                  Ancienne église, vue du château en 1910

Beaucens 3

Mais, de l'ancienne église peu de documents et de mobilier subsistent, si ce n'est un morceau de l' ancienne table d'autel médiéval découverte en 1976 par R. Coquerel. Longue de 1,45 m sur 0,84 m et 17 cm d'épaisseur, elle présente sur son chanfrein dix demi-boules sur sa partie avant et six de chaque côté, dont l'un est en partie brisé. Analysée par Bernard Pousthomis, celui-ci note que la surface est partiellement layée et comporte deux petites croix de consécration, gravées dans les deux angles de la partie avant. En 1976, elle était placée à gauche de l'entrée, dans le jardin du presbytère. Nous venons de la retrouver en juillet 2018, abandonnée, en partie couverte de végétation dans le jardin arrière. Une demande a été faite auprès de la mairie pour qu'elle soit placée dans l'église, afin d'éviter les dégradations. Cette table est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques (ISMH) depuis 2010. 

Beaucens 001                                                                         Photo Bernard Pousthomis



                                         beaucens 3 Photo Dalle 2010 Ministère de la culture

                                      Beaucens 2  
                            Longueur environ 1,50m largeur 0,85 m épaisseur  17 cm.


Beaucens 3                                                                     Les supports de bois sont pourris. Photos J. Omnès
        
Le12 janvier 2020, la mairie a procédé à son déplacement à l'intérieur de l'église et à sa mise sur pied composé de quatre blocs de pierre. Le travail a été réalisé par Bruno Azavant, l’employé communal, de façon à être davantage mis en valeur et à être en hauteur, comme il l’était autrefois.

Beaucens 5 3
À l'intérieur, au-dessus de l'autel, trône sous une cloche de verre, une Vierge  de bois polychrome du XIVe siècle. Cette vierge allaitant l'Enfant Jésus, provient de l'ancien hôpital de Bédouret aujourd'hui disparu. Il se situait entre le château de Beaucens et le village d'Artalens (Le panneau indique "Nourrice allaitant un enfant"). La chapelle de gauche, abrite  une statue en bois doré. 
L'église est ouverte les lundis de 14 h à 17 h, les mercredis de 9 h à 12 h, et les jeudis de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h. 

Eglise de Beaucens    bénitier Beaucens 1                   

                                             Église de Beaucens. Bénitier en marbre noir veiné. Photos J. Omnès


                               Beaucens N-D de Bédouret         Vierge allaitante                                             
                                                  Vierge allaitant l'Enfant Jésus N-D de Bédouret  XIVe siècle.


                                        Beaucens Stales                    Beaucens vitraux
Stalles-vitraux :   au centre saint Vincent de Saragosse (né à Huesca) diacre-martyr, patron des vignerons, à droite saint Sébastien et à gauche saint Jean le Baptiste avec son oriflamme, patron des bergers.   Photos J. Omnès  


Beaucens        

                                                                                               Chapelle de Bédouret

                                                             Bedouret chemin   Bedouret                                                                                                           Le chemin, cairn-montjoie. Photos J. Omnès

                                                                                       LA CHAPELLE DE BEDOURET :

Située sur la route de Saint-Orens, sur les hauteurs, entre Artalens-Souin et Villelongue, cette chapelle de Bédouret, (synonyme de boulaie) dédiée à sainte Marie Vetule (1) aurait été construite en même temps que l'église de Soulom. Le chemin y donnant accès a été fréquenté durant des siècles par nombre de pèlerins qui venaient également s'abreuver à la source proche, mêlant piété chrétienne et superstitions ancestrales. Le lieu fait régulièrement l'objet de dépôts de fleurs et d’ex-voto. On peut partir de Beaucens, en se dirigeant vers le château, en prenant un sentier à gauche ou d'Artalens- Souin direction sud-ouest. Il faut compter environ 30 minutes dans les deux sens, mais d’Artalens, on descend et de Beaucens, on monte. La chapelle est mentionnée sur les cartes IGN 1647 ET

Historique :
En fait, nous savons qu'elle existait déjà en 1037 (ou 1040), car une charte de l'abbaye de Saint-Orens mentionne à cette époque, le pont de N.-D. de Bédouret. La chapelle et un hospice attenant, étaient l'objet de dévotions et de legs. Ils étaient situés sur le chemin de Compostelle et des sanctuaires espagnols. L'hospitalet ou espitau se trouvait de l'autre côté du chemin. Durant des siècles, trois femmes qui y vivaient, s'occupaient à soigner les pauvres gens. On les appelait les Bedouretas. La dernière, d'origine espagnole, a quitté les lieux pour Artalens, quand la voûte de la chapelle s'est effondrée (2). Le sanctuaire fut acheté en 1794, par le curé constitutionnel de Beaucens. Il le céda en 1828, à la commune. Mais faute de ressources, il fut abandonné et ne présente de nos jours que des ruines éparses. La vierge allaitant l'Enfant a été placée dans une montjoie de la place Sen Sebastia, j'imagine à Beaucens (ce n'est pas précisé), puis à l'intérieur de l'église de Beaucens.


Construction :
La chapelle aux murs de 80 cm d’épaisseur avait la forme de croix latine avec une nef de de 10 m de long sur 4 m. de large à laquelle étaient jointes deux chapelles latérales d’environ 2,50 m X 2, 50 m, un peu plus grande à droite. Celles-ci étaient dédiées à saint Roch et à saint Marc. Jouxtant la nef, mais avec une entrée par la chapelle de droite, avait été érigée la sacristie (environ 3 m X 2 m). L’entrée de la chapelle se trouvait sur le côté droit du transept, au départ du sentier.

Par la suite, après l’abandon, fut construit sur le côté extérieur droit, avec les pierres de la ruine et des schistes, un enclos. Georges Peyruc en 1980, (2) réalisa un plan sommaire nous permettant de mieux comprendre ce tas de pierres éparses. Il mentionne la présence d’une éventuelle table d’autel dalle de 165 cm X 85 cm que nous n’avons pas trouvée et qui était située contre le mur extérieur de la chapelle de droite, sous une niche.

(?) Un rapport avec l’abbaye de Saint-Victor à Marseille ?
(1)    Information de Robert Aymard dans les Sites religieux au Pays de Lourdes.
(2)    Bulletin de la SESV numéro 10, page 189.

bedouret 001                                                                                  Plan Georges Peyruc, SESV, 1980

    Bedouret Hospice                                                                                 Bedouret hospices. Photo J. Omnès

                   Bédouret chapelle Bedouret chapelle. Photo J. Omnès


 
Bedouret fontaine
                                                                                            Fontaine de Bédouret



                                                                                                 BOÔ (Bò)-(SILHEN)
 

À Boô, l'église romane est dédiée à saint Barthélémy. Avec sa tour-clocher et sa porte classique, située sur un petit promontoire, elle a été remaniée au XVIIIe siècle.  La tour carrée coiffée d'un toit quadrangulaire pointu a pu servir de tour de défense au Moyen Âge. Remarquez le petit clocheton (chimboulet) comme à Arcizans. Curieusement, les marches d’accès sont faites de pierres tombales (on va vers Dieu en marchant sur les morts…). Chevet semi-circulaire.

À l'intérieur
, étonnant retable en bois peint en trompe-l'oeil encadrant une toile représentant le martyre de saint Barthélémy. Le peintre ne s'est pas contenté de décorer le retable. Il a également fait profiter de son art, la chaire, les fonts baptismaux et la tribune. Tabernacle en bois doré du XVIIIe siècle. Étonnante voûte en bois peint.
L'église est classée aux M.H.                                    
   Photos J. Omnès                                                                                           
                                                                                       
                                           Eglise de Boô  Boo Silhen 1


Boo Silhen 2                                                      Porte XVIIIe siècle surmontée d'une coquille Saint-Jacques

     Eglise de Boô 2
                                       accès à léglise de Boô   Boo Silhen 5 2
                                       Pierres tombales-escalier                              Adorable fenêtre trilobée. Photos J. Omnès
                                                                                          
Retable Boô 2

Eglise de Boô chaire
     Retable Boô

Tabernacle Boô

Vous pouvez constater sur la photo, au-dessus à gauche, que le placard des fonts baptismaux  est également décoré. Devant le retable, la statue moderne de la vierge de Lourdes et celle de Bernadette gâchent un peu l'harmonie de l'ensemble.




                                                                                                             (BOO) - SILHEN

À Silhen, la petite église romane dédiée à saint Vincent (patron des vignerons) est plus tardive, elle est du XIVe siècle. C'est en fait, pensons-nous, l'ancienne chapelle de la maison noble de la famille Ponts, dont on aperçoit quelques ruines en contrebas. Elle faisait partie de l'archiprêtré de Préchac depuis 1342, avec les églises de Boô et d'Asmets.
Située sur un piton, ancienne motte féodale, avec son clocher-pignon à sept redents, elle présente un petit chrisme rond de 58 cm de diamètre, intéressant, sculpté sur le tympan et recouvert d’enduit. Il a la particularité d'avoir le Kristos, le X supprimé. Et un double Rho (P) stylisé qui le rapproche du chrisme de l'église de Saint Pastous, sans le S à la base de la hampe. Une fantaisie du même sculpteur ? Nous sommes loin du chrisme classique.

Eglise de Silhen  Silhen    Silhen
                                                                                   Dessin de Bernard Pousthomis pour la SESV

                                   Rinceaux Silhen                    silhen chaire
              
                                  Rinceaux des travées à Silhen.                                                            Chaire Photos J. Omnès

À l’intérieur, le retable de la fin du XVIIe siècle est fait de peintures en trompe-l’œil  attribuées à Bernard Donzelot d'Asson. Le décor englobe les portes de la sacristie et les deux travées du plafond lambrissé (un peu comme à l'église voisine de Boô). Le très beau tabernacle de la fin du XVIIe siècle est attribué à l'atelier Soustre d'Asté. Sur la porte, le Christ est accompagné de la Vierge et de saint Jean. Aux extrémités, les deux panneaux sculptés représentent l'Annonciation (Vierge sur le prie-Dieu) et l'Assomption. L'ensemble est surmonté par deux anges adorateurs habillés à l'antique. Très beau décor peint des travées, avec des entrelacs et des rinceaux servant d'abris à des oiseaux  tout en couleur. À gauche du tableau, la statue de l'homme portant un gril (instrument de son martyre ) est celle de saint Vincent, patron des lieux.
L'église est classée aux Monuments historiques. 

                                             silhen tabernacle  2   silhen armoire

                                                                                                                             Armoire baptismale


                                                                                                                ASMETS

Hameau de Boô-Silhen :  sa chapelle est souvent ignorée des passants, car elle est relativement cachée au bout d'une impasse qui donne également accès à une maison privée, ancienne sacristie. Elle ne possède rien de particulier.


                                     Chapelle du hameau dAsmets  Asmet clocher     
  Photos J. Omnès
   

                                                    
                                                                                                        CAUTERETS (Cauterers)                  
 


L’église Notre-Dame de l'Assomption. Cette église paroissiale est de style néogothique (1886). Elle remplace l'ancienne église devenue trop exigüe. Le clocher-porche est postérieur et une dizaine d'années ont été nécessaires à sa construction (1924-1934).

À  l'intérieur, elle possède un étonnant chemin de croix du peintre Baldi (1er prix mondial de peinture de la biennale d’Art Sacré en 1997). Dans le chœur, on peut admirer un important orgue moderne (1990) des facteurs Michel et Guilbert Pesce. Il est composé de 27 jeux, 2 claviers et 1878 tuyaux. Dans un coin, sur la gauche, la vierge blanche sous cloche est celle devant laquelle priait Bernadette, alors en cure à la pension Lapeyre. À cette époque, elle se trouvait dans le jardin.

Eglise de Cauterets

                                                                    Église de Cauterets. Photos J. Omnès 

                                                                          Cauterets orgues             Orgue de 1990


                                                         Baldi 2  Baldi 4  Baldi                                                                                                                    Chemin de Croix de Baldi. Photos J. Omnès


Baldi 3

                                                                                     La Cène de Baldi. Photo J. Omnès
                                   Cauteret Bernadette 2     Cauteret Bernadette 1
                                         La vierge que priait Bernadette Soubirous

Le temple protestant
Suite à l’importance grandissante de curistes français et anglais de religion réformée, la salle de l’hôtel de France n’était plus susceptible de satisfaire aux besoins du culte protestant.
Aidé par le pasteur de Bagnères, Emilien Frossard, le Consistoire d’Orthez décida en 1862, la création d’un temple, sur un terrain, rue de la Raillère, acheté par le chevalier de Nairac et offert au Consistoire des Eglises Réformées. Madame Meillon, née Albertine Senn, protestante d'origine alsacienne, épouse d'Edouard-Alfred Meillon, alors chef des cuisines de l'Hôtel de France et plus tard promoteur de l'hôtel d'Angleterre apporta son concours financier à l'édification du bâtiment.
Par la suite, vers 1991, faute de fidèles, le temple fut abandonné et le mobilier vendu au musée du protestantisme d’Orthez à la maison Jeanne d’Albret. Le terrain situé dans un périmètre d’un site patrimonial remarquable ZPPAUP (Art L632-1 et L632-2 du code du patrimoine) est devenu propriété de Madame S. B.
En juin 2018, la chapelle, sans permis de démolir affiché (comme à Lourdes avec le bâtiment historique Saint-Jean du quai Saint-Jean) a été entièrement rasée pour faire place à un bâtiment. Une plainte a été déposée par des protecteur de patrimoine, auprès du Procureur de la République contre le propriétaire du fait du non affichage du permis de démolir ; ce qui les a privé de contester l'arrêté dudit permis.
Il est bon de préciser que l’ABF comme au quai Saint-Jean à Lourdes avait donné son accord « assorti de prescriptions » Ici, à l’inverse de Lourdes nous connaissons ces prescription de l’architecte des bâtiments de France : « il faudra aménager un espace vert en conservant au sol un marquage de l’empreinte du bâtiment par un pavage en dalles de schiste » Pourquoi il n’en a été pas de même à Lourdes pour la chapelle des cagots ?

(1)    Information Marie-Paule Mengelle SESV 2008.

                                      Cauterets protestants 

Ruines du temple  protestant abandonné vers 1991, faute d'utilisateurs. Photos J. Omnès


Cauterets 2                                                                                                 Juin 2018 ce qu'il en reste

Le nouveau temple
C'est le pasteur et le Conseil de l'Eglise Protestante Unis de France à Tarbes (les Réformés et les Luthériens se sont unis il y a quelques années) qui s'occupent des cultes à l’avenue du Docteur Domer ex-chemin Cancéru où se trouve le nouveau temple après la vente de l’ancien rue de la Raillère. Celui–ci officie en été et sert les autres temps de lieu de rencontre de jeunes avec le Gite d’étape voisin du Cluquet (Petite sieste). 


Jean Begbeder (1894-1965) était propriétaire en 1937 du terrain sur lequel se trouvaient plusieurs structures immobilières : sa maison ou Soureilhade, le gite Le Cluquet et une baraque faisant office d’auberge de jeunesse. En 1992, le 19 septembre, après la vente du temple d’origine, rue de la Raillère, fut édifié face au gite, le temple qui sert aussi aux mouvements d’inspiration protestante. Jean Beigbeder avait légué par une dotation le 23 novembre 1963, Le Cluquet et le terrain attenant aux UCJG (Unions chrétiennes de Jeunes Gens). Ses nièces, héritières du reste vendirent la maison Soureilhade et la baraque de l’Auberge de jeunesse à des particuliers en 1990.

PS : Les UCJG = sous la forme anglo-saxonne au YMCA. J. Omnès

                                         Temple       Plaque 2


                                         Plaque        Temple plaque

 

La chapelle orthodoxe

Cauteret orthodoxe

Maison d'une  princesse russe, le bâtiment sous le dôme servait d'église pour les orthodoxes. Photos J. Omnès

Chapelle du Marcadau
Située après le pont d'Espagne sur le plateau du Marcadau, elle a été édifiée en 1960.

refuge Wallon                                                                                            Cliché de ?




