www.patrimoines-lourdes-gavarnie.fr

Patrimoine glyptographique

Imprimer
Il ne s’agit pas des traces pariétales peintes par les artistes du Paléolithique jusqu’à l’âge de fer, mais de simples graffiti souvent réalisés par des bergers dans leur cabane ou sur les pierres environnantes lors de  leur séjour montagnard ou d’ermites ayant trouvé dans des grottes ou des abris naturels, un refuge salutaire.



                                                           Les gravures sur pierre des bergers

Patrimoine mineur et méconnu, les gravures sur pierre des bergers,  lors des transhumances font partie du patrimoine pastoral. Peu de personnes, à l’exception de Joseph Thirant,  que j’avais rencontré jadis, au refuge la Grange de Holle, se sont penchées sur ce thème qui représente, parmi d’autres, une mémoire collective de nos hautes vallées. Le Béarn, essentiellement tourné vers le pastoralisme, à recensé depuis des années, ces traces de passage de leurs bergers, pas moins de 1 600. A ce jour, Joseph Thirant en a recensé en Lavedan environ 150.

Pourquoi ces gravures ?
La réponse la plus courante : pour passer le temps, car les journées étaient longues en estive et la solitude difficile à supporter. Joseph Thirant avance une seconde réponse : pour s’affirmer, pour marquer sa présence et son existence. Ces bergers étaient souvent des cadets et ne participaient jamais aux décisions de la famille. Parias, ils s’appropriaient ainsi, à peu de frais, de la montagne. De plus, leurs inscriptions prolongeaient leur existence, elles étaient censées être éternelles ; tant que les lichens ne les recouvraient pas.

Que gravaient-ils ?
Avec leur couteau ou un clou, une pierre servant de marteau, ils inscrivaient généralement leur nom, leurs initiales où la date de leur passage. Plus rarement des états d’âme : « j’ai faim, je n’ai pas de pain ; il fait froid... » Certains noms sont surmontés d’une croix ou encadrés. Peu de dessins.
Le plus surprenant c’est que peu de gravures sont antérieures à 1860. Et la plupart sont écrites en français et non en bigourdan, pourtant langue vernaculaire. Ce qui montre l’importance de la diffusion de la langue nationale à l’époque. Parler patois était interdit à l’école. Joseph Thirant constate que ces inscriptions ont tendance à disparaître après 1930 : fin des cadets et des longues journées en solitaire grâce à l’apparition de la voiture ?
La revue Bigorre Magazine avait fait un article sur le sujet, en 2003.

                                                                  Gravures diverses
                                                                        À Lourdes
aux Espélugues

Les Espélugues ont abrité également un certain nombre de pierres ou galets gravés qui ne sont pas du paléolithique, mais plutôt d'un âge historique, probablement du haut Moyen Âge. Même si à  leur sujet, H. Breuil a écrit : «  Nous pensons que ces gravures ont été jugées fausses à tort. En effet si on les rapproche des peintures de Las Batuecas (Espagne) [...] on est frappé de leur analogie.[...] Il est probable que les gravures de Lourdes ne sont pas magdaléniennes, mais aziliennes, comme les peinture de Las Batuecas ».  André Clot s’est senti obligé de préciser : «  L'âge des peintures de Las Batuecas semble devoir être rajeuni, et ramené probablement au début de la protohistoire. La grotte de Lourdes ayant fourni des vestiges protohistoriques et même historiques, il est fort probable d'attribuer ces gravures à une telle période, peut être au Moyen Âge »  Bref un doute subsiste.

Le même André Clot, dans une plaquette éditée par le bulletin de la société archéologique du Gers de 1973, quatrième trimestre, pages 399 à 403 a longuement analysé ces fameuses gravures sur pierre et os qu’il juge douteuses. Nous sommes effectivement loin des qualités graphiques des gravures du quaternaire. La difficulté de datation vient en effet du bouleversement des strates par les premiers naturalistes et surtout du vidage complet en 1873, des cavités du contenu magdalénien de ce site unique. Vidage, résultant de la demande des pères des Sanctuaires pour le transformer en chapelle chrétienne.

