www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

2 - Les cirques, lacs, cascades et sites exceptionnels

Imprimer

                                    
Gavarnie cirque 6Cascades 3Lac Tech 1 Lutour

Le Lavedan a la particularité de posséder les trois plus beaux cirques des Pyrénées. Splendeurs de la nature, telles des corolles ouvertes face au nord et à l’ouest, les cirques de Gavarnie, d’Estaubé et de Troumouse sont le résultat de millions d’années de travail d’érosion. Erosion d’immenses glaciers quaternaires qui ont, non seulement creusés la roche  de calcaire gréseux, mais aussi façonnés les nombreuses vallées parcourues de torrents, de cascades, de lacs  et de ruisseaux qui ont donné naissance au Gave de Pau
.

Le cirque de Troumouse

  Cirque Troumouse 1
Cirque de Troumouse. Photos J. Omnès

Troumouse 2 Passage vautours
                     Paysage d''accès au cirque                                   Après le passage des vautours. Photos J. Omnès

Si le cirque de Gavarnie parait grandiose par sa configuration en demi-cercle presque parfait,  celui-ci est grandiose par sa largeur près de 4 km de diamètre et son aspect sauvage de fin du monde, sans arbre, ni végétation luxuriante. Il fait moins haut, moins muraille que son voisin de Gavarnie, car il se trouve à 2000 mètres d’altitude. Ouvert sur l’ouest de ses prairies, il est entouré de nombreux sommets.

Ceux-ci atteignent entre 2800 mètres et 3100 mètres d'altitude. Ce sont le pic de la Munia à 3133 mètres, le Soum des Salettes (2976 m), le Pic des Aguillous (2851 m), le Gerbats (2904 m), le Troumouse (3085 m), le Pène Blanque (2905 m), le Soum de Port Bieil (2596 m) et le Pic d'Estaubé (2810 m).

Après avoir dépassé la chapelle de N-D d’Héas, une route à péage en lacets nous conduit au pied des pâturages. Des itinéraires de randonnées balisés sont offerts aux promeneurs.  Le paysage est magnifique avec ses prairies à perte de vue traversées par de nombreux rus qui se jettent dans le lac des Aires. 

La statue monumentale de la vierge de Lourdes qui se trouve à 2119 m d’altitude, au centre du cirque, érigée par le Père Crabé a été inaugurée sur son socle conique de pierres, le 14 août 1900, par Mgr Schoepfer. « Elle est destinée à attirer sur nos pâtres la protection de la Vierge Immaculée… »

Pied dallouette 2       Troumouse 3
Parterre fleuri du cirque                            Route d'accès au cirque. Photos J. Omnès                                   

 Le cirque de Gavarnie

Paysage grandiose, mondialement connu, il est inscrit depuis 1997, au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, avec le Mont Perdu et le parc d’Ordesa du côté espagnol.

 « Une muraille, elle est prodigieuse, elle a
Dix mille pieds de haut et de largeur dix lieues,
Falaise, alluvions, dans les profondeurs bleues,
Ce haut boulevard monte, altier, froid, surprenant,
Et d’une mer l’autre, barre le continent. »

Victor Hugo.

On voit que Victor est en pleine félicité amoureuse quand il va à Gavarnie avec Juliette (au départ de Cauterets où ils sont installés) et qu’il a perdu la notion de toutes mesures. En fait, la barrière à sa base a un développement de 3 500 m et sur sa ligne de crête, une distance de 10 km (les prospectus annoncent 14 km). La hauteur moyenne est de 1 670 m. Au sommet, nous sommes à 3 000 m. La superbe cascade sur le côté gauche, avec ses 420 m, est la plus haute de France et la deuxième d’Europe. Elle est la source la plus impressionnante du Gave de Pau. Ses eaux s’engouffrent sous un névé et viennent gronder au pied  de l’hôtellerie du cirque.

À l’ère glaciaire, un immense glacier descendait jusqu’à Lourdes, entraînant de nombreux blocs de roches calcaires gréseux. Ce glacier façonna le paysage de la vallée couverte de moraines, ainsi que la muraille elle-même. Celle-ci ressemble à un gigantesque amphithéâtre avec trois immenses gradins.