 

                                                                                                                 GEZ

Au sommet d'une butte, son clocher oblong domine la vallée d'Argelès. D'origine romane et cruciforme avec ses deux chapelles latérales, elle a été remaniée aux XVIIe-XVIIIe siècles. La sacristie se trouve derrière le maître-autel. Le linteau de la porte d'entrée est marqué 1611.  L'église est dédiée à saint Germé.
      
     Eglise de Gez 2                                                          Clocher, église de Gez. Photo J. Omnès

Gez

                                               Linteau église Gez Gez clocher

                        Linteau marqué 1611. Photo J. Omnès 

À l'intérieur, petit retable sans grande valeur. Les quatre vitraux datés des années 1920, ont été offerts par la famille Loret

                     Gez Saint-Jacques                  Gez Saint Louis               

                      Deux des quatre vitraux  :  saint Jacques et saint Louis. Photos J. Omnès


Gez autel                     

                                                Gez mision   

                       Autel baroque. Noms des donateurs des vitraux et des anges. Photos J. Omnès



 
                                                                                              LAU-(BALAGNAS) 1846

L'église de Lau est à l'origine, romane, de l'époque de la chapelle Sainte Castère (Voir plus avant). Le premier registre paroissial connu est de 1696 ; l'église était alors dédiée à saint Jean-Baptiste. Tombée en ruine vers 1838, ce n'est qu'après la fusion de Lau avec Balagnas en 1846, que l'on reconstruit une nouvelle église, qui, trois ans plus tard s'effondre, suite aux intempéries. En 1856, nouvelle église qui change alors de nom et devient l'église Sainte-Marie-Lau-Balagnas et est dédiée à N-D de l'Assomption.
L'intérieur moderne est décoré de peintures murales de Berdou (1996). Notez la belle  Assomption du chevet.
.

                                Eglise de Lau                     Lau Peintures intérieures                 

                                             Église de Lau                                                                Peintures de Berdou. Photos J.Omnès    

 Lau fonts

                     Lau tribune                       

                              Tribunes. Photos J. Omnès



         
                                                                                    (LAU)-BALAGNAS (Balannas)

L'église de Balagnas  du XIXe siècle est  dédiée à saint Laurent . Elle a subi plusieurs travaux en 1874 et 1878 (clocher et mur de soutènement),  1890 ( charpente), 1898 (ajout de la sacristie). Toute en hauteur et dans un cul-de-sac, elle a été entièrement restaurée en 2010 avec son cimetière.

                      Eglise de Lau Balagnas     Autel Balagnas     
                Église de Balagnas. Photo J. Omnès
                      Tabernacle Balagnas                            Balagnas St Laurent 3

Tabernacle de l'église de Balagnas. Saint Laurent et son grill, objet de son supplice.  Photo J. Omnès                                        

                                                                                           Chapelle Sainte-Castère

La chapelle Sainte-Castère : à droite de la D921, juste après le pont, sur le rocher de Pentas, au lieu-dit Castet d’Avillac. Laissez la voiture au parking en face et montez la butte à pied. Environ 25 minutes d’un agréable sentier en milieu forestier, présence de nombreux moutons. Cette chapelle, très ancienne, restaurée fin XVIIe siècle par un capitaine au long cours qui avait fait voeu de la restaurer s'il sortait d'une tempête la vie sauve, est citée par une bulle papale de 1168, celle d'Alexandre III. Agnès Mengelle dans  la plaquette Sutton, Mémoire en image, évoque la possibilité d'utilisation de "quelques éléments d'un édifice médiéval" sans autre précision.
La façade est surmontée d’un petit clocher carré à redents à cinq paliers (penàus). Son petit chrisme ressemble à celui d'Artalens. Mais, réalisé sur une pierre friable, l'alpha et l'oméga ont pratiquement disparu. Subsistent cependant les "chaînettes" brisées qui les retenaient, telles des breloques.

Elle a été restaurée en 1882 (toiture), puis en 1991, avec le don du maître-autel, par la famille Bergugnat. C’est tout ce qu’il reste du village de Castet, qui a été abandonné à la fin du XVIIe siècle, suite à des épidémies de peste.

                                          sainte Castère   Sainte Castère chrisme

À l’intérieur, on peut apercevoir, à travers la grille de fermeture, une statue de bois trônant au-dessus de l’autel. Il s'agit de la copie de la statue romane de la Vierge au long pouce. L'original du XIIe siècle est visible au musée de Saint-Savin. Il semble que cette Vierge tenait un bâton (oriflamme ?) dans sa main, vu l'espace entre ses doigt. De même, l'Enfant Jésus aurait pu tenir un quelconque bâton. La statue repose sur un support décoré du XVIIIe siècle.
 Les cloches enfouies dans le sol pour éviter de partir à la fonte en 1789, n'ont jamais été retrouvées.
Chapelle de Sainte-Castère                                            

                              Chrisme Sainte Castère
                                                                              Dessin de Bernard Pousthomis pour le buletin de la SESV

                            te Castère vierge            Vierge long pouce 2

La Vierge médiévale au Long pouce.                Notez l'espace entre les doigts, à droite l'originale. Photos J. Omnès


                                         STE Castere 1 STE Castère 2 STE Castere 4

 Évolution de  la création par M  artine Palacio et Dimitri Lederet, auteurs de la restauration de la vierge enceinte de N-D de Piétat


                                                                                
                                                                                                  OUZOUS (Ozos)

L’église des XVII-XVIIIe siècles est consacrée à Notre-Dame (Nostra Dama) de l’Assomption ; elle a été rénovée à maintes reprises. Le bâtiment et son cimetière ont servi de lieu de tournage au film Le Provincial, du Lourdais J.-B. Gion.

 À l'intérieur, il abrite une statuette en bois doré de la vierge à l’Enfant et à la pomme du XVe siècle. Elle était autrefois au centre de la procession pour la fête locale du 15 août (Nostra Dama). La protection de la sainte vierge n’a cependant pas empêché, en décembre 1906, que des pluies torrentielles provoquent un important éboulement, emportant une partie du village et tuant neuf personnes.
Retable sobre encadré de colonnettes torses. Il est surmonté d’un tableau représentant l’Assomption de la Vierge.  Remarquez la belle croix de procession.
Clé en mairie. 

La chapelle de la Gleisette (Glèisieta)
À la Révolution, le curé réfractaire vint se réfugier pour dire la messe, dans l'une des trois grottes d'Ouzous, la plus grande, appelée  Gleisette-Glèisieta (petite église), surplombant le village. À l'intérieur, séparé de l'extérieur par un mur, il creusa une niche, en entrant sur la droite, qui aurait servi de bénitier. D'après La Boulinère on visitait encore en 1925, cette cavité comme une église. L'histoire légendée nous apprend que le maire, refusant sa présence, le chassa. Mais avant de quitter les lieux, le curé lui aurait dit : "je souhaite qu' il t'arrive malheur." Près de cent ans plus tard, en décembre 1906, de fortes pluies entraînèrent d'importants éboulements qui recouvrirent de boue, personnes et maisons, dont celles de la famille du maire. À la sortie du village, une stèle commémore l'évènement.

Voir plan dans le dossier préhistoire.

                       Eglise dOuzous                 Ouzous V à la pomme  
                                                Église d’Ouzous. Vierge à la pomme.  Photos J. Omnès

                              Ouzous nef 

Ouzous autel La Gleiseita                                   Grotte de la Gleiseita. Clichés Lavedan65.free.fr.  Voir aussi le dossier patrimoine  naturel : grottes



                                                                              (PIERREFITTE)-NESTALAS (Nestalars)

L’église Saint-Pierre de Nestalas (des nestes = torrents) du XIIe siècle vient d’être superbement rénovée (2011). Le sanctuaire a été fortifié vers le XIVe siècle. Au-dessus de son chevet d’origine, présence de mâchicoulis avec un chemin de ronde reposant sur des contreforts en arcs plein cintre. et à chaque extrémité sur une console à triple redents.
L’entrée des Cagots à la base du mur de l'abside (certains évoquent une fenêtre romane) a été murée. Sa réouverture est prévue à la fin des travaux de rénovation. Les corbeaux soutenant le linteau sont décorés de deux sculptures : un oiseau à gauche et deux poissons à droite.
Le clocher-tour à bulbe avec sa porte est du XVIIIe siècle, il remplace l'ancien clocher-mur. Il a un peu souffert lors du tremblement de terre de 1854. Le petit jardin qui se trouve devant la façade Sud, a pris la place de l'ancien cimetière.
La légende veut, d'après M.de Lagrèze, qu’en 1369, les villageois refusèrent de participer à la garde et à l’entretien du ‘’château’’ de Saint-Savin sous prétexte que leur église nouvellement fortifiée suffisait à leur défense.


                                              Porche de léglise de Nestalas Pierrefitte 2
Porche classique de l'église de Nestalas. Photo J.Omnès. L'oméga du chrisme a été en en partie bûché. Dessin de Bernard Pousthomis pour le bulletin de la SESV.



Eglise de Nestalas      

                                                                                        Église de Nestalas. Photo J. Omnès




                                                                          Eglise de Nestalas 2 
    
                                    Nestalas aigle 
  Église de Nestalas et l'ancien presbytère.  Détail d'un des deux corbeaux de la porte latérale dite des Cagots Photos J. Omnès

Nestalas détail 2Second détail corbeau de la porte latérale. Photo J. Omnès


À l’intérieur du bâtiment à deux nefs, le plafond bleu étoilé à nervures est décoré vers l'autel de fresques dont le centre est occupé par la tête du Christ. Celle-ci est encadrée par les quatre Évangélistes et leurs attributs. Derrière l'autel principal, on peut admirer un beau retable, fin XVIIe siècle, en bois peint et doré. Il est attribué à Jean Brunelo comme le tabernacle. Il représente saint Pierre regardant Dieu au-dessus de lui, dans son paradis, entouré d'angelots. Saint Pierre avec deux clés (?) est encadré par deux   colonnes torses décorées de pampres et de putti. Il repose sur un socle dominant un tabernacle richement décoré. Les panneaux latéraux avec leur aileron à enroulement sont décorés de têtes d'anges d'où pendent des guirlandes de fruits.
Ce tabernacle aux personnages plus fins, que l'on attribue aussi à Brunelo, évoque sur le panneau de droite, l'Annonciation et sur celui de gauche, la Nativité.

Les deux chapelles latérales du XVIIIe siècle, aux voûtes de bois peint, sont dédiées à saint Joseph et à Notre-Dame. Celle de Saint-Joseph abrite une statue sur fond de fausse tapisserie. Celle de Notre- Dame, avec son retable en forme de temple grec est composée d'un fronton triangulaire supporté par quatre colonnes lisses à chapiteaux doriques en imitation marbre. Le tableau représente saint Roch et son chien (1852). Il est l'oeuvre de Jean Chevauty, peintre de la ruralité catholique gasconne. Dans le cartouche de l'autel à la Romaine, les lettres A et M entrelacées signifient Ave Maria.
Les culots supportant les nervures de la voûte ont une particularité que nous n'avons trouvé dans aucune église du pays ; ils sont composés d'un cornet conique garni semble-t-il de grenades (le fruit).La grenade est un fruit à haute valeur symbolique depuis la nuit des temps et sous de nombreuses latitudes. Symbole de la fécondité chez les Romains, celui-ci s'est transformé lentement durant la naissance de la chrétienté, en double symbole christique. En premier de par son éclatement qui répand ses multiples grains, celui de la charité et de l'amour du prochain par ses dons multiples. En second, c'est le fruit qui parmi tous les fruits connus, a la croûte la plus dure, de ce fait  il enferme, réunit et protège ses graines mais aussi donne une cohésion au groupe compact pour qu’il puisse murir et acquérir la sagesse. Il est rarement présent dans les églises. Nous en avons retrouvé un dans la sculpture médiévale de l'église Saint Germain l'Auxérrois où un singe se bat avec un quadrupède pour s'appropriéer d'une grenade.

Le fonts baptismaux de belle facture bigourdane, possèdent leur trou d'évacuation, détail assez rare et des portes sculptées à claire-voie. L'ancien bénitier dit des Cagots a été transféré dans la nouvelle église, il date du XIVe siècle. Après rénovation de l’église Saint-Pierre, en cours de finition, espérons qu’il reprendra sa place d’origine. À voir quelques belles maisons anciennes dans le secteur, rue Bossuet. 


                                Nestalas retable  Nestalas Saint                                                    

                                       Retable de Saint- Pierre. Photos J. Omnès
 Nestalas tabernacle 2
Tabernacle, panneau de gauche, belle Nativité, à doite l'Annonciation. La finesse des personnages et de leurs têtes est loin des traits grossiers  des anges des colonnes torses

Nestalas tabernacle

.                                       Nestalas plafond   Nestalas chapelle               

                                        Fresques du plafond.                             Chapelle de la Vierge du XVIIIe siècle. Photos J. Omnès


                           Nestalas st Pierre

                             La chapelle de droite dédiée à saint Joseph

                                             Nestalas Vierge    st roch 3 

Saint Roch et son chien.  Sur le panneau de droite qui se trouve à la cathédrale de Tarbes, l'ange a quitté son bosquet et est venu soigner avec une plume semble t'il, la plaie de Roch.                              

                                                                                        Confessionnal Nestalas
                                                 Confessionnal avec armoire ajourée typique en Bigorre. Photos J. Omnès


Le tableau de Saint Roch
Ce tableau daté de 1852 est de Jean Chavauty, peintre d’origine italienne, de la ruralité chrétienne de l’Aquitaine. Il représente le saint assis à côté de son chien fidèle, qui venait tous les jours lui apporter de la nourriture. Roch montre à Dieu, symbolisé par les nuages rayonnants, la flèche plantée dans sa jambe et tirée par un ange se cachant à l’arrière, dans un buisson fleuri. De sa main gauche, il dirige le regard vers le Livre Sacré qui le sauvera de la mort. L’auteur semble dire que si Roch, atteint par la peste, symbolisée ici par la flèche de l’ange, respecte les commandements de l’Évangile, il sera sauvé.

                                             Nestalas Fonts   nestalas Culot grenade                     

                                                  Fonts baptismaux                                     Culots aux grenades. Photos J. Omnès


                                                           grenade 

Eglise Saint-Germain l'Auxerrois : singe et quadrupède se disputant une grenade. Photo J. Omnès

(1) Pour avoir plus d’information, adressez-vous à l’office du tourisme ouvert  le matin.



                                                                                      PIERREFITTE (Peyrahita)- (NESTALAS)
 

Cette église cruciforme  dédiée à saint Pierre est récente (1959-1960). Elle abrite l’ancien bénitier roman de Nestalas daté du XIVe siècle sur l'inventaire Mérimée (à vérifier). Ce dernier n’a toujours pas réintégré son emplacement d’origine. L’indication « Sans Gasia de Lacasa me fecit » est le nom du sculpteur des deux personnages, deux Atlantes qui soutiennent la vasque avec leurs épaules. L’un a les bras allongés le long du corps avec les mains reposant sur les cuisses. La cuve et les personnages sont sculptés dans un seul bloc, la base ronde dans un autre. Ces deux blocs s'emboîtent l'un dans l'autre.   
Le sujet, celui des Atlantes, est le même que celui de l’église de Saint-Savin et celui de l’ancienne église paroissiale de Lourdes qui se trouve au château fort, mais dans un piteux état, car il est resté à l’extérieur depuis son déplacement de 1907.

Origine de l’église de Pierrefitte
out visiteur peut s’étonner de la présence de deux églises à près de 100 mètre l’une de l’autre pour une si petite commune : Pierrefitte-Nestalas et ce malgré la loi de séparation des Eglises et de l’Etat

Il se trouve que l’industrialisation grandissante de ses activités industrielles ont fait accroitre la population dans les années 1950, l’église médiévale de Nestalas  s'avérant trop petite et les travaux de restauration (et d’agrandissement) trop onéreux et compliqués juridiquement (église classé), une nouvelle église devenait urgente.

