Imprimer

intro eglises saint pe
1) Barlest, 2) Loubajac, 3) Peyrouse/ Chapelle Sainte-Marguerite, 4) Saint- Pé/ Chapelle Saint-Marc, 5) Rieulhès, 6) Bétharram

 

                                                                                    1BARLEST

Église romane dédiée à saint Martin, souvent remaniée au cours des siècles et avec un clocher du XIXe siècle. Sur le rebord d'une fenêtre, à droite de la porte d'entrée romane, une inscription  mentionne Napoléon. On pense qu'il s'agit d'une inscription commémorative d'un don : probablement la cloche. On accède à l'église par une belle calade.
                                           

                                   Barlest 2    

                   porche barlest             Barlest Napoléon

                                       Il est mentionné NAPOLEON EMPEREUR DES F. ET ROY D'ITALIE 1808

L'intérieur qui fut rénové en 1977, possède une vaste nef unique avec transept. Décoration simple avec quelques statues de plâtre. Au-dessus de l'autel, un tableau présente saint Martin, évêque de Tours. Les chapelles latérales sont dédiées à la Vierge de Lourdes et à saint Joseph. Le bénitier sculpté de style "médiéviste" récent vient d'Espagne. Il a été ramené par l'ancien curé d'origine basque espagnol. Il semble que le retable soit de la même origine espagnole.

Barlest                                                                  Bénitier d'origine espagnole

                                        Barlest St Martin

                                          Tableau représentant saint Martin

Barlest  retable  2                                  Chapelle Saint-Joseph. Sous la statue, épisode de la vie de saint Martin



2) LOUBAJAC

 

L’église d’origine romane (Ve-VIe siècle) est visible de loin avec sa tour-clocher fortifiée sur le chevet. Cette église dédiée à saint Saturnin dépendait de l’abbaye de Saint-Pé.
Historique
Cette importante église est l'une des plus anciennes de notre région. Elle dépendait de l'abbatiale de Saint-Pé. L'historien béarnais Marca évoque l'église de Ludux (ancien nom de Loubajac), lors des obsèques de Guillaume-Ramon de Bartrès en 1083. On pense qu'elle a été construite sur l'emplacement d'une chapelle mérovingienne, suite à la découverte de sarcophages, et de traces de cette chapelle primitive. Pour certains érudits, elle aurait pour origine l'édification d'une abbaye laïque à l'époque carolingienne. Les fortifications ont été rapidement rendues nécessaires à cause des invasions régulières. Elles ont été réalisées par le comte de Bigorre avec l'édification de la tour- refuge de 15 mètres, dont l'entrée primitive se faisait par l'église sous la toiture de la nef. L'escalier actuel longeant la tour a été réalisé après les guerres de Religion. L'église  a été brûlée pendant celles-ci, en 1569 par le capitaine Laborde. Puis reconstruite (la nef) en 1620, avec deux chapelles supplémentaires grâce aux ouvertures en voûte. 
En 1983, ont été dégagées les voûtes couvertes de lambris, permettant de découvrir de superbes fresques médiévales.
Les sarcophages découverts autour de l’édifice ont été disséminés dans les jardins privés pour servir d'abreuvoir. Un a été détruit par l'entrepreneur chargé des travaux.
L’ensemble est classé Monument historique, tandis que le portail du cimetière, son emmarchement et l’allée de galets, ou calade, sont inscrits à l’Inventaire supplémentaire.
 
                                           Loubajac
 
                    Loubajac clocher 4  
 
Loubajac 2          Loubajac entrée
 

Les deux barres horizontales de la croix rayonnante du linteau semblent avoir été buchées. Conséquences de la Révolution ?

 
                 Loubajac calade    
                                        Calade Photos J. Omnès

 À l’intérieur, la nef unique est recouverte d’une voûte de bois.
Les peintures murales découvertes lors des travaux de réfection de la nef en 1983, par le curé d'Uria, illustrent l’épisode du Jugement Dernier : le Christ apparaît dans une mandorle, encadré par des anges. Plusieurs groupes (les élus) de personnages agenouillés entourent le Christ : ils portent des attributs permettant une identification plausible : peut-être Charlemagne en cuirasse, un roi de France (Charles VIII ou Louis XII) avec la cape d’hermine et, agenouillé, peut-être le vicomte de Béarn ; se trouvent à côté des clercs cisterciens et bernardins et un pape, des apôtres dont saint Pierre avec ses clés, saint Jean Baptiste. L'ange à la trompette démesurée annonce le jugement dernier et le réveil des élus. Ces peintures sont datées de la fin du XVe siècle probablement entre 1460-1480. La partie qui manque, suite à l'ouverture au XVIIIe siècle de la voûte pour la réalisation de la chapelle de la Vierge, devait probablement évoquer l'Enfer.

Loubajac fresques Fresques découvertes en 1983.

Loubajac fresques 6 Fresque 3

     Loubajac Fresque 4         Loubajac les clercs
  Les nobles et princes de l'Eglise et les clercs à la droite du Christ (à gauche sur la fresque). Photos J. Omnès

Le mobilier intéressant en bois ciré est très riche (de la fin XVIe au XVIIIe siècle). Belles stalles et armoire baptismale. Banc des consuls demi clos.
Le superbe retable tout en dorure, est dominé par une grande statue de saint Saturnin dans une fausse niche se dressant sur un socle. Il est encadré de colonnes torses ornées de pampres et surmontées de cassolettes. Les panneaux latéraux sculptés de splendides bas-reliefs, évoquent, à gauche, la mort du saint et à droite,  l'histoire d'Héliodore de l'Ancien testament. Le tabernacle, très ciselé présenté par deux anges viendrait des ateliers Claverie de Lourdes. Le maître autel est composé de marbres locaux de Saint-Béat et Grand antique. lI a été restauré avec le retable par un certain Antoine Abadie en 1891.  D’autres restaurations datent de 1977 à 1983. C'est de cette église qu'est parti le premier pèlerinage à Lourdes.                                                 

Loubajac retable 2                                                                                    Retable principal. Photo J. Omnès

Loubajac  autel

     Loubajac tabernacle
Détail du maître-autel et tabernacle où deux anges nous présentent la trinité surmontée de deux têtes d'ange

             Loubajac panneau 2         Loubajac panneau             
À gauche, mort de saint Saturnin (Sernin), compagnon de route de saint Pierre et évêque de Toulouse. Il a été tué par un taureau auquel il fut attaché par les païens du Capitole. À droite, histoire d'Héliodore qui, désirant voler le trésor du Temple, fut chassé par des anges. Photos J. Omnès
Difficile de savoir ce qui réunit ces deux tableaux si ce n'est d'un côté la porte du Capitole de Toulouse  et de l'autre celle du temple de Jérusalem ?