Si nous devons au site de beaux textes et de belles lithographies, nous lui devons aussi probablement la naissance de Napoléon III.

En plus de ses illustres visiteurs, le Cirque reçoit plus d’un million de touristes par an (deux millions en 1958, centenaire des Apparitions de Lourdes). Ce qui a nécessité une campagne de rénovation et de protection. Celle-ci est toujours en cours.

  Gavarnie cascade2
                     Le cirque et la grande cascade, Phovoir,                 De l'hôtel du Cirque. Photo J. Omnès

La reconnaissance du site par l’Unesco ne s’est pas faite sans difficulté. Elle est due à la persévérance de l’Association Mont Perdu Patrimoine Mondial (M.P.P.M.) et de son conseiller technique, le Pyrénéiste Patrice de Bellefon. Les réserves formulées lors du classement étaient la localisation du Festival de théâtre au pied du Cirque et la route du col du Boucharo avec son parc de stationnement. À l’exception du soutien du Parc National des Pyrénées, peu de locaux se sentent concernés par le maintien de cette distinction exceptionnelle. Le site a été doublement classé : une fois pour sa « qualité paysagère » et une seconde fois pour sa « qualité culturelle ». Cette double distinction n’a été accordée qu’à une vingtaine de sites sur les quelque cinq cents classés de par le monde. Le « comité de gestion » imposé par le règlement du classement n’est pas prêt à voir le jour sans un travail collectif et une volonté de réussite de tous les élus et partenaires concernés. Espérons que le bon sens l’emportera sur les clivages séculaires et une certaine inertie traditionnelle.

Gavarnie cirque 6 Cirque de Gavarnie 6
                          Chemin de la cascade.                                                 Photos J. Omnès

Gavarnie Sarradet Vue du plateau de Sarradet. Photo Loïc. A.

Le cirque d'Estaubé (en préparation)

cirque dEstaubé loic Arnold                                                                                             Photo de Loïc Arnould

Cirque dEstaubé Photo Loïc Arnould

 

 




                                                                                 Les lacs
Par ordre alphabétique. Voir aussi www.lacsdespyrennes.com

Lac d'Estaubé

lac dEstaubé


Lacs des Aires

Lacs de l'Ardiden

Lac de Bassia

Lac Bernatoire
                                                                                
lac Bernatoire 2 Lac Bernatoire Loic arnould
Photos Loïc Arnould

Lac Bleu

Au Nord de Barèges. Le qualificatif de bleu vient de la couleur du lac d'un bleu intense, dû à sa profondeur. Sur son flanc Est se trouve le petit lac vert. Il est situé sur le territoire du Parc National des Pyrénées, zone d'adhésion, et est classé Site d'intérêt communautaire (SIC) Natura 2000.
Le nom primitif de ce lac était lac de Lhecou (lyécou), d'un préceltique lheco signifiant « grosse pierre » ou « pierre plate ». Ce nom a été conservé par le torrent qui servait jadis d'exutoire aux eaux du lac.
C’est le lac le plus profond du département : 116 m, sur une surface de 49 hectares.
Une loi sur l’irrigation en 1845, sous Louis-Philippe a vu pour sa gestion, la création par décret, en juin  1851, d’une Commission syndicale dite du Houscau. Il est devenu  propriété indivise des communes de Boo-Silhen, Saint-Pastous, Geu et Berbérust-Lias. Ce lac bleu a été très prisé par les Romantiques, il a fait l'objet de nombreuses lithographies et peintures.


Lac bleu Mariano
                                                                                                        Photo Mariano

lac Bleu
Lac Bleu par François Lataste, peintre tarbais, grand prix de Rome, 1849.