En remarque préliminaire A. Clot précise que toutes ces gravures n’ont pu être faites, vu leur trait profond en V, par des silex, mais par un objet tranchant probablement métallique. Il constate que l’ensemble est homogène, les traitements de certaines parties, comme les yeux, les pattes, le support nuageux sont identiques.  Elles viennent, pense-t ’il, de la même main. Et d’analyser trois planches réalisées à partir de toutes les trouvailles de ses nombreux prédécesseurs.

Planche 1, les oiseaux.

Ils sont tous de style très proche, avec le bec pointu, l’œil figuré par un  tarit courbe rejoignant le bout de la tête, des pattes à trois doigts, une seule aile gravée, certains ont posé sur des traits ondulés faisant penser à des nuages, traits que l’on retrouve sous d’autres animaux comme des chevaux sur la planche suivante. Les numéros sont ceux de l’inventaire au musée de Saint-Germain–en-Laye où ces gravures sont déposées. Des moulages, don de M.  Laffitte en 1921, se trouvent au Musée pyrénéen.
oiseaux Espélugues 001 2
Planche 2, les équidés

Certains reposent sur des traits ondulés comme pour les oiseaux, seule la gravure c  a été analysée par R. Nelli. La gravure d qui a été réalisée sur une plaque schisteuse représente deux corps stylisés  sans aucun détail, sans pattes avec une tête à deux oreilles, un œil et un naseau. La gravure la plus intéressante est sans conteste, le numéro 55319 : l’on peut voir un humain accolé à l’animal, essayant probablement de le monter ; il tient une renne dans sa main. Les pointillés correspondent à des traces de feu.

chevaux Espélugues 2 001 3


Planche 3, les poissons et divers

Les poissons ont été décrits par H. Breuil et R. de Saint-Périer (1). Le dernier des quatre à la tête allongé est susceptible d’être une anguille ou un serpent.

Le quadrupède numéroté 55317, probablement un équidé à crinière, « caparaçonné et orné comme pour aller à une fête », gravé à traits larges et profond, a un corps agrémenté de trois arceaux et d'une rangée de traits verticaux alternant avec des points. Sa  queue est très fournie en poils, ainsi que l’encolure et le poitrail. Le musée de Salies possède un moulage.

Pour ce qui concerne les figures géométriques, André Clot est tenté de les mettre à part. Elles lui paraissent plus anciennes, certains auteurs, dit- il, voient dans ces cercles, le thème du culte solaire du néolithique ou de l’Âge de Fer.

Les gravures 55325 : ces dessins étranges gravés sur galet ovale représenteraient sur le recto, très grossièrement, marchant sur la gauche, un homme sans bras, à la tête énorme, presque sans crâne, ornée d’un gros œil au niveau du front et bien formée, d’un nez, d’une bouche et d’un menton. Tête qui s’incline sur un corps au gros phallus un peu tombant. Le verso représente une énorme tête. Et André Clot de conclue : « Notre impression a été que ce galet pourrait fort bien, par sa technique appartenir à l’ensemble de gravures magdaléniennes. »
Chevaux espélugues 001 2
Plusieurs de ces gravures ont été étudiées par E Piette dans son ouvrage L’art pendant l’âge du renne. Edition Masson, Paris 1907, 112 pages, 100 lithographies couleur.

(1) Les poissons, les batraciens et les reptiles dans l’art quaternaire, par H. Breuil et R. dd Saint-Périer, édition Masson, Paris 1927.171 p, 76 fig
.