 Loubajac bas relief 1  
 
                                                                           Lobajac Bas relief
     Panneau du martyre de Saturnin
                        Panneaux d'Héliodore.                                                       
Dans les chapelles latérales, nous pouvons admirer deux retables, l'un, à gauche est consacré à sainte Catherine, celui de droite à la Vierge. Il abrite un rare tabernacle en bois peint de couleur sombre  et doré représentant le Christ Ecce homo. Il daterait du début du XVIIe siècle. On connait les détails du mobilier et des tableaux grâce au livre de compte de Philibert d'Angosse curé de Saint-Germès-Loubajac-Barlest de la fin du XVIIe siècle du XVIIe siècle (archives départementales de Tarbes).  Photo J. Omnès

Loubajac Ste Catherine    Chapelle Sainte-Catherine, la roue dentée de son martyre se trouve à gauche. Photos J. Omnès

           Loubajac ch de la Vierge         Loubajac  tabernacle
                     Chapelle de la Vierge fin XVIe siècle et tabernacle XVIIe siècle. Photos J. Omnès

Juncalas bas relief

     Loubajac toile 1           Loubajac Catherine 2 
Toiles encadrant le bas-relief,  à gauche saint Dominique recevant le rosaire de Marie, à droite sainte Catherine. Commandés en 1678 par Philibert d'Angosse. Mais sur le site culture.gouv.fr  l'auteur est inconnu et la date, le XVIII siècle (?). 

Les portes demi-circulaires des fonts baptismaux de taille imposante, sont surmontées d'un bas-relief  de bois représentant le baptême du Christ par saint Jean. Si la cuve des fonts d'une pièce monobloc en pierre du pays a une dimension hors du commun : un mètre de diamètre sur 35 cm de profondeur, c'est que jadis depuis le XIIe siècle, on y plongeait le nouveau-né.

       Loubajac armoire         Loubajac fonts                                                                                                        Armoire baptismale et ses fonts                                             
Sur le mur sud de la nef, le panneau en cuir de Cordoue (antependium) apposé, constituait un devant d’autel, comme à l’église d’Aucun. 
                                        Loubajac antependium 4
                                    Antependium. Photo J. Omnès


          Loubajac  chaire       Loubajac  stales
La chaire et les stalles du XVIIIe siècle. Belle chaire en bois sculpté avec rampe d'accès au décor de palmes.
Photos J. Omnès

 Loubajac plafond                Plafond représentant en stuc or et azur, Dieu le père éternel accueillant les élus. Photos J. Omnès.

Dans la sacristie fontaine du XVIIIe siècle et beau meuble à chasubles

Loubajac fontaine Fontaine avec évier de pierre


                                           Loubajac grenier 3
                                                               Grenier du clocher. Photos J. Omnès



                                                                                      3) PEYROUSE

Origine
Il existe peu de documentation sur cette église dédiée à saint Martin. Probable église de la bastide engagée en 1308. Ce bâtiment  est mentionné  dans les pouillés médiévaux (1) du diocèse de Tarbes : 1342 et 1379  (2).

Histoire
 Incendiée par les troupes huguenotes de Montgomery en 1569, avec les églises de Saint Pé, de Loubajac et de Lourdes, elle a été restaurée au XVIIe siècle ; l’une des cloches, celle du campanile sommital mentionne la date de 1647 et le linteau en accolade de la porte donnant accès à la tribune à partir du porche est daté de 1653. Nous savons qu’en 1670, l’évêque du diocèse lors de sa visite constate une église en bon état, il demande un élargissement du maître-autel pour laisser la place devant le tabernacle  au calice et à la patène.

En revanche, au XVIIIe siècle, de nombreux travaux viennent modifier les aménagements intérieurs : porte d’entrée à deux vantaux, élargissement des baies, pose de lambris, enrichissement du retable, etc. Thibaud de Rouvray dans la brochure Saint-Pé-de-Bigorre, éditée par Guillaume Mauran, fin  2020, pp 63-68,  en fait la description la plus complète.

Puis vinrent, suite à une certaine vétusté, les grands travaux du XXe siècle qui donnèrent l’aspect définitif du bâtiment tel qu’on le voit actuellement. Les premiers ouvrages furent les restaurations en 1911, des toitures avec  certaines modifications, la couverture intérieure de la nef, l’escalier montant à la tribune, le remplacement des schistes du sol par des dalles en ciment, le recouvrement des murs intérieurs et extérieur par du ciment etc.

Suite aux conseils de Vatican II, le curé en 1955, n’hésita pas à supprimer boiseries et retable du XVIIIe siècle. Un mobilier épuré prit place,

L’extérieur
Son imposant clocher-mur à deux niveaux de baies, dont l'un (celui du bas) est aveugle pour y recevoir les statues de saint Roch et de saint Christophe inaugurées en 1936, est surmonté d'une toiture insolite. Elle-même est surmontée d'un clocheton qui abrite une petite cloche de 50 cm de haut,  fondue en 1647. Sous le campanile les deux niches abritent les cloches fondues en 1832 et 1846 (3).  Sur le linteau de la porte d’accès à la tribune, une date : 1653. Les deux  pierres tombales de l'entrée sont celles des curés de la paroisse.
Saint Roch, protecteur des animaux : c’est sous sa statue que, lors des rogations, les paysans venaient avec leur bétail « tout endimanché » : belles sonnailles et manta tout propre pour recevoir la bénédiction du curé.

L'intérieur
à nef unique abrite  deux chapelles recouvertes de peintures murales en trompe-l'œil, exécutées par le Lourdais J.-P. Demoisy vers 1997 (celui qui a décoré la fontaine-lavoir d'Adé).

Du retable principal baroque, souvent attribué à l’atelier Claverie de Lourdes, il ne reste que la statue en bois polychrome de saint Martin en habit d’évêque qui trône au centre du chevet au-dessus d’un tabernacle simple sans intérêt. Les deux éléments ont été « badigeonnés » d’une simple peinture dorée, un massacre. La fontaine  en marbre noir du XVIIIe siècle, qui se trouvait dans la sacristie est située maintenant au nord-ouest de la nef. Les statues du XVIIIe siècle : saint Pierre, saint Paul, les anges adorateurs et une vierge à l’Enfant surmontant le tabernacle ont disparu. Celle présente sur un support mural est récente (XIXe siècle).