L’obstacle de la loi de 1905 qui interdisait toute subvention à un culte, fut alors contourné grâce à l’impulsion de l’abbé Mericq, en faisant prévaloir une ordonnance de 1937 du Conseil d’Etat. Celle-ci autorisait la participation de la commune à condition que le coût  les travaux d’une construction d’une nouvelle église ne dépasse pas ceux des travaux de restauration de l’ancienne.
C’est ainsi que nous avons deux églises côté à côte, l’une propriété de la commune, l’autre propriété de l’évêché, gérée par une association diocésaine.

      Eglise de Pierrefitte                                                                                Église de Pierrefitte. Photo J. Omnès 

                                       Bénitier Pierrefitte     Lourdes                    
                              Bénitier Atlantes de Pierrefitte et copie de celui de Saint-Savin par Margalide Le Bondidier Photos J. Omnès


Pierrefitte orgue                                                                 Les orgues avec l'organiste Pierre Barthez  de Toulouse. Photo J. Omnès




                                                                                                   PRÉCHAC (Preishac)

Cette église romane est dédiée à saint Saturnin. Elle date de 1342, création de l'archiprêtré. Elle dépendait de l'abbaye de Saint-Savin, d'où la richesse de son mobilier. Les larges contreforts ont été réalisés pour consolider l'édifice après le tremblement de terre de 1854. Le presbytère a dû être reconstruit après ce séisme. Il se trouvait antérieurement en entrant à droite où il reste les traces d'une porte qui devait y donner  accès.  Le portique classique a été restauré en 1727 comme le clocher.
La mairie s'est installée dans le presbytère restauré.



Préchac
                                                                                                                Eglise de Préchac 



                                                Préchac porte        Préchac 11                
                                                              Église de Préchac, porte classique 1727. Photo J. Omnès

Préchac 2                                                                                               Préchac dans l'ancien temps

À l’intérieur, le retable baroque du chœur a été très remanié avec ses colonnes torsadées dont deux sont surmontées par des anges et son fronton. La statue de l'évêque serait celle de saint Sernin, celle de la femme, de Sainte Anne ou sainte Élisabeth. Certains experts pensent y déceler le travail de Jean Brunelo. En attique, Dieu le Père sort d'un nuage, le monde dans sa main gauche sous un ciel étoilé. Sur les côtés deux tableaux en mauvais état. Celui de droite représenterait pense t-on, sainte Anne ; celui de gauche représente saint Saturnin (Sernin) et le taureau de son martyre.

Préchac retable 

                                          Préchac statue 1      Préchac statue 2

                                Sainte Anne ou Elisabeth                                            Saint Saturnin (Sernin). Photos J. Omnès

                                   Préchac  Christ                   Préchac attique

                                                Toile du retable,                                                        En  attique Dieu le Père. Photos J. Omnès

                                     Préchac toile 1     Préchac St Sernin                             

                                             Sainte Anne et la Vierge                                           Saint Saturnin (Sernin). Photos J. Omnès

                                         Préchac toile vierge        Préchac tribune

Toile en cours d'analyse, mentionné sur la feuille : la vierge est couverte d'une coiffe bigourdane. Tribune et lutrin


Les deux chapelles latérales méritent une attention particulière pour leur tabernacle respectif . Celui de droite en bois polychrome très coloré, semble pouvoir être attribué à l'atelier Soustre, fin XVIIe siècle. Le coffre présentant Jésus sur sa croix est encadré de deux panneaux sculptés en bas-relief, délimités par deux paires de colonnettes torses. Le panneau de gauche qui  attire notre attention par l'originalité du sujet, représente Jésus allongé, dépouillé de ses vêtements, avant sa crucifixion.

Le tabernacle étroit de la chapelle de gauche en bois doré est probablement antérieur (1670-80). Il peut être attribué, avec ses colonnettes sculptées au tiers inférieur, puis lisses, à l'artisan méconnu, Simon Boisson, originaire de Montpellier.

                                Préchac chapelle      Préchac  chapelle4                                                 

                                  Chapelle de droite. Photos J. Omnès
                                                              
                                            Préchac autre chapelle    Préchac Vierge                 

                                      Chapelle de gauche, tabernacle XVIIe siècle.  Vierge à l'Enfant. Photos J. Omnès



                                                                                                                   SAINT- PASTOUS (Sent-Pastors) 

                         Eglise de Saint-Pastous                           Saint Pastous 5
Eglise et son cimetière vers 1900 St Pastous modillon  Saint Pastous
                                          Modillons. Dessin de Bernard Pousthomis pour le bulletin de la SESV
 
Cette église romane dédiée à saint Pasteur, très remaniée au XVIIIe siècle (entre 1783 et 1786) avec un portique de 1786,  possède un chevet à modillons sculptés. On y voit une tête d’humain sur l’un et une fougère sur le modillon voisin. Le chrisme de 55 cm de diamètre, sur linteau semi-octogonal est déposé dans le cimetière. Le X de la lettre Khi a disparu et le P de  Rho singulièrement représenté. La  communauté de Saint-Pastous possédait au XVIIIe siècle, trois paroisses : Saint-Pastous, Sainte-Marie et Saint-Germès. En 1768, l'église de Saint-Germès fut fermée, les paroissiens furent rattachés à Sainte-Marie. Il ne subsiste de l'église qu'un chrisme en réemploi sur une grange, proche de l'ancien bâtiment. Saint Pastous a bénéficié d'une des cloches de Saint-Orens qui avait été enterrée sous la Révolution pour lui éviter la fonderie. Le presbytère sera rénové en urgence en 1860 et une cloche sera remplacée en 1873. Plusieurs réparations furent effectuées vers 1908.

st Pastous
                                St Pastous modillons 2            Chevet de Saint-Pastous

À l'intérieur, le retable se résume en un grand tableau représentant une crucifixion encadrée par la Vierge et un jeune garçon, probablement saint Pasteur. Toile de médiocre qualité.
Le tabernacle en bois doré, de grande dimension est par contre d'une grande richesse, entre les colonnes torses, les statuettes, les putti et les anges cariatides relevant leur draperie vers le nombril. Le coffre est orné d'un christ surmonté de la colombe du Saint-Esprit au-dessous de Dieu le Père enserré par deux arcs brisés en volutes d'un fronton d'une facture rare.
Ce coffre est encadré par deux bas-reliefs sous forme de médaillon en bois doré représentant à gauche l'Annonciation et à droite la Visitation. Quatre statuettes décorent l'ensemble. Elles représentent Pierre et Paul et aux extrémités, saint Roch sans son chien, tenant un hypothétique bourdon de sa main droite, et Jean l'Evangéliste.
                                                                     Saint Pastous 5 001 3  
                                                                                Tabernacle de Saint-Pastous.

                                                     Saint Pastous 5 001 4Le tabernacle

La chapelle de droite abrite une Assomption symbolisée par une Vierge rigide entourée de quatre anges. Le tout, en bas-relief de bois doré, probablement du XVIIe siècle. L'encadrement rocaille est plus récent. La chapelle de gauche abrite une belle statuette en bois doré de saint Roch.

                                       Saint pastous chapelle 001 3           St Pastous saint Roch 001 4
                                        Chapelle de droite : l'Assomption.                                           Saint Roch du retable central

                                                                                                         Sainte-Marie-de-Lurp

On vous conseille de visiter l’adorable petite chapelle romane : Sainte-Marie-de-Lurp, un peu plus loin.

Une bulle papale (Alexandre III) de 1167 confirme les moines de Saint-Savin (Sen Sabi) dans leur propriété du village de Lurp, mais cette bulle ne mentionne pas cette église. Il faut attendre 1342, lors d'un inventaire de l'évêque Pierre Raymond  de Montbrun, pour voir mentionnée cette église et comme annexe de Sen Pastous (1).

Bien que remaniée au XVIIIe siècle, abandonnée, et récemment restaurée avec soin, grâce à des dons, elle possède un certain charme avec son imposant clocher-pignon à redents qui domine la vallée. Sa corniche d’abside du XIIe siècle, repose sur de petits modillons (consoles sur corbelets). Certains de ces modillons sont sculptés. Les motifs frustes sont souvent géométriques ; trois d'entre eux sont anthropomorphes ou zoomorphes. Elle possède un petit chrisme en provenance d’une église disparue (Saint-Germès) et deux portes latérales (en plus de la grande porte du clocher)  dont une, celle du Nord, reste encore emmurée. Cette porte  donnait accès à une petite chapelle ou à une sacristie. Il n'en reste que les traces au sol.

À l'intérieur,  les murs de la nef, étaient au XVIe siècle, recouverts de fresques. Il en reste des traces. Frédéric Vidaillet dans la revue de la Société des Sept Vallées de 1984, a essayé de les reconstituer. Celles du mur ouest sont les mieux conservées. Elles font penser à un personnage identique répété en six exemplaires. L'abside hémicycle de 4, 30 m de diamètre et voûtée en cul de four. Elle est éclairée de trois baies, dont deux latérales et une axiale.   .
Classée Monument historique, l'église est éclairée la nuit et visible de loin.
Clé en mairie.
(1) J.B. Larcher, glanages, T.I. no 74, pp.173-174. 

                                  Sainte-Marie-de-Lurp              Sainte-Marie de Lurp
Vue de la chapelle Sainte-Marie-de- Lurp sur son piton.  Photo J. Omnès         Plan de la chapelle avec l'emplacement des fresques, 1983, F. Vidaillet.

                                Lurp chrisme                          Lurp modillon 1
                                                                                                       Chrisme et modillon

Lurp chevet 3

                                                              Lurp chevet

Lurp fresque 2

                                                                         Saint-Germès (chapelle et abbaye laïque)

Le hameau de Saint-Germès de la commune de Saint- Pastous, à ne pas confondre avec celui de Poueyferré, était jusqu’à la Révolution avec Sainte-Marie (de Lurp) une paroisse de plein droit dont les registres de 1753 à 1755 sont déposés au Archives de Tarbes (393 E dépôt II  GG1). De ce fait, il abritait une église-chapelle et une abbaye laïque. Les deux bâtiments qui se juxtaposent sont mentionnés sur la carte Cassini (1740-1744). Si le bâtiment qui abritait la chapelle est de nos jours méconnaissable en tant que lieu de culte, et dont les matériaux à sa démolition ont probablement été repris par la grange qui se trouve à sa place, présence du chrisme sur le mur Est, il n’en n’est pas de même de la très belle abbaye laïque (abbadiale), magnifiquement restaurée et située sur un promontoire dominant la vallée. La noblesse de la maison dans son cadre de verdure ne peut que surprendre le visiteur, vu l’éloignement du site de toute activité humaine. 

Saint Germès 2 1

                                            Saint Germès 2 2                Saint Germès 3
    Sur le pilier en ço de Badia, ez Badia      Au fond l'ancienne, chapelle, du moins son emplacement. Photos J. Omnès                                                                                                                    Saint Germès 4                                                                                        L'abbaye laïque. Photo J. Omnès

Il s’agit d’un vaste bâtiment de 26 mètres de long sur six mètres de profondeur, dominé sur sa façade principale orientée à l’ouest, d’un imposant escalier à double volée. Il est recouvert d’un toit d’ardoise à quatre pans, abritant six lucarnes et trois niveaux  d’ouvertures. La porte d’entrée est surmontée d’un linteau décoré d’une couronne de lauriers indiquant 1890, ce qui pourrait laisser penser que ce bâtiment est récent. Information que pourraient confirmer les enduits fait en 2004. En fait, il s’agit d’un très vieil immeuble mentionné sur le plan cadastral de 1826, et dont le sous-sol possède des éléments médiévaux, mais qui a été au cours des siècles sensiblement remanié. La partie gauche de la façade, voisine de la chapelle, aurait semble-t-il été jadis séparé du bâtiment principal, d’où le décalage de la porte d’entrée. Cette partie aurait servi comme le suppose Thibaud de Rouvray dans son étude (1) de tour de logements indépendants pour l’évêque et les prêtres de la famille de l’abbé laïque,  avec peut être une toiture plus élevée. Elle aurait été reliée par la suite au bâtiment principal.

De gros travaux ont été réalisé à partir de 1998, par l’actuel propriétaire ; dont la reconstitution des menuiseries en châtaignier, et surtout au niveau du corps  de l’escalier qui avait tendance à se détacher de la façade. Le poulailler en ruine est devenu un garage.

Les fenêtres actuelles dateraient de 1890, date de grands travaux de réhabilitation. Les bâtiments annexes étaient composés de deux granges, de la chapelle et d’un poulailler édifié après 1826, sans compter verger, jardin, champs et prés.

Jean Bourdette dans sa notice de 1911, des abbés lays (abbés laïques) du Labéda (Lavedan) a consacré un chapitre à ceux de Saint-Germès.

(1)    Bulletin de la SESV de 2018, pages 35-44.
                                                                                   Saint Germes  
Dessin de Bernard Pousthomis pour le bulletin de la SESV
Difficile à trouver. Il est placé sur le mur Est, de la grange Prat construite sur l'ancienne église et voisine de l'abbaye laïque.

Saint Germès 6                    
                                   La grange-chapelle abritant le chrisme sur son mur Est, à vérifier


                                                                                              SAINT-SAVIN (Sent-Savin)


Histoire légendée
L’origine de l’abbaye est incertaine. La tradition veut qu’une première abbaye de bénédictins placée sous la protection de saint-Martin, pourfendeur itinérant du paganisme, ait été construite sur le site actuel pour recevoir le corps de saint Savin. Elle aurait été détruite en même temps que le village, par les Maures vers 732, puis, reconstruite par Charlemagne en 778 lors de son passage à Lourdes. Roland y serait venu faire bénir son épée. Au Xe siècle, Raymond Ier de Bigorre aurait cédé aux bénédictins des droits féodaux sur la vallée, à charge pour eux d’ouvrir des bains et de construire une église à Cauterets. L’origine de cette charte qui serait datée de 945 est contestée par de nombreux historiens. Certains ouvrages évoquent une incursion normande (Vikings) avec pillage et destruction du monastère. Les Vikings étaient « basés » à Bayonne entre 840 et 980 et avaient saccagé Beneharnum (Lescar) vers 850 puis Iluro (Oloron) et bien d’autres villes de la région. Peu de textes affirment cette incursion dans la vallée d’Argelès. Ces Vikings auraient été chassés par le comte Donat.
Lire : Essais historiques sur la Bigorre de Davezac-Macaya, 1823.

