Imprimer

                                                                                                                      

                         Cauterets fruitière 2    Arras faderne 001

                                                                                     LES FRUITIÈRES

Une fruitière est une fromagerie traditionnelle de montagne où est transformé du lait cru apporté par des éleveurs individuels réunis en coopératives, afin de le transformer en beurre et fromage. Elle a son origine dans le Jura. En Bigorre, l'idée d'une coopérative n'était pas évidente chaque producteur étant habitué à travailler seul et à vendre au premier acheteur. Son nom vient du fait que les paysans mettent en commun le fruit de leur travail, en l’occurrence le lait, afin de le faire fructifier à travers la fabrication d’un fromage artisanal de grande taille.

 LA FRUITIÈRE DE CAUTERETS

La création d'une fruitière dès 1876, sur l'exemple de ce qui se faisait dans le Jura, est due à l'initiative de l'inspecteur des Forêts, monsieur Calvet. Il fut aidé dans sa démarche par son administration et les conseils généraux des départements pyrénéens. Mais une reconversion d'élevage devait se faire dans la foulée en substituant l'élevage des moutons "dégradeurs de pâturage"  par du gros bétail. Ce qui d'après Jean Bourdette avait pour but également de retarder "la ruine des terrasses supérieures d'estive." C'est ainsi que fut créé l'association Fruitière de Caoutarés (Cauterets) avec l'édification à 1374 m d'altitude, d'un "chalet-abri"et l'accord du Syndicat de Ribère de Saint-Savin (Ribera de Sén-Sabi). C'est devenu depuis un lieu de randonnée avec une auberge

                             Cauterets fruitière 2     

fruitière intérieur   Fruitière 2

Transformée depuis en restaurant                                        Les estives environantes

LA FRUITIÈRE DE BARÈGES

l’abbé Izac, jeune vicaire s’était rendu compte que ses administrés dans la vallée de Barèges avaient une certaine difficulté à vendre leurs fromages. Il eut l’idée de réaliser un syndicat de producteurs de lait destiné à fabriquer beurre et fromage en grande quantité, en diminuant le maximum de frais. Jean Bourdette nous dévoile que la tâche à « renoncer aux antiques usages fut rude » Il parvint à réaliser son rêve. Le « Sindicat » a été fondé en 1894 et la première fruitière installée à Esquièze (Esquiésa) en 1895, avec pour directeur  un ancien élève de la Fruitière-école de Marignac (31). La fabrication était en moyenne de 120 kg de fromage  et 600 kg de beurre par mois, aux environs de 1899. 


LA FRUITIÈRE DE GER

Si tout le monde connait la fruitière de Cauterets, celle de Ger est bien plus discrète, face à l’ancien café-plantier du village. Le lait venait de producteurs locaux et du Castelloubon dont ceux de Gazost. 

Historique de la fruitière

La maison Borde-Bertranou a été édifiée avant 1887 (plan de Salette). Elle a été transformée en fruitière en 1936, par Jacques Noguez après l’achat du bâtiment aux frères Maysonnave de Lourdes. La présence d’une source dans la cave a été déterminante, de même que la grandeur de celui-ci. Une rigole a été aménagée afin de créer un grand leytè, et des soupiraux réalisés pour obtenir une bonne ventilation pour la conservation du lait. À l’étage, ont été creusé une série de meurtrières, toujours visibles, sur le mur pignon, pour l’aération de l’affinage. Après la seconde guerre l’établissement a été retransformé en maison d’habitation avec l’obturation des soupiraux en façade et le détournement de la source. Elle a été rénovée depuis peu avec la mise en valeur de la pierre apparente.


Un grand merci à la famille Sassus pour ces informations. Voir aussi le blog de Bertrand Sassus « Ger mon village »

  Ger
                    Ger 2       la fruitière a nouste22


     


 
                                                                                   LES FADERNES

Les fadernes ou haderna étaient très présentes dans notre région dès le Moyen-âge. Elles  étaient représentées par une communauté d'ecclésiastiques : curés, vicaires, prêtres, chapelains. Ils se réunissaient régulièrement dans une vaste maison au nom d'"Oustaou dera Haderna". Leur syndic était élu tous les ans. D’après Gustave Bascle de Lagrèze, le nom viendrait de la langue d’oïl : father, fader, père ? (1)

Il s'agissait lors de ces réunions de se partager les montants des messes pour les défunts messe unique ou obits (messe à perpétuité). Les fadernes étaient aussi aptes à recevoir dons et legs de la part des fidèles.  Jean Bourdette dans ses Annales du Labeda les évoque, l'une d'elles existait en 1280 (Sères-en-Barèges)  et Jacques  Poumarède en a fait le sujet d'une étude en 1978 :" A l'origine des paroisses de montagne dans le diocèse de Tarbes" (2).