Dans la sacristie, le panneau représentant le baptême du Christ provient de l’ancienne armoire baptismale. Il aurait été, d’après Thibaud de Rouvray (4), trouvé dans le grenier. Sa place serait dans l’église. Belle armoire béarnaise à pointes de diamant et croix de procession aux extrémités cassées.

(1) Un pouillé : est un dénombrement de tous les bénéfices ecclésiastiques situés dans un domaine géographique donné.
(2) Information de Stéphane Abadie, Saint-Pé-de-Bigorre, édition Guillaume Mauran, 2020, article de Thibaud de Rouvray, page 57.
(3) ADHP, 2O, 1845.
(4) Thibaud de Rouvray, Saint-Pé-de- Bigorre, édition Guillaume Mauran, 2020, page 63.

 

                                                     eglise peyrouse     

 
  Peyrouse 2 clocher mur 3     Peyrouse                                                                                 
Église de Peyrouse au clocher-mur.                       Saint Roch et saint Christophe
 
Peyrouse Peyrouse tombe

                                 Beau portail XVIIIe siècle  Dalle tombale des anciens curés.

       Peyrouse acces tribune      Peyrouse claveau

                          Acces tribune                                               Claveau de la porte d'entrée

 

           Peyrouse saint Martin   peyrouse vierge


   Demoisy 2  Demoisy 3

            Chapelles latérales : fresques en trompe l'oeil J-P Demoisy vers  1997. Photos J Omnès

           Détail Demoisy 4                        Bénitier
Détail fresque Demoisy.  Bénitier-fontaine en marbre noir encastré, pour semble-t-il, éviter les vols ?
Photos J. Omnès
 
Peyrouse bapteme du Christ    Peyrouse croix de procession
 
                         Petrouse sacristie 1                                                                
     
                                                                          Chapelle Sainte-Marguerite 
 

Sur la route de Lourdes à Saint-Pé-de-Bigorre, sur la commune de Peyrouse se trouvait une chapelle dédiée à sainte Marguerite d’Antioche (Margalide localement), peut-être médiévale, avec son chevet arrondi. Elle est mentionnée sur  le procès verbal de la visite épiscopale de 1670, sur le plan Cassini de 1740 (1), et le cadastre napoléonien de 1815. Elle abritait au XVIIe siècle, une confrérie reconnue par le Pape Paul V (1605-1621). On apprend par le questionnaire relatif à l'état des paroisses du diocèse de Tarbes, daté de 1783, que que les offices ordinaires de la confrérie étaient donnés à l'église paroissiale, la chapelle étant trop exigüe (2). Restaurée au XVIIIe siècle, elle a été vendue en 1793, comme bien national. Abandonnée, elle est tombé en ruine, d’après un  dessin de 1827 ou 1867, conservé au musée pyrénéen.  Cette chapelle a donné naissance au nom  du quartier : Sainte Margalide, mentionné Margarida sur le plan IGN 1647 ET. Elle se trouvait à droite,  à environ 100 m, un peu en arrière du calvaire de 1941, dédiée à la sainte.

Cette sainte (3) peu honorée en Bigorre (la dévotion a été supprimée par Vatican II), a cependant son image reproduite sur le retable de l’église de Jézeau, sur la route des Jacquets.

Pour plus de précisions, voir le dossier Montjoies-calvaires dans petits patrimoines architecturaux.

(1) Feuille de Pau 108
(2) Médiathèque Louis Aragon de Tarbes Ms59/009 
(3) Patronne des femmes enceintes
 
                               cassini Peyrouse      
                                                                    Plan Cassini 1640 
 
chapelle Margalide 
Dessin inédit. Réserves du Musée pyrénéen. Avec nos remerciements à la directrice des collections A. M.
 
              Ste Marguerirte retable Jézeau          Sainte Marguerite
Retable de Jézeau, sainte Marguerite. Cliché Thibaud de Rouvray. À droite, copie de pierre, d'une statue médiévale offerte à la mairie pour remplacer celle du calvaire, proche de l'emplacement de la chapelle, non conforme.
Photos J. Omnès     


SAINT-PÉ

La création de l’abbaye de Saint-Pé (Pierre en français) de-Générés remonte à 1022, lorsque les moines de Saint-Sever-de-Rustan vinrent s’installer dans la région afin de se « positionner » sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Dès le XVIe siècle, une petite industrie s’installa dans la région. Il y avait l’énergie nécessaire grâce aux moulins, et des clients en nombre suffisant (pèlerins). Les habitants fabriquaient des peignes de buis, des chapelets, des coquilles Saint-Jacques, des objets en bois, du tissage en lin et chanvre et surtout des clous qui ont fait la réputation des Saint-Péens. Le minerai de fer venait de Ferrière et d’Asson ; il était échangé contre du charbon de bois dont Saint-Pé était devenu un gros producteur (forêt de Trescrouts). La plupart des croix de mission aux croisées des chemins du Lavedan proviennent des fours de Saint-Pé. On appelait d’ailleurs les Saint-Péens, les « claouétous » (les cloutiers). 
Les constructions et rénovations des charpentes et des lambris de l’abbatiale et des différentes chapelles de la ville apporta un travail considérable aux Cagots, nombreux dans la région. Installés dans la commune (ils possédaient une petite église), ces derniers furent à l'origine de l’attribution du sobriquet « ahumats », les enfumés (1), propre à leur groupe, qui s'étendit à la population locale. 
(1) Ils fabriquaient du charbon de bois 
  
Petite histoire
L’importance de l’abbaye de Saint-Pé et la présence de la relique, appelée « clef de saint Pierre », avaient fait de la petite ville le centre de procédures judiciaires plutôt étranges, appelées ordalies. Le justiciable devait prêter serment sur la dite relique, puis plonger un bras dans de l’eau bouillante versée dans un chaudron. Il devait en retirer la pierre qui se trouvait au fond. Son bras était ensuite bandé durant trois jours. Passé ce délai, s’il n’y avait aucune trace de brûlure, il était jugé innocent et relaxé.
saint pierre
Saint Pierre, patron de Saint-Pé. Photo J. Omnès


St Pé plan

                                 Plan de l'Office de tourisme (Thibaut de Rouvray). L'entrée jadis se faisait là où setrouve le chevet marqué L  