Abbatiale de Saint-Savin

                                                                                    Abbatiale de Saint-Savin. Photo J.Omnès


Saint-Savin JACOTTET 1 030                                                                           Saint-Savin au XIX e siècle. Litho Jacottet

Abbatiale

                                                                         L'abbatiale, entrée façade ouest. Photo J. Omnès


Histoire

Ce qui est sûr, c’est que le monastère a été construit par des moines bénédictins en 945 sur l’emplacement d’un palais que l'on pense romain, le Palatium Aemilianum ou Palais Emilien (1), succédant lui-même à une exploitation agricole du nom de Bencus ou villa Bencer (nom du village établi autour du monastère). Le site avait pour nom Saint-Martin de Bencer, puis  en 1036, Savin remplaça Martin. Après sa destruction supposée par les Arabes en 732, et l'aide financière à son développement ou sa reconstruction par Charlemagne en 778, de nombreuses   donations lui furent accordées.
En forme de croix latine, elle  fut  dotée d'un vaste territoire englobant huit villages, par le comte Raymond 1er (en 945).
Le comte Centulle Ier affilia ce monastère à l’abbaye de bénédictine Saint-Victor de Marseille, en 1080, en remerciement de son intervention auprès du pape pour l’annulation de son mariage. Les dons affluèrent et permirent de construire vers 1100, l’église actuelle qui reçut alors les reliques de saint Savin qui avait son ermitage proche, à Pouey Aspé (Uz). Les bâtiments furent terminés en 1167. Mais vers le XIIIe siècle, les lieux devinrent rapidement un centre de débauche peu compatible avec les règles de la congrégation des bénédictins. En 1246, bon ordre y fut mis par Bernard Mayrozio. La puissance des moines était sans limites. De cette capitale monastique, ils géraient une vaste étendue de terres qui allait jusqu’à Cauterets, étendue surnommée Pascaou ou Pascal. Elle comprenait tous les villages de la vallée.  Leurs habitants étaient obligés de venir enterrer leurs morts à Saint-Savin. La vallée de Cauterets aurait fait l'objet d'une donation en 945 par le comte de Raymond 1er, "aurait fait"car l'authenticité du document  fut contestée par les valléens et plus tard par  l'intendant Cyprien d'Espourrins. 
Au XIVe siècle, le bâtiment roman existant fiurent surélevé sur l'ancien toit de lauzes, avec un chemin de ronde. Cette galerie sera restaurée et modifiée en 1857. Le clocher octogonal central d'origine a été surmonté en 1678, d'un toit lui-même octogonal . Il subsistera jusqu'à la Révolution et sera remplacé par le toit conique en éteignoir que nous lui connaissons. La date exacte de la réalisation de ce dernier toit nous est inconnue. J'imagine après la Révolution, sur intervention peut- être de Prosper Mérimée (à vérifier).
Les moines règnaient en vrais seigneurs, ils rendaient justice, prélevaient la dîme et l'impôt sur le lait ou " casadure". La Révolution mettra fin à toutes ces prérogatives.
Les guerres de Religion du XVIe siècle furent fatales au monastère. En 1609, les bâtiments en délabrement n’hébergeaient plus qu’une douzaine de moines.
La suite à partir de la Révolution voir plus bas : église abbataile et monastère

(1) Plaquette d'après le texte de l'abbé Jean Rivière, Saint Savin en Lavedan, 1982
PS :  Jean Bourdette doute de la présence des Romains du Lavedan. Il date le Palais après 711, construit par les Wisigoths chassés d''Espagne arabo-berbère. Mais l'écrivain-chercheur comme de nombreux auteurs de son époque ne pensait pas que les troupes romaines de Crassus qui occupaient Lourdes s’étaient aventurées avec son cortège de civils dans l’arrière-pays, faute de preuves. Or, depuis sa thèse, cette présence ne fait aucun doute grâce aux trouvailles des sesterces d’Antonin, Marc-Aurèle, Maximin et Gordien à Arras et Arrens-Marsous, aux bains de Cauterets et de Gazost avec son autel votif, et celui d’Ourdon…


Le grand portail
Au Moyen Age, ce grand portail était peint afin de donner plus de relief aux sculptures des chapiteaux. Les intempéries ont fait disparaître ces peintures et les Révolutionnaires ont martelé le tympan, dont le visage du christ.
Celui-ci en majesté, debout dans sa mandorle, tient le Livre de vie dans sa main gauche et bénit de sa main droite. Il est encadré par les quatre Évangélistes sous leur forme symbolique : saint Matthieu en homme ailé, saint Marc en lion, saint Luc en taureau, saint Jean en aigle. Ce tympan est proche de celui de Sère.


st Savin porche
Chrisme St Savin


      St Savin Tympan                                                                                         Photos J. Omnès

                                           Chapiteau1 St-Savin             Chapiteau 2 St-Savin 

                                                    A droite, le monstre à la large dentition et  couvert d'écailles         
 
Saint Savin chapiteau 2                                                                         L'hibou et les pies. Photo J. Omnès

St Savin monstre 1  Monstre de gauche. Photo J. Omnès

St Savin monstre 2                                                                                    Monstre de droite. Photo J. Omnès

St Savin chapiteau 1                
L'homme annonçant la Trinité de la main droite. Photo J. Omnès

Les chapiteaux historiés permettaient de faire comprendre l’Évangile aux plus simples. Malheureuse ment la disparition des enluminures et l'état de certains chapiteaux rendent sa lecture difficile.

On peut aisément distinguer deux monstres, face à face qui gardent l'entrée. D'après une plaquette de 1982, de l’abbé Jean Rivière, ayant reçu l'imprlmatur de l'évêque de l'époque Henri Donze : " le monde animal local est représenté par deux chèvres, floral, une fougère, stellaire, une étoile. Le "peuple juif aveuglé devant les enseignements du Messie," par deux hiboux, peuple attaqué par des pies censées représenter les peuples persécuteurs (!?). Étonnante explication dans cette la plaquette, qui, comme le monde médiéval, voit dans le hibou, le peuple juif qui vit dans l'ombre, car il n'a pas accepté la lumière du Messie. Cette vision négative a fait partie durant des générations de la représentation de l'antijudaïsme, mais de là, à représenter les pies comme les "peuples persécuteurs" c'est assez étonnant quand on connait l'histoire de l'Eglise catholique romaine vis à vis de ses "frères égarés". Quels seraient ces peuples persécuteurs, autres que ceux de la religion révélée ? Aussi étonnante est la signification de l’abbé Rivière, sur le personnage accroupi probablement déféquant : « c'est un esclave de ses passions, d'abord debout et gémissant (sculptures voisines), s'accroupit longuement (ici) pour se relever ensuite satisfait, toujours dominé par un horrible démon couvert d'écailles qui l'empêche d'élever ses pensées au- dessus des choses qui intéressent sa digestion » ! (sic). L’homme sur le chapiteau de droite à côté du monstre serait, censé lever la main gauche pour présenter les trois doigts symboliques de la Trinité. Il faut avoir une bonne vue tant la sculpture est actuellement usée.
L'ouverture en demi- lune sur le côté gauche, n'est pas un enfeu. Pour certains, ce serait une fenêtre utilisée par les Cagots pour participer aux offices. Cette version semble peu probable, dans la mesure où ces exclus avaient leur propre église au quartier Mailloc.
La porte latérale du côté sud surmontée d'un chrisme en réemploi provenant de l'ancienne église paroissiale Saint-Jean, ne date que de 1859.
 Lors du tremblement de terre de 1854, la voûte a été fortement lézardée et le presbytère presque détruit.


                                                    Saint Savin chapiteau 1
Sur la facade sud

St Savin pierre en réemploi
Pierre en réemploi, façade Sud, au-dessus de l'entrée de 1859 : un berger, son béret et son bâton  et un oiseau  ou un pèlerin en route vers Compostelle ?


St Savin femme                                                                                  Etonnante sculpture sur un contrefort.

 L’église abbatiale et le monastère à partir de la Révolution
En 1791, à   la demande de la commune, suite  à l'état de délabrement de l'église paroissiale Saint-Jean, l'abbaye devint église paroissiale (1). Il ne restait alors au couvent que 3 moines : Dom Charles Gérard prieur (2) , Dom Nicolas Sudre syndic et Dom Daniel Estibayre.
L'église et le monastère  furent vendus pendant la Révolution. Le docteur Labat acheta le monastère qu' il se garda de détruire . L'abbaye-église elle après sa nationalisation,  servit en 1793, d’hôpital militaire aux soldats venus se soigner aux eaux d’arquebusades de Barèges. Mais une épidémie décimant une partie de ceux-ci ils furent évacués en 1795, sur Tarbes et Cauterets. Non sans avoir auparavant dévasté une partie du mobilier et avoir pillé la bibliothèque (3). l'Etat s'en fit l'acquéreur grace à 'intervention d'Achile Fould.  Ce qu'il  restait des bâtiments fut sauvé en 1838 de la démolition totale par Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments historiques sous le Second Empire. Il classa le bâtiment aux Monuments historiques en 1840 et une commission syndicale créée à la même époque pris la relève dans la gestion des biens monastiques : forêts, estives et thermes.  Mais les bâtiments furent  à nouveau très endommagés à la suite d’un tremblement de terre en 1854. Du couvent, il subsiste cependant la salle capitulaire aux baies romanes et aux voûtes gothiques primitives, entièrement restaurées depuis peu.
Après les lois de 1905, lors de la nationalisation des biens du clergé, le diocèse racheta l'abbatiale et les bâtiments annexes (à vérifier) , sauf l'aile Nord transformée par la suite en école et mairie.

La croix de pierre de la place est de 1783. Le village, qui a su garder le cachet de jadis, a servi de décor au tournage du film Bernadette de Jean Delannoy. Et de toile de fond au roman de Paulo Coelho : Sur le bord de la rivière Piedra, je me suis assise et j ‘ai pleuré.

(1) Elle se trouvait à l'emplacement du monument aux morts actuel. Il est aisé de se rendre compte où se situait le chevet. 
(2) D'après Jean Bourdette. Pour Gustave Bascle de Lagrèze le dernier prieur serait Junot le 46e père abbé sans préciser de date. Histoire religieus de la Bigorre, 1863, page 275..
(3) D'après Jean Bourdette, les soldats auraient fait un trou dans le plancher pour arriver à la bibliothèque. Certains livres se seraient retrouvés dans les mains de quelques particuliers.

Saint Savin XII                                                                                                     
      
                                              Saint Savin XVIIe     Toit de 1678


Abbaye de Saint Savin en Lavedan dans Monasticon Gallicanum                                                                      Gravure du XVIIe siècle Monasticum Gallicanum

saint Savin abbaye 3



st Savin église0006
Plaquette Saint-Savin, 1982.

                                                                      Saint Savin porte latérale   St Savin St Jean

Porte latérale de 1859. Chrisme de l'ancienne église Saint-Jean. Dessin Bernard Pouthomis, bulletin   SESV

St Savin dome                                                                              Dôme sur culots. Photo J. Omnès


L’intérieur

abrite un très beau buffet d’orgues du XVIe siècle (1557), de l'Ecole Toulousaine, reconnu comme l'un des plus anciens de France (1). Il porte les armes de l'abbé de  Foix-Candale. Restauré en 1923 puis en 1995-1996 par Alain Sals et Charles Henry,  le buffet est orné de masques (mascarons) dont la bouche s'ouvre grande par la machoirete inférieure alors que les yeux roulent, lorsque  l’on joue, et ce, grâce à l'impulsion de soufflets. Tout au-dessus des tuyaux de montre, tournent sur un axe, une étoile à droite et un soleil à gauche en imitant le chant du rossignol. Certains érudits voient  dans les mascarons, la représentation de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique (le monde connu à l'époque). Ils sont mis en action lors du Festival annuel de musique sacrée de Lourdes à Pâques, et un dimanche par mois, lors de la messe. Le soubassement a été refait grossièrement au XVIIIe siècle.. Ces orgues étaient également utilisés pour des fêtes profanes qui se déroulaient à l'intérieur de l'église. Les peintures  du XVIe siècle, de la tribune, représentent d'un côté des décors floraux et des instruments de musique et de l'autre, sur la façade Est de ce qui était un ancien jubé,  sept personnages sous des arcades. Ce sont alternativement des prophètes et des sybilles alors considérées,  jusqu'au XVIe siècle, comme des annonciatrices de la parole de Dieu.

Orgue de Saint-Savin

                          St Savin tribune
Tribune Est : le roi David avec sa lyre, la sybille Hellespont, le prophète Jérémie, la sybille Tibur, le prophète Isaïe, la croix à la main, la sybille Agrippa, un fouet à la main évoquant la flagellatiion et non visible, le prophète Daniel.(1)   Il est mentionné en latin dans la partie postérieure de l’orgue : « Cet orgue fut élevé en l‘honneur de toute  la Cour Céleste, en l’année 1557 »

Saint Savin orgue 2Pendant que les mascarons claquent de la machoire inférieure, l'étoile et le soleil tournent en imitant le chant du rossignol. Cela ne dure que quelques secondes.

st Savin mascaron                                                        C'est la machoire du bas qui claque sur celle du haut. Photo J. Omnès

Le grand Christ en croix, au torse décharné est un bois polychrome sculpté des XIIIe--XIVe siècles. Il est d’origine espagnole. D'après l'abbé Jean Rivière (1952), l'imagier qui l'a sculpté a voulu "surtout  exprimer les diverses  phases  de l'agonie de Notre-Seigneur"


St Savin Christ 3
Christ St Savin
                                                              st savin christ  Photo Amis de Saint-Savin

Le sarcophage de saint Savin en marbre noir qui sert de maître-autel date de 1036. C'est le second tombeau du saint. Voir plus bas le maître autel.

Une tour eucharistique des XIVe-XVe siècles est située derrière l’autel. Elle est en bois doré de six mètres de haut avec trois étages. La voûte du premier étage est ornée de l'agneau pascal qui est entouré par six anges musiciens portant un violon, un luth, une guitare, une harpe, un psaltérion et un orgue portatif. On pense que le récipient contenant les hosties était suspendu avec une chaîne. C'était l'ancêtre du tabernacle (1). De nombreux visiteurs se posent des questions sur la présence de l’imposant cristal de roche dans le ciborium. Les autorités locales ont pensé qu’il serait bon de pourvoir le maître-autel d’un tabernacle et de rendre au ciborium du XIVe siècle sa fonction première. Aussi, ils demandèrent à un artiste, David Pons, imagier à Paris, de réaliser un tabernacle de conception moderne. Ce fut fait en 2005, avec ce cristal de roche évidé, dans lequel se trouvent les hosties consacrées. Le cristal possède une petite ouverture à l’arrière. Il repose sur un socle en bronze doré, soulevé par les six anges évoquant la Jérusalem céleste. L’inspiration de l’œuvre vient du livre de l’Apocalypse.
(1) Avant l’apparition du tabernacle au XVIe siècle, les espèces eucharistiques étaient placées dans un niche creusée dans le chevet ou placées dans une boite suspendues au-dessus de l’autel au moyen d’une chaîne, les tours oeucharistiques vinrent remplacer les récipients suspendus.

                                          Tour eucharistique                Cristal de roche                                                                    
                                                             Ciborium et son cristal de roche. Photos J. Omnès

Sur les côtés du chœur en cul-de-four, deux vastes panneaux de bois peints du XVe siècle narrent en dix-huit scènes, la vie de saint Savin, celui de gauche a été nettoyé Les encadrements sont également du XVe siècle. La lecture se fait par le bas de gauche à droite, en remontant les trois étages. Exemple sur le panneau 1, on voit  Savin quitter sa mère veuve.
Stalles en noyer à double rang du XVe siècle, l'une d'entre elles est décorée des armes de Mgr François de Foix- Candale abbé de 1540 à 1606.

Les chapelles
L'absidiole du transept Nord (à gauche)  abrite une chapelle intitulée chapelle de la Vierge. Le maître-autel réalisé en 1857 est constitué d'une mosaïque de marbres des Pyrénées. La Vierge, oeuvre admirable de l'École flamande est du XVIIe siècle. La voûte et les murs ont été peints en 1858, par Chavanty. Les deux toiles du XVIIe siècle du fond, représentent l'Annonciation et la Nativité. Elles sont encadrées par de belles  boiseries Renaissance.

Chapelle de Saint Savin 2

Dans la chapelle de l'absidiole Sud, dédiée à saint Pierre, au vitrail dédié au saint, un très ancien autel de pierre date du IXe siècle. Il est surmonté d'un tabernacle doré réalisé au XIXe siècle, en 1847 marqué sur l'un des battants de droite. L'autel avec rainures, d'après l'abbé Jean Rivière (1952) serait une pierre sacrificielle païenne des VIII-IXe siècles. Elle mesure 1, 65 m sur 1, 09 m avec 20 cm d'épaisseur. Il pense qu'il s'agit d'un autel romain situé à Bencer et qui fut réutilisée par les premiers chrétiens du village.

Chapelle
 
                                                     Saint Savin autel                               St Savin sculpteur
                          Chapelle avec l'autel d'origine païenne du IX e siècle (temple antique) ; rainures de la pierre. Détail du tabernacle

À droite, l'autel sainte Catherine du XIIe siècle est surmonté d'une toile qui remplace le tableau de la sainte dont un simple morceau (la tête) présenté au Musée a pu être sauvé. Il se trouvait derrière le maître-autel. C'est là que venaient prier les habitants du Pascaou de Saint-Savin et de la vallée d'Azun, lors des messes funéraires (Voir dossier traditions - obsèques). 
L'autel est un simple cube de pierres de 1, 70 m de long et de 0, 90 m de l'arge sur une épaisseur de 20 cm. Il ne présente aux angles aucune croix liturgique, mais au centre est encastrée une pierre consacrée.
Le tableau actuel encadré d'un retable Renaissance en noyer ciré, est une copie de la descente de la croix de Le Sueur faite par Dimier. Il a été réalisé après la peste de 1657.