Lac blau Eugene Lejeune Lac bleu Charles Mercereau

    Lac bleu Eugène Lejeune                                            Charles Mercereau

Lac bleu Emilien Frossard Lac bleu Henri de Montaut     
Emilien Frossard                                         Henri de Montaut

Lac bleu Jacque Place Lac bleu Edourad Paris                                                        

Jacques Place 2013                                                            Edourad, Paris

Lac bleu Sofie Malkani
Sofie Malkani

Lac d'Estaing
                                                


lac EstPhoto J. Omnès

 

 

Lac dEstaing Loic ArnouldPhoto de Loïc Arnould

Lacs d'Estibe
Au Sud-Est de Cauterets

Lac d'Estom
Au bout de la vallée du Lutour, après La Fruitière, au Sud- Est de Cauterets.

La Fruitière lac dEstom Lac dEstom hauteurs de Cauterets
 Photos Loïc Arnould

Le lac de Gaube
situé à 1731m,  au-dessus de Cauterets, a très tôt fait partie des sites pyrénéens incontournables, de par son accès aisé, sa situation face aux plus hautes montagnes dont le Vignemale (face Nord), culminant à 3 298 m,  et de par le drame dont il a été témoin en 1832.  Plus tard, la création, à travers d’une forêt de pins et de  sapins, du GR10, a mis son accessibilité à une heure de marche du pont d’Espagne, avec un dénivelé de 270 m. Puis l’édification de télésiège à moins d’une heure. L’auberge d’origine avait fait l’objet de critique humoristique du Pyrénéiste Pierre Perret. Il écrivait en 1881 : « Ne soyez pas surpris d’y payer un ragoût d’izard, le même prix que vous paierez un quartier de chevreuil au Café Anglais. Ceux qui viennent ici ne sont pas très rares ; cependant on juge qu’ils le sont assez pour acquitter le tribut de ceux qui n’y viennent pas. » En 1856, cette auberge a été remplacée, grâce au syndicat des vallées, par un hôtel-restaurant en dur.

le lac de gaube visorando 2516 Lac de Gaube. Photo Talall49 de Visorando

D’une surface de 19 ha, avec 2 km de berges, il a une profondeur de 40 mètres. C’est un lac glaciaire, au lit granitique, situé à l’embouchure du torrent des Oulettes de Gaube qui forme plus au Nord une laquette au nom de Huats. Le torrent devenu gave de Gaube se déverse plus bas dans le gave du Marcadau

Régulièrement les sociétés de pêche y déversent nombre de truitelles fario, ombles chevaliers et cristivomers.

lac de Gaube hotellerie Photo hôtellerie du lac

Le drame du lac de Gaube
En 1832, un terrible drame a bouleversé la communauté du monde romantique. Un jeune couple anglais, les Pattison, en voyage de noce, s’est noyé au milieu du lac. Le jeune homme voulant sonder ses profondeurs passa par-dessus bord et disparu dans les ondes. Sa jeune épouse, désespérée, « se redressa, jeta un dernier coup d’œil vers la terre et vers le ciel ; puis s’élançant dans le lac, elle disparut à son tour », c’est ainsi qu’Achille Jubinal, présent ce jour-là, commenta en 1840, ses Impressions de voyages aux Hautes Pyrénées. Un petit monument fut érigé par les parents, en leur mémoire, stèle entourée d’une grille, où était inscrit : À la mémoire de William Henri Pattison écuyer, avocat de Lincoln’s Inn à Londres et de Sarah Frences, son épouse. Cette triste aventure augmenta la célébrité du lac. Due également grâce aux nombreuses versions présentées par la presse ; ne s’agissait-il pas d’un assassinat, suivi d’un suicide ? Quoiqu’il en fut, le gardien des barques et aussi du petit cénotaphe, profita de l’aubaine en demandant trois sous par visite. C’est ainsi que Victor Hugo qui versa ses trois sous pour pouvoir pénétrer dans l’enceinte, écrivit plus tard «  J’ai glissé et failli tomber dans l’eau. Cela eu fait une deuxième tombe. On eut pris six sous ». En 1944, les Allemands détruisirent le monument dans un geste anti-britannique.

Lac de Gaube 001 3Carte postale ancienne, le monument est à droite.