L’église abbatiale romane du XIe siècle (a été fondée par le duc Sanche V de Gascogne suite à une guérison en 1022, dans ces lieux. Terminée vers 1096, elle a été remaniée aux XIIe et XIIIe siècles. Elle fut ravagée en 1569 par les huguenots de Jeanne d’Albret, vicomtesse de Béarn et reine de Navarre, commandés par Montgomery. Les cloches sont emportées pour être fondues. Par la suite,  elle fut sévèrement touchée par le tremblement de terre de 1660, qui fit s’écrouler en 1664, le superbe dôme de 40 m de haut, qui en faisait avec ses imposantes dimensions (60 m X 25 m), le plus grand sanctuaire roman des Pyrénées. Elle fut reconstruite en 1680, par les moines bénédictins de Saint-Maur, sans le dôme, mais avec le clocher actuel et une modification de l'entrée. Initialement celle-ci se trouvait du côté de la place, lieu de marché et centre de l'activité de la petite ville. Ce qui correspond au chevet actuel. Cette entrée était composée d'un portail monumental orné de douze statues représentant les apôtres. Le bâtiment fut vendu à la Révolution comme bien national. Des forges sont installées le long de l'absidiole droite (entre M et N sur le plan). En 1822, Mgr Laurence, évêque de Tarbes, restaura les ruines de l'église et fit ajouter un petit séminaire. Ce dernier fut transformé en 1966 en établissement scolaire mixte (fermé depuis 1999).  La partie la plus ancienne se trouve vers le clocher où l'on peut admirer des chapiteaux sculptés du XIIe siècle (point B sur le plan). C'est là que se trouvait le choeur des moines.  L'église est classée Monument Historique depuis 1977. Des expositions temporaires y sont souvent présentées et une plaquette réalisée par Thibaut de Rouvray, conservateur des antiquités et objets d'art des Hautes-Pyrénées est distribuée sur place.
Le bâtiment a été restauré en 1995, par l'entreprise Cazenave de Bordeaux.

                         St Pierre calade.       St Pé flambeau
       Porche, statue de saint Pierre, point A sur le plan  Flambeau au nom de sainte Lucie                    

                             ORIGINE DE L’ABBAYE DE SAINT-PE  PAR  GUSTAVE BASCLE DE LAGREZE

« Voilà que Sanche, duc de toute la Gascogne, ouït parler de  ces merveilles. Sa santé affaiblie avait épuisé vainement tous les remèdes de la science humaine ; il voulut recourir à la miséricorde divine. Ce prince puissant se rendit, en simple pèlerin, à Geyres [Généres-futur Saint-Pé] , avec les dispositions nécessaires pour obtenir l’accomplissement de ses vœux, c’est à –dire, avec la volonté de donner des preuves de son amour pour Dieu et de sa charité envers les hommes.

Sa foi fervente,  la sainte poésie de la solitude, quelques heures d’oubli des choses de la terre dans la contemplation des choses du ciel lui rendirent sa santé perdue. «  Sanitatem  per  Dei gratiam obtinuit »

Ces lieux tranquilles où le bruit des villes ne pouvait pénétrer et dont le vaste silence n’était interrompu que par la voix du torrent, offraient un propice refuge aux âmes souffrantes, fatiguées du monde, et que le monde ne savait guérir

Sanche, voulant consacrer par un monument de sa reconnaissance le souvenir de sa miraculeuse guérison, résolu de fonder une abbaye qui attirât des serviteurs à Dieu et des bienfaiteurs au pays. »  

L’origine de cette puissante abbaye couverte de dons et de  privilèges par nombre de ducs, comtes, vicomtes et seigneurs  a pour origine une charte écrite  entre 1022 date de la guérison et 1032, date de la mort de Sanche.

La clé de saint Pierre de l’abbatiale de St Pé
La relique dite clef de Saint-Pierre aurait été réalisée avec les chaînes qui auraient retenu prisonnier le fondateur de l’Église catholique. Elle aurait été envoyées (vendue ?) par Rome (1), aux moines de l'abbaye et à d’autres paroisses sous la protection du saint. D’après M. Dauvergue de la Revue des sociétés savantes (3e série, tome 1, p.170)  ce serait éventuellement un abbé de Saint-Pé qui l’aurait ramené de son voyage à Rome comme souvenir après avoir vu l’attirance des fidèles pour cette relique à l’église San Pietro in Vincoli (2). Mais aucune date, ni précision sur son origine ne sont données.

Historiquement, le Vatican sous Grégoire le Grand (VIIe siècle)  fit confectionner nombre de ces clés que les Romieux achetaient pour les mettre sur le tombeau du saint comme exvoto. Devant le succès commercial, le Vatican  en fabriqua un certain nombre pour les évêchés, dont les églises étaient dédiées à saint Pierre. Progressivement, un rite du toucher de la clé pour éloigner les maladies pris forme, puis fut complété par celui l’application de la clé rougie au feu sur le front des animaux solidement attachés  censés être atteints de la rage. Ce rite cruel qui tenait plus de la magie que de la prophylaxie et qui était appliqué par le curé ou le forgeron perdura jusqu’après 1885 (date de la découverte du vaccin contre la rage de Pasteur) dans certaines paroisses dont Sunhar en Béarn (3). Par précaution,  certains bergers faisaient subir ce traitement à leur chien. La vénération de la clé de saint Pierre était  très vivace encore au XIXe"* siècle. Lors de la fête de l'apôtre, le 29 juin, elle était alors présentée aux fidèles durant les messes, puis lors de la procession du jour.
 À l’abbatiale de Saint-Pé, la relique était également vénérée par les pèlerins en route pour Santiago

(1) La Ville Éternelle conserve toujours, dans l'église Saint-Pierre-Aux-liens, deux chaînes réputées provenir des prisons de l'apôtre, à Jérusalem, puis à Rome.
(2) Rappelé par Gustave Bascle de Lagrèze dans Histoire religieuse de la Bigorre, 1863 ; page 310
(3) Mentionné par Olivier de Marliave dans Saints, sources, sanctuaires du Pays Basque.

Origines du statut protecteur de la clé
Il existe deux origines communément avancées :
lorsqu'il prêche, l'apôtre Pierre a, en face de lui, des opposants, dont l'un, Simon le Magicien qui le jalouse. Ce dernier lui offre de l'argent en échange d'obtenir la capacité de faire des miracles. Pierre refuse. Simon dresse alors des chiens pour l'attaquer, mais Pierre les met en fuite d'un simple signe de croix. Le lien est alors facile à établir pour les croyants : puisque Pierre se préserve de l'attaque des chiens par une bénédiction, il est normal de lui demander sa protection après avoir été mordu. 