 Dans la Grotte Milhas 3

Art pariétal historique: à l'entrée de la grotte et contre la falaise, qui la prolonge à droite, il a été relevé de nom­breuses gravures historiques, figuratives (fleur de lys, tête d'équidé, anthropomorphe, « oeil » ,... ) et des invocations mariales (Ave Maria, AVM) que complète l'abréviation I.H.S.[document de gauche] Gravures postérieures aux Apparitions de 1858 ?, ou médiévales ?  C'est la cavité la plus grande des trois, appelée aussi Barbe à poux, peut-être du fait de la présence d'un vagabond qui y avait fait sa "tanière" en 1950-60 ? À l'intérieur de la grotte, dates en chiffres romains et dédicaces. [Ainsi que de nombreuses croix protectrices ]

Milhas3 001 3
Relevé de ?
Ces gravures se trouvent au-dessus de la borne à droite de la grotte Milhas 3 à hauteur des yeux. Le dessin de droite, se trouve dessous à gauche.
Un nettoyage de la roche s'avère nécessaire pour continuer l'exploration. Nous n'avons pas pu identifier la fleur de lys.

Milhas 3 graf1 Milhas3 graf 4 1

Milhas3 graf 4 2 milhas3 graf3

Autres gravures et peinture. La croix bleue se trouve à gauche de Milhas 2.
Milhas 3 grafitti2 milhas 3 grafittis 3 Milhas 3 grafittis 4 
Croix prophylactique; Photos J. Omnès
Milhas grafitti 5 
Jésus Christ

au château fort

Une découverte récente :                            La pierre énigmatique de Lourdes

En 1932, l’architecte de la ville, Mr Seyrès, découvrit une grosse pierre « rue de Bagnères, dans le jardin de la maison Berjanton. Cette découverte a été ainsi décrite en 1939, par l’abbé Joseph Camoryet : «  d’environ 0, 70 X0, 70 m [elle porte] les signes suivants : 1) En haut une croix de Malte. 2) Deux lettres grecques parallèles : un alpha à droite, à gauche, une autre lettre grecque, oméga. Ces deux lettres alpha et oméga sont la première et la dernière lettre de l’alphabet grec ; elles sont de plus symboliques. Elles figurent le Christ, le commencement et la fin de toute chose. C’était aussi le chiffre en usage dans les sceaux de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem. 3) Deux lettres M dont le sens est difficile à expliquer et qui figurent dans les anciens sceaux de l’ordre. 4) À gauche, il y a trois croix groupées : ce sont des croix potencées. 5) La ligne d’encadrement de tout le dessin est en forme de cœur. Le cœur, dit-on, était un des emblèmes de l’ordre de Jérusalem. » Cette description approximative et relativement influencée par l’environnement sacré du prêtre n’a fait, hélas, l’objet d’aucune étude sérieuse ; seul Mgr Patrick Truchemotte, de l’Eglise gallicane, se lança dans une explication proche de l’ésotérisme. Après maintes recherches rue de Bagnères, je suis « tombé » au 33, sur l’ancienne pension de famille Magda des Bergenton-Nicolau mentionné par Patrick Truchemotte. La source évoquée se trouvait effectivement plus ou moins cachée dans le jardin. La pension de famille Magda a été construite sur un ancien « contenancier » des hospitaliers de Saint-Jean ; et le triangle inversé au bas de la pierre « symbole de l’eau dans la figuration médiévale » (1), indiquait bien une source située dans les jardins de l’Houste Dieu (1). Depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours, cet endroit a servi de relais aux pèlerins. Ils venaient se rafraichir, venant de Bagnères, en route pour Santiago.  Depuis peu, la pension a fermé ses portes pour devenir une maison particulière. Par la suite, j’ai retrouvé cette pierre qui était depuis 1932, au château fort, lieu des dépôts classiques des trouvailles de Mr Seyrès. Elle était dans le jardin botanique, sans que personne n’ait remarqué sa présence.