Lac Glacé

Lac de la Glère
Au Sud-Est de Barèges, il voisine les lacs de Coume Escure, de la Mourele, det Mail, de la Manche et d'Estelat

Lac des Gloriettes et son barrage


Lac Gloriettes 4
Photo de ?

Lac des Gloriette Loic Arnould 
Photo Loïc Arnould

Lac des Gloriettes
Photo  Bernard Veyssière



Lac Grand

Lac du Hourat

Lac d'Ihéou

Lac dIlhéou
                                                                                       Photo de Loïc Arnould

Lac d'Isaby
Le lac d'Isaby au-dessus de la station de ski du Hautacam à 1558 m, était  autrefois appelé lac de Saint-Orens. D’une superficie de 6, 3 ha il est facile d’accès, après avoir laissé sa voiture au parking de Moulata. On atteint en moins de 30 mn, la cabane de Picourlet à 1625 m qui domine au Nord-Est le à 10 mn, le lac, par un sentier verdoyant. Cet itinéraire est utilisé pour joindre au Sud, le Pic de Léviste à 2463 m ou le Soum de Lascours à 2485m, en passant à mi-chemin sur la rive Ouest du petit lac dets Plagnous.
En forme d’une demi-lune il est souvent fréquenté par les pêcheurs qui y trouvent nombre de truites


isaby 4 Lac dIsaby
Photo lacs des Pyrénées                                                                                Photo Loïc Arnould

Légende du lac d'Isaby
Ce lac est à l’origine d’une pittoresque légende, digne de Walt Disney. Un dragon, certains disent un serpent (avec de grandes côtes), hantait la région, il engloutissait à chaque repas, nombre de pasteurs, chiens et brebis. Les victimes s'ajoutaient aux victimes ; la situation  ne pouvait plus durer. Le maréchal-ferrant d’Arbouix fut alors choisi pour débarrasser le village de cet encombrant voisin. Notre villageois eut alors l’idée de chauffer à blanc une enclume et la fit avaler au monstre. D'autres témoins parlent de sept barres de fer portées au rouge. Il parait qu'il dut renouveler son acte courageux sept fois, en se retirant au plus vite pour ne pas être absorbé par l'immense gueule du monstre. Quoiqu'il en soit, pour échapper à une mort certaine, le monstre aux entrailles en feu,  but une quantité considérable d’eau des torrents voisins. Il en but tant, qu’il explosa et donna naissance… à un  lac, le lac d'Isaby. On croit savoir que notre forgeron obtint en récompense, pour lui et sa descendance, un droit de pacage gratuit, là où auparavant sévissait l'épouvantable animal. Comme rien ne se perd à la campagne, les villageois construisirent une chapelle avec les côtes du reptile ! Mal leur en pris, Dieu leur envoya pluie sur pluie. grêle sur grêle. Ils comprirent que l'on ne peut offrir au Créateur, une église faite des ossements d'une bête maudite. Ils durent démolir leur ouvrage et reconstruire une église en pierre du pays.

Doré Isaby
La légende vue par Gustave Doré



Lac de Lourdes
A 3 km l’ouest de la ville dans un cadre bucolique,  s’étend un lac glaciaire de  45 ha. De forme ovale, long de 1600-1700 km sur 400 à 500 m, il est situé à 421m d’altitude et se trouve de fait être le plus bas lac glaciaire des Pyrénées. Profond de 8 à 12 m, il est accroché à un barrage morainique à une cinquantaine de mètres au-dessus du Gave de Pau. Sur sa rive Ouest,  il est bordé par une tourbière, dite tourbière haute active ou encore acide bombée. Elle est riche en faune, dont un papillon endémique le fadet des laîches et de nombreuses variétés d'araignées des cladiaies (formations végétales)  et en flore, dont l’osmonde royale, la drosera, le marisque et des sphaignes (mousses). Voir dossier faune-flore. La tourbière abrite également des moules géantes ou anodontes. Cette tourbière d'environ 23 000 ans, avec une épaisseur maximale de 11 mètres, occupe 16 hectares. Elle est  gérée par Natura 2000. Une association AREMIP (Association recherche pour l'environnement en Midi-Pyrénées) dirige les pâturages estivaux en y amenant des vaches lourdaises et des chevaux barthais

Lac glaciaire de Lourdes Lac de Lourdes, vu de la tourbière. Photo J. Omnès

Lac visite  Lac moules
Visite de la tourbière organisée par le PLVG, août 2016. Moules géantes.