La clef évoque aussi l'épisode cité dans les Evangiles lorsque le Christ fait symboliquement de Pierre le gardien du Paradis céleste : « Tu es Pierre et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise. Je te confierai les dés du Royaume des Cieux. Tout ce que tu lieras ou délieras sur terre sera lié ou délié aux cieux » Évangile de Matthieu, XV M8-I9)". La clé était censée délier de la maladie.

Remarques de Réformés (Calvistes).
L’abbaye fut prospère grâce à la présence de cette relique et des procès des ordalies. Son pouvoir viendrait d’une mauvaise interprétation du récit biblique (1) par  la Légende dorée (siècle). En réalité Pierre aurait rétorqué au magicien : » Que ton argent périsse avec toi » Puis, il exhorta Simon à se repentir, ce qu’il fit. La vénération ou le culte des objets détournait l’attention du peuple de la véritable adoration de Dieu, cela obligea Jeanne d’Albret à faire détruire toute image et relique de l’abbaye en 1569. La clef aurait donc échappé à Montgomery aux ordres de Jeanne ? En revanche, il ne s’agit nullement d’un dogme comme annoncé, (2) mais d’un rituel.

(1) Acte des Apôtres 8.8.18-2674
(2)  Ces lieux qui parlent de Carol Larrey, éditions Excelsis, page67

 
abbatiale saint pe01
Saint-Pé, chevet de l'abbatiale. Photo J. Omnès

abbatiale saint pe02                              


                      labbatiale St Pé au Moyen Age

Photo J. Omnès                                         

Le fameux dôme tel qu'il devait être au Moyen Âge, et  l'entrée côté place des Arcades, à la place du chevet actuel.
                             
st Pe eglise clocher 001
             Dessin de J. Martin-l'Histoire de Saint-Pé- de- Bigorre de Pierre Pomès  Société académique des H-P, 1987.

  St Pé chrisme.           St Pé entrelacs
Le chrisme qui se trouve sous l'ancien chrisme, provient de la porte principale d'entrée qui se trouvait initialement dans le chevet actuel.

À  l'intérieur
En entrant à gauche (point B sur le plan), se trouve la partie la plus ancienne de l'abbatiale (XIIe siècle). Elle abrite les fonts baptismaux modernes et les bannières des confréries, avec quelques chapiteaux. Le baptistère est récent :1956-57 : pierre de Lourdes (base) et de Charente (cuve), couvercle en chêne (ateliers de l'abbaye de Tournay). Architectes : Waldshmidt et Prunet. Avant les fonts étaient abrités par une boiserie dans le vestibule de l'église, ils ont disparu (1).
(1) Information Thibault de Rouvray

Dans le choeur, le baldaquin est surmonté à l'attique, d'une partie de l'ancien retable qui a disparu. Elle représente Dieu le Père.

                                          St Pé baptistère 1
 Baptistère à l'entrée, dans la partie la plus ancienne (XIIe siècle), au fond chapiteaux de l'ancien cloître.
Photos J. Omnès
         
                                                               St Pé chapiteau  

St Pé chapiteaux2
                                                   Chapiteaux divers

         St Pé bannières         Cloutier
     Confrérie des cloutiers. Bannière représentant saint Éloi, évêque de Noyon (558-660). Patron des orfèvres, il est aussi celui de tous les utilisateurs de marteau, donc des cloutiers, nombreux à Saint-Pé. Toile peinte cousue sur tissus rouge. Fin XIXe siècle. 1980 X 1370 mm.

       Carrier           Scan 2
                  Confrérie des carriers. Photos J. Omnès

À droite : gros plan sur la bannière de l’abbatiale de Saint-Pé (celle du milieu sur la photo du haut) exposée au musée pyrénéen de Lourdes de juin à octobre 1981. Elle représente saint Isidore (1070-1130), patron des laboureurs. Tenant un chapeau à large bord de sa main gauche, il est habillé en paysan avec des sabots, des hauts-de-chausses bruns, serrés aux genoux retenant des guêtres blanches et une tunique brune serrée à la taille par une ceinture. De sa main droite, il tient une houe. À l’arrière-plan, un ange laboure, aidé par deux bœufs. Cette toile peinte est cousue sur un tissu rouge. Du XIXe siècle, elle mesure 1565 X 1310 mm.

Plusieurs confréries à la fin du XVIIIe siècle, avaient pour siège l'abbatiale, nous y trouvons les bannières des confréries suivantes :
La confrérie des carriers, représentée par l'Ascension du Christ.
La confrérie Saint- Eloi, plus tardive était en fait celle des orfèvres, mais aussi tous les corps le métier qui utilisaient le marteau, c'est pourquoi les cloutiers, fort nombreux à Saint-Pé, ont adopté ce saint protecteur. Ici saint Eloi est présenté en habits d'évêque Aux quatre angles, les instruments de la forge : marteau et pinces.
La confrérie Saint-Marc dont la chapelle est située à l'entrée du village.
La confrérie de Saint Eutrope, patron des tisserands.
Les confréries du Saint-Sacrement et de Saint-Antoine.
La confrérie Saint-Isidore des laboureurs.

Clef de Pierre                                                                                            La dite clef de saint Pierre    

                                                         St Pé chapelles

                                                                     Chapelle latérale. Photos J. Omnès

choeur St Pé                  Lors d'une visite avec Thibault de Rouvray : Autel principal et son baldaquin

                                                   St Pé Décor autel
                                                                                  Décor de l'autel

  Vierge de St Pé         St Pé stales                               
Notre-Dame-de-Saint-Pé. C'est une statue de la Vierge assise à l'Enfant daté du XVe siècle, en pierre polychrome au manteau bleu fleurdelisé d'or, à la robe rouge et au voile blanc. Elle tenait un sceptre dans sa main droite L'Enfant Jésus qui donne sa bénédiction tient un globe terrestre, qui ressemble à une pomme, dans sa main gauche. Sauvée du vandalisme des Huguenots durant les guerres de Religion où la Vierge et l'Enfant furent décapités, elle perdit une main à la Révolution, un sans culotte local lui ayant asséné un coup de sabre en s'écriant "A bas la mariole" Cette absence de main et les raccords des têtes reconstituées probablement au XVIIIe siècle, vu le côté joufflu des personnages, furent cachés jusqu'en 1930, par de précieux habits brodés.
Elle a été restaurée en 1979 par l'atelier Mainponte de l'Isle-en -Jourdain
D'après le conservateur, Thibaud de Rouvray, : "cette œuvre s'apparente à de nombreuses statues de la Vierge en majesté présentes dans la région, à la différence qu'elle est en pierre et non en bois.  Elle était située dans le bas-côté sud devant un petit retable baroque, environné d’ex-voto".
Elle est classée Monument Historique depuis le 30 juillet 1907.