Villa Magda  
        
                                              Villa Magda, anciennement au 35 rue de Bagnères

Description d’après le relevé Omnès  Il s’avère qu’elle représente effectivement la croix de Malte sous laquelle se trouvent, non pas une, mais deux lettres grecques  de l’alpha et de l’oméga, symboles du Christ : je suis le début et la fin de toute chose (Apocalypse de Saint-Jean). Pourquoi deux ? Question sans réponse. Leur curieuse position mérite également interprétation. Quant aux MM, ils seraient pour l’évêque, l’incantation de Maria Master, mais pourraient aussi représenter selon les informations de Guy Trousselle,                                                         des onctions de guérison. Je reste  assez perplexe devant cette interprétation. Quant au triangle inversé, nous n’avons aucune autre réponse que celle donnée : l’indication d’une source. En attendant qu’un expert s’intéresse à cette pierre, j’en resterai là, et ne m’étendrai pas sur les autres explications très libres fournies par l’évêque gallican.
(1) D’après P. Truchemotte La dorine et les secrets de Lourdes

  Lourdes Pierre énigmatique 4    Pierre 2 001
La pierre énigmatique-Relevé Omnès

                                                                   EN PAYS DES VALLEES DES GAVES

                                                          À Arras-en -Lavedan

Les ardoises gravées du Castet  Nau, d'Arras -en -Lavedan
La Haute-Bigorre a la chance de posséder l’un des plus riches sites français d’ardoises gravées médiévales. Il s’agit du site du Castet Nau d’Arras- en- Lavedan. Son propriétaire, Jacques Omnès, après plus de 15 ans de travaux de « dévégatalisation » et de  déblaiement a récupéré un certain nombre d’ardoises qui constituaient les couvertures de différents bâtiments, du chemin de ronde, donjon, des rigoles d’écoulement des eaux pluviales etc. L’omniprésence de ces ardoises, que leur propriétaire pense provenir de Nouaux (1), a permis durant aux gardes du château, d’avoir sous la main de la matière première pour jouer, durant les temps de pose, à de nombreux jeux dit de plateau. Dans un article du bulletin de la Société d’Etudes des Sept Vallées (SESV) No 46 de 2015, J. Omnès en a fait l’inventaire avec pour une pièce unique, l’interprétation par J-F Le Nail, ancien archiviste du département. Nous y trouvons des fragments ou des plateaux entiers de jeux :
  •  d’échec à 10 X 10 cases, de dames à 8X8 cases,
  • de mérelle, devenu jeu du Moulin après le XVIe siècle. C’est un jeu très ancien et très populaire au XIVe siècle, mais qui fut interdit par l’Eglise catholique, puis, par une ordonnance royale de 1625, tant il entrainait des troubles dus aux querelles entre joueurs,
  • de poursuite du lièvre. D’origine arabe, ce jeu serait arrivé dans la région avec l’invasion des maures.
  • Et un jeu non identifié, probablement d’origine anglaise, proche du jeu de tâb scandinave.
Il a été également répertorié différents signes comme le nœud de Salomon ou nœud  gordien que nous rencontrons parfois dans nos églises, des polygrammes divers, un énigmatique lis, des dessins géométriques, des têtes d’homme barbu avec couvre-chef et de nombreux dessins supposés grivois. Le clou de ces trouvailles est une grande plaque de schiste gravée de cinq lignes en gascon, antérieur au XVIe siècle dont J-F Le Nail a donné la traduction : »  [Je] vous fait savoir que moi, Per de Boria, d[e]° Coarraze doit rester un an au marché d’Argelès [pour] faire ce qui lui plaît. J-F Le Nail nous offre une imposante étude explicative sur ces quelques lignes. L’inventeur conclut : « Nous pensons que la mention du marché d’Argelès peut révéler l’auteur de l’inscription : un érudit qui sait écrire à la charnière des XIVe-XVe siècle ; un clerc au château, qui s’amuse à dessiner sur ardoise des nœuds gordiens, possible signature graphique. Notre graveur amateur de jeux de plateau et peut être de dessins grivois, ne serait-il pas le placier du marché d’Argelès, l’homme chargé d’encaisser la ledza (2) pour le châtelain du Castet Nau ? »
  1. A côté de l’usine hydroélectrique Lemonier.
  2. Ou lédz (s) o : ancienne taxe féodale sur le sol consistant à une « paumade [paume de la main] » par sac de marchandise.
Signes
             Lis 1  2     Lis 3                                                                         
                                                                           Un lys ?  Au-dessous jeu du lièvre.