Saint Savin autel 3                                   Autel du XIIe siècle.sous le tableau ex voto à suite de la peste de 1653. Photo J. Omnès 

                                    St Savin Catherine                           St Savin ex voto
                                              Ce qu-il reste du tableau de sainte Catherine (musée du Trésor). Descente de la croix.

À son pendant à l'extrême gauche (mur Nord) l'autel à la romaine intitulé N-D de Pitié est surmonté d'une peinture de l'école espagnole du XVIIe siècle, offerte en ex voto lors de la peste de 1654 qui a décimé plus de la moitié des habitants de la vallée. Le Christ est encadré à ses pieds, à gauche par saint Sébastien et à droite par  saint Jacques ou saint Roch et saint Benoît à qui est dédié l'autel.

St Savin ex voto                                                                                             Chapelle de N-D de Pitié XVIIe siècle

Les trois chrismes moins connus
En plus du chrisme du porche principal se trouvent trois autres chrismes moins connus :
1) Le premier se trouve au-dessus de la porte latérale ouverte vers 1859 et qui provient de l'ancienne église paroissiale Saint-Jean-Baptiste. Dessin de B. Pousthomis

                                                Saint Savin porte latérale  St Savin St Jean

2) Le second se trouve sous l'auvent du musée, à la porte d'entrée des moines, porte ouest. Gravé sur un linteau droit, il mesure 42 cm de diamètre. Mais la pierre est en partie cassée, ce que ne mentionne pas Bernard Pousthomis sur son dessin de 1980. Le coup serait-il postérieur ?

                                            St Savin Chrisme 34   St Savin abatiale 2
Chrisme sous l'auvent ; le dessisnde B. Pousthomis (1980)  ne mentionne pas cette fracture                                                                                                                                 
3) Le troisième chrisme est assez énigmatique. Placé au sol dans le musée du trésor il est gravé sur le coté d'un linteau droit. Il semble que la partie centrale présente un certain cercle, une tentative de sculpture ? Par ailleurs, la pierre est percée de deux trous circulaires qui pourrait faire croire que la dalle a pu servir de support à une fontaine : tuyaux d'arrivée et évacuation. Il pourrait s'agir en fait du chrisme de l'ancienne église-chapelle des cagots de Mailloc (Mailhoc), en contrebas. C'est aussi l’assentiment du responsable du Musée, Jean-Vincent.
  

Saint Savichrisme 23 Le chrisme dans le musée. Deux trous traversent la piere comme pour son utilsation en évier, mais au dos ce n'est pas un creux genre vasque que nous avons découvert, mais une rigole.

                                       Saint Savin Chrisme 34  St Savin chevet
                                                                                          Dessin de Bernard Pousthomis SESV, 1980

S SAVIN chrisme 6 2                                    À l'arrière du tympan, la pierre est creusée d'une longue rigole Son utilité nous est inconnu.

Les cuves de l'église : bénitiers-fonts :
Dans le croisillon sud, trône un bénitier des XIIe-XIIIe siècle, dit improprement des Cagots et qui ressemble à celui de Pierrefitte ou de l'ancienne église de Lourdes (1). Il se trouvait en 1859, à l'extérieur du portail sud  réalisé à cette date. Deux "Atlantes"  supportent la cuve sans ornement. L'histoire (légendée ?) veut qu'il provienne de l'ancienne chapelle des Cagots située à Mailhoc ou Mailloc (quartier au bas de Saint-Savin). C'est pour cela que certains affirment que les personnages  sont des cagots. Ce bénitier viendrait, je pense, de l'ancienne église paroissiale Saint-Jean démolie pour vétusté en 1855-56. Lors du transfert de l'église paroissiale pendant sa démolition à celle de l'abbaye, le musée de Bagnères-de-Bigorre s'en serait accaparé. Il a fallu l'intervention d'un ministre pour qu'il réintègre Saint-Savin en août 1856. (2)
À Oloron-Sainte-Marie, les Atlantes qui supportent le trumeau central de l'église sont visiblement des maures, ce qui ne semble pas être le cas à Saint-Savin comme à Pierrefitte.
(1) Salven Guillotin mentionne dans son ouvrage (1996) que ce bénitier  a été reproduit par Margalide Le Bondidier en 1931 pour le Musée pyrénéen au château de Lourdes. Exposé à l'extérieur, l'érosion du temps le rend méconnaissable.
(2) Salven Guillotin, archéologie midi pyrénéen, 1996

Le grand bénitier de forme décagonale qui repose sur une frise aquitano-romaine formée d'une corde entrecoupée de noeuds, serait une cuve de mosquée ramenée d'Espagne après les guerres d'Aragon (1094-1114).
La cuve baptismale qui se trouve en entrant sur la droite est  représentée par un bloc de granit de 1, 30 m de diamètre et de 0, 80 m de haut. Elle est protégée par une armoire du XVIIIe siècle, semi- circulaire ajourée

                                              Bénitier des Cagots  Bénitier Pierrefitte
                                  Bénitier dit des Cagots (Atlantes).                       Bénitier de Nestalas. Photos J.Omnès

 Copie au château de Lourdes réalisée en ciment par Margalide Le Bondidier  en 1931. Photo J. Omnès

 Lourdes

 Saint Savin bénitier 1 3                           Grand bénitier

Saint Savin bénitier 2                                                                                    Détail du grand bénitier. Photo J. Omnès

St Savin fonts                                                                 Armoire ajourée  XVIIIe siècle des fonts baptismaux. Photos J.Omnès


Les portes intérieures 
Vers le bénitier dit des cagots, dans l'épaisseur des murs, la porte de style hispano-mauresque abrite l'escalier conduisant au clocher et aux combles. Une barre côté intérieur barricadait la porte pour se défendre des assaillants. Une seconde porte de même style à gauche, en entrant menait aux tribunes , elle a été obstruée après le tremblement de terre de 1854.

                                                                    Saint Savin porte Accès aux combles.

Les peintures
des XVe,  XVIIe et XVIIIe siècles, elles sont assez abimées et mériteraient toutes une bonne restauration.

St Savin autel Très surprenants sont les deux tableaux se faisant face. Ils  retracent chacun en neuf compartiments, la vie du saint. On les date du XVe siècle. Les encadrements sont modernes. Seul le panneau de gauche a été restauré.
    
                                                                         St Savin vie 
 Panneau du XVe siècle, relatant la vie du saint. Celui-ci a été restauré, mais pas son pendant.
Photos J. Omnès

Saint Savin toile Toile du XVIIe siècle représentant Louis XIV commandant ses troupes. Un Rubens ?  Il mériterait un nettoyage, comme la plupart des autres tableaux. Photos J. Omnès

                                 St Savin toile                    saint savin Toile 2
                                                Sainte scholastique en prière et saint Benoît ; toiles du XVIIe siècle

Les tombeaux

Le tombeau-maître-autel
De forme parallélépipédique rectangle et  monobloc en porphyre noir, la pierre de ce tombeau viendrait d’une carrière proche, vers N-D de Piétat. Sur la face principale,  quatre arcatures plein cintre reposent sur des colonnes géminées à chapiteaux ornés de feuilles. Les faces latérales sont lisses. À l’origine, sur ce sarcophage, que l’on peut dater du XIe siècle (1), était posée une grosse dalle de schiste. Elle a été remplacée au siècle dernier par du marbre d’Arudy. Le sarcophage abrite deux vases ronds en poterie, placés par Mgr Laurence en 1850, dans un reliquaire en fer. Dans ces vases se trouvait  une matière terreuse mélangée à des débris d'ossements provenant du reliquaire du Musée. Ces matières  de terre et ossements étaient placés avant 1634, dans l’ancien reliquaire de cuivre argenté qui est exposé au Musée du Trésor. On peut penser que le transfert du contenu du reliquaire à l’intérieur du sarcophage a eu lieu après 1634 (2).
L’emplacement du tombeau a varié au cours des siècles, tantôt il se trouvait seul, tantôt il servait de maître-autel, avec à l’arrière, la tour eucharistique toujours présente actuellement. Au XVe siècle, (avant 1656), il se trouvait avec la tour eucharistique, au milieu du chœur. Ce n’est qu’au XVIIIe siècle, sous Louis XV, que les moines installèrent un autre maître-autel en marbre de toutes les couleurs, bombé à la Romaine et plus proche du goût de l’époque et réalisé par les frères Mazetti. Il a fallu attendre 1948, et la restauration du sarcophage pour qu’il reprenne sa place initiale comme maître-autel. L’autel Mazetti fut alors déplacé dans une chapelle latérale, celle de la Vierge.

(1) 1036, date de la construction de la nouvelle abbatiale pour recevoir plus dignement les restes du saint, objet de pèlerinage.
(2) date de visite d’un pèlerin de  Saint-Maur.

St Savin Tombeau                                                                                              Autel tombeau saint-Savin  
                   

L'enfeu
Sur le mur Sud, dans l'épaisseur du mur est niché un enfeu du XIe siècle. Il est  surmonté d'une statue de Saint Antoine. Il abriterait un couple, probablement le père et la mère de l'abbé Arnauld (1059) bienfaiteurs de l'abbaye. Monseigneur Laurence a fait ouvrir le tombeau en 1850. C'est à son ouverture que l'on a trouvé, posés sur des barres  fer, les squelettes de  l'homme et de la femme.
                                                                                 
SSavin Enfeu                                                                        Enfeu surmonté d'une statue de saint Antoine.  
   Les stalles      .                                                                      
   Les 28 stalles du XVe siècle en bois de noyer  ne compte qu'une méséricorde.                                                                           

                                 Saint Savin stalle 2             St Savin stalle

                         Détail des stalles du XVe siècle (28). L'abbaye n'a jamais dépassé 13 religieux. Photos J. Omnès

                               
Le toit
Au XIVe siècle, le bâtiment roman existant a été surélevé sur l'ancien toit de lauzes, avec un chemin de ronde. Cette galerie sera restaurée et modifiée en 1857. Le clocher octogonal central d'origine a été surmonté en 1678, d'un toit lui-même octogonal. Il subsistera jusqu'à la Révolution et sera remplacé par le toit conique en éteignoir que nous lui connaissons.

Clocher 5 Clocher 8 Clocher 2
Clocher 7 2Le nouveau toit posé au XIVe siècle sur l'ancien toit en lauzes est soutenu par de gros poteaux. Photos J. Omnès

                                     Clocher 11 1                      Clocher 3

Le clocher comporte quatre cloches
Pour en savoir plus, très intéressant  petit film : http://patrimoines.midipyrenees.fr/visites-virtuelles/Hautes-Pyrennes/Saint-savin/fr/saint-savin/videos/chapitre-1.php


La salle capitulaire(XIIe siècle)
Cette salle de 8 m de long sur 6 m de large, antichambre du musée, abritait jadis jusqu’en 1791, les réunions concernant la gestion du Pascual de l’abbaye,  dont les biens s’étendaient depuis 1070, jusqu’aux thermes de Cauterets. Elle est composée de six travées aux voûtes en ogive. Les deux colonnes centrales surmontées de chapiteaux  sont  antérieures au XIIIe siècle, leur soubassement est du XIe siècle. Les deux fenêtres encadrant la porte sont ornées par deux doubles chapiteaux historiés dont les significations pour l’abbé Jean Rivière échappent un peu au commun des mortels : aux nombres de rosaces, triangles, croix, collier l’abbé y voit les sociétés secrètes luttant contre l’Eglise, et au bestiaire serpent, corbeaux, cerfs, vaches il y voit des divinités orientales  entourant satan : le visage à la barbe hirsute (fenêtre Sud). Son pendant de la fenêtre Nord,  à la barbe « annelé » (1) serait le Christ.
(1)    Avec boucles

                                    Entrée salle capitulaire St SavinL'

                                      Entrée
                                                  Entrelacs St Savin   Entrelacs Aras 

Deux décors à entrelacs fréquents au Moyen Âge, à gauche chapiteau de St-Savin, à droite entrelacs château d'Arras (coll. privée). Photos J. Omnès 

                                                        Chapiteau tressé

                               Entrelacs médiévaux, exemple de l'abbatiale de Saint-Pé
  Chapiteau 1 St Savin                                                                              Chapiteau, détails. Photos J.Omnès

                                        Chapiteau 2 St Savin      Chapiteau 3 St Savin 

Les chapiteaux du cloître 

Ce cloître était réparti sur deux étages. Après la Révolution et ses destructions, le cloitre supérieur n’existait plus et celui du rez-de-chaussée n’occupait plus qu’une aile où se trouve le trésor. Combien de chapiteaux géminés existaient-ils ?  Difficile de le calculer. Sur le plan de Monasticum Gallicanum   de 1659, on peut en dénombrer près de 90 . De nos jours, seuls subsistent 25 chapiteaux à Saint-Savin et une dizaine, de belle facture et bien conservés  à l’abbaye de Tournay, quatre disparus de la fontaine Péghule à Argelès, et quelques uns chez des particuliers. Soit en tout une quarantaine. A l'abbaye de Tournay, grâce à la disponibilité du frère Michel nous avons pu admirer, ceux déposés dans les parties privatives de l’abbaye. Nous l’en remercions.

                                                                                St Savin cloître 1  Le cloître au XVIIe siècle, 1659.

St Savin cloître 2
St Savin 3 cloitre
 Belle ornementation de feuilles d'eau striées, genre fougères, doublées à l'arrière de feuilles à à crochet, supportant une boule ou un fruit. 


St savin cloitre 4 F
ait prtie des chapiteaux zoomorphes. les volatiles à têtes de monstre, genre léonin et à queue de serpent s'entrecroisent pour ne présenter qu'une tête par couple. Ces têtes semblent dévorer les queues des volatiles voisins. Le plumage est finement exécuté par des stries de factures différentes. Photo J. Omnès

                                                             St Savin cloître 5

Béatrice Morisson dans une importante étude de ces chapiteaux y voit d'énormes têtes de démons au sourire satanique et aux oreilles pointues. Dirigées vers le bas, on voit très nettement les arcades sourcilères qui se confondent avec la chevelure. Ces têtes  reposent sur des feuilles d'eau dont les tiges partent des astragales. Elles sont bordées de fleurs à six pétales. Photos J. Omnès

                                               St Savin chapiteau 8                  St savin chapiteau 9


st savin chapiteau 7 En alternance tête de moine (?)  et tige florale qui pourrait être comparée à une fleur de lis, symbole de la pureté, mais dont les deux pétales reptésentent la tête d'un volatile. Les coifures varient en fonction de l'emplacement les visages d'angle ont une chevelure à frange alors que ceux ceux du milieu ont une raie. Photo J. Omnès

Le trésor

Ouvert en juillet et en août, tous les jours, sauf le dimanche matin, de 10 h à 12 h et de 14 h 30 à 18 h 30. En basse saison, de septembre à juin, de 14 h 30 à 18 h 30. Participation : 2 € ; gratuit pour les enfants de moins de 16 ans. Ce musée a été créé par le curé de la paroisse Jean Rivière vers 1950.  Visite guidée sur demande. On peut y admirer une statue de la Vierge Noire des Croisades et une Vierge au long pouce du XIIe siècle (venant de la chapelle de Sainte-Castère), une belle armoire aux reliques du XVIIe siècle, la châsse de Saint -Savin du XVe siècle, sous forme d’un petit château en cuivre argenté, des vêtements liturgiques et des bustes reliquaires ainsi que des chapiteaux du cloître disparu. La vierge noire aurait été rapportée de Palestine par Centulle II, comte de Bigorre, lors de la première croisade avec Godeffroy de Bouillon et Gaston IV de Béarn. Le long pouce de la seconde statue serait le symbole de la puissance de la miséricorde de la Vierge. Vente d’une monographie intéressante sur la chapelle N-D de Piétat.