A droite : stalles du XVIIe siècle, celles du prieur et du père abbé  ont été séparées et se trouvent dans la nef. Photos J. Omnès.

     St Pé vierge               St Pe vierge
                                    Photos Thibaud de Rouvray, avec nos remerciements

"Voici un cliché de la statue en haut à droite, avant son passage dans l'atelier Mainponte (1981), lorsqu'elle était présentée devant le petit retable baroque du collatéral sud. Elle n'a plus ses vêtements en soie mais conserve ses couronnes. On distingue la main cassée de l'enfant et celle de la Vierge devait aussi être mutilée (cachée par une fleur en plastique). Au niveau du cou de la Vierge on aperçoit une cassure et celui de l'enfant paraît entouré d'un ruban, peut-être pour dissimuler le même accident."
Thibaud de Rouvray

St Pé ange adorateur

Ange adorateur.  Les deux anges, celui-ci et son pendant, ont été acquis en 1858 chez Colomès, marchand de Tarbes, pour 260 francs. Information Thibaut de Rouvray.

St Pé tabernacle                                                                                      Tabernacle
La présence de sculptures représentant un aigle y compris le lutrin nous rappelle l'importance de Jean l'Evangéliste dans ces lieux, l'aigle étant sa représentation symbolique.

St Pe siege
Un grand tableau daté de 1681, peint par le Toulousain Fayet, a été accroché  dans un coin peu visible à droite du chœur. La scène principale représente le Christ entouré de ses apôtres, donnant la clé à saint Pierre symbole de son pouvoir. En arrière droite dans la pénombre, des personnages à taille réduite représentent le marquis d'Angosse, vêtu à la mode Louis XIV est à genoux devant un moine de l'abbaye vêtu d’une étole rouge.  À ses côtés, une dame, son épouse et deux jeunes garçons,  l’un de face, l’autre de profil, ses enfants  reçoivent la clef-relique. Ils sont accompagnés d'un chien. Cette œuvre a été offerte par Monsieur d’Angosse comme ex-voto, en remerciement de la guérison de la rage dont furent victimes ses deux fils. Ils auraient été guéris après avoir touché ladite clef. Pour les croyants, ce tableau semble être l'unique preuve de l'efficacité thérapeutique de la clef dite de saint Pierre.
Une légende veut qu’un domestique qui se moqua de cette relique péri dans d’affreuses souffrances.
Ce tableau a été restauré en 1980, par les ateliers toulousains Excet.

St Pé toile4

Sur le bas-côté gauche de la nef, un triptyque dit de l'Annonciation du XVIIe siècle (Point E sur le plan) décore le mur. Cet ensemble de trois toiles, jadis proches les unes des autres, devait pense-t'on communément, se trouver dans le choeur. On croit que l'auteur est Bernard Denis, peintre de l'église de Bétharram. Le panneau central représente l'Annonciation. Aux pieds de la Vierge, un rameau de lys symbolise sa purété. A l'attique Dieu le Père contemple la scène. La toile est encadrée à droite par saint Pierre, patron des lieux et à gauche, par saint Paul.

Annonciation
La toile représentant le Christ à l'entrée (point C sur le plan), contre le mur cachant la chaudière, a été offerte par Napoléon III en remerciement du dévouement d'une habitante du village pour avoir accompagné la gouvernante de l'enfant impérial,  chercher de l'eau "miraculeuse" à la grotte Massabielle de Lourdes.

St PE Napoléon
                       
  St Pé Vierge        St Pé N D du Mont Carmel
N-D -du- Mont-Carmel, patronne des ardoisiers. Ce tableau daterait de la fin du XVIIIe siècle, vers 1780.

Les ardoisiers étaient très nombreux alors à Saint- Pé et avaient une confrérie.
Le personnage de gauche serait Simon Stock, supérieur de l'ordre des Carmes en 1251,  quand la Vierge et son Enfant lui auraient apparu pour le rassurer sur la pérennité de son ordre. Elle lui aurait alors offert un scapulaire. Le personnage de droite serait la carmélite Thérèse d'Avila.
 
 St Pé chaire 1      St Pé attique

              Chaire copie XIX siècle du XVIIe siècle (Point J sur le plan).     Dieu le Père, reste de l'ancien retable.
Photos J. Omnès                                        

                     St PE cloche                          St Pé cagots
La seule cloche sauvée de la Révolution, elle servait pour annoncer le tocsin ou les séances des assemblées révolutionnaires;
Beau bénitier en marbre noir dit des Cagots. Ceux-ci étaient fort nombreux à Saint-Pé et avaient leur quartier près du Gave, au fond de la Culaque (vers Norma Sud). 
 StPé sts antoine
                                                               LE TABLEAU ENIGMATIQUE, toile des XVII-XVIIIe siècles, restauré en 1988-1989 par l'atelier Eczet.

Il représente  deux St Antoine, à gauche, saint Antoine l'anachorète, dit le Grand ou l'Egyptien et à droite saint Antoine de Padoue. Mille ans les séparent. En dehors de leur nom, ce qui les réuni est semble-t-il leur rapport aux animaux..

Le premier, ermite de la fin du IIIe et début du IV siècle, vivait dans une grotte, puis dans le désert, en Egypte, au bord de la mer Rouge, loin de toute présence humaine. A la recherche d’ascétisme,  il réussissait par la pensée  à vaincre les tentations du diable qui prenait l’apparence d’animaux divers, dont de reptile, ici présent sur la toile. Mais ces attaques ne le dérangeaient pas dans sa lecture des Saintes écritures. Il parait qu’il vécut 105 ans, le temps d’apprivoiser un cochon sauvage aussi présent sur la toile. Il est considéré comme un « dresseur d’animaux », capable de protéger par invocation de leur maladie, dont la rage. Pour certains auteurs, le cochon qui l'accompagne généralement dans son iconographie nous viendrait non de sa vie, mais de la fondation en 1091,  de l'ordre des Antonins qui seuls avaient le droit de sortir leurs cochons mais avec une clochette. Son disciple fut Macaire.