Longtemps paradis de pêcheurs e et des chasseurs de canards, il servit en juin  1963, de base pour le championnat d’Europe de hors-bords.  Propriété  communale, il abrite sur sa rive Est  un restaurant  moderne qui a fait suite à une ancienne ginguette et continue à proposer barques et pédalos. Sa rive Sud est bordée d’une magnifique forêt de résineux abritant un golf de 18 trous avec un club-house créés en 1989. La rive opposée est longée par un sentier balisé. Ce lac est l’objet d’une légende tirée de l’Ancien testament.
Lac Lourdes tourbières
                                            Plan -photo de Natura 2000-smdra.                    

Historique du lac de Lourdes

Le lac, depuis les temps immémoriaux a appartenu aux comtes de Bigorre. Il servait de vivier, surtout pour les anguilles et les brochets alors très appréciés. Les consuls de la ville les achetaient aux comtes pour les offrir aux personnalités de marque. Objet de convoitise des voisins, dont les barons de Coarraze et l’abbaye de Saint-Pé, il permettait aussi d’alimenter en palmipèdes les tables des comtes et en joncs des périphéries,  les litières de leurs écuries.  Au XVIIIe siècle, propriété royale, l’intendant d’Etigny,  proche des philosophes des « Lumières » réussit à résister aux prétentions insistantes des moines bénédictins de Saint-Pé en mettant le lac aux enchères de fermage. En 1770, c’est le prince Rohan-Rochefort, vicomte de Bigorre qui devient détenteur du fief. Son idée : l’assécher et le transformer en prairie ! Mais arrive la Révolution, il émigre en Autriche et abandonne son château de Beaucens et le lac.

Devenu bien national en 1792, il est vendu aux Lourdais B. Garros et P. Balette. Un projet de canal le reliant à Saubusse près de Dax est envisagé. Ce projet de canal dit canal du Béarn est abandonné, vu la concurrence du chemin de fer. Le lac est revendu aux sieurs Jean Dufo, Carrère et Francès. En 1850, il fait l’objet de procès qui durèrent cinq ans, entre le propriétaire unique Brice Dufo, fils de Jean et ancien maire de Lourdes, bâtonnier des avocats, et ses voisins appuyés par la municipalité. Il lui est reproché par l’installation de digues  d’inonder les champs environnants dont ceux de Lafont Puyo à Poueyferré et de s’accaparer de terres. Ce procès sera l’occasion d’analyser non seulement les hauteurs légales du plan d’eau (hauteur de décharge) mais aussi sa richesse en lichens et plantes aquatiques. Entre les deux guerres, le lac et ses abords appartient à la famille Lacvivier qui le loue à la famille Josnin. Les moteurs (bateaux, hydravions) sont interdits en 1980 et en 1989 le lac et ses abords (ferme Baloum) deviendront propriétés de la ville.

Légende du lac de Lourdes

Qui peut croire que Lourdes a eu, il y a bien longtemps le même destin que Sodome (la cité maudite de la Bible) ? Et pourtant... Dieu était très en colère contre la dépravation des Lourdais. Il s’invita en terre bigourdane incognito, bien sûr, déguisé en miséreux. Sa pauvreté apparente ne lui ouvrit aucune porte à l’exception de celle de deux Bigourdanes tout aussi pauvres que l’Éternel fait mendiant. Elles partagèrent avec lui leur maigre pitance et la chaleur de leur foyer. Par compassion et reconnaissance, Dieu les épargna de sa vengeance : il avait décidé de noyer la ville impie. Elle s’enfonça dans un énorme creux qui se transforma en lac, tandis que les deux femmes, averties, purent s’enfuir à temps, accompagnées d’un nouveau-né. Hélas l’une d’entre elles se retourna. Elle fut immédiatement transformée en pierre, comme la femme de Loth, en statue de sel. Nul ne doit contempler la colère divine. Pour ceux qui doutent, cette pierre ou peyre Crabère est toujours visible sur la route de Poueyferré. Pendant longtemps les locaux venaient à la Saint-Jean sur les rives du lac, écouter sonner les cloches de l’église immergée.
Cette légende du lac a connu au fil du temps, nombre de variantes. Curieusement, cette pierre Crabère servit très tôt de « pierre de fécondité ». Les femmes en mal de procréer venaient se frotter régulièrement à cette pierre. Certains locaux disent que ce rite ne s’est éteint que vers 1960.