Le reliquaire de Saint -Savin 
Ce reliquaire de Saint-Savin se trouvait avant la Révolution, dans l’abbaye, puis fut déplacé en 1793,  lors de sa fermeture, dans une sacristie édifiée dans le bâtiment qui allait devenir l’annexe de l’hôpital de Barèges. Enfermé dans une armoire aux reliques, il rejoignit en 1992, la salle du trésor nouvellement créée.
La châsse de cuivre argentée réalisée au début du XVe siècle, à la forme d’une boîte rectangulaire, flanquée aux angles, de quatre tours cylindriques à toit en pinacle et surmontée d’un toit à forte pente. Le tout, repose sur quatre lions assis. La face principale est ornée de trois fenêtres, dont une  centrale, plus grande, de forme gothique encadrée de deux autres, de forme rectangulaire. La fenêtre centrale permet d’apercevoir quelques ossements du saint. Cette ouverture est surmontée d’une statuette en ronde-bosse tenant une crosse abbatiale (bien que Savin ne fût jamais abbé) ou un bâton de pèlerin orné de feuilles ; les avis des experts divergent. Les sommets de la boîte et du toit sont ornés de trèfles finement ciselés. Sous la statuette on peut lire : « sancte Sabine ora proni bis ».

                            Saint Savin reliquaire
                   Reliquaire de Saint -Savin. Carte postale ancienne
Reliquaire 4
Prison  monacale de Saint-Savin
Grâce à Jean-Vincent Roux, responsable du musée du Trésor de Saint-Savin, nous  apprenons l’existence d’une prison au XIIe siècle dans les murs de l’abbaye. Nous avons connaissance de ce lieu appelé « ergastulum » par le plan de 1678, extrait du Monasticum Gallicanum (1) et visible sur celui du bénédictin Plouvier de 1657. Et confirmation de l’enfermement de moines dévoyés, par   Bermond de Mairosio ou Mayrosio (2) envoyé en 1246, par l’abbaye de Saint-Victor de Marseille. Envoyé pour mettre de l’ordre dans l’abbaye lavedanaise aux mœurs relâchées, peu propices au respect des règles bénédictines. Dans sa lettre-rapport, Bermond de Mairosio (Mayrosio), fait part des désordres qu’il a rencontré sans trop fournir de précisions et condamne quatre des cinq moines accusés, à cinq ans fermes d’emprisonnement et un à un an. Par Bascle de Lagrèze (3) nous savons que les moines condamnés à 5 ans furent Arnaud de Silhen, N. de Marchos et Pierre de Soulom et à un an, Arnaud du Plan.

Ce qui est moins connu c’est que cent ans auparavant en 1145, sous le « règne » de l’abbé Ramoun de Mayrosio (1145-1167), la prison eut un célèbre détenu, le moine Arnaout de Couhita. Ce dernier s’était enfoui en Espagne en emportant la caisse » du couvent suite à une infernale pensée « fraude diabolica deceptus. » Pris de remord ou d’ennui, il revint plusieurs années après (4)  au couvent reprendre sa place. Le père abbé Ramoun ne l’entendit pas ainsi et le jeta au cachot. Aussi son frère Bernat de Couhita, bon chrétien commanda prières sur prières et versa chaque année une aumône jusqu’à ce que l’abbé Eméno II le fasse délivrer en 1180 !  (5)

(1) 168 planches répertoriant les 147 monastères bénédictins de France (XVIIe siècle).
(2) ou Bermonde de Mayrosco.
(3) Histoire religieuse de la Bigorre, édition Hachette-BnF, 1863 page 243.
(4) L’historien Marca ne précise pas la date.
(5) Annales de Bigorre Jean Bourdette, édition Lacour page 367 et Gustave Bascle de Lagrèze histoire religieuse de la Bigorre édition Hachette- BnF, page 270.




Plan St Savin 1



L’emplacement de la cellule trouvée par Jean- Vincent est situé juste après la salle capitulaire dans la première salle du Musée. Il y avait là une pièce de 4 mètres sur 3 avec une fosse d’aisance. Etaient-ils tous les trois dans la même pièce ? , rien ne le précise, mais nous savons qu’il y avait deux autres pièces de même dimension à côté, dans le prolongement, mais sans latrine. Au–dessus se trouvait probablement le dortoir comme dans de nombreux établissements de l’Ordre (dont l’Esacaldieu) avec une trappe le reliant à la cellule.

Plan St Savin 2


Pour plus de renseignement, lire le dossier réalisé par J-V Roux pour le bulletin de la SESV de 2018, numéro 49.  Jean Vincent que nous remercions ici pour son aide est le responsable du mini musée de l'abbaye.

St Savin prison

   
                                                                              La chapelle des Cagots, Marie-Madeleine

L'église (chapelle)  des Cagots se trouvait dans le quartier bas du village, le quartier Mailhòc ou Mailloc (maillet). Ces derniers avaient obtenu le droit de construire leur propre chapelle par le concile de Latran de mars 1179. Ils construisirent eux-mêmes la chapelle Marie-Madeleine et édifièrent leur propre cimetière à proximité. D'après Jean Bourdette cette chapelle s'écroula après la Révolution en 1794. Une grange fut construite à sa place. Ce serait,  d'après les locaux, la grange qui se trouve sur la droite en descendant, face au lavoir abandonné et recouvert de lierre. Lors de travaux de pose d'égouts des ossements et des pierres tombales épaisses y furent mises au jour.

                                Mailloc Cagots            Mailloc lavoir   

 La dénommée chapelle des Cagots et le lavoir abandonné en face. Photos J. Omnès
                                                

                                                                          La chapelle N.-D. de Piétat

Cette chapelle est située sur une butte, au milieu d’une châtaigneraie, à 800 m du village. On la voit de loin. L’édifice roman primitif aurait été agrandi aux XIIIe et XIVe siècles et remanié au XVIIIe siècle (en 1740, chapelle de droite et la sacristie et en 1754, le clocher). Les portes latérales ont été remplacées par la porte centrale située à l’ouest et visible actuellement. La partie la plus ancienne correspond à la chapelle latérale gauche. Vue superbe à plus de 240 degrés sur les Pyrénées. Le premier texte qui en fait mention date de 1493, la chapelle appartenait à la Confrérie Notre-Dame de Pïétat. Ce n’était ni une église paroissiale, ni une dépendance de l’abbaye. Constituée de prêtres et de laïcs, et maintenue jusqu’à la Révolution Française, elle comptait, en 1555, près de 160 membres, dont 12 prêtres. Mise en vente comme Bien National à la Révolutionn, elle fut achete par les habitants de la commune, avec un "champ dont le revenu devait servir à son entretien" (1) Elle  sera restaurée et rendue au culte au milieu du XIXe siècle par Monseigneur Laurence, évêque de Tarbes et Lourdes. Elle est inscrite sur l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1935.

(1) Histoire religieuse de la Bigorre par Gustave Bascle de Lagreze, 1863, page 265.

À l’intérieur, retable du début XVIIIe siècle, attribué à Jean Brunelo. De grande dimension, en bois peint et faux marbre, il abrite trois  statues dont une Piéta  encadrée par saint Jean l'Evangéliste à gauche et  par saint Joseph à droite. Tous deux encadrés de deux colonnes torses. À l'attique, Dieu  le Père montre du doigt, son fils Jésus.

La chapelle abrite la célèbre Vierge d’art populaire du XVe siècle (N-D de l’Espérance). La statue originale en bois peint a été déplacée au Trésor de Saint-Savin, suite à une tentative de cambriolage en octobre 2002. En 2007, Martine Palacio et Dimitri Lederet ont réalisé une « copie » un peu plus petite, en argile crue. Avec sa chevelure en forme de bonnet et sa main sur son ventre, cette statuette d’art populaire fait plus penser à un Nat birman qu’à une Vierge chrétienne. Il parait que le petit dessin sur sa robe, au bas du cou serait un lys renversé symbole de Joseph son époux, la pointe est dirigée vers son ventre qui engendrera Jésus. Ce type de vierge dit Vierge parturiente est assez rare de par le monde, une quarantaine dont 23 en France. Si, au XIIIe siècle elles étaient plus fréquentes après le Concile de  Trente en 1563,  L'Eglise a restreint cette représentation jugée un peu indécente.
Tribune, la belle voûte en plein cintre est décorée de peintures du XVIIIe siècle, représentant des oiseaux. 
Jadis, avait lieu chaque année en septembre, un pèlerinage dédié à la Vierge : "La nostra Dama de Septembre". Les fidèles venaient en procession de tous les villages voisins. La messe dite des enfants a un rapport lointain avec l'histoire légendée de la chapelle. Voir le dossier patrimoine oral, les légendes. C’était le jour où l’on sortait la Vierge au long pouce de Saint-Savin.
Lors d'une récente rénovation, ont été mises au jour quelques traces de fresques représentant une tête, ornée d'une barbe.

                                            Fresque N-D Piétat         Pietat tronc
                              Fresque découverte récemment                                      Tronc à l'extérieur, sur le chevet (arrière), 1903. Photos J.Omnès

Fermée aux visiteurs, sauf sur rendez-vous pour les groupes. Tel : 05-62-97-02-23. Dans un avenir proche, il est prévu d’organiser des visites de Pâques à fin octobre, tous les dimanches et les jours fériés de 15 h à 18 h ; en juillet et août, tous les jours, sauf le samedi, aux mêmes horaires.

                               N-D de Piétat             N-D Piétat   

                                    N-D de Piétat. Photo J. Omnès                                               N-D de l'Espérance (Vierge enceinte), XVe siècle


ND Pietat plafond     
                                                        Pietat retable

                                                   Plafond lambrissé. Retable Jean Brunelo. Photos J. Omnès

N D Pieta                                                                             Pieta, pièce centrale du retable. Photo J. Omnès

                                      Pietat détail 001 4                  N D de Piétat  
Les oiseaux célestes vus par Eric Bielle. Ce décor, proche de celui de l'église de Silhen (Boô-Silhen) fait penser aux cotonnades indiennes en vogue sous Louis XV (Comptoirs des Indes), probablement inspiratrices de cette mode. Photo de droite le Christ aux liens.

                                 Pietat tribune                  N-D de Pietat bénitier                                                                                                                                    Tribune                                                                   Bénitier

Piétat

                                                                                     Frise sous l'estrade.
                                                                                                                                                                                        

                                                 Les donateurs Piétat       N D de Pietat  

    
Saint Joseph reconnaissable à sa fleur de lys, symbole de pureté (chasteté) entouré des généreux donateurs de la chapelle. Il s'agit probablement d'un ex-voto suite  à l'épidémie de peste en 1650. Ce qu permet de dater le tableau. 
 C'est le personnage de droite en bas qui montre sa plaie à la jambe ; généralement on invoquait saint Roch, voire saint Jacques rarement saint Joseph, lors d'épidémie de peste.  Photos J. Omnès

                                                              Piétat porte
                                                                           Détails de la porte d'entrée.

 Légende de la chapelle de Piétat
Cette chapelle a pour origine une légende qui remonte au XIe siècle : la veuve d’un preux chevalier mort en Terre Sainte voulut marier sa fille à un beau jeune homme revenu des croisades. La veille du mariage, elle apprit l’origine de son futur gendre : il était le fils illégitime de son défunt mari et d’une levantine chrétienne rencontrée à Jérusalem. La jeune promise se suicida et le beau jeune homme se repentit en faisant construire cette chapelle où il se retira du monde. Depuis le XVe siècle, le lieu est voué à Notre-Dame-de l’Espérance. Cette vierge était implorée par les couples désireux d’avoir un enfant et ayant quelques difficultés à en avoir un.

Précisions historiques : l'affaire du tribut

Il est vrai qu’en Lavedan on parle peu de cette affaire. Les archives de l’abbaye n’en détiennent aucune trace. On a surtout retenu les incursions incessantes des voleurs de bestiaux venant de l’Ouest. Ce qui est sûr, c’est qu’un tribut était bien versé régulièrement par l’abbaye et ses 31 communes, à la communauté accouloise depuis 1348. Le versement a été suspendu pendant les guerres de Religion, puis fut repris jusqu’en 1789. Mais, considéré comme un privilège, il fut aboli lors de la nuit du 4 août. De toute façon, le montant versé était devenu si dérisoire, suite aux dévaluations successives, qu’il n’était plus versé que tous les trois ans.
Si Cyprien Despourrins, fils d’Accous, vint s’installer à Saint-Savin-Adast au château Miramont, ancienne propriété de Jacques Chancel, après avoir épousé une Lavedanaise, il n’en oublia cependant pas cette histoire qui avait perturbé, durant des siècles, les relations entre les deux villages. En tant que subdélégué de l’intendant d’Étigny, il chercha toute sa vie à prouver que le texte de Centulle Ier attribuant, en 1080, les terres indivises aux moines de l’abbaye, était un faux. Il a fallu cependant attendre 1840, pour que celles-ci soient gérées par une commission syndicale.
L'ancien ermitage de Saint- Savin se trouve au-dessus d'Uz, près d'une source. Lieu peu connu et assez difficile d'accès.




                                                                                            SALLES-EN-LAVEDAN (Salas) 
                         
Église romane. Elle a été remaniée aux XVIIe- XVIIIe (1776) siècles. Avec son clocher en forme de dôme à impériale, et son chevet semi-circulaire, elle est dédiée à saint Jacques. L'histoire  dit que c'est en passant devant cette église en 1380, que Gaston Fébus, allant à Cauterets, aurait retrouvée l'ouïe, en entendant les cloches sonner. Le document, preuve de cette guérison, se trouve à l'intérieur. L'ancien portàu avec une niche centrale, encadrée par deux têtes énigmatiques et l'encienene enceinte du cimetière ont été remodelés en 2019. Ce porche faisait  penser à celui de l'ancien cimetière d'Ourout (Argelès). Il abritait une vierge médiévale qui a été volée.
Le porche clasique d'entrée de l'église abrite un linteau marqué 1776, avec au-dessus une niche abritant une Vierge à l’Enfant. Leurs yeux ont été excessivement soulignés.
R. Ritter dans son ouvrage de Lourdes à Gavarnie nous informe de la présence de "sculptures sur bois assez curieuses" D'après la photo (1936) il s'agit de deux Vierges à l'Enfant, l'une assise, l'autre debout. Celle assise semble tenir une pomme, comme la statue d'Arras. Elle devait se trouver dans la niche du portàu d'après une confidence faite à Thibaut Loriot de Rouvray, conservateur départemental des objets d'art et des antiquités.
Les vitraux historiés du XXe siècle ont été réalisés par des ateliers toulousains Henri Gesta et Saint-Blanca. Leur nom est mentionné sur les cartouches de gauche.  Cf De Lourdes à Gavarnie Balencie-Ritter.
Le clocher abrite deux cloches des XIXe et XXe siècles.
L'église abritait deux chapellenies, celle de Saint-Jacques fondée en 1517 et celle de N.-D. de Meygolan fondée en 1526.