Remarque de Réformés (1) : ces légendes qui attribuent à chacun des saints évoqués, des pouvoirs particuliers sur les animaux est un thème récurent de Saint-Pé. Antoine le Grand fut le premier ermite, et l’instigateur du raisonnement qui aboutira à la pratique de la réclusion pour certains religieux. Sa démarche de s’éloigner des hommes pour se rapprocher du divin ressemble beaucoup à ce que pratiquaient les Celtes dans leur recherche du salut par une ascèse héroïque. Mais, dans  l’Evangile de Saint Marc (6.31)  Jésus n’aurait-il pas dit à ses disciples : « Venez à l’écart dans un lieu désert, reposez-vous un peu. » Pour Antoine, cela a fait un peu de 85 ans ! Se retirer dans le désert ce n’est pas pour se confronter à l’ennemi (ici le démon sous toutes sortes de formes) ou rechercher une performance personnelle au lieu de regarder vers Celui qui sauve, le Christ ? Ce retrait du monde  n’est nullement indispensable pour obtenir le salut. Ce  n’est qu’une invitation au repos provisoire de l’âme et du corps.
(1)  Carol Larrey Ces lieux qui parlent, éditions Excelsis, page 72

Le second Antoine, à droite, est saint Antoine de Padoue. Disciple de saint François. Ce franciscain né au Portugal  a eu une orientation religieuse opposée à son homonyme. Son univers était le prêche au milieu des foules. La légende rapporte qu’un jour, à Rumini, comme personne ne l’écoutait  il se retourna vers le fleuve et se mit à parler aux poissons. Ceux-ci émerveillés par les paroles du prêcheur s’agglutinèrent devant lui. Il parait que son auditoire humain vexé se décida à en faire autant.  
Photo Éric Bielle de Lourdes
Vitrail La vierge à l'Enfant terrassant le diable d'une lance en forme de croix.

StPé vitraux       
  St Pé sacristie  St Pé sacristie2                                                                        
                             La sacristie et ses belles boiseries XVIIIe siècle, fontaine en pierre du pays.

65 SPE loi 1901                   Application de la loi de 1905 pour l'inventaire. Celui-ci ne s'est pas fait dans la sérénité. Fonds A. Dole

Un pape venant de l'abbaye de Saint-Pé ? 
Il est mentonné sur plusieurs sites Internet que l’abbaye de Saint-Pé-de-Générès a été à l’origine d’un des sept papes d’Avignon (1309-1376). Il s'agirait de Guillaume de Grimoard devenu Urbain V.

                                         800px Papa Urbanus Quintus

                                                Urbain V. Photo Wikipedia
Qu’en est-il exactement ?
L’abbaye de Saint-Pé, comme celle de Saint-Savin ou de saint-Orens faisait partie du maillage des abbayes bénédictines du Midi de la France dirigées par les bénédictins et dont le siège était à Saint- Victor de Marseille. 
En fait, Guillaume de Grimoard,  a été abbé de Saint- Germain- d’Auxerre, puis de Saint-Victor en 1361, Il fut élu pape sous le nom d’Urbain V en 1362. 
Ce n'est éventuellement qu'à titre d’abbé de Saint-Victor qu’il aurait pu intervenir dans les affaires de l’abbaye de Saint-Pé, dont le père abbé était à l’époque Hugues de Laas 1338-1341 puis 1358-1361. 

                                                                                       Chapelle Saint-Marc

Elle est située à la sortie du village sur la route de Lourdes. On ignore l'époque de sa fondation. Par contre, nous avons des textes affirmant sa présence au XVe siècle. Elle était administrée par une Confrérie qui s'appelait "Confrérie Blanche de N-D et de Saint-Marc. Considérée comme le mausolée de la famille Nicolau-Batbie, elle regroupait 40 familles du village. Vendue comme bien de la Nation à la Révolution, elle est depuis juillet 1999, propriété de la commune. La toiture et l'intérieur ont été rénovés.

 St Marc    

     

 

 

 

 

 

                                    St Marc2

 

 Chapelle du petit séminaire

Le petit séminaire a été fondé en 1822. Les bâtiments utilisent partiellement, dans l'aile Est, des vestiges de l'ancienne abbaye. Ils s'ordonnent autour d'une cour rappelant un cloître. Au sud-ouest de cette cour, la chapelle est l'élément le plus remarquable de l'ensemble. Ce "petit séminaire" est devenu Collège ou institution libre, puis Lycée Saint-Pierre jusqu'en 1994 ou 1999, date de sa fermeture. Depuis, les batiments recherchent preneurs. Une congrégation des chrétiens d'Orient serait intéressée.

St Pé cloître Le "cloître". Photo J. Omnès

65 SPEcollège

                                                                                           Fonds A.Dole

La chapelle : 
Elle se trouve dans un ensemble de bâtiments dont les origines remontent à 1022, lors de la fondation du monastère bénédictin. Restauré par les moines de Saint-Maur au XVIIe siècle, le monastère a été ravagé par les Huguenots en 1569, puis abandonné lors de la Révolution. Racheté, du moins ce qu'il en restait par l'abbé Procope Lassalle pour en faire un séminaire en 1822, il fut alors entièrement reconstruit  pour sa nouvelle destination.

La chapelle telle que nous la voyons fut édifiée en 1856 par l'architecte Dausset
Il s'agit d'un édifice de style néo-roman à nef unique se terminant à l'ouest par un chevet composé d'une abside centrale à pans coupés, bordé de deux absidioles. La nef est couverte d'un plafond polychrome. L'ensemble évoque les basiliques paléochrétiennes ou carolingiennes. Les quelques chapiteaux romans doubles, historiés ou à décor végétal proviennent  du cloître disparu de l'abbaye. Une partie de l'édifice de 1856 fut modifiée et agrandie en 1930, par l'architecte Martin.
Si quelques chapiteaux nous présentent de simples feuillages à triple volutes, d’autres admirablement composés évoquent plusieurs passages du Nouveau testament. Le premier double chapiteau présente l’annonciation, la visitation, la publication sur la montagne de la venue du Sauveur et l’adoration des bergers. Le second, l’arrivée des mages chez le roi Hérode, à l’étable de Bethléem et la présentation au temple. Ils ont été remontés sur des colonnes de marbre afin de supporter la tribune de l'orgue.
Deux ensembles picturaux ornent l'abside majeure : en partie supérieure, le cul-de-four abrite une fresque monumentale de Dauvergne. C'est une commande de l'Etat en 1859, qui représente la parabole du Christ laissant venir à lui les petits enfants. Au registre inférieur, les arcatures sont couvertes par dix toiles marouflées de René Marie Castaing. Elles représentent en pied des saints locaux ou représentatifs de l'histoire religieuse en France depuis les origines.
Les chapiteaux  avec la fresque et les peintures, le mobilier, l'orgue et bien d'autres éléments sont inscrits à l'inventaire supplémentaire des Monuments historique depuis août 2000, ils témoignent de la richesse ornementale des lieux
Propriété : le petit séminaire et sa chapelle étaient la propriété d'une association source.loomji.fr/seminaire-23571.htm.
Celle -ci a vendu l'ensemble immobilier en 2017 à l''Eparchie maronite Notre-Dame du Liban de Paris

                                          St Pé chapelle       
                                Sur la voûte du choeur la fresque de  A. Dauvergne.