Bascle de Lagrèze a mentionné  dans son histoire du droit dans les Pyrénées-Comté de Bigorre  (1) les statuts de la faderne de Juncalas, souvent citée et a énuméré les différents bénéficiaires qui se réunissaient dans cette maison. Le texte est en bigourdan.  Il s’agissait des recteurs et mossens (1 bis) de   Gazost, Cotdoussan, Geu, Lias, Berberust, Osté, Ordon, Juncalas, Cheust, Ordiis, Gazost, Sazost, Antalos, Ordon, Puchac (?) et Justous.

Jean-Charles Rivière  lui nous rappelle le rôle économique de ces assemblées qui distribuaient sous forme de prêts notariés, l'argent reçu. Il précise qu'au premier trimestre 1708, en Barèges, les actes notariés du notaire royal avaient enregistré que sur les 53 actes passés, 18, concernaient des prêts, dont 6 par l'intermédiaire des fadernes (3).

Bien que représentantes de la solidarité et du partage chrétien dès l'implantation du christianisme en hautes vallées pyrénéennes, ces fadernes ont rarement intéressé les instance épiscoplales. Les archives des diocèses sont inexistantes sur ce sujet. Peut- être à cause de leur puissante autonomie

(1) Histoire du droit dans les Pyrénées. E-book, pages 384-385.
(1bis) nom fréquent en Espagne surtout en Catalogne que l’on pourrait traduire par père, traduction non garantie.
(2) Les fadernes du Lavedan : associations de prêtres et sociétés de crédit dans le Diocèse de Tarbes (XVe -XVIIIe siècles), dans « Mélanges » de Jean Dauvillier, Toulouse, 1979, pp. 677-694. Après la présentation de cette institution originale, l’auteur insiste sur la vie associative particulièrement intense et égalitaire dont témoigne cette institution. A partir de la faderne de Juncalas, il lui a été possible de dresser un état des sommes en jeu pour la période 1654-1783 et d’estimer les taux pratiqués, et les dispositions prises.
(3) Bulletin SESV 1977, page 123

Lire également Les fadernes du Lavedan par Jacques Poumarède. Une pertie de l'ouvrage  se trouve dans Mémoires de Lourdes, bulletin municipal.

                                                                              En Haute-Bigorre

Du Moyen Age au XVIIe siècle il a été dénombré 18 fadernes ;  14 pour le Lavedan et 4 pour les Angles. Ce sont généralement des maisons imposantes, dont certaines ont résisté au temps. Nous avons relevé quelques-unes d'entre elles. Par ordre  alphabétiques des villages nous avons :

Les Angles
Sur les hauteurs du village. 
Cette maison propriété d'un parent a été jadis la chapelle du château, puis détruite en partie pendant les guerres de Religion, elle a été transformée en faderne. Une porte en pierre de taille au linteau en arc en accolade se trouve toujours à l'intérieur. Sur le porche est gravé un agneau pascal avec son étendard. En 1860, la bâtisse a servi d'école et de local à archives. L'instituteur était logé dans l'aile sud. Etait membre, entre autres, de cette faderne depuis 1342, le curé de Neuilh (Nulh) (1)

(1) Les Annales du Labeda  de Jean Bourdette, éditions Lacour, page 434.

Faderne

Les Angles

 


Arras-en-Lavedan

En 1972, des travaux ont modifié le toit en enlevant les lucarnes et supprimé les ailes de la batisse, dont le côté gauche qui abritait la porcherie et le poulailler. Cette haderna possèdait une autre batisse au XVIe siècle avec jardin et verger pour servir d'abris à des enfants pauvres et nécessiteux. Elle avait pour nom haderrneta. (1)

(1) Jean Bourdette Les Annales du Labeda, Lacour, page 455 (achat avril 1586).


Arras faderne 001                                                                        L'ancienne faderne (haderna) près de l'église

           Arras faderne

                           Physionomie actuelle 2020, les ailes ont été arasées


Aucun

Faderne mentionnée en 1100 dans le cartulaire de Bigorre.


Batsurguère  (Bat Surguèra)

Cette faderne ou hadernà  à qui étaient adressés les rentes obituelles (1) de la vallée était située à ? .. Elle correspondait aux cures de  Ségus, Aspin (Aspi), Omex (Aoutméts) Ossen (Ossén) et  Viger (Biyér).
Mentionné en 1516 (2), on peut suivre aux archives, son évolution jusqu’en 1782.