                                   Eglise de Salles    Linteau 1716 Salles  

                                                       Église de Salles. Porche au linteau 1776. Photos J. Omnès


Salles tête                                          Portau Salles
 Portàu avec une niche de la Vierge encadrée par deux têtes énigmatiques. Photo J. Omnès


    Salles églises porte                                                                                            Après restauration en 2016

Salles 1

                                                                     Restauration 2019 du mur d'enceinte et du cimetière


                                                      salles 1     salles 2


Salles 3

                                                            Salles vierge               salles statue

Vierge supposée à la pomme qui a disparu depuis la visite de R. Ritter (Cliché Ritter). Elle devait probablement se trouver dans le retable  à la place de la statue de saint Jacques Celle de droite se trouve dans la niche au-dessus de la porte. Photo J.Omnès

À l'intérieur
Nef unique.  Le très riche retable du maître-autel a été acheté en 1730 ou 1734, à la chapelle de Poueylaün. Il était dédié à la Vierge. Quatre colonnes torses ornées de pampres et de feuillages encadrent deux toiles, celle de droite représente saint Jacques et celle de gauche, saint Pierre.  Au centre, une niche dominant le tabernacle, abrite une statue de bois ou de terre cuite dorée représentant saint Jacques. Elle a remplacée en 1781, d'après d'Agrain, la statue de la vierge d'origine  Elle est surmontée à l'attique, par une toile évoquant l'Assomption de la Vierge. Ce retable  est attribué à Jean I Ferrère. Cette attribution est contestée par certains érudits locaux.
Le tabernacle sur sa partie de gauche, représente l'agonie du Christ au Jardin des oliviers. Il est  entouré des trois  apôtres endormis à ses pieds : Pierre, Jean et Jacques. Sur sa partie droite, il représente le portement de la croix avec la présence de Véronique et son voile. Au centre, sur la porte : un christ en croix. Il est généralement attribué à l'atelier Soustre.
L'ensemble est chargé d'une décoration abondante sous forme de pampres, décors végétaux, putti et petits personnages nus.
Les fonts baptismaux exposent à l’attique, une toile peinte du XVIIIe siècle représentant la baptême du Christ par Jean.
Présence de quelques statuettes qui méritent une attention particulière.
Deux chapelles latérales : la chapelle aux riches décors dédiée à la Vierge a été réalisée en 1723.  La statue du XIXe siècle, type médaille miraculeuse,  remplace celle qui s'y trouvait.
La seconde chapelle dédiée au Sacré Cœur de Jésus a été édifiée en 1858, elle conserve des éléments du retable ancien de Poueylaün, dont une Piétat Mater dolorosa en bas-relief du XVIIe siècle, fixée contre un mur.
À l'étage de la tribune, une curieuse balustrade du XVIIIe siècle délimite un espace vide qui communique avec le rez-de- chaussée. Renseignement pris  il s'agirait de l'emplacement du mécanisme avec poids d'une ancienne horloge.
Une plaque commémorative en marbre porte 13 photographies de soldats du village morts pour la France en 1914-1918.
La plupart de tous ces objets sont inscrits sur l’inventaire  supplémentaire à la liste des objets  classés monuments hitoriques.

Retable SallesSuperbe retable, à gauche saint Pierre , à droite saint Jacques, avec la statue au milieu de saint Jacques. Photo J. Omnès

                                   Tabernacle Salles                                 Salles St Jacques 
                                     Tabernacle de Soustre                                      Statue de saint Jacques au centre du retable


Salles tabernacle 1




                                                               Salles tabernacle

                                                                   Sallles tabernacle 2 ,Jésus au mont des oliviers
                                                                    

Salles Sièges dofficiants


Salles banc à coffre
Banc à coffres XVIIe siècle. Photo J.Omnès

Salles Fonts Baptismaux                                                                                                                     
                                                                                  Armoire des fonts baptismaux, décorée dune toile représenatnt la baptème du Christ par saint Jean. Photo J. Omnès




Salles Fébus
Document de 1380 offrant 200 florins pour une fondation, en remerciement de la guérison de Fébus. Le fonts baptismaux sont surmontés d'une toile représenrant le baptème du Christ par saint Jean
Photos J. Omnès


   Salles Saint-Jacques Saint Jacques du retable  

Salle chapelleSalles chapelles 1Chapelle sud de la Vierge

                             

  .

                                                                     
   
Chapelle nord dédiée au Christ                                                                     

Salles Piétat                              
                                              Bas-relief.  Piétat de Poueylaün XVIIe siècle. Photo J.Omnès

                           salles statue                             Salles vitrail 4
                                                 
 L'une des statuettes du tabernacle   Vitrail de Saint-Blancat Toulouse, 1926

balustrade                                       Balustrade protégeant un vide communiquant avec le rez-de-chaussée, emplacement de l'horloge


                            Salles plaque    Salles plaue détail
                                          
                                                                               LA FADERNE (Assemblée de prêtres)

En face l'église, est située la farderne médiévale qui se trouvait dans l'enclos du château. Il parait que tranformée au XIXe siècle (1819), elle servait encore recemment à l'accueil de prêtres. La maison restaurée depuis  a été vendue à une personne de Bordeaux. Le claveau représente 4 coeurs en forme de croix ; symbole que nous retrouvons sur la porte de la maison d'en face qui jouxte l'église et qui aurait été l'ancien presbytère. 

Salles fadene 2 2
                                    Salles fadene 2 1  Salles faderne 4
                                      1819 semblet-il. Corbeau (du château ?) utilisé comme banc. Photos J. Omnès





                                                                                              SÈRE-EN-LAVEDAN (Sèra)

L’église vouée à saint Blaise a fait l’objet d’une restauration complète il y a peu. C’est une construction romane du XIIe siècle avec un massif petit clocher-porche du XIIIe siècle, dont la partie supérieure a été construite au XIXe siècle sur les bases de l’ancien clocher, un probable clocher-mur. Dans un rapport de l'Académie des H-P de 1859, d'après le curé M. Laffon, l'église était à son origine, la chapelle du château qui se trouvait à côté, et dont il ne reste qu'une tour en ruine. Elle aurait été édifiée par les Templiers dont les armoiries d'après ledit curé, se trouveraient à gauche de l'entrée (?), nous ne les avons pas trouvées, pas plus que de signe d'appartenace aux templiers du château. Son portail du XIIe siècle a conservé un tympan composé d’un Christ en majesté dans une mandorle encadrée des attributs des quatre Evangélistes difficiles à distinguer. Nous avons, en bas à gauche, le lion représentant saint Marc, au dessus l'ange  saint Matthieu, il a sa tête coupé ; à droite, au-dessous le taureau de saint Luc , au dessus l'aigle  saint Jean. Ce tympan est soutenu par une paire de colonnettes et de chapiteaux historiés. Les sculptures assez grossières semblent présenter à gauche deux évêques encadrant une tête sans corps et à droite un carnivore (un ours ?) dévorant un bœuf ou un mouton. Certains, dont R. Ritter y voient "un tigre coiffant un éléphant" (?). Le vantail ancien (XVIe siècle) comporte une ornementation en bois découpé et une serrure à loquet décoré, probablement roman. Les murs ont été surélevés au XVIIIe siècle, en même temps que la construction de l’harmonieuse sacristie côté sud, avec son toit à trois pentes.

Eglise de Sère-en-Lavedan                                                                                 Église de Sère-en-Lavedan. Photo J. Omnès


Sere 1 Difficile de distinguer les 4 Evangélistes, à gauche, en bas le lion, au dessus l'ange avec la tête coupée saint Mathhieu ; à droite au dessous le taureau : saint Luc , au-dessus  : l'aigle, saint Jean

                           Portail de léglise de Sère-en-Lavedan                    Chevet Sère-en-Lavedan
Portail et chrisme Sère-en-Lavedan. Photo J. Omnès                                      Chevet de l'église       

                                            
                                                    Détail entrée du portail côté gauche                  Détail du portail de léglise côté drot
                                   Détail entrée église de Sère-en-Lavedan, sur les côtés gauche et droite des piliers. Photos J. Omnès

                                                                                    Sère pilier Colonne de gauche. Photo J. Omnès

D'après R. Ritter, dans son ouvrage De Lourdes à Gavarnie, page 85, une mention à l'encre, sur cette colonne et datant des années 1500 et dont le dernier mot subsistait en 1936 (sortie de l'édition), a disparu en 2015. Il s'agissait du mot Galhagos.

À l’intérieur
À gauche de la porte sur le mur ouest est encastré un chrisme de 64 cm sur linteau droit dont l'origine n'est pas indiqué.

                                                                                            Sere Argeles  
                                                            Sère-en -Lavedan dénommé Sère-Argelès par Bernard Pousthomis, SESV 1980

Dans le chœur, éclairant la nef, sur les cinq baies, trois sont romanes. Elles sont encadrées de chapiteaux historiés et sont inscrites à l’Inventaire des Monuments historiques. Elles présentent quelques sculptures grossières de bêtes monstrueuses et au centre celles de deux évêques et d’une tête (comme à l’entrée). L'ancien panneau d'information à l'entrée évoquait en partant du nord (à gauche de l'autel)  "un monstre accroupi, un hibou, [fenêtre suivante] un cavalier et un personnage à pied". [À la troisième fenêtre], "Samson, et deux animaux soudés avec une tête commune". Il est sûr qu'un meilleur éclairage permettrait de mieux analyser ces motifs.

                                Sère 1                     Sere 2
                                        Deux animaux soudés avec une tête unique                                  Samson ?

                             Sere 3                           Sere 5    
Un cavalier et un personnage à pied  :Saint Martin offrant son manteau à un pauvre ?                     Deux évèques et une tête

                        Sere 7                         Sere6
                               Un taureau                                                                               Un hibou à comparer avec celui de Saint-Savin
Photos J. Omnès

Le poli très brillant du nouveau sol en marbre gris détonne un peu.
L'ancien panneau d'information à l'entrée de l'église, annoncait également deux paires de colonnes, nous n'avons vu qu'une paire et un chrisme en réemploi au fond de l'église.

Intérieur de léglise
                                                                                 Intérieur et tribune de l’église de Sère. Photo J. Omnès

     Abside en cul de four de léglise de Sère

                    Abside en cul-de-four de l'église de Sère-en-Lavedan éclairée par deux étages d''ouvertures. Photo J. Omnès



                                                                                                                   SOULOM (Solom) 

C'est l’église la plus ancienne et la plus curieuse de la vallée. Sa présence est attestée par une charte de 1100. Édifiée en l’honneur de saint André à la fin du XIIe siècle, elle a été fortifiée au XIVe. Elle possède un clocher-mur barlong, surmonté d’une galerie couverte et crénelée avec mâchicoulis, placée sur encorbellement. Un second chemin de ronde percé d’ouvertures régulières entoure l’abside et la nef. L'édifice a été très restauré au XIXe siècle.  Elle est inscrite aux Monuments historiques depuis 1942, après avoir été notifiée sur la base Mérimée.

          Eglise de Soulom gravure de Bédouret                                                                                                       Soulom, gravure de Jacottet. 


Eglise de Soulom
                                                                        Église de Soulom. Photo J.Omnès

À l'intérieur, la nef sans transept est recouverte d'une charpente qui repose sur des piliers cylindriques creux. Le retable et son  tabernacle en bois doré sont du XVIIIe siècle. Ils sont  l'oeuvre de Castaignese, un sculpteur de Luz-Saint-Sauveur. Un tableau représente le Christ en croix entouré de saint André sur sa croix et de saint Étienne en diacre. La porte du tabernacle est décorée par une statuette de la Vierge, flanquée par celles de saint Pierre à droite et de saint Étienne à gauche. 
Les chapelles latérales sont du XIXe siècle, elles sont dédiées à la Vierge et à saint Joseph.
Tableau de N.-D. du Bon Secours ; belle statuette de bois doré d'une Vierge à l'Enfant, Notre-Dame des Agonisants.
Clé en mairie. 

Soulom tabernacle                                                                          Tabernacle

                              
                                                                                 Soulom vierge  Vierge à l'Enfant

                                                     Soulom chapelle latérale      Soulom chapelle 1                                                    

                                                                                         Chapelles latérales. Photos J. Omnès

Légende
La tradition veut que cette église ait été construite en même temps que la chapelle N-D de Bédouret au-dessus de Beaucens. Les ouvriers étaient si pauvres qu’ils devaient se partager les truelles. Aussi se jetaient-ils les outils dont ils avaient besoin, par-dessus la vallée qui sépare les deux bâtiments. On dit que la Providence a permis que les deux édifices soient terminés en même temps. Par contre, il ne reste que des tas de pierres de la chapelle de Bédouret au-dessus du château de Beaucens. Voir photos des ruines au chapitre Beaucens.

                                                                                                   Chapelle Sainte Haularia
     
Parfois appelée sainte Aularia  ou sainte Haulaire (carte de Cassini). Cénac-Moncaut (1856) parle d'ermitage d'Aoulari, il s'agit en fait de sainte Eulalie en aragonais. La Bigorre était alors vassale de l'Aragon.


Ruines d’une chapelle romane dont il ne reste que l'abside. Elle est située à 30 minutes de marche, au Buala, au-dessus de Soulom. C’est l’une des promenades favorites des habitants et un but de découverte pour les touristes. Cette chapelle était administrée depuis le XIIIe siècle par l'abbaye de Saint-Savin, et ce, jusqu'à la Révolution, mais fut abandonnée par les religieux dès la fin du Moyen Age. Elle est administrée depuis 1841, par la Commission syndicale de Saint-Savin.
Certains chercheurs pensent qu'il s'agit d'un site cultuel ancien, de l'époque celtibère ( 150 avant J.-C), christianisé (1). La chapelle est orientée nord-est /sud. Les marches sont taillées dans le schiste ainsi qu’une sorte de trône et une armoire liturgique. Présence de fenêtres meurtrières au centre du chevet et sur les côtés de la nef.
 Le site a été réaménagé en juillet 2005, par Jeunesse et Reconstruction, association qui regroupe des jeunes archéologues du monde entier, et ce  après débroussaillage et  traçage d'un itinéraire par trois Soulomnais (H.Bataillès, J. Boyrie et  R. Fabrégat).

Dans les déblais de la chapelle avant ces travaux, quelques pièces de plomb ou de bronze blanc ont été trouvées. Comme un adorable chandelier miniature et une plaque de pèlerin du XIVe siècle (Coll. privée). Preuve du passage des pèlerins par ce site.  Mais aucun denier celtibère. En revanche il existait vers 1902, d'après le Capitaine R.(2)  :" sur ce qui fut l'autel, [...] deux morceaux de bois juxtaposés, naïvement sculptés au couteau par quelques pieux bergers et figurant la sainte. La statue est informe, écaillée et la foudre l'a fendue longitudinalemet, insensible à ces misères."

L‘ermite local qui devint évêque d’Auch vers 410 jusqu’en 440 est saint Orens (Sanctus Orientus). Il est mort à Auch. Il est probable qu’il y eut un ancien village vers le gave, du fait de nombreuses ruines ; aucune fouille n’a été faite à ce jour.

(1) Des morceaux de poteries celtibères auraient été trouvés. Nous ignorons sur quel support ces trouvailles ont été publiées.

(2) Bulletin pyrénéen 1902.

St aularia 3    
 
                      St Aularia 2

                          Chevet et marches d'accès taillées dans le schiste. Clichés Jacques Miswald

                 St Aularia 4St Aularia                                  Armoire liturgique, périmètre de la chapelle. Clichés Jacques Miswald

                                                                                         Chapelle Saint-Martin
Située au hameau du Boussu, elle n'a laissé aucune trace de son existence.



                                                                                                                 UZ

La petite église d'Uz dédiée à saint Laurent a été reconstruite en 1868, après un incendie et avec une chapelle supplémentaire, celle du Nord. La chaire en chêne, de style roman, date de 1873. La statue de saint Laurent, de 1895. 
L'église possède dans une niche, une statue peu connue. Elle symbolise l'un des miracles de l'ermite Savin, la guérison de l'aveugle Chromasius implorant le pardon, lors du retour des reliques du saint vers l'église abbatiale. Le chrisme de 36 cm de diamètre, sur linteau brisé proviedrait de la chapelle de Pouey Aspé, sur les hauteurs. L'intérieur de l'église a été rénové en mai 2013

                                        Uz          Chrisme Uz                                      
                                                      Église de Uz.                             Chrisme restauré en 2013 Photos J.Omnès


                     Uz monument aux morts 
                                   Petit monument aux morts
              Uz autel                                                                                    Autel simple


                                                                                     Chapelle de Pouey-Aspé

La Chapelle de Pouey-Aspé : c’est à Pouey Aspé que l’ermite Savin, né en Espagne et disciple de saint Martin, vint vers 430. Il creusa son tombeau de pierre dans lequel il dormait et méditait par esprit de mortification. Pour atteindre la chapelle construite au XIXe sur l’emplacement de l’ermitage, près d’une source, traversez le village d’Uz jusqu’au parking. Du parking, comptez environ 25 minutes à pied sur les flancs de l'Escornecabre pour atteindre la chapelle. La source où venait se désaltérer Savin est en contrebas à 150 m. Entre les deux, les ruines visibles pourraient être celles d'un ancien hôpital.
On peut rejoindre par la source, le chemin. Une lucarne dans la porte permet de voir l'intérieur

Poey 0
 
                            Pouey 1                                                           

Poueyaspé2 3                                                                        Au fond, à droite, la pierre où dormait l'ermite

                        Pouey 2  

Pouey sourceChaque année, le dimanche le plus proche du 9 octobre (jour de la Saint-Savin), la statuette du saint se trouvant au Musée de l'abbatiale est amenée en procession à la chapelle de Pouey Aspé.
Photos J. Omnès

                          Statuette Stv Savin Statuette du musée de Saint-Savin

                                                                    
                                                                                                     VIER- (BORDES) 1846 

Cette église d'origine romane, à nef unique et à chevet en hémicycle, est dédiée à saint Laurent. Détruite en 1791 par une avalanche, elle a été reconstruite en 1856, avec son ancien linteau, mais en conservant son ancien clocher- mur. Celui-ci menace de s'écrouler en 1871, on descend alors les cloches. Puis en 1873, on remplace le clocher-mur et l'on procède à des réfections diverses avec l'adjonction de deux chapelles. Dans celle de gauche, présence d'une statue de bois dorée représentant la Vierge écrasant le démon, sous la forme d'un serpent vert.