St Pé chapelle 2                                                             Le plancher de 'orgue  supporté par les colonnes et chapitaux

Saint Pé 2  

st Pé  acnathe                                                         
                           St Pé couple

St Pé rois mages                                                    
St Pé Floral

St Pé Nativité                                                                                                   Photos J. Omnès

Dauvergne St Pé                                                                                      Fresque d'Anatole Dauvergne

    Castaing 3            Castaing 2
      Sous la fresque deux des saints locaux peints par René- Marie  Castaing. Photos J. Omnès 

 

                                                 Chapelle des soeurs du désert de l'Immaculée  
                                   
Sur les hauteurs de Saint Pé, après Rieulhes, au monastère des moniales de Bethléem, une chapelle moderne se cache aumilieu des bois de buis, dans un centre monacal en pleine nature

                                                    .St Pé nonnes

À droite et gauche, stalles pour les soeurs. Photo J. Omnès   

                                                                 HAMEAU DE RIEULHES

Avant d'arriver à Saint-Pé sur la gauche. Chapelle dédiée à l'archange saint Michel. Elle permettait aux habitants d'éviter d'aller jusqu'à Saint-Pé pour suivre la messe. Elle a été édifiée en 1892 et inaugurée officiellement en 1898,  par le père Lacrampe Quinta, missionnaire du Sacré-Coeur-de-Bétharram, sur un terrain appartenant à sa famille. Les habitants apportèrent bénévolement leur contribution pour les travaux. La chapelle resta dans la famille Quinta jusqu'en 1994-95, date à laquelle elle fut rachetée par la commune de Saint-Pé-de-Bigorre.
         église de Rieulhès        Rieulhès détail
                                                       Chapelle de Rieulhès et son chevet. Photos J.Omnès                                        Rieulhes
                                              Intérieur simple et sobre. Photo J. Omnès

                                  En complément :  l’abbaye de Saint-Sever-de-Rustan

Historique

Les moines bénédictins installés près du tombeau de saint Sever, décédé au VIe siècle, auraient après sa mort vers le VIII e siècle, commencé à construire une abbaye, dans son environnement d’influence, au nord-est de la Bigorre. De  cette fondation, il ne reste aucune trace tant écrite que matérielle. Il a fallu attendre le début du XIe siècle pour l'abbaye sorte de l’ombre, lorsque le duc de Gascogne Sanche Guillaume demande en 1022, à ces moines d’aller édifier un monastère à Saint-Génères devenu Saint-Pé.   Ces fondations bénédictines cisterciennes, avec celles de Saint-Orens et celles de Saint-Savin, faisaient partie du réseau de Cluny et étaient rattachées à l’abbaye Saint-Victor de Saint-Maur près de Marseille. Dotés de nombreux legs et donations par les seigneurs locaux, la discipline se relâcha rapidement, si bien qu’en 1087 les moines de Saint-Maur durent réformer profondément les règles de Saint-Sever (et celle de Saint-Savin). Ces rappels à l’ordre s’amplifièrent en 1337 avec un nouveau règlement, puis vers 1365, et en 1629 pour le respect du règlement de 1602. Le père abbé dut incarcérer le plus indiscipliné des récalcitrants. Mais le relâchement des mœurs, les désordres, l’indiscipline s’amplifiant, un système de bons et mauvais points fut installé mais basé sur des récompenses d’ordre matériel « l’attrait pour le lucre ne pouvait évidemment pas réformer les mentalités » Un nouvel appel aux moines de Saint-Maur fut nécessaire afin de faire respecter les règles  de saint Benoit.

L’arrivée des Mauristes.

Le premier  travail des Mauristes fut de vider l’abcès en offrant aux moines une rente annuelle de 250 livres pour leur départ. Puis commencèrent des travaux considérables des immeubles ravagés en 1573,  par les Huguenots,  puis par un important incendie  au XVIIe siècle. Les pères abbés se lancèrent à la reconstruction des bâtiments meurtris. Rien n’était trop beau pour Dieu …et les moines. Durant trois siècles furent restaurés et élevés église, chapelles, cloître, jardins, salle capitulaire, réfectoires, dortoirs, cuisine,  remparts. L’argent des domaines ruraux, des dons, legs étaient tels que le luxe fit rapidement son entrée et  s’imposa au grand dam de la populationlocale pauvre. Les lieux prirent le nom de « Petit Versailles gascon. »

La Révolution

L’ordre religieux supprimé, les neufs moines partis, les bâtiments sont réquisitionnés et deux inventaires sont alors réalisés. Ils révèlent le luxe incroyable des lieux. Les cloches et les métaux sont envoyés à la fonte, le mobilier est vendu, certaines bâtisses sont transformées en hôpital. Les bâtiments conventuels sont vendus en 1795, et la municipalité devient propriétaire de l’église et de la sacristie. L’orgue est envoyé en 1815, à la demande du préfet à l’église Saint-Jean de Tarbes (1).

Aux siècles derniers

Les bâtiments sont vendus aux enchères en 1889, par le propriétaire, la famille Merens qui avait acquis les biens en 1795. La mairie les rachètent, mais pour récupérer sa mise de fonds, elle vend à la découpe nombre de ses bâtiments : moulin, ferme, cloître (qui se trouve au jardin Massey). En 1890, la mairie et l’école s’installent dans l’aile des hôtes, puis en 1910 c’est au tour de la Poste. Grâce aux amis de Saint-Sever de Jean Castex et Christian Crabot,  les campagnes de sauvetage et de restauration se mettent en marche avec le soutien financier du Ministère de la Culture. En 2010, l’ensemble abbatial est devenu propriété du département des Hautes-Pyrénées

(1) Il se trouve maintenant à la collégiale de Castelnau-Magnoac

        saint sever dessin Thibaud

                                                                Plan du "Petit Versailles gascon" par Thibaut de Rouvray

 


                                    En supplément Bétharram situé à la frontière de la Bigorre-Béarn

      Betharram 2   Bétahrram calvaire
                               Façade XVIIe du site                                  Calvaire. Photos J.Omnès