Lac Miguelou et son barrage
Lac de Miguelou 2

lac de Miguélou Kat images Photos Kat Images
Le barrage est tout au fond.

Lac d'Ossoue

Ce lac, au Sud-Est de Cauterets est longé par le GR10.

Lac des Oulettes

Lac de Rabiet

Lac de Suyen
À 1535 m d'altitude, au fond crête Fachon

Lac de Suyen 1535 m au fond crêtes Fachon  Lac Suyen Loic
                                                 Photos Loïc Arnould



Lac artificiel du Tech

Lac Tech 1 Lac Tech 3

Barrage 2
Barrage à l'origine du lac

Laquette de Vidalos

Résurgence d'une source, la Catibère. Sur le chemin d'accès à la Croix Saint-Joseph, premier sentier en épingle qui monte au milieu des buis. Suivre l'écoulement des eaux. Comptez 5 minutes.

Vidalos Résurgence
Photo J. Omnès

                                                                    
                                           Les cascades

Cauterets et  pont d'Espagne

Cascades 2 1      Cascades 2 2
Pont d'Espagne. Photos J. Omnès

Pont dEspagne pont dEspagne

                                 Pont d'Espagne. photos Loïc Arnould

Le Lutour, vallée au sud de Cauterets, par La Fruitière, accédant au lac d'Estom

 Lutour Cascades 3
                                                           
Cascades du Lutour. Photos J. Omnès

Cascade du Lutour au dessus du lac dEstom Vallée du Lutour
Cascades du Lutour. Photo Loïc Arnould

La Cerisey
                                                                                           
Cascade du Cerisey
Cascades 5     Cascades 4

Cheust

 Cheust 2 Cheust
À l'entrée et à la sortie du village,. Photos J. Omnès

Chèze

Chèze cascade Cas

Chiroulet
Cascade du Chiroulet  Cascade de lEnfer auberge du Chiroulet
Cascade du Chiroulet, auberge. Photo Loïc Arnould

 Esplumouse
Au pied du Vignemale, après le lac de Gaube
:


Cascade Esplumouse au pied du Vignemale Cascade Esplumouse 2 après le lac de Gaube au pied du Vignemale

                                                                                  Photos Loïc Arnould

Gavarnie (la grande cascade)

C'est la plus grande cascade d'Europe

Gavarnie cascade 2 Gavarnie 1 cascade
Photos J. Omnès

Geu

Suivre le chemin des moulins et dépasser le panneau EDF, site magique, mais hélas qui abouti à un cul- de- sac agrémenté d'une belle "cascadette". Il parait que derrière il y a trois belles cascades de 15 mètres de haut, mais il faut partir d'un chemin au début de la balade, face au lavoir et contourner le ruisseau Gros. Un hanarchement s'avère nécessaire. Rien n'indique cette merveille de la nature. A suivre...


Geu cascade 3 Geu cascades

Geu cascades 5 L'une des trois cascades du canyon. Photo Fifye.

Le Tech

Tech cascade Tech cascade 2
Petites cascades en amont du barrage du Tech. Photos J. Omnès

Saint-Sauveur

La cascade face aux thermes mériterait une mise en valeur et le nettoyage de son environnement. L'eau passe sous la route, puis longe l'établissement (photo de gauche).

St Sauveur cascade  Saint Sauveur cascade 2