                           Eglise de Vier                       Vier St Laurent 
                              Église de Vier.                                                                 Saint Laurent    Photos J. Omnès

                                      Vier autel        Vier pendule

                                                                           Autel.                                     Pendule?


                                      Vier Virge                    Font baptismal église de Vier
                                       Vier : Vierge au serpent                                                        Fonts baptismaux. Photos J. Omnès

                                                                                           (VIER)-BORDES (Bòrdas)

Chapelle très ancienne de montagne. Sa construction daterait du XIe siècle.On atteint son clocher- mur ainsi que la tribune par un escalier extérieur. Chevet en cul de four. Belle serrure ancienne. En façade quelques traces de corbeaux laissent à penser que l'église était protégée par un auvent. Le chrisme sur linteau semi-circulaire à un diamètre de 51 cm.
À l'intérieur, présence de morceaux  de fresques au-dessus de l'autel et sous l'arche donnant accès à la chapelle latérale. Fonts baptismaux monolithes creusés dans un bloc de pierre de forme carrée.

Bordes église
                                                                                                                           Bordes chevet 


                                                Bordes escalier Bordes
                                                                                                                          Dessin de Bernard Pousthomis-SESV

Bordes serrure


                                     Bordes fresques1          Bordes-autel                                   

                                            Fresques dans la voute et au-dessus de l'autel. Photos J. Omnès


                                                            Bordes tribune   Bordes-fonts                                                      

                                                       Tribune et fonts baptismaux de pierre. Photos J. Omnès


 
                                                                                                   VILLELONGUE (Vialonga)


Eglise de Villelongue                                                                                 Église de Villelongue. Photo J. Omnès

À l'intérieur, la chapelle de gauche avec son autel tombeau à la romaine possède un tabernacle qui provient de l’abbaye de Saint-Orens. On l'attribue généralement aux ateliers Soustre d’Asté. C'est un très beau tabernacle en bois doré avec cariatides et pots à feu. Il est encadré par deux colonnes torses couvertes de vignes et est surmonté par une imposante statue de Joseph avec l'Enfant Jésus.
La chapelle de droite abrite une imposante Piéta insérée dans une niche néoclassique avec ses colonnes lisses aux très beaux chapiteaux de la seconde moitié du XVIIIe siècle (1775-1780). Le tout est généralement attribué à Dominique Ferrère. À l'attique, des angelots entourent le Saint-Esprit.
Le retable de la chapelle de gauche proviendrait, d'après certains auteurs, de l'abbaye de Saint-Orens. Il aurait été déplacé à la Révolution, lors de la vente des biens du clergé. Il est daté de la seconde moitié du XVIIe siècle et proviendrait des ateliers Ferrère (Jean Ferrère) de par le positionnement, peu habituel, des grappes et feuilles de vigne.

Les fonts baptismaux sont protégés par un ouvrage en bois sculpté et ajouré du XVIIIe siècle, provenant des ateliers lourdais Claverie. Cette armoire présente à son attique, dans du bois sculpté, le baptême du Christ par Jean-Baptiste inspiré d'un tableau célèbre de Pierre Mignard. La scène est encadrée par deux ailerons.

                                                   Reliquaire de saint Orens                 Ste Patience                                                                
Reliquaires de saint Orens et de sainte Patience sa mère, en bois doré. Le creux correspond à l'emplacement où se trouvaient les reliques avant leur vol.
 En mai 2014, un inconnu a rendu les reliques. Voir ci-dessous la lettre du curé de Villelongue :

                        Villelongue chapelle gauche 001 4chapelle de droite              
                       Chapelle de gauche                                                        Chapelle de droite. Photo J. Omnès

Villelongue fonts 001 4                                                                                       Sommet de l'armoire baptismale. Baptême de Jésus


                          Reliques
.                Les reliques retrouvées. Photo SESV No 46

Orens lettre curé
                                                                                            
 Ce n'est que, lors de la remise  en place des reliques retrouvées, avec un nouvel acte d'authentification de l'abbé Jouanolou (l'ancien ayant disparu) que l'on s'est rendu compte, que le morceau de la fameuse chaînette au pouvoir surnaturel se trouvait caché dans le pied du reliquaire, abandonnée par les malfaiteurs. Une cérémonie officielle, le 15 août 2014 officialisa le retour de ses reliques.

L'acte d'authentification note la présence d'un sac contenant : "une vertèbre cervicale (Atlas), une mâchoire, un radius et un cubitus, des fragments de vertèbre lombaire et de côte, deux mèches de cheveux, une boite métallique dans une pochette en tissus orange, tissu coloré avec mèches de cheveux et une chaînette aux vertus curatives"                                                                  
                                                                    
                                                                                                      La chapelle d'Ortiac

Adorable chapelle au clocher à pénaus  du XVIe siècle, consacrée en 1580 (1) sur un terrain offert  par un certain Johan deth Pi en 1565. Elle est dédiée à sainte Catherine, car elle reçut en son temps une partie du mobilier et des vêtements lithurgiques de la chapelle Sainte-Catherine d'Orens.
Elle a été restaurée en 1961. On accède à la tribune réservée aux hommes par un escalier extérieur dont la porte est située sur le mur sud.

Eglise ortiac       Chapelle Ortiac

À l'intérieur, la chapelle de petite dimension, 5m X 11m, abrite un étonnant bénitier à quatre chapiteaux, dit de l'abbaye de Saint-Orens. pose sur quatre piliers-colonnes de bois. Il s'agit en fait, d'un chapiteau d'angle orné de têtes et de feuillages de l'ancien cloître récupéré après le tremblement de terre et creusé au XVIIe siècle par un artiste local.
Le tabernacle de la fin du XVIIe siècle, en bois sculpté et doré, abrite trois statuettes : une Vierge à l'Enfant encadrée en avant, à gauche, par sainte Catherine d'Alexandrie avec sa roue et sa palme de martyre, et à droite, probablement par saint Orens en habit de moine. La Vierge à l'Enfant, légèrement déhanchée est coiffée d'une coupole à grosses côtes. Un petit balustre à boules délimite la partie basse de la parties haute, alors que des colonnes torses encadrent les deux niches de la partie basse. Ce tabernacle se trouvait sur le maître-autel qui a disparu. Nous savons depuis peu qu'il a été réalisé par l'atelier Soustre. Robert Lacrampe dans le numéro 31  de 2000 du bulletin de la SESV faisait remarquer un rapprochement possible avec le tabernacle de l'église de Berbérust avec ce balustre à boules, la coupole et le chérubin au-dessus de la porte. Il en déduit que l'auteur pourrait être le même : Pierre Souverbie vers 1670.
L'autel en pierre actuel reposant sur deux pieds a été réalisé par le voisin entrepereneur.
Une grande vasque à l'entrée en calcaire blanc de près de un mètre de diamètre, repose sur un pied cylindrique d'époque récente. Cette vasque venant de l'abbaye de Saint-Orens est décorée de 14 boules-besants. Les deux gravures sous la forme d'une fleur de lys stylisée et d'une tige à trois paires d'arêtes pourraient être la signature du sculpteur.
Les deux crédences encastrées aux gravures forales viennent également de l'abbaye d'Orens.
L'Assomption de la Vierge sous cloche de verre est un cadeau d' un couple marié dans la chapelle. Il n'y a pas de date.
En 1781, dans l'inventaire pastoral, il y avait un petit tableau représentant la sainte.
Belle charpente en bois de tilleul.
Ortiac 2 001                                           Plan réalisé par Bernard Pousthomis- SESV avec l'aimable autorisation de Nelly

Clé à la mairie. Voir aussi  le site de la mairie.

    retable                                                                                                  Tabernacle de Soustre

                         Ste Catherine                     Orens moine

                          Sainte Catherine et sa roue                                                                                 Saint Orens 

                             Charpente                         Assomption Ortiac  
                            Belle charpente en bois de tilleul                                                       Ex voto

   Ortiac fonts     Vasque médiévale

Ortiac socle                                                                          L'une des deux crédences   Photos J. Omnès

                                                                               ortiac-benitierJPG Chapiteau-bénitier

Ortiac     Bénitier, détails. Photo J. Omnès                                                                                                              
(1) D'après un parchemin détenu par Me Jean Corbeille, notaire à Tarbes.


                                                                            L'abbaye de Saint-Orens (Voir aussi photos dans la rubrique trésors)

Acces-site
Pour atteindre l’abbaye de Saint-Orens, il faut compter quarante minutes de marche depuis la chapelle pittoresque du hameau d’Ortiac (très belle vue sur la vallée) situé au-dessus de Villelongue. La montée est sérieuse, pensez à vous équiper de bonnes chaussures. On peut approcher son véhicule de 500 m sur le chemin pastoral de Houré, jusqu’au panneau jaune indiquant le sentier, sur la gauche, qui mène à l’abbaye.  Après avoir traversé le ruisseau d’Isaby, on aperçoit sur un replat des pentes méridionales du pic de Nerbiou, les trois absides restaurées de l’église abbatiale de Saint-Orens. Le site après  des travaux de consolidation et de restauration par l'association propriétaire, parait actuellement un peu abandonné. Les panneaux propriété privée, defense d'entrée sont largement lessivés et les lettres peu visibles.Un chemin en fait le tour.L'ensemble des ruines dans ce site insolite à flanc de montagne est remarquable.On imagine difficilement comment les matériaux pouvaient arriver juqu'à ce endroit escarpé et qu une communauté pouvait vivre à cet endroit, loin de tout. L'eau est abondante et Orens aurait réalisé selon la légende le premier moulin de la Bigorre. Avant de venir s'installer dans ce site il est probable que saint Orens ait vécu vers l'an 400, dans une grottre proche, la tute d'A(o)uradé, le temps de terminer son ermitage. Il serait resté dans la région entre 10 et 15 ans.  Pour la grotte, voir le dossier patrimoine naturel, grottes.

                                        Orens 1          Orens 2

Histoire de l'abbaye-monastère :  
L'abbaye aurait été fondée bien plus tard,  entre 817 et 840 selon Jean Bourdette, sur les lieux où aurait vécut l'ermite Savin, après son abri naturel d' A(o)uradé, au pied d'une falaise. C’est le plus ancien lieu de culte du Lavedan. Nous savons que la comtesse Faquile, veuve du comte de Bigorre Donat-Loup offrit à des Bénédictins  vers le milieu du neuvième siècle, pour le salut de l'âme de son époux vicomte et de sa famille, d'importants domaines champs avec animaux et vignes et de superbes ornements, vases, habits sacerdotaux. Le monastère était géré par cinq moines avec un abbé à leur tête. Plus tard vers le dixième siècle, l'évêque de Bigorre, Amelius,  fit donation du village de Sireix- Beaucens. En 841, le monastère  échappa aux pillage des Normands vu son implantation loin de toute voie. Et en 1040,  il  fut exempt de tout impôt  et reçut un droit de pêche dans le ruisseau de l'Isaby, par les vicomtes du Lavedan. Aussi, il connut son heure de gloire du XIe au XIIe siècle. Vers 1064,  le comte Bernard II et l'évêque Heraclius rattachèrent l'abbaye à celle de Saint-Orens d’Auch  (Ordre de Cluny), le monastère devenait prieuré. Un chapiteau très ouvragé, utilisé en bénitier à l’église d’Ortiac, donne une idée de sa richesse. Riche également des seigneuries de Villelongue et d'Artalens, le monastère se trouvait cependant  trop près de celui de Saint-Savin, son concurrent direct. Il périclita lentement au profit de ce dernier.  Il sera abandonné au XVIIIe siècle, vers 1720, après un déclin amorcé au XIIIe et un sérieux tremblement de terre en 1660, tremblement qui démolit le cloître. Vendu comme bien national, il n'y avait plus de bénédictins dans les lieux en 1790, il a été utilisé en carrière de pierres.
Depuis 1974, il a été réhabilité par la dynamique Société d’Études des 7 Vallées qui l’a sauvé de la ruine totale, grâce à de nombreux bénévoles qui déblayèrent les ruines et à la main-d’œuvre du régiment des premiers hussards de parachutistes de Tarbes qui entamèrent les premiers travaux de consolidation. Puis, il a été racheté, pour un euro symbolique, par Laure Latanne qui s’est lancée avec son association, dans une longue et difficile restauration. Voir le dossier Trésors du Lavedan.

Le monastère :

orens plan 2
           Plan des Pousthomis Bernard et Nelly,  dans le bulletin de la société d'étude des sept vallées SESV de 1982

                        Orens 1                           Dallage

Orens 8 Orens 4
                                                                                                    L'arrière

Petite histoire et légende de saint Orens :
Orens naquit vers 370 en Espagne (Huesca), comme Savin (350 pour J. Bourdette). Ses proches furent tous deux béatifiés : sa mère, sous le nom curieux de sainte Patience et son frère ainé de saint Laurent. D'après une histoire légendée, afin d’éviter l’énorme héritage qui lui revenait à la mort de son frère Laurent, il s’enfuit vers les Pyrénées pour s’établir en Lavedan. J. Bourdette le fait venir avec son père à la mort de Patience. Le père se serait aussi appelé Orens. Il se séparera rapidement de lui, mais Bourdette n'évoque pas l'héritage. A l'église de Villelongue nous avons les reliques de la mère, sans traces de leur provenance.
Le fils choisit le vallon d’Isaby pour étancher sa soif d’ascétisme et trouver   l’inspiration : il était poète. Il prit pour abri, probablement avec le père et selon la l'histoire légendée, la tute de l'A(o)urède au bas d'une falaise proche du ruisseau Isaby avant de construire son ermitage dans les environs, à l'emplacement de l'abbaye (chapelle)et son moulin à eau, le premier du Lavedan. Après de nombreuses mortifications et devant sa renommée d’homme pieux, il fut appelé vers 410, pour occuper le siège épiscopal d’Auch. Il hésita par humilité, mais son bâton pastoral s’étant couvert de branches et de feuilles, il y vit un signe de Dieu. Il se rendit à Auch (Augusta) pour remplacer l’évêque qui venait de décéder. Plus tard, il sauva la ville de Toulouse des assauts du général romain Littorius. C’est du moins ce qu'en pensaient ses habitants (comme sainte Geneviève à Paris devant les Huns). Au XVIIe siècle (1609), ses reliques furent rendues en majorité à Huesca qui les réclamait. A part quelques bouts de reliques encastrées dans le reliquaire du XVIIIe siècle de l'église de Villelongue, il nous reste son poème Monitoire où il parle joliment des tentations qui se présentent au chrétien et qui sont autant d’obstacles à franchir pour son salut. Il fut canonisé à sa mort.


                                           
                                        




 

 

 

 

 

 

La chapelle de droite abrite une Assomption symbolisée par une Vierge rigide entourée de quatre anges. Le tout en bas-relief de bois doré, probablement du XVIIe siècle, l'encadrement rocaille est plus récent. La chapelle de gauche abrite une belle satuette en bois doré de saint Roch.