www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

4- Les villas "balnéaires,"les bâtiments publics et les grands hôtels

Imprimer

           Isaby Lourdes palais 2 001 Le Brantôme 2
          "La fin du siècle et le début du XXème voit s'installer une deuxième vague dans les nouveaux quartiers thermaux (Argelès, Bagnères) ou résidentiels (Lourdes, Tarbes) abritant la haute société urbaine, notamment les nouveaux riches (entrepreneurs, hôteliers, commerçants par exemple) dont l'ascension sociale se produit précisément dans ces dernières décennies du XIXème et jusqu'à la Guerre de 14 ; d'où sans doute la recherche d'effets ostentatoires, un peu « tape-à-l’œil », dans le registre du « pittoresque », ou bien parfois de véritables pastiches des styles aristocratiques des siècles passés, de la Renaissance au Rococo. D'où aussi le choix des programmes constructifs, multipliant manoirs et « castels » qui constituent une sorte de déclinaison bourgeoise du château de la noblesse d'Ancien Régime ; en effet, ces vastes demeures, outre leur fonction de résidences confortables ou luxueuses, sont aussi un des lieux privilégiés de la vie mondaine ce qui explique l'importance de leur apparence extérieure et des pièces de réception. "Extrait d'un site d'architectes tarbais.                                                   

               

 
                                                                                
Lourdes

Villa Fourneau
appelée par la suite " Château de Soum", a été construite par l'Architecte lourdais Jean-Marie Lacrampe pour la Famille Fourneau (ancienne famille hôtelière lourdaise : Café et hôtel de la Poste, dans les années 1900-1901. Elle a été par la suite achetée par Mme Suberville qui la céda à son tour à la Ville de Lourdes en  janvier 1956, pour y installer le tribunal civil, en remplacement de celui de la place des Tilleuls construit en 1881 et devenu peu adapté. Ainsi, de 1974 à 2009, le Tribunal d'instance y tint son siège, puis un centre de Formation Professionnelle. Le bâtiment abrita un temps les locaux de l'Union Musicale Lourdaise et une école de danse. Il est actuellement occupé par la troupe théâtrale Esope. En juin 2015, des travaux de réfection de la toiture suppriment quatre cheminées devenues inutiles.

Lourdes  tribunal 2      Lourdes Pälais

Lourdes Palais1 001  Lourdes palais 2 001

Soum 3   soum 1
Soum 2  Fourneau 2
L'état de délabrement  ( jusqu'en juin 2015) à certains endroits est assez avancé, comme au plafond du hall avec ses fuites.

                   La mairie, ensemble architectural de trois bâtiments du début du XXe siècle

La première mairie ou maison commune  était située sous l'ancien régime à la maison Caubotte rue Baron-Duprat qui fut transformé en 1804 (l’actuel commissariat de police) , en mairie et  tribunal d'instance. Puis la mairie fut transférée de 1829 à 1897, rue du Porche, à côté de l’église Saint-Pierre, et le tribunal déménagea place des Tilleuls en 1899 (l'actuel cinéma). Après ce déménagement, la maison Caubotte étant libre on y réinstalla la mairie après divers travaux, la Mairie du Porche étant trop petite. Elle fut démolie en 1897. Et ce n'est qu'en 1942 que la mairie s'installa dans la villa Roques.
La mairie actuelle sur l'avenue Foch est composée de trois villas :

La Villa Roques. Elle a été achetée par la municipalité Brenjot, en 1942 à Mme Roques, fille de Jean Soubirous et de Benoite Soubirous née Toulet. Jean Soubirous ayant un  lien de parenté éloigné avec le père et le grand-père paternel de Bernadette.
Cette villa, dans le plus pur style bourgeois de l'époque a été construite en 1900 sur les ordres de Benoite Soubirous-Toulet après la construction du Grand Hôtel Moderne (1896),  sur 2 200 m² de terrain par l'architecte en vogue de l'époque, Jean-Marie Lacrampe.
"Benoite à laquelle on n'avait donné aucune éducation particulière (imaginez en 1858 une jeune femme élevée au fond du bois de Lourdes !) sera la première grande visionnaire et bâtisseuse de la future ville. C'est elle qui, forte du gain des premières années, va rêver au-delà de la norme. Elle croit très fort, elle sent, avant tout le monde, la portée de l'événement, et, en plein milieu de prés, au fin fond de la France, elle va faire construire un «paquebot» superbe : l'hôtel Moderne." Bernadette Pécassou.
Dans cette vaste villa, vivra Madame Roques au rez-de-chaussée, la comtesse Franclieu au premier étage et la famille Omnès-Mimy à l'étage supérieur de 1930 à 1935, avant de s'installer au-dessus du salon de coiffure-parfumerie 1, avenue du Paradis.

Lourdes mairie 2  Lourdes mairie entrée
              Façade arrière-jardins                                                                Entrée latérale

Lourdes mairie 1
Entrée

La Villa Gazagne a été achetée en 1989 à M. Gazagne
Le pigeonnier de briques rouges qui se trouve à Anclades (hameau de Lourdes) faisait partie de la villa Gazagne. Cette annexe d’une demeure  bourgeoise est l’un des derniers exemples d’une demeure qui permettait à son propriétaire de se hausser au sein  de la hiérarchie sociale. Il a été sauvé de la destruction, lors de son acquisition par la ville,  comme annexe de la mairie. Démonté brique par brique, il a été réinstallé à la sortie du village, en face des anciennes carrières,  pour le bénéfice de club des colombophiles.

Lourdes colombe 001    Villa Gazagne
                    Le pigeonnier                                      Villa Gazagne. À l'arrière la villa Roques. Photos Omnès

 Villa Rachel construite en 1902 en l'honneur de la fille de l'avocat, Maître Navarret, Rachel, sur les plans de J-M Lacrampe, elle fut  achetée en 1993-94 par la ville de Lourdes à M. Picot. Les lettres N et S à la base de la rampe de l'escalier représentent le N de Navarret et le S de Soulé, son épouse. Ses 400 m² ont été rénovés en 2001, pour  abriter les services techniques de la mairie. Décembre 2014, la seconde boule des marches de l'entrée a été volée. Certains éléments de son style Art nouveau laissent perplexe, comme son toit à redents (penaous) : néo bigourdan ou néo flamand ?

    Lourdes     Escalier

Rachel 1 Rachel 3
Façade ouest, marquée 1902. Photos J. Omnès. Les deux boules de pierre de l'escalier de l'entrée ont été volées.

Rachel sud
Façade Sud et sa terrasse. Photo J. Omnès

Villa Lacrampe  
Construite vers 1900, par l'ancien architecte de Lourdes, Jean-Marie Lacrampe, pour lui-même, elle aurait abrité la famille Campbell. Campbell-Johnston vieille et importante famille, d’origine écossaise, installée à Brive-la-Gaillarde. L’oncle du dernier défunt, Diarmid Ian Alexander, a été camérier de Léon XIII et de Pie. J'ignore à quel moment  la famille a occupé la maison. Voir le dossier petit patrimoine, les cimetières. Elle a été mise en vente en 2014.