(1) messes anniversaires.
(2) Archives départementales des H-P.  G 1151 à 1154.
Voir aussi Les annales du Labéda de Jean Bourdette, éditions Lacour, 2001, page 340.


Beaucens

Sa faderne abritait trois paroisses qui se partageaient 30 rentes obituelles, avec en moyenne 100 livres par affilié.


Juncalas

Sa faderne  correspondait à 10 paroisses, et abritait 23 membres en 1679 : curés, vicaires et desservants qui se partageaient 30 rentes obituelles entre 1540 et 1600. Ce qui représentait au XVIIe siècle, en moyenne 25 livres par affilié.
Bascle de Lagrèze a mentionné  dans son histoire du droit dans les Pyrénées-Comté de Bigorre les statuts de la faderne de Juncalas, souvent citée et a énuméré les différents bénéficiaires qui se réunissaient dans cette maison. Le texte est en bigourdan.  Il s’agissait des recteurs et mossens (1) de Gers,  Gazost, Cotdoussan, Geu, Lias, Berberust, Osté, Ordon, Juncalas, Cheust, Ordiis, Gazost, Sazost, Antalos, Ordon, Puchac ( ?) et Justous.
Un nouveau règlement fut élaboré le 3 août 1577, plus proche de l'air du temps : influence huguenote.

ll nous a été impossible de retrouver qu'elle était la maison en question, même après avoir interrogé les personnes les plus âgés du village. Nous pensons que cela pourrait être la mairie actuelle (ex- école) , qui seule possède sur son linteau un symbole christique : IHS. Jusqu'à preuve du contraire. Nous savons pa Jean Bourdette que le bâtiment fut vendu avec ses dépendances, comme bien national, le 5 octobre 1795, à Messieurs Poumarous et Baron du village. (2)

(1) Les Annales du Labeda de Jean Bourdette, édition Lacour, tome 2, page 431 
(2) Les Annales du Labeda de Jean Bourdette, édition Lacour, tome 4, page 229



Juncalas mairie
                                  Juncalas mairie 2  IHS 1724.


Luz 

Faderne de tot Baretge


Marsous

Nous avons une trace de son existence par un procès en 1660, du curé Lacassabe contre la hadèrna de Marsous devant la Cour Présidiable de Tarbe(s). (1)

(1) Jean Bourdette, les Annales du Labeda, édition Lacour tome 3, page 265



Saint -Pastous
Cette faderne est mentionnée dans des textes de 1412. Elle recevait les obits des habitants du village et de ceux de Boô, Silhen, Asmets, Couret, plus Sainte- Marie, Bayes et Saint-Germès (hameaux). Les rentes venaient aussi des habitants de Cabanac (hameau de Boô) (1)

(1) Les Annales de Jean Bourdette, édition Lacour, page175.


Saligos 

Cette faderne abritait les prêtres des paroisses de Saligos, Chèza (Chèze) et Biscos (Vizos).

Nous avons une trace de son existence par un procès en 1648, devant le Sénéchal., contre Marie de La Crampa, au sujet de dîmes, Et un second procès en 1662, devant le Sénéchal, du curé de Biscos (Vizos) contre la Hadèrna.   (1)

(1) Jean Bourdette les Annales du Labeda édition Lacour, tome 3, page 215


Salles
En face l'église, est située la farderne médiévale qui se trouvait dans l'enclos du château. Il parait que tranformée au XIXe siècle (1819), elle servait encore recemment à l'accueil de prêtres. La maison restaurée depuis,  a été vendue à une personne de Bordeaux. Le claveau représente 4 coeurs en forme de croix ; symbole que nous retrouvons sur la porte de la maison d'en face qui jouxte l'église et qui aurait été l'ancien presbytère.
Cette faderne très ancienne dont le premier document connu date de 1364,  abritait dix communautés de religieux de l'Extrême de Salles (Salas) (1). Le presbytere lui, se trouvait à l'emplacement du restaurant

(1)Les Annales du Labeda de Jean Bourdette, éditions Lacour, page 91.

Salles fadene 2 2

      Salles fadene 2 1  Salles faderne 4

PS : les archives départementales abritent nombre  de documents sur les fadernes de la région et les inventaires des obits : G1124 à G1174


 Sazos 

Nous avons une trace de son existence par un procès en 1660, du curé de Biscos et Chèza ( Viscos et Chèze) contre la hadèrna de Sazos devant la Cour Présidiable de Tarbe(s). (1)

(1) Jean Bourdette les Annales du Labeda édition Lacour, tome 3, page 265


Viella 

Sa faderne ne représentait que cette paroisse


Viey  joint à Saint-Martin (détruit en 1600)

Sa faderne ne représentait que cette paroisse