Jeux 2     Jeux lièvre                                        

Texte
Texte du placier





                                                     À Arrens-Marsous (dans le Val d’Azun)

Au-dessus du Tech, au cuyéous d’eths Ourtiguas (orties ?), sur de grandes dalles de schiste est alignée une série gravée de noms et de dates de 1600 à 1954, encadrant une croix  pattée. La gravure de 1600 a été réalisée par Mendaigne, celle de 1954 par Jean Gainza. Entre les deux, près de 35 noms typiquement bigourdans, et prénoms avec date et sans date. Robert Poulot d’Arrens a présenté dans la revue de la SESV de 2002, trois photos où l’on voit ces  gravures en relief. Cela parait un peu difficile de creuser ainsi les contours de gravures sur toute la surface environnante ; il s'agit en fait d’une inversion de la photo. Les gravures des bergers étant habituellement en creux.


Arrens berger 0 Arrens berger 4

                                                                          À Ossen
    
Étonnante pierre en remploi venant probablement d'un des châteaux ruinés du village. Elle se trouve à l'entrée du
village par l'ancienne route, à l'arrière de la falaise du château d'Estibayre. Placée à l'envers. Nous ignorons pour l'instant ce qu'elle représente.Sur le poteau de droite, une date visible avec le soleil rasant : 1574.
Ce qu'en pense J-F Le Nail, ancien archiviste du département, contacté :
"Cette inscription d'Ossen figure depuis longtemps dans mon dossier Epigraphie du Lavedan, ou plutôt elle y dort comme peu utilisable. En effet, incomplète, à moins de retrouver la partie manquante, il est difficile d'en proposer une lecture utile. Elle paraît concerner une oeuvre de construction. Les deux premières lignes pourraient appartenir à une sentence morale, la troisième être la date d'achèvement, la quatrième le nom du propriétaire bâtisseur (Carrère est le nom d'une maison d'Ossen attesté au XIVe s.). Mais de tous ces éléments le début manque et rend la suite hasardeuse. Par ailleurs, dans cette écriture, un même graphisme représente des S et des L, des U et des N, ce qui complique encore les choses.C'est donc avec toutes réserves que je lis, à titre provisoire :
FASAS CAUSA QUE NOS A
ASA QUE DEU FINIR
2 SET DIE 27 JUIN
?ANOLO DE CARRERA"  
Ossen pierre 2                 
                                 




                                                                              À Saint-Pé

Grotte de Faiouias   (Tute Fayoute)
Il s'agit d’une petite grotte (tutte) servant d’abri à moutons. Elle est située près de la grotte de la Résistance, sur la colline de la Lit à droite, 1 km avant d'arriver à Saint-Pé. Elle domine la RN637 au niveau de l'embranchement du Rieulhès. Elle a servi de  repère à un  ermite ancien grognard de Napoléon, originaire du village, selon B. Abadie.( localement nommé par labbé B. Abadie Fayouye). Coordonnées Lambert 3 : X  398250, Y  3092580,  Z 450.
En entrant sur la droite, à la lumière du jour, on peut voir sur la roche, un panneau gravé au burin. Le centre du panneau comprend une dédicace à Napoléon Ier, entouré de croix latines. On peut lire : LA GLOIRE et LONNEUR A se NAPOLEON VIVE NAPOLEON, entourré de croix latines et de deux dates : 1811 et 1818. Ont été ajoutés, les noms de Jean Solité et Cosade et au-dessus Pamphile Abadie.
https://www.youtube.com/watch?v=vOLZtr1Jd2M#t=119


              Grotte Faiouas  Fayouye 001 3  
                                   Photo J.M. Poudevigne                                                                                                          




                                                                                                     Relevé Jacques Omnès