Lourdes villa 1  Villa Lourdes
Villa Lacrampe, rue de la Gare

Villa la Congrégation des Filles de Marie Immaculée
 
Située avenue Lagardère, avant l'entrée du Funiculaire, elle a été construite en X, Propriété de la Famille Du Serre-Telmon fondateur du Comptoir de la bimbeloterie devenu par la suite Palais du Rosaire (et dont la soeur, devenue Fialho, héritera) ; elle fut offerte à la Congrégation de religieuses espagnoles ; mais en 2014, elle fait l'objet d'un permis de démolir-construire pour changement d'affectation.
Depuis 2015, après entière rénovation, c'est devenu un pool médical.

Lourdes villa

   Lourdes maison  
                                               
Lourdes 2
Avant et après restauration Photos J. Omnès

Lourdes Maison des nonnes 001 3                                                                               Vue du turon de justice. Carte postale C.C.  de 19..

Villa des soeurs de l'Auxilium

Située rue de Bagnères, elle a été construire en 1894, sur les plans de l'arcitecte local Jean- Marie Lacrampe. Elle a été transformée en béguinage en 2016.


Bâtiment auxilium

Historique : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwj0-pGK-LvPAhVEEiwKHW2UDA8QtwIIJTAB&url=https%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3D2dLyV8P3Z9Q&usg=AFQjCNFg85c4Qzm_mQx_0biifMr-RXswlA&bvm=bv.134495766,d.bGg
https://www.logement-seniors.com/.../l-association-vivre-en-beguinage-prevoit-plusieurs...

Villa Paulette

De Valicourt
Maison Paulette, route de Bartrès. Photo J. Omnès

Maison Valicourt 2La villa vers 1900, alors appelée castel Paulette

Villa Jean-Pierre Picqué Lourdes

Villa de la famille Picqué, dont le fils Conventionnel a été médecin et maire de Lourdes avant la Révolution. Elle a appartenu par la suite à Monsieur de Valicourt, expert comptable. Les parties anciennes du XVIIIe siècle sont peu visibles, suite aux diverses transformations. Sous la véranda, traces d'un ancien escalier.
La maison possèdait une de plus belles bibliothèques du pays où venait s'instruire Ramond de Carbonnières, lors de son pasage à Lourdes. Une plaque avec citation, je pense latine, se trouvait dans le jardin et avait attiré l'attention de Ramond ; elle a disparu lors de la vente de Monsieur de Valicourt au nouveau propriétaire.

J P Piquer

Villa J P Picqué Appelée villa Zoulma en ? , nousn'avons aucune information sur la pose de cette statue

Ancien hôtel Confort à Lourdes

Villa       Détail
Belle villa, rue de Pau, anciennement hôtel Confort. Photos J. Omnès

Hôtel Comfort
carte postale delcampe

Hospice des soeurs de Nevers (Voir détails églises Lourdes).

Lourdes Hospices
Hospices des soeurs de Nevers. Photos J. Omnès

                                                    Les hôtels

Avant les Apparitions, la ville de Lourdes abritait selon le guide Richard de 1840, et le guide de Lourdes de Jean Barbet de 1893, deux hôtels. Nous pensons qu'il s'agissait du Lion d'Or et de la Clef d'Or,  mentionnés dans plusieurs ouvrages, mais dont nous n'avons retrouvé aucune trace. En 1881, Paul Perret das Les Pyrénées françaises cite : le hôtels de France, de la Grotte, des Pyrénées, de Paris et des Princes. Donc pas  d'hôtels précités.

L'hôtel de la clef d'Or  (?)
L'hôtel du Lion d'Or, nous pensons qu'il s'agit de l'hôtel devenu à une date inconnue, Continental et de la Paix, rue de la Paix. Cette rue anciennement Petite rue Malpoil est devenue de la Paix, on peut penser lors du changement de nom de sa voisine qui s'appelait initialement rue Malpoil, pour devenir de la Halle après l'inauguration de celle-ci en 1893. Pourquoi de la Paix ? Nous l'ignorons. Cet hôtel est le dernier vestige du XVIIIe siècle de l'hôtellerie locale. Le claveau central indique 1785. Les linteaux de pierre des fenêtres ont été décorés sous la III République, de mascarons peints par la suite, par un peintre local hébergé dans l'hôtel : Guy Trousselle. Il fut acheté en 1966, par un rapatrié d'Algérie qui le revendit après transformations par appartements. L'escalier était décoré d'un singe en bois sculpté de l'atelier Claverie, ce qui était une marque de son ancienneté, il fut revendu à un collectionneur local. Voir le dossier petit patrimoine, les rampes d'escalier sculptées.

Hôtel Paix    Hôtel Paix.Linteaujpg



Hotel PaixL'hôtel en 1950-60, propriétaire à l'époque Salvatore Schembari, puis de Monsieur Abbadie en 1893.

Nous trouvons dans le même guide de Jean Barbet daté de 1893, l'hôtel des Pyrénées et  l'hôtel de France probablement les plus anciens après les deux cités précédemment.

Hôtel Pyrénées 2 Hôtel des Pyrénées (propriétaire en 1893, Monsieur Lacrampe) sur le trottoir de gauche, rue Lafitte. Plus au fond, non visible sur le même trottoir, l'hôtel de France. Ancienne carte postale.

L'hôtel de France (propriétaire en 1893, la veuve Maumus). Il se trouvait place du Champ Commun, là où se trouve actuellement le Crédit agricole. Il a été construit à l'emplacement des ruines d'une ancienne chapelle, celle dédiée à N-D du Montserrat. D'après Jean Barbet  (1872), cet hôtel aurait récupéré une pierre portant le millésime 1525 ayant appartenu à ladite chapelle.

Hôtel de France 2 Photo C. Cieslar

Vinrent ensuite les hôtels de grand prestige : l 'hôtel de la Grotte et l'hôtel Moderne

L'hôtel de la Grotte, l'ancien fleuron de l'hôtelerie lourdaise (1873). Vendu et transformé en 2016, il n'offre plus hélas, les caractéristques d'un hôtel hors du commun. Il avait obtenu environ en  2013 sa cinquième étoile, l'assimilant à un palace. C'est là que sont descendus pendant des décennies, nombre de personnes courronées et VIP. Il s'apelle désormais Befry Hôtel.


Le Grand Hôtel Moderne

Sur le site Internet de l’hôtel nous pouvons lire : « Construit en 1896, par le neveu de Sainte-Bernadette, Jean-Marie Soubirous, et sa femme, Benoîte Toulet, le Grand Hôtel Moderne a rempli dès ses débuts sa vocation d’accueil de l’aristocratie et des dignitaires en visite à Lourdes dans un cadre élégant et confortable en plein cœur de la cité mariale.[…] Animés du désir de construire “le plus bel hôtel de la ville”, Jean-Marie Soubirous et Benoîte Toulet ont fait appel à l’architecte le plus célèbre de l’époque, Jean-Marie Lacrampe, pour dessiner les plans du Grand Hôtel Moderne. »


En fait, c’est Benoite Toulet-Soubirous qui s’est occupée de la construction de l’hôtel.  Son mari, était une relation de la famille paternelle de Bernadette (via les grands-parents). Elle a épousé un Jean ou Yantot (et non Jean-Marie, comme parfois mentionné, prénom du petit  frère de Bernadette)  Soubirous, originaire comme elle, des environs de Rieulhès. Admirable femme d'affaire, Benoite a laissé utiliser son nom de Soubirous pour obtenir plus facilement d'importants crédits auprès des banquiers et attirer une clientèle européenne mondaine. Elle n'a jamais, d'après les dires locaux, affirmé elle-même être l'épouse d'un parent de Bernadette. La confusion se faisait toute seule.
Et cette confusion fut entretenue, par le fait que l’un des hôtels de Benoite, l’hôtel de La Chapelle, voisin du grand Hôtel Moderne, tomba dans l’escarcelle de sa petite-fille Lanoé, qui épousa Marcel Soubirous, fils de Jean-Marie Soubirous, frère de Bernadette.
En entrant dans le Grand Hôtel Moderne, on est aussitôt transporté dans le faste de la « Belle Époque » avec sa décoration intérieure Art Nouveau comprenant de magnifiques lambris en bois, des plafonds richement décorés et des sols en mosaïque colorée.
  Lourdes grand-hotel-moderne-exterieur 5    Lourdes. Grd hôtel facade 2

                                                           Façades. Photos site de l'hôtel 2013, après la rénovation
L'architecture

La façade est dans le plus pur style baroque de la seconde moitié du XIXe siècle, elle ne laisse aucune place au vide. La sobriété n’est pas son point fort, partout ce ne sont que pilastres superposés, médaillons et bas-reliefs, balcons de pierre et de fonte, surcharges d’ornementations. L’ensemble fait cossu. Indéniablement, elle nous fait savoir que sa propriétaire souhaite montrer aux yeux de tous, son ascension sociale.
Elle avait chargé le célèbre  Louis Majorelle (1859 -1926) de l’aménagement intérieur de l’hôtel. L’une des pièces majeures réside dans la splendeur du restaurant qui porte à juste titre le nom de son créateur. L’ambiance y est chaleureuse et intime, notamment grâce à la présence de l’acajou, des motifs complexes du parquet et des moulures inspirées de la nature : plantes, feuilles et vrilles de nénuphar. « De remarquables colonnes en marbre font le tour du restaurant et jouent la carte du contraste et de la sophistication ». Reste également le bel escalier en spirale considéré comme un chef d’œuvre de l’architecture du XIXe siècle. 

Lourdes moderne-dining       Lourdes Grand hôtel escalier

                                                   Salle à manger, décoration Majorelle, escalier. Photos site de l'hôtel


Modrrne 4
Le grand escalier.

Hotel Moderne Moderne 5
                                                                                                                              Desserte dite Napoléon III. Photos J. Omnès

Modernité de l’établissement
Lors de son ouverture,  le Grand Hôtel Moderne combinait ce qui se faisait de mieux en matière de confort, en offrant notamment des salles de bains privatives disposant d’arrivées d’eau chaude, un ascenseur s’arrêtant à chaque étage et des téléphones en cabines privées. Il était l’un des premiers hôtels dans le Sud-Ouest de la France à avoir ce confort. C’était alors une référence parmi les hôtels les plus beaux et les plus sophistiqués de son temps.Une centrale électrique à Saint-Créac, dans le Castelloubon, fournissait l'électricité.
L'établissement a été racheté en 2008, par un grand tour-opérateur italien dirigé par Franco Tedesco, associé à René Buy, un professionnel réputé qui a exploité plusieurs hôtels et restaurants à Lourdes et Cauterets.

Il a été entièrement restauré avec sa façade de 2008 à 2013.

Son architecte. Jean-Marie Lacrampe dont le portrait a été réalisé en 1900, par Louis Capdevielle, était architecte de la ville. Il a également réalisé la villa Roques (mairie actuelle), l'hôtel Gallia-Londres, le château de Soum, les écoles rue de Bagnères et de Langelle, une partie des chapiteaux de l'église paroissiale...

Son mobilier. Le mobilier  des chambres, lits et armoires signé Majorelle n'est plus, il a été vendu, suite aux difficultés financières des avant-derniers  propriétaires. Les noms de Majorelle et de J.-M. Lacrampe, l'architecte sont bien connus, ce qui l'est moins c'est le nom de Thonet (Michael Thonet 1796-1871), auteur de la célèbre chaise 14 en bois incurvé, inaugurée en 1859, au restaurant de la tour Eiffel. L'hôtel à conservé en partie le mobilier du restaurant, dont les dessertes et les sièges  estampillés Thonet, ceux que l'on voit sur la photo.


Lourdes LacrampeJ 001                                Siège Thonet
J.M. Lacrampe peint par Capdevielle, 1900                                          Siège Thonet

 Hôtel Moderne 4 Hôtel Moderne 5
 Photos J. Omnès

Moderne 3 Certains vins (les Bordeaux) étaient mis en bouteille à l'hôtel même.

Hôtel Beauséjour

Face à la gare, c'est l'ancien siège de la Kommandantur. Belle vue sur les Pyrénées à l'arrière.

Belle vue 1


Belle vue 2  2




Hôtel Gallia et Londres

Grand hôtel construit en 1894 sur les plans de J.M. Lacrampe, rénové début 2015.
L’hôtel Gallia et Londres a été construit entre 1890 et 1894, par Benoite Soubirous elle voulait retrouver dans l’architecture, les mêmes  éléments que ceux du Palais de Biarritz qu’avait  tant apprécié Napoléon III et Eugénie de Montijo,  mélange de pierre et de brique. Il est présenté comme un style classique mâtiné de style basque. A l’époque de son inauguration c’était un des plus beaux hôtels au sud de la Garonne avec éclairage au gaz, eau à tous les étages  eau chaude sur demande 24 h/24, cheminée dans toutes les chambres, voiture à cheval qui attendait les clients à la gare. Puis, éclairage électrique avec l’une des premières centrales de Pyrénées. Par la suite après 1900, l‘hôtel a été partagé en deux avec La chapelle et parc qui en fait était le premier nom du Gallia et Londres. La Chapelle devenant la partie la moins luxueuse. Le Gallia possédait une galerie des glaces qui malheureusement n’a pu par la suite être sauvegardé les panneaux vides ont été remplacés par d’imposantes gravures représentant les batailles napoléoniennes ; ce qui ne plait pas beaucoup à  certains hospitaliers de Malte. Un livre Palace, de Pierre et André Hélène, édité par Vogèle et préfacé par P. Cardin, évoque cet hôtel avec d'autres, bien sûr. On y apprend également que le personnel avait fait grève, car il avait du saumon tous les jours au menu.


Gallia 2 2  Galia Londres
Photo pub de l'hôtel. Vue de l'arrière

Galia   Le Gallia 3
Détail d'un chapiteau de l'entrée. Carte postale ancienne, le Chapelle est à côté, sur la gauche.

 Gallia salon   Gallia salon
                                           Entrée et salon des glaces. Photos J. Omnès

Gallia salle à manger 2 La salle jadis avec sa galerie des glaces et ses poutres "basques"



                                                                                                              Bâtiments publics 
École publique (école Auzon)
Réalisée selon les plans de l'architecte J-M Lacrampe



CIMG9241 2


J-M Lacrampe 3 2 Fronton.

Ecole publique Auzon à Lourdes, rue de Langelle sur les plans de J.M. Lacrampe

Commissariat
À l'emplacement de la maison Caubotte, ancien presbytère, vendu en 1792 à la ville par Mr de Castelbajac. La maison fut rasée vers 1802, pour construire un hôtel de ville avec école et tribunal (juge de paix) après 6 ans de travaux (achèvement 1808). La porte  de la maison Caubotte en pierre de Lourdes sera conservée (Les maires de Lourdes, photo page 66) et gravée d'un 1808. En 1829, la mairie déménage pour venir place du Porche, laissant dans le bâtiment, l'école et le juge de paix. En 1876, le tribunal et le juge iront dans un nouvel immeuble construit  face sud à l'hôtel de France, place des Tilleuls (Actuel palais du Congrès).

Commissariat 1
Commissariat de Lourdes, 1808

L'annexe de l'ancienne poste

Façade PTT F. Vilon 3
                     Façade ex PTT de Lourdes, sculptures de F. Villon, à droite détail tête de Bigourdan. Photos J.Omnès

Ex PTT La pergola dépareille l'harmonie de la façade

Les halles de Lourdes

Ce sont des halles du type  Baltard à structures métalliques. Elles ont été construites à Toulouse pour l'exposition universelle de 1891, sur ce qui est devenue la place Esquirol en remplacement de la halle dite de Pierre, démolie en 1863. Leur architecte, André Denat, élève de Baltard a été l'auteur des Halles aux grains et du siège du Grand Orient de la ville rose. Démolies après l'exposition, elles furent vendues à la ville de Lourdes qui les remontèrent à la place où elles se trouvent actuellement. L'achat à 140 000 francs à deux particuliers, Mrs Mader et Bousquet fut voté à 1 voix de majorité (1). Remontés sur la place du Champ Commun après l'abattage des arbres, le chantier des deux bâtiments qui couvrent 2 700m² fut suivi par l'architecte de la ville J.-M. Lacrampe. Il réceptionna le chantier en 1895.
Rénovée en 2008, elles furent  reconverties en halles Caraïbes
avec du bardage à claire-voie en bois exotique, à lasurer tous les cinq ans.
(1) Les Maires de Lourdes.

Halles  expo Toulouse
Photo J Omnès                                                                                Affiche Photo Christophe Jobard

Halles 2 Halles 3
Halles 2     
                                                                              Photos J. Omnès

 L'ancien palais de justice
Ci-dessous, l'ancien palais de justice construit en 1874, inauguré en 1876, d'après les plans de l'architecte Simian, au Sud de l'hôtel de France, à l'emplacement actuel, place des Tilleuls. Il a été transformé en salle de congrès-cinéma en 1974, lors du transfert du tribunal au château de Soum  Son fronton a été supprimé lors de la réfection du toit.


     Lourdes justice 1 1   Lourdes justice 1 2

                                            Ancien palais de justice. Photo J.Omnès

wpf3a30229 05 06 2 Vers 1900 avec le fronton entier



                                                                          
  Ville par ordre alphabétique

                                              Argelès-Gazost

En 1885, un parisien, ancien capitaine de l'armée, Hector Sassère, a l'idée de faire venir à Argelès l'eau des sources thermales connues sous les Romains et qui se trouvent à Gazost à 9 km à vol d'oiseau. Après l'acquisition de ces sources par la ville et leur adduction avec 21,5 km de canalisation qui contourne la chaîne du Hautacam, Argelès devient en 1895, Argelès-Gazost.Station thermale, elle obtient rapidement une grande renommée de par la qualité thérapeutique de ses eaux (Voir le dossier patrimoine thermal) et la modernité de ses installations médicales doublées d'un parc, d'un casino puis d'un golf. Connue, et de plus en plus fréquentée, comme sa voisine Pau, par une clientèle riche, d'abord anglaise puis internationale, la station doit s'équiper en lieux de résidences sous forme d'hôtels  tout confort et de villas-pensions de famille haut de gamme. Tous ces établissements s'édifièrent tout autour des thermes et de son parc. Ci-dessous publicité des environs de 1894-95.
                             pub location 001
 Les villas
par ordre alphabétque

Villa Alicot

Cette villa fut construite par Michel Alicot en 1884, sur le terrain de l'ancienne seigneurie de Vieuzac. Seigneurie d'une abbaye laïque, elle était la propriété de Bertrand Barère avant qu'il devienne président de la Convention sous la Révolution. La villa avec la tour médiévale et le parc attaché est actuellement une maison de retraite et le siège de la Société d'Etudes des Sept Vallées (SESV).
                                                                        
Alicot 
                            location 001
                                             Quand Argelès louait ses villas (vers 1895)



Villa Artalens

Durant la guerre (1940-1944), Argelès a été désigné pour servir de centre administratif des chantiers de jeunesse. Le secrétariat s'installa dans la villa Artalens et les baraquements, en face, dans le parc. Il dirigea et géra un groupement d'hommes qui pris le numéro 38 dans le classement national ;  et le nom  "groupe Mermoz",  du fait que beaucoup de cadres venaient de l'armée de l'air. Plaque commémorative dans le parc, en face.

Artalens 2   Artalens

Artalens 2 2 mermoz


Villa Azun (d')

Villa Azun d



Villa Bambous (Les)  
Actuellement appelée  villa du Parc.   Mr et Mme Gregoreski ont acquis et rénové cette belle villa construite en 1892. Les panneaux de marbre rose viennent du Hautacam. Des chambres d'hôtes à prix raisonnables pour un tel lieu,  sont proposées. 

                                                                                                          
Bambous


Villa Bergugnat
Villa Bergugnat   Villa Bergugnat 2

Villa Bernadette
Elle appartenait à M.et Mme Toulet propriétaires-constructeurs qui s'en servaient comme maison d'habitation et comme atelier d'imprimerie. Elle fut vendu  en 1926, à l'Oasis familiale, association créée par Monseigneur Flaus, protonotaire apostolique, pour loger durant les vacances les jeunes filles de la paroisse de Courbevoie et leur curé qui se voyaient obligés de quitter la villa Eden en fin de bail. La salle des machines, le grenier et le dépôt de papier furent transformés en dortoir. La chapelle a été édifiée en 1929. Les bâtiments purent recevoir chaque année jusqu'à 350 jeunes paroissiennes de 15 à 20 ans, de juin à fin septembre sous la conduite de religieuses dominicaines, puis de religieuses du Sacré-Coeur de Versailles qui ont marqué leur empreinte sur le portail d'entrée. À la déclaration de la guerre, les jeunes filles durent rentrer dans leur foyer et les locaux furent occupés par les militaires qui leur firent subir de nombreuses dégradations. Après le décès, en 1943, de Monseigneur Flaus, son nom fut donné à la rue jouxtant l'édifice (1948). Après la guerre, la villa reçut d'autres colonies, jusqu'en 1962, mais l'état dégradé des bâtiments nécessita, pour payer les travaux, la vente d'une parcelle du terrain, à un particulier, et d'une autre parcelle à la commune pour l'élargissement du carrefour. Actuellement, depuis 1991, la villa abrite les oeuvres sociales de la paroisse."Deux appartements  sont loués à des personnes ayant des petits revenus. Le rez- de- chaussée et le 1° étage servent de salles de réunions diverses , caté, rencontres de secteur pastoral, ... et ce qui était la sacristie de la chapelle est devenu un abri de nuit pour une personne, normalement pour une ou deux nuits,  bien équipé, et chauffé.
La statue en bronze sur le trottoir, édifiée en 1933, représentant saint Christophe, devait peut être se trouver dans le jardin, avant l'alignement municipal.

Argelès bas Villa Sacré Coeur

Saint Christophe Photo J. Omnès

Villa Bigorre

Elle était déjà là en 1914. Elle s'appelait alors villa Alsace.

Bigorre 1     Bigorre 2


Villa Brantome-Massabielle
Le vicomte Henry d'Agrain, originaire de Bourgogne, installé à Argelès dans les premières années du XXème siècle achète vers 1908, une vaste parcelle proche du parc thermal. Il lotit l'espace  avec une  allée qui deviendra l'actuelle avenue Nansouty. Et fait construire  cinq villas en conservant l'une d'entre elle :  la villa Massabielle, pour en faire sa propre demeure.
Les plans ont été réalisés l'architecte G. Larrieu en 1909. L'emploi de l'arc « outrepassé » sur bon nombre de ses ouvertures, lui donne un petit côté oriental. Son nom a été modifié par madame Behague, dernière propriétaire, grande  amie des chevaux, en villa Brantome, du nom d'un célèbre cheval, vainqueur du prix de l'arc de Triomphe en 1934. Entre 1942 et 1953, son annexe a servi de sous-préfecture, jusqu'à la construction de la sous-préfecture actuelle.

Brantome       Le Brantôme 2


Villa Les Catalpas
(rue Jules Dambé)
C'est l'ancienne clinique de M Bergugnat-Callot, au nom des arbres bordant la rue, devenue centre d'accueil et de repos. Elle a hébergé avant de devenir un institut médical, en janvier 1926, sur les recommandations du souverain espagnol, Alphonse XIII, l'impératrice d'Autriche Zita de Bourbon-Parme, veuve de l'empereur Charles Ier d'Autriche décédé en 1922. Elle logea au premier étage du bâtiment avec toute sa suite : six de ses sept enfants, la comtesse Kerssembrock, la princesse Auersperg la  gouvernante, et le précepteur Niederacher. La petite communauté y resta jusqu'au 9 mai 1926, avant de rejoindre Lequeitio en Espagne.

                                                                                      Les Catalpas en 2015



                                                        Catalpas
      



Clinique Bergugnat À l'époque de la clinique Bergugnat, carte postale ancienne

Zita0001 2 L'impératrice Zita, ses sept enfants et la gouvernante. Photo coll. J.-L. Bergugnat

Villa  Clos Fleuri, rue Gassan

Villa


Gassan1 

Villa Eden, 3, rue de Lourdes.
Cette villa a été louée en 1919, par le curé de Courbevoie, qui venaitsouvent en pèlerinage à Lourdes, comme colonie de vacance pour les jeunes filles de sa paroisse. Il yeut jusqu'à 40 pensionnaires jusqu'à la fin du bail en 1926. Elles émigrèrent alors à la villa Bernadette, nouvellement achetée par Monseigneur Flaus.

Villa Ensouleiado
Occupée jadis par l'une des filles du franco-mexicain Tron, Lucette épouse Laroche -Joubert
en préparation

Villa Erables (Les)
A appartenu à Monsieur Georges Peyruc et a été occupé de 1973 à 1975 par des soeurs. Les mosaïques seraient d'origine vosgienne

  Erables      Erables entrée

Villa Finlandia-Lucia
Maison qui fait partie des premières villas du secteur, aux environs de 1895. Elle a appartenue au général Ollivier, gouverneur en Finlande et décédé vers 1978-80. Avant l'arrivée du général, elle s'appelait Lucia. D'où les deux noms mentionnés en façade.
Y logeront Emile Zola, le prince Roland Bonaparte et la famille de Heredia après avoir fréquenté l'hôtel des Thermes.

Finlandia  Finlandia 2  
Lucia        



Villa Fourtine ou Rosy

Juste à côté des Thermes, c'est la première villa construite lors de la réalisation du parc. Sa propriétaire Madame Fourtine, mariée à un Espagnol ne vient qu'épisodiquement.


   Fourtine 2 

Villa  Jer (Le)
. En préparation

Jer le

Villa Isaby
Cette villa a été construite aux alentours avant 1901, pour la comtesse de Lastre, par l'architecte bordelais, Robert Monginoux, auteur du monument aux morts d'Ambes, en Gironde. Nous savons qu'elle fut vendue en 1908, à Louis-Napoléon Gas, par Monsieur Bougiard, époux de Madame Vidieu et administrateur de biens. Monsieur Gas n'avait pas de lien de parenté avec les Bonaparte, Louis Napoléon né à Amagne (Champagne) en 1852,  était  le fils Jean-Marie Gas, "tisseur" et de Catherine Ismérie Linotte. Marié en 1973, à Reims, avec Françoise Fabry, il est décédé sans laisser de descendance.

 Isaby 3  Isaby

 Isaby arrière 


Arrière de la villa : entrée du cabinet médical.

Villa Marguerite (pas de photo)
Où descendait Henri Carvalhao, directeur de l'Opéra-Comique de Paris

Villa Marie
De style néo Tudor, elle a appartenue à la nièce héritière d'un notaire. Restée durant cinq-six ans fermée, elle a été achetée par des Anglais.


           Marie 3   Marie 4              

 Marie 1  Marie 2 

Villa Marisol
C'était la villa qui se trouvait à l'emplacement de la station Total. Elle a été pendant la dernière guerre, le siège de la Gestapo.qui dépendait avec Oloron et Tardets (Soule) du commissariat de Pau. Dans l'ouvrage Les Juifs de Toulouse et en Midi Toulousain (éditions Presse Universitaire du Mirail), nous pouvons lire sous la plume de Jean Estèbe : " La garde de la frontière est confiée pour l'essentiel à des unités de la Feldgendarmerie et à des douaniers, généralement assez âgés et qui font souvent figure de pères tranquilles aux yeux de la population. Les hommes de la Gestapo sont très peu nombreux, mais ils jouent un rôle essentiel. Ils sont répartis en six petites unités cantonnées dans les postes frontières." Cette information de la villa est confirmée par Gérard de Clarens dans l'interview de Jenny Cuffe, Gavarnie 1943, reproduite dans la revue Pyrénées no251, de juillet 2012, page 54.

Villa Mektoub


Mektoub     Mektoub 3
 Lorsqu'elle avait encore son nom marqué sur la façade.   Cette maison fait partie des 5 maisons qu'a fait construire Henri d'Agrain : Brantôme, Piccina, Recco, Périgord et Mektub.


Mektuoub 3                                                                                     
Le nom est de nos jours recouvert d'une peinture rouge.


Villa Montjoie  
C'est dans cette villa qu'habitait Remi Lhose (ami de Gérard de Clarens), un des principaux organisateurs du réseau Andalousie  et du réseau Evadés du Canton de Luz-Saint-Sauveur. Il fut déporté à Buchemwald en 1942. Les céramiques seraient d'origine vosgienne.

     Montjoie 3   Montjoie 2 

Décor   Décor

Villa Marie-Louise (pas de photo)
C'est l'ancienne propriété de Monsieur Colle. 47 rue Hébrard.

Villa Nathalie

Nathalie 3  Argeles villa
                                                                                                      Restaurée en 2016

Villa  Béarn
Nigra   

 Nigra 1
L'une des rares villas qui a conservé l'architecture traditionnelle  locale avec sa galerie de bois et ses lucarnes à capucines.
La tour semble avoir été rajoutée tant elle dénote. Cette villa a hébergé nombre d'artistes lyriques engagés par Jules Danbé, chef d'orchestre de l'Opéra-Comique de Paris, qui dirigeait dans la station, les concerts quotidiens du kiosque du parc thermal, des sculpteurs et peintres renommés, des journalistes parisiens, des médecins, le consul de Grèce, son fils...  

Villa Nigra

Elle e perdu son grand jardin clos, lors de l'aménagement du carrefour et a été rebaptisée Hôtel Victoria
C'est l'un des rares hôtels historiques encore en fonctionnement. Dès le début, cet hôtel dispensait à ses hôtes nombre de distractions. En 1892, Jules le Teurtois y présentait des "fantaisies inédites" et le docteur Carmouze y faisait tourner les tables.


Victoria


Villa Pax

Pax entrée     Pax2 



Villa Périgord
                                 

Périgord   Perigord 2 

Cette maison fait partie des cinq maisons qu'a fait construire Henri d'Agrain : Brantôme, Piccina, Recco, Périgord et Mektub ; celle- ci a appartenu de nombreuses années au frère de Pierre Pérus (le maire) 

Villa Piccina

L'une des plus romantiques, elle a été construite par le comte Henry d'Agrain
                                 
Piccina 1



Villa Recco  
                                                                        

                             Recco          
                                                         Côté jardin, c'est l'une des plus belles villas


                                                    Villa Rocco 2


Recco
Villa Recco, au fond, à droite, villa Alicot

Villa 2 Façade arrière, au fond la tour de Vieuzac


Villa René

La belle endormie, idéalement située à l'arrière des thermes,  possède un magnifique parc. C'est l'ancienne maison de René Billères, d'où son nom. René Billères (1910-2004)  fut député, sénateur, ministre et instigateur du Lycée climatique, voisin de sa villa. Il est enterré au cimetière de Ger.


René

Villa Saint-Savin
Villa ayant appartenu à l'oncle de Jacques Chancel, Monsieur Cazal, qui a été adjoint au maire d'Argelès-Gazost et à travaillé comme son neveu, en Indochine. Elle appartient, depuis une vingtaine d'années, à Monsieur Lopez, originaire du Portugal. La maison a jadis logé Xavier Laprade, directeur des Thermes           
                                      
Saint-Savin 


Hôtel Beauséjour devenu la Maison pyrénnéene
Cet établissement est maintenant géré par les petites soeurs de Saint -Vincent-de- Paul offrant des séjours aux plus démunis


Petites soeurs

chataigniers soeurs
Le jardin abrite un superbe châtaignier plusieurs fois centenaires.
Photo J. Omnès

Villa Suzanne

Ancien château Sassère, l'imposant bâtiment de style anglo-normand, avec ses deux grosses tours, fut acheté en 1910, par l'un des Barcelonnette qui fi
t fortune au Mexique, Henri Tron. Celui-ci vint s'installer à Argelès-Gazost fortune faite, pour faire bénéficier l'une de ses filles, Suzanne, atteinte de tuberculose pulmonaire, du climat bénéfique de la station et de ses installations modernes. L'institut de thérapeutique physique et d'orthopédie venait d'être créé neuf années auparavant. Il acheta la villa, qu'il baptisa Suzanne, à Hector Sassère. Deux de ses enfants s'installèrent dans deux autres villas, situées vers la gendarmerie : La villa Ensouleiado  (Lucette) et la Grange (Yvonne).

Suzanne 2  Suzanne
Façade principale et arrière de la villa



Villa Welcome

Welcome entrée          Welcome2     
                                       

Les hôtels

L'ancien hôtel du Parc et d'Angleterre vient d'être rénové et  transformé en appartements. Situé dans le parc, il fut édifié par la société des Eaux Minérales en 1892. À l'origine, les fenêtres de la façade donnant sur le parc étaient équipées de balcons de bois. Mais ceux-ci disparuerent lors de son agrandissement en 1905. Parmi les personnalités qui s'établirent dans ses murs, nous pouvons énumérer le baron Tutchoff de Saint-Pétersbourg, la comtesse Orloff, le baron Sandoval de Madrid, le comte de Barcelone, le prince et la princesse d'Aragon, la marquise Aguado de las Marismas de Guadalquivir et de nombreux nobles français comme le comte Gaston de la Rochefoucauld, le baron de Fonblaque, les vicomtes de Pastourneaux et de Brémond. Puis arrivèrent vers 1893, la duchesse de Valence et la princesse Drucka-Lubecka, le sénateur Luro et le député Guet... Sur sa terrasse, nombre de distractions et d'animations évitaient aux clients de l'hôtel, un ennui quotidien : un quatuor aragonais, des montreurs d'ours, des acteurs... se relayaient sans discontinuité.

          Angleterre
                      Hôtel de France

Hôtel de France 1 Hôtel de France 2  
     

Cet hôtel qui recevait nombre d'artistes et de pyrénéistes a été transformé depuis 1960, en immeuble d'appartements et s'appelle de nos jours, Résidence de France. Jadis il était jadis composé de deux bâtiments séparés par la rue. Le principal sur la droite en montant, l'annexe sur la gauche  donnait sur un vaste jardin. La partie jardin, en face, a été entièrement réformé. Un des premiers habitués de l'hôtel fut le pyrénéiste anglais Charles Packe. Il attira avec lui nombre de compatriotes. Ce qui obligea Jules Peyrafitte, d'apprendre la langue de Shakespeare et de prévoir des offices protestants dans l'édifice, avec un pasteur, le révérend J.-F. Foster à domicile. Et d'offrir à ses hôtes britanniques, un superbe golf sur les terrain du Sailhet à Lau. Puis défilèrent tout ce que l'Europe compte de personnalités : Henry Russel, la reine Nathalie de Serbie et sa soeur, la princesse Chika, l'épouse du général Munier de Bédorède, puis Stanley, l'écrivain Catulle-Mendès et bien d'autres illustres visiteurs comme Jonnart, ministre des Travaux publics, Jossier, préfet des Hautes-Pyrénées.

..    106Hôtel de France 3 n
L'hôtel avant les constructions de l'autre côté de la rue.

salon hôtel de France Salon Hôtel de France.

Hôtel Beauséjour

Cet hôtel historique qu'aurait "hanté" Gaston de la Venes, conseiller à la Cour des Comptes a été transformé en maison religieuse : les Petites soeurs des pauvres. L'établissement a été l'un des derniers, avec l'hôtel du Parc et l'hôtel de France, à se "tailler la part du lion" après 1900, début de décroissance de la station.




Hôtel Beauséjour



                                 

   Ps : la présence de certains de ces visiteurs nous vient d'un article du bulletin de la SESV de 1982, page 197-205.

                                                           
                                                                                           Cauterets

Le développement urbanistique de la ville va prendre un nouvel élan après la fin de la ligne du chemin de fer Lourdes-Pierrefitte en 1871 et à partir de 1872, après l'élargissement et l'aménagement de la route menant à la station thermale par la construction du pont dit du Cacou et la réalisation d'une nouvelle route sur la rive droite du gave. Ce, avec un raccord sur l'ancienne route au-dessus du pont de Meyabat. Il faudra attendre 1899 pour l'arrivée du tramway électrique, dont la gare sera  inaugurée en 1901. À cette époque donc, avec le flot croissant de visiteurs, dont une partie est due aux repli des Français dans les stations thermales après le désastre de la guerre de 1870, Cauterets se développe sur la rive gauche du Gave avec un certain nombre de villas : villa de la princesse russe Galitzine déjà présente vers 1840, villa Mireille, Flurin, des Tilleuls et le chalet des Frênes ; ainsi qu'avec de nouveaux hôtels de prestige. Il est utile de savoir que les biens  indivis et leurs produits appartiennent à une commission syndicale :  la Commission syndicale de Saint-Savin, dans laquelle la commune est représentée par trois syndics.

Rive droite du Gave

L'Hôtel de ville Il a été construit en 1880, en remplacement de l'ancienne mairie, dans le plus pur style de l'époque. Cette édification a été suivie par la couverture du Gave, à gauche de la façade (bâtiment bleu), afin d'élargir la place qui se trouve devant. Les hôtels les plus anciens se trouvent le long de la rue Richelieu, ex rue Royale. Elle prit le nom de Richelieu en l'honneur du duc de Richelieu, intendant de Guyenne qui fréquenta la station à plusieurs reprises. Le fer forgé est abondamment utilisé à tous les balcons. Belle façade art nouveau de la Résidence de l'Aigle royal. Le syndicat d'initiative à côté de la mairie, date de 1884.
 

Cauterets hôtel de ville

                                     L' Hôtel de Ville


   Cauterets rive droite2

Les maisons
aux encadrements de pierre locales furent réhabilitées et surélevées entre 1840 et 1860. Les fenêtres aux linteaux plein cintre étaient souvent utilisées pour les parties basses et plus anciennes, et aux linteaux droits pour les étages supérieurs. Les balcons en fer forgé ouvragés étaient très fréquents ; nombreux sont ceux que l'on peut admirer dans la rue de la résidence Aigle royal, rue de la Raillère.
Cet ancien hôtel fut l'un des premiers à être construit, non plus en pierre grise du pays, mais en pierre blanche d'Angoulême. Quelques éléments de sa façade rappellent le style Art Nouveau. Au numéro 7 de la rue, on peut voir sur la façade de la pension Dulau, une plaque commémorative évoquant la présence de René-François Chateaubriand en juillet 1829.

Cauterets Art nouveau  Cauterets archi locale

Résidence de l'Aigle Royal


Cauterets Dulau        Cauterets plaque
Pension où est descendu Chateaubriand, encadrement en pierre locale

La gare
L'étonnante gare de bois rendue nécessaire par la réalisation de la ligne de chemin de fer PCL (Pierrefitte-Cauterets-Luz) avec un accès à La Raillère, provient  du pavillon norvégien de l'Exposition universelle de Paris de 1889. Ceci est la version officielle ; en fait nous n'avons aucune trace pour l'instant de son origine si ce n'est que nous savons qu'elle a été livrée en kit par une entreprise de bois de Bordeaux à cette date, l'entreprise Carde. Son montage est dû à l'entreprise Médévielle aussi de Bordeaux. Elle correspondait au goût de l'époque des chalets de bois des Alpes. Elle fut transformée, lors de la suppression de la ligne, en gare routière pour la S.N.C.F. Construite en pitchpin, l'intérieur vaut une visite : horloges, balance, guichet et mobilier sont d'époque. Sur les murs sont exposées des photos retraçant l'histoire du chemin de fer. L'espace sert parfois de théâtre.  Restaurée en 1984, elle est inscrite à l'inventaire des Monuments historiques depuis 1981 (façades et toitures). Mais son environnement mériterait un cadre paysager, digne de ce petit bijou d'architecture.

Cauteret gare 001


gare Cauterets 2

Rive gauche du Gave

Le casino - établissement thermal
Devant l'affluence grandissante des curistes aux différents établissements thermaux (voir le dossier patrimoine thermal), la réalisation d'un nouvel établissement fut rendu nécessaire. Ce fut donc l'immeuble que nous voyons actuellement sur l'esplanade. Il a été réaménagé en 2013. Il fut construit entre 1867 et 1869, et devait servir aussi bien pour les bains que pour les distractions des curistes. Alimenté par plusieurs griffons, captant l'eau au lieu-dit Mahourat, celle-ci arrivait dans l'établissement par une canalisation de deux kilomètres, débouchant sur un aqueduc. Le débit est 600 000 litres d'eau par jour à 55° C. Un vaste escalier protégé par un large balcon soutenu par quatre colonnes de marbre amène les clients à la vaste galerie d'entrée de 35 mètres de long sur 7 de large. Cet établissement comprenait plusieurs buvettes, une trentaine de cabinets de bains, plusieurs salles de douche, deux chambres de  massage et une piscine d'eau sulfureuse. Un escalier à double révolution permettait d'atteindre les salles du casino, restaurants et de spectacle. Vu sa récente fermeture je n'ai pu procéder à une nouvelle visite et admirer sa totale transformation. A suivre...

Cauterets casino                                              Le Casino et son environnement, rénovés en 2013. Photo J. Omnès

Après la construction de l'immeuble thermes-casino, les nombreuses baraques qui se trouvaient en face furent remplacées en 1901, par une galerie promenoir. Appelée Galerie des Oeufs à cause de l'odeur de soufre des eaux thermales, cette structure de fer proviendrait d'une exposition universelle de Paris. Elle fut achetée par la ville. D'après la mairie, ce devait être "un abri couvert qui recevrait la population étrangère, par les temps humides et froids, et où seraient installées boutiques, salles de lecture ou de jeux."

Puis, furent bâties vers 1874, les villas et hôtels, venant rejoindre l'isba" de la princesse russe Galitzine.
Vers 1840, la princesse Galitzine a fait l’acquisition d’un terrain sur la rive gauche du gave. Elle y fait construire un ensemble de bâtiments, les premiers à être édifiés sur la rive gauche du gave. La vue à 360 degrés sur toute la montagne avait été à l'origine de son choix. Mais la construction, en face, de l'hôtel d'Angleterre, lui fait quitter définitivement la région.
Les constructions comprennent deux bâtiments : une isba en bois aux tonalités bleues, et à l'arrière un imposant ensemble  immobilier  avec salon circulaire, verrière, tour de quatre étages à toit à poivrière et bâtiment avec toit à bulbe. C'était sa chapelle orthodoxe.
L'ensemble était relié au chalet par des passerelles qui ont été supprimées.

 
Cauterets Chalet russe 2   Cauterets chalet russe
                                                        Chalet-isba Photos J. Omnès

Cauteret orthodoxe
Villa-chapelle de la princesse russe Galitzine. Photo J. Omnès 


L'hôtel d'Angleterre a été le premier établissement de prestige, réalisé entre 1874 et 1878, par la famille Meillon.
Elle édifia ensuite  le Grand Hôtel juste en face (devenu de nos jours la Résidence du Golf) avec lequel l'hôtel d'Angleterre communiquait par un passage souterrain.
On voit le départ de celui-ci par la présence sur le trottoir de chaque côté de la rue, de pavés de verre. 

L'hôtel d'Angleterre où descendaient aristocrates et grands bourgeois a été prolongé par la suite, en 1882, par Charles Duconte, par le Grand hôtel Continental avec sa belle façade ornée de balcons et d'imposantes cariatides. La réalisation de ces hôtels fut facilitée par le remplacement de la pierre locale par la pierre blanche d'Angoulême, moins lourde et plus facile à travailler. La façade est inscrite comme monument historique depuis 1984.


Cauteret hotel dAngleterre 2 1  

                                                       Hôtel d'Angleterre Photo J. Omnès

Un livret publicitaire décrivait ainsi l'hôtel en 1909 : "Continental Hôtel de tout premier ordre ; Téléphone, ascenseur, électricité, grande salle de billard et fumoir. Salles de bains, 250 chambres, grande salle de fêtes, auto-garage avec fosse attenant à l'hôtel". Doublé d'une salle d'hôte en 1911, 400 convives pouvaient alors être servis en même temps. Avant cette date,  les clients déjeunaient dans leur appartement.


Cauterets 3     Cauterets hôtel dAngleterre

                                                               Grand hôtel Continental et son entrée majestueuse. Photos J. Omnès

Cauterets table   Cauteret salle à manger
Une table en 1900, musée du Continental                                                                Salle à manger de l'hôtel

Hôtel Les Promenades
Cauterets les Promnades 1
                           Hotel Les promenades


Le Casino-club, actuelle résidence du Lys est remarquable par sa belle façade de pierre décorée de cariatides et de mascarons. Ils représentent  les différentes activités artistiques de cet ancien lieu de distractions de la station thermale : café-concert, théâtre lyrique... La beauté de la façade est détériorée par d'affreuses enseignes.


Cauterets Théatre 1    Cauterets théâtre 2

                                                                           L'ancien Casino-club (théâtre)



La Galerie de l'Esplanade

Ce promenoir couvert, restauré récemment, a été installé en 1901 par la municipalité. C'était l'une des portes latérales de l'exposition universelle de Paris de 1899.


Cauterets promenade                                                            Promenoir de l'Esplanade des Oeufs. Photo J. Omnès




                                               Luz

La maison   Gradet-Poque
C’est l’une des plus grandes maisons  de Luz-Saint-Sauveur.  Elle abrite actuellement la Mairie. Elle appartenait  au XVIIIe siècle  à la famille Gradet-Poque qui en resta propriétaire presque jusqu’à nos jours et sans discontinuité.  Au XIXe siècle, de 1828 à 1830, Pierre Gradet  entreprit des travaux d’agrandissement et d’embellissement pour en faire l’une des plus belles demeures de la vallée. Les jardins avec de nombreuses annexes, descendaient alors jusqu’au Gave, avant la percée par l’administration, fin XIXe siècle  de l’avenue Saint-Sauveur. Cet axe routier coupa alors la propriété en deux.  Nombreux furent les invités, souvent pyrénéistes, comme Lady Chatterton, qui fréquentèrent la maison. Le grand salon  servit un temps aux architectes de Napoléon III pour étudier l’avancement des travaux entrepris dans la région par l’Empereur. La bibliothèque servait souvent de salle de lecture aux notables locaux. La dernière descendante, Suzanne Poque fit don du domaine à l’Ordre Saint- Jean- de -Jérusalem (Ordre de Malte). Après la vente de tout le mobilier, la maison et le jardin passèrent alors dans l’escarcelle de la commune. Reste une belle cheminée Empire aux pieds de lion de marbre blanc de Saint-Béat.
C’est dans cette maison lors de travaux d’aménagement de la mairie que fut trouvé en 2007, dans l’épaisseur du plancher de la bibliothèque, 883 pièces d’or les ouvriers de l’entreprise Pratdessus.

lor à Luz

            Le trésor de Luz



                                        Pierrefitte-Nestalas

Pierrefitte mairie 001
La mairie de Pierrefitte-Nestalas était à l'origine, la maison de l'ancien maire de Soulom, Ovide Lalaque, entrepreneur de son état.
Le jardin public actuel était le parc de cette belle résidence bourgeoise. Les hauts murs surmontés de grilles ont été enlevés lors d'un réaménagement de la place et des jardins, en